Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Une nouvelle théorie explique la disparition de l’Homme de Néandertal
Actualités

Une nouvelle théorie explique la disparition de l’Homme de Néandertal

Néandertal passionne. Parce qu’il était un proche cousin, d’une part. Et parce que malgré l’image d’un personnage brut et grossier, nous savons désormais que cet hominidé avait en fait de nombreux points communs avec Homo Sapiens. Malgré tout, nous savons que Néandertal a disparu il y a environ 40 000 ans. Et depuis de nombreuses années, beaucoup d’hypothèses sont avancées pour tenter d’expliquer cette extinction, comme la concurrence accrue avec notre espèce. Mais était-ce vraiment le cas ? Plus récemment, une autre explication est venue s’ajouter à la liste.

«La disparition de la population de Néandertal est un sujet passionnant. Imaginez un groupe humain qui vit depuis des milliers d’années et qui est très bien adapté à son environnement, puis qui disparaît, explique Silvana Condemi, paléoanthropologue à l’Université d’Aix-Marseille. Pendant longtemps, on a pensé qu’Homo sapiens avait simplement tué les Néandertaliens. Aujourd’hui, grâce à la génétique, nous savons que les rencontres entre Néandertaliens et sapiens n’ont pas toujours été aussi cruelles, et que des métissages ont eu lieu. Nous avons même aujourd’hui, en nous, des gènes d’origine néandertalienne».

Baisse du taux de fécondité

Pour expliquer la disparition de Néandertal, les chercheurs ont ici créé des modèles informatiques explorant la façon dont les populations de nos cousins pourraient disparaître avec le temps. Plusieurs facteurs ont été testés, tels que la guerre, les épidémies ou encore la baisse des taux de fertilité.

«Très rapidement, nous avons trouvé quelque chose d’inattendu, note la chercheuse. Cette disparition, qui s’est produite sur une très longue période, ne peut s’expliquer par un événement catastrophique. Des modèles informatiques reposant sur l’hypothèse selon laquelle des humains modernes ont tué des Néandertaliens par le biais de guerres ou d’épidémies ont montré que ces facteurs auraient conduit les Néandertaliens à l’extinction bien plus rapidement que les 4 000 à 10 000 années des archives archéologiques au cours desquelles l’Homme moderne et les Néandertaliens ont coexisté en Europe».

Les chercheurs ont en revanche découvert que l’extinction de Néandertal – si elle s’est opérée sur environ 10 000 ans – pourrait s’expliquer avec une baisse de 2,7% des taux de fécondité des jeunes femmes néandertaliennes (moins de 20 ans). «C’est un phénomène de portée limitée, certes, mais qui, au fil du temps, aurait eu un énorme impact», note la chercheuse.

Le climat responsable ?

Quant à savoir pourquoi ce taux de fécondité aurait été réduit, Silvana Condem avance l’hypothèse des fluctuations climatiques. Les Néandertaliens ont en effet disparu à une époque ou le climat, très instable, pourrait avoir compliqué l’accès à la nourriture. Ce qui à son tour, pourrait avoir réduit le nombre de calories ingérées par les jeunes mères en devenir, ce qui aurait pu être préjudiciable pour le maintien de la grossesse. Ceci, note la chercheuse, «pourrait expliquer une réduction de la fertilité».

Des études antérieures ont en effet déjà suggéré que contrairement à Homo Sapiens, qui  diversifiait ses sources de nourriture, Néandertal semblait se concentrer uniquement sur la consommation de viande. Il chassait donc exclusivement les gros herbivores. Le problème, c’est qu’il y a entre 44 000 et 40 000 ans en Europe, les températures semblaient très froides à certaines périodes, avant de remonter soudainement. Les grands herbivores ayant alors du mal à se nourrir, Néandertal n’aurait alors tout simplement pas pu suivre non plus.


Source : Plos One
Crédit : Ao, le dernier Néandertal

Une nouvelle théorie explique la disparition de l’Homme de Néandertal Actualités

Une nouvelle théorie explique la disparition de l’Homme de Néandertal

Néandertal passionne. Parce qu’il était un proche cousin, d’une part. Et parce que malgré l’image d’un personnage brut et grossier, nous savons désormais que cet hominidé avait en fait de nombreux points communs avec Homo Sapiens. Malgré tout, nous savons que Néandertal a disparu il y a environ 40 000 ans. Et depuis de nombreuses années, beaucoup d’hypothèses sont avancées pour tenter d’expliquer cette extinction, comme la concurrence accrue avec notre espèce. Mais était-ce vraiment le cas ? Plus récemment, une autre explication est venue s’ajouter à la liste.

«La disparition de la population de Néandertal est un sujet passionnant. Imaginez un groupe humain qui vit depuis des milliers d’années et qui est très bien adapté à son environnement, puis qui disparaît, explique Silvana Condemi, paléoanthropologue à l’Université d’Aix-Marseille. Pendant longtemps, on a pensé qu’Homo sapiens avait simplement tué les Néandertaliens. Aujourd’hui, grâce à la génétique, nous savons que les rencontres entre Néandertaliens et sapiens n’ont pas toujours été aussi cruelles, et que des métissages ont eu lieu. Nous avons même aujourd’hui, en nous, des gènes d’origine néandertalienne».

Baisse du taux de fécondité

Pour expliquer la disparition de Néandertal, les chercheurs ont ici créé des modèles informatiques explorant la façon dont les populations de nos cousins pourraient disparaître avec le temps. Plusieurs facteurs ont été testés, tels que la guerre, les épidémies ou encore la baisse des taux de fertilité.

«Très rapidement, nous avons trouvé quelque chose d’inattendu, note la chercheuse. Cette disparition, qui s’est produite sur une très longue période, ne peut s’expliquer par un événement catastrophique. Des modèles informatiques reposant sur l’hypothèse selon laquelle des humains modernes ont tué des Néandertaliens par le biais de guerres ou d’épidémies ont montré que ces facteurs auraient conduit les Néandertaliens à l’extinction bien plus rapidement que les 4 000 à 10 000 années des archives archéologiques au cours desquelles l’Homme moderne et les Néandertaliens ont coexisté en Europe».

Les chercheurs ont en revanche découvert que l’extinction de Néandertal – si elle s’est opérée sur environ 10 000 ans – pourrait s’expliquer avec une baisse de 2,7% des taux de fécondité des jeunes femmes néandertaliennes (moins de 20 ans). «C’est un phénomène de portée limitée, certes, mais qui, au fil du temps, aurait eu un énorme impact», note la chercheuse.

Le climat responsable ?

Quant à savoir pourquoi ce taux de fécondité aurait été réduit, Silvana Condem avance l’hypothèse des fluctuations climatiques. Les Néandertaliens ont en effet disparu à une époque ou le climat, très instable, pourrait avoir compliqué l’accès à la nourriture. Ce qui à son tour, pourrait avoir réduit le nombre de calories ingérées par les jeunes mères en devenir, ce qui aurait pu être préjudiciable pour le maintien de la grossesse. Ceci, note la chercheuse, «pourrait expliquer une réduction de la fertilité».

Des études antérieures ont en effet déjà suggéré que contrairement à Homo Sapiens, qui  diversifiait ses sources de nourriture, Néandertal semblait se concentrer uniquement sur la consommation de viande. Il chassait donc exclusivement les gros herbivores. Le problème, c’est qu’il y a entre 44 000 et 40 000 ans en Europe, les températures semblaient très froides à certaines périodes, avant de remonter soudainement. Les grands herbivores ayant alors du mal à se nourrir, Néandertal n’aurait alors tout simplement pas pu suivre non plus.


Source : Plos One
Crédit : Ao, le dernier Néandertal

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - Côte d'Or

► Jusqu'au 17 novembre

EXPOSITION
"NATURE INCOGNITO" : la face cachée des villes

Vous me reconnaissez ? Je fais partie des millions d’espèces sauvages, animales ou végétales qui vivent dans les villes, tout près de chez nous et qui, pour la plupart, demeurent « Incognito » !
La nouvelle exposition du Jardin des sciences & Biodiversité vous invite à voir la ville autrement

Le Jardin des Sciences
Parc de l’Arquebuse
1 avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


81 - Tarn

Le 16 novembre

PRÉPARER SON JARDIN POUR L’HIVER

Par Georges Albertini et Bernard Huet, Amis du jardin. Faire les bons gestes au jardin d’ornement, potager et verger : fertilisation (les besoins des plantes), paillages, tailles, traitements, pelouses, bassins, débats, échanges sur les pratiques, expériences dans le jardin et les résultats. Entrée libre.

Muséum d’histoire naturelle Philadelphe-Thomas
2 place Philadelphe Thomas
81600 Gaillac
05 63 57 36 31


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités