Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Première découverte d'un dinosaure à bec de canard en Afrique
Actualités

Première découverte d'un dinosaure à bec de canard en Afrique

Les hadrosaures, ou dinosaures à bec de canard, étaient très répandus à la fin du Crétacé. Ce sont des herbivores qui ont colonisé pratiquement toute la Terre jusqu'à la catastrophe de Chixculub qui a causé la disparition de tous les dinosaures non aviens. Ils sont apparus en Amérique du Nord et ont ensuite colonisé l'Amérique du Sud puis l'Asie et l'Europe. Jusqu'à présent les paléontologues estimaient qu'ils n'avaient pas pu arriver jusqu'en Afrique, car le continent était à l'époque isolé et entouré d'eaux profondes. Mais un nouveau fossile vient prouver le contraire.

Un dinosaure voyageur

Ajnabia odysseus a été découvert dans une mine située à quelques heures de Casablanca, au Maroc, dans une couche géologique datée de 66 millions d'années. C'est un petit dinosaure de 3 mètres de long, comparativement à certains de ses congénères américains qui pouvaient atteindre jusqu'à 15 mètres. L'étude de ses mâchoires et de ses dents qui fait l'objet d'un article publié dans la revue Cretaceaous Research indique qu'il s'agit d'un dinosaure à bec de canard, plus exactement un membre de la famille des lambéosaurinés qui se caractérisent aussi par la présence d'une crête osseuse ou d'un tube osseux au sommet du crâne et par un bec particulièrement épais. En reconstituant l'évolution du bec de canard, les scientifiques ont appris que ces dinosaures sont passés de l'Amérique du Nord vers l'Asie via des ponts terrestres au niveau de ce qui est aujourd'hui le détroit de Bering. De là, il se sont ensuite répandus dans toute l'Eurasie.

A la nage ou en radeau

Mais entre l'Afrique et le reste des continents, il n'y avait pas de ponts terrestres. Ce qui implique que les ancêtres d'Ajnabia (le terme signifie étranger en arabe) ont dû traverser les mers pour arriver là. Ils ont probablement voyagé à bord de radeaux de végétation ou même carrément à la nage : les dinosaures à becs de canard étaient probablement de bons nageurs. Ils sont en effet dotés de membres et d'une queue puissante et de nombreux fossiles ont été retrouvés dans des environnements aquatiques, dans des dépôts fluviaux et même marins. Les traversées océaniques sont des événements rares et improbables, mais ils ont été documentés au cours du temps. Un des exemples les plus clairs de ces improbables migrations est l'île de Madagascar dont un certains nombres d'espèces y compris les emblématiques lémuriens sont originaires d'Afrique et ont gagné l'île à bord de radeaux, il y a entre 60 et 20 millions d'années. De même que les singes qui ont eux traversé l'Atlantique pour coloniser l'Amérique du Sud, il y a environ 40 millions d'années. On sait désormais que les dinosaures se sont aussi essayés à ce mode de transport.


Source : Joël Ignasse / Sciences et Avenir
Crédit : Raul Martin

Représentation artistique d'Ajnabia odysseus sur une côte africaine.

Première découverte d'un dinosaure à bec de canard en Afrique Actualités

Première découverte d'un dinosaure à bec de canard en Afrique

Les hadrosaures, ou dinosaures à bec de canard, étaient très répandus à la fin du Crétacé. Ce sont des herbivores qui ont colonisé pratiquement toute la Terre jusqu'à la catastrophe de Chixculub qui a causé la disparition de tous les dinosaures non aviens. Ils sont apparus en Amérique du Nord et ont ensuite colonisé l'Amérique du Sud puis l'Asie et l'Europe. Jusqu'à présent les paléontologues estimaient qu'ils n'avaient pas pu arriver jusqu'en Afrique, car le continent était à l'époque isolé et entouré d'eaux profondes. Mais un nouveau fossile vient prouver le contraire.

Un dinosaure voyageur

Ajnabia odysseus a été découvert dans une mine située à quelques heures de Casablanca, au Maroc, dans une couche géologique datée de 66 millions d'années. C'est un petit dinosaure de 3 mètres de long, comparativement à certains de ses congénères américains qui pouvaient atteindre jusqu'à 15 mètres. L'étude de ses mâchoires et de ses dents qui fait l'objet d'un article publié dans la revue Cretaceaous Research indique qu'il s'agit d'un dinosaure à bec de canard, plus exactement un membre de la famille des lambéosaurinés qui se caractérisent aussi par la présence d'une crête osseuse ou d'un tube osseux au sommet du crâne et par un bec particulièrement épais. En reconstituant l'évolution du bec de canard, les scientifiques ont appris que ces dinosaures sont passés de l'Amérique du Nord vers l'Asie via des ponts terrestres au niveau de ce qui est aujourd'hui le détroit de Bering. De là, il se sont ensuite répandus dans toute l'Eurasie.

A la nage ou en radeau

Mais entre l'Afrique et le reste des continents, il n'y avait pas de ponts terrestres. Ce qui implique que les ancêtres d'Ajnabia (le terme signifie étranger en arabe) ont dû traverser les mers pour arriver là. Ils ont probablement voyagé à bord de radeaux de végétation ou même carrément à la nage : les dinosaures à becs de canard étaient probablement de bons nageurs. Ils sont en effet dotés de membres et d'une queue puissante et de nombreux fossiles ont été retrouvés dans des environnements aquatiques, dans des dépôts fluviaux et même marins. Les traversées océaniques sont des événements rares et improbables, mais ils ont été documentés au cours du temps. Un des exemples les plus clairs de ces improbables migrations est l'île de Madagascar dont un certains nombres d'espèces y compris les emblématiques lémuriens sont originaires d'Afrique et ont gagné l'île à bord de radeaux, il y a entre 60 et 20 millions d'années. De même que les singes qui ont eux traversé l'Atlantique pour coloniser l'Amérique du Sud, il y a environ 40 millions d'années. On sait désormais que les dinosaures se sont aussi essayés à ce mode de transport.


Source : Joël Ignasse / Sciences et Avenir
Crédit : Raul Martin

Représentation artistique d'Ajnabia odysseus sur une côte africaine.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités