Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Néandertal aurait conquis l'Amérique 130 000 ans avant Christophe Colomb
Actualités

Néandertal aurait conquis l'Amérique 130 000 ans avant Christophe Colomb

L'information a fait se retourner Christophe Colomb dans sa tombe. Finalement, ce n'est pas lui qui a découvert l'Amérique, ni même les Vikings, mais une bande d'hommes primitifs, il y a 130 000 ans. L'article scientifique qui déclenche ce tsunami paléontologique est paru mercredi 26 avril dans la revue britannique Nature . Certains archéologues se montrent convaincus, d'autres pas du tout.

C'est que 130 000 ans, c'est un sacré bond dans le passé. Jusqu'ici, on datait l'arrivée de l'Homo sapiens en Amérique il y a 15 000 à 25 000 ans, selon les méthodes utilisées. Celui-ci aurait profité d'une baisse du niveau de l'océan pour emprunter le détroit de Behring.

L'homme à l'origine de cette révolution s'appelle Steven Bolen et est paléontologue au Centre américain de recherche paléolithique, dans le Dakota du Sud. Au cours de l'hiver 1992-1993, il est appelé sur un chantier d'autoroute en Californie. En creusant, les ouvriers sont tombés sur de gros ossements non identifiables. Bolen, lui, n'hésite pas, il s'agit d'os de mastodonte, un cousin de l'éléphant disparu d'Amérique voilà 9 000 ans.
L'attention du paléontologue se porte aussitôt sur la forme bizarre des fragments d'os et de leurs entailles. Il y découvre notamment des plans de cassures en spirale indiquant que ces os ont été brisés par un outil de pierre alors qu'ils étaient encore frais. Donc sur un animal venant de mourir. Son équipe trouve même les pierres ayant pu servir de marteau et d'enclume.
Bref les paléontologues sont quasi formels, l'état des ossements ne peut pas être dû à un phénomène géologique ou naturel. Du reste, Holen a organisé une reconstitution avec des os d'un éléphant fraîchement abattu et il a obtenu exactement le même type de fractures. Par ailleurs, une défense trouvée plantée verticalement dans le sol fait irrémédiablement penser à une action humaine.

Plusieurs théories

Jusque-là, rien d'étonnant. Après tout, les mastodontes ont disparu longtemps après l'arrivée de sapiens en Amérique. Et donc ceux-ci ont pu être les chasseurs. Ce fut l'hypothèse émise à l'époque de la découverte, faute d'avoir retrouvé du collagène dans les os pour effectuer une datation au carbone 14.
Or, voilà qu'en 2014, Holen confie des fragments d'os à un géologue sachant utiliser une nouvelle datation utilisant l'uranium-thorium. La bombe est lâchée : les ossements auraient 130 000 ans, plus ou moins 10 000 ans. Stupéfaction, car à cette l'époque, l'Amérique est supposée encore vierge de tout homme. Alors qui pourraient être ces mangeurs de mastodontes ?

Aussitôt Holen et son équipe bâtissent des théories. La première idée, c'est qu'avant sapiens, l'homme de Néandertal aurait déjà profité d'un affaissement du niveau des océans pour traverser le détroit de Behring. C'est envisageable. Du reste, ils auraient même pu le traverser par la mer. Une navigation de 80 kilomètres à bord d'embarcations est possible dans la mesure où on a retrouvé en Méditerranée des vestiges de bateaux de plus de 100 000 ans. Par ailleurs, Néandertal possédait toute l'intelligence et l'outillage voulus pour tuer et dépecer un mastodonte.
Deuxième hypothèse : ce premier explorateur de l'Amérique pourrait tout aussi bien être un Denisovien, ce cousin de Néandertal dont on connaît l'existence grâce à un fossile de petit doigt retrouvé dans l'Altaï. Troisième hypothèse, enfin : un Homo sapiens ! En effet, celui-ci est apparu voilà 200 000 ans en Afrique et aurait également pu effectuer la traversée à cette époque. Une hypothèse cependant tirée par les cheveux car on n'a retrouvé aucun fossile de sapiens en Sibérie datant d'avant 130 000 ans.

Il existe également un autre fait contrariant : on ne retrouve nulle trace de ces premiers Américains dans l'ADN des populations indigènes actuelles. Holen explique cela par le fait que ceux-ci peuvent avoir disparu avant l'arrivée des sapiens. En tout cas, le paléontologue sait bien qu'il ne fera taire toutes les critiques que le jour où d'autres vestiges incontestables seront mis au jour. Aussi s'apprête-t-il à prendre la route pour fouiller tous les sites américains susceptibles d'avoir conservé les traces d'une activité humaine voilà plus de 100 000 ans.


Source : Le Point

Néandertal aurait conquis l'Amérique 130 000 ans avant Christophe Colomb Actualités

Néandertal aurait conquis l'Amérique 130 000 ans avant Christophe Colomb

L'information a fait se retourner Christophe Colomb dans sa tombe. Finalement, ce n'est pas lui qui a découvert l'Amérique, ni même les Vikings, mais une bande d'hommes primitifs, il y a 130 000 ans. L'article scientifique qui déclenche ce tsunami paléontologique est paru mercredi 26 avril dans la revue britannique Nature . Certains archéologues se montrent convaincus, d'autres pas du tout.

C'est que 130 000 ans, c'est un sacré bond dans le passé. Jusqu'ici, on datait l'arrivée de l'Homo sapiens en Amérique il y a 15 000 à 25 000 ans, selon les méthodes utilisées. Celui-ci aurait profité d'une baisse du niveau de l'océan pour emprunter le détroit de Behring.

L'homme à l'origine de cette révolution s'appelle Steven Bolen et est paléontologue au Centre américain de recherche paléolithique, dans le Dakota du Sud. Au cours de l'hiver 1992-1993, il est appelé sur un chantier d'autoroute en Californie. En creusant, les ouvriers sont tombés sur de gros ossements non identifiables. Bolen, lui, n'hésite pas, il s'agit d'os de mastodonte, un cousin de l'éléphant disparu d'Amérique voilà 9 000 ans.
L'attention du paléontologue se porte aussitôt sur la forme bizarre des fragments d'os et de leurs entailles. Il y découvre notamment des plans de cassures en spirale indiquant que ces os ont été brisés par un outil de pierre alors qu'ils étaient encore frais. Donc sur un animal venant de mourir. Son équipe trouve même les pierres ayant pu servir de marteau et d'enclume.
Bref les paléontologues sont quasi formels, l'état des ossements ne peut pas être dû à un phénomène géologique ou naturel. Du reste, Holen a organisé une reconstitution avec des os d'un éléphant fraîchement abattu et il a obtenu exactement le même type de fractures. Par ailleurs, une défense trouvée plantée verticalement dans le sol fait irrémédiablement penser à une action humaine.

Plusieurs théories

Jusque-là, rien d'étonnant. Après tout, les mastodontes ont disparu longtemps après l'arrivée de sapiens en Amérique. Et donc ceux-ci ont pu être les chasseurs. Ce fut l'hypothèse émise à l'époque de la découverte, faute d'avoir retrouvé du collagène dans les os pour effectuer une datation au carbone 14.
Or, voilà qu'en 2014, Holen confie des fragments d'os à un géologue sachant utiliser une nouvelle datation utilisant l'uranium-thorium. La bombe est lâchée : les ossements auraient 130 000 ans, plus ou moins 10 000 ans. Stupéfaction, car à cette l'époque, l'Amérique est supposée encore vierge de tout homme. Alors qui pourraient être ces mangeurs de mastodontes ?

Aussitôt Holen et son équipe bâtissent des théories. La première idée, c'est qu'avant sapiens, l'homme de Néandertal aurait déjà profité d'un affaissement du niveau des océans pour traverser le détroit de Behring. C'est envisageable. Du reste, ils auraient même pu le traverser par la mer. Une navigation de 80 kilomètres à bord d'embarcations est possible dans la mesure où on a retrouvé en Méditerranée des vestiges de bateaux de plus de 100 000 ans. Par ailleurs, Néandertal possédait toute l'intelligence et l'outillage voulus pour tuer et dépecer un mastodonte.
Deuxième hypothèse : ce premier explorateur de l'Amérique pourrait tout aussi bien être un Denisovien, ce cousin de Néandertal dont on connaît l'existence grâce à un fossile de petit doigt retrouvé dans l'Altaï. Troisième hypothèse, enfin : un Homo sapiens ! En effet, celui-ci est apparu voilà 200 000 ans en Afrique et aurait également pu effectuer la traversée à cette époque. Une hypothèse cependant tirée par les cheveux car on n'a retrouvé aucun fossile de sapiens en Sibérie datant d'avant 130 000 ans.

Il existe également un autre fait contrariant : on ne retrouve nulle trace de ces premiers Américains dans l'ADN des populations indigènes actuelles. Holen explique cela par le fait que ceux-ci peuvent avoir disparu avant l'arrivée des sapiens. En tout cas, le paléontologue sait bien qu'il ne fera taire toutes les critiques que le jour où d'autres vestiges incontestables seront mis au jour. Aussi s'apprête-t-il à prendre la route pour fouiller tous les sites américains susceptibles d'avoir conservé les traces d'une activité humaine voilà plus de 100 000 ans.


Source : Le Point

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

09 - Ariège

Le 15 février

FABRIQUE TA FLÈCHE ET TON PROPULSEUR !
    
Au coin du feu, vous vous transformerez en chasseur préhistorique ! Vous fabriquerezune flèche et un propulseur en bois avec les moyens disponibles au néolithique… Le tout se terminera par un bon goûter de chez nous !
Le samedi 15 février 2020 de 14h à 17h30. Sur inscription. 8,50 €/adulte – 7 €/enfant.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 22 février

BALLADE EN RAQUETTE
À LA DÉCOUVERTE DES TRACES DANS LA NEIGE...

Venez découvrir la neige autrement. Vous apprendrez à lire la neige, à fabriquer un abri, à allumer un feu dans la neige ou interpréter des traces sur la neige...(Pique-nique tiré du sac).
Le samedi 22 février de 10h à 17h30. Sur inscription. 30 €/adulte & 25 €/enfant à partir de 12 ans. Location de raquettes : 5 €/personne.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


Du 15 décembre au 15 mars 2020

EXPOSITION
"FRONDAISONS"
La fabrique d’un maquis de l’Argoat

Le pôle de l'Étang-Neuf présente l'oeuvre de Sophie Zénon, "Frondaisons", la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat, une exposition de photographies et de vidéos.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


37 - Indre-et-Loire

Les 7 et 14 décembre

CHATEAU ROYAL D'AMBOISE
CONCERTS

Samedi 7 décembre 2019 : concert avec l’Ensemble Les Salanganes de Tours, à 15h30. Inclus dans le droit d’entrée.
Samedi 14 décembre 2019 : Concert de chants de Noël avec la Chorale La cantilène, à 16h. Inclus dans le droit d’entrée.

Château royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
www.chateau-amboise.com


Du 23 décembre au 5 janvier

CHATEAU ROYAL D'AMBOISE
"VISITE SPÉCIALE NOËL"

Tous les jours à 15h30, les petits visiteurs vont notamment pouvoir découvrir les traditions de Noël à travers les siècles dans le logis spécialement décoré (crèche napolitaine, sapins et exposition de jouets anciens.).
Visite commentée en français par un guide conférencier. Réservée aux enfants de 7 à 12 ans accompagnés de leur famille. Inclus dans le droit d’entrée au château. Durée : 1 heure.

Château royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
www.chateau-amboise.com


39 - Jura

Du 20 janvier au 2 avril

ATELIERS
"L’ŒIL ET LA MAIN"

Le Musée de la Lunette organise  une visite de l’exposition temporaire « Les lunettes en voient de toutes les couleurs ». Les enfants découvriront l’utilisation de la couleur en lunetterie, ses principes et surtout son design inspirant ! Ils participeront par la suite à un atelier artistique animé par l’une de nos artistes plasticiennes. Cet atelier est à destination des scolaires, de la maternelle au collège.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


De janvier à mars

SEJOURS SCOLAIRES
"LES 4 ÉLÉMENTS" et "L'AUVERGNE DES NEIGES"

Des tarifs imbattables sur les séjours scolaires pour les mois de janvier, février et mars 2020 ! Séjours à réserver rapidement.

.Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


78 - Yvelines

Du 11 au 24 décembre

ATELIERS CREATIFS
"HOLI'FARM'DAYS"

Les mercredis 11 et 18, et les lundi 23 et mardi 24 décembre, la Ferme de Grignon propose des ateliers créatifs, figurines de Noël pour les 3 à 8 ans. Durée de 1h à 1h30. Tarif : 5,50 € par enfant. 1 adulte accompagnateur gratuit. Réservation obligatoire.

Ferme de Grignon
Route de la Ferme
78850 Thiverval-Grignon
01 30 54 37 34
www.fermedegrignon.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités