Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?
Actualités

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?

Des animaux aperçus à l’extrême nord de l’Australie, dans l’Etat de Queensland, pourraient être des tigres de Tasmanie, nous apprend le Guardian. Des témoignages ont en tout cas poussé les scientifiques à se lancer à la recherche de cette espèce, censée avoir disparu il y a quatre-vingts ans.

Le dernier tigre de Tasmanie connu, ou thylacine, est mort dans un zoo de l’île de Tasmanie – au sud de l’Australie –, le Hobart Zoo, en 1936. L’espèce, largement répandue il y a plusieurs milliers d’années, était considérée comme éteinte depuis plus de 2 000 ans sur le continent australien. Elle survivait sur l’île de Tasmanie. Le dernier thylacine sauvage aurait été abattu en 1930 par un fermier. L’une des raisons de la disparition complète du tigre de Tasmanie est l’instauration de « primes d’abattage » à la fin du XIXe siècle, car l’animal menaçait les troupeaux de moutons.

Les scientifiques de l’université James Cook ont donc lancé des recherches, sur la base de ces témoignages, pour tenter de retrouver des spécimens de cette espèce considérée comme éteinte. Le professeur Bill Laurance dit avoir recueilli au moins deux témoignages concordants provenant de la péninsule du cap York, tout au nord du continent australien. Les témoins sont un employé d’un parc naturel et un campeur habitué des lieux. Ils auraient tous deux donné des descriptions détaillées et plausibles, laissant imaginer la présence de thylacines dans la région.

D’après les descriptions recueillies, les animaux observés la nuit, à la lampe de poche (dont un groupe de quatre approchés de près) n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques que d’autres espèces proches, comme les chiens sauvages et les dingos. La localisation exacte des animaux, aperçus dans deux endroits différents du cap York, ne sera pas révélée.

Le tigre de Tasmanie n’est pas « une créature mythique »

Une chercheuse de l’université James Cook, Sandra Abell, qui supervisera les recherches, a précisé que d’autres témoins s’étaient spontanément fait connaître après que la recherche a été rendue publique. Elle prévoit notamment l’installation d’une cinquantaine de caméras dans la région du cap York, pour tenter de repérer les précieux animaux. S’ils s’avéraient ne pas être des tigres de Tasmanie, cette observation ne serait pas du temps perdu pour autant : ne correspondant à aucune description connue, les animaux semblent de toute façon appartenir à une espèce rare et potentiellement en danger.

« Il y a peu de chances que nous trouvions des thylacines, précise-t-elle au Guardian. Mais nous collecterons certainement des données sur les prédateurs de la région, et cela reste bénéfique pour nos recherches en général. »

La découverte de tigres de Tasmanie, si elle est peu probable, n’est cependant pas « impossible », précise-t-elle. L’animal n’est pas « une créature mythique » et les témoignages concordent. Parvenir à fixer l’animal sur la caméra relèverait néanmoins du « coup de chance », selon cette spécialiste.

Les témoins ont peur de passer pour des fous

Selon le professeur Laurance, les deux témoins se sont par ailleurs montrés « très nerveux » en révélant leurs découvertes, « de peur de passer pour des fous ou pour des marginaux », a expliqué le scientifique. La communauté scientifique reste souvent sceptique face aux signalements de tigres de Tasmanie. Une communauté en ligne de 3 000 membres, The Thycaline Awareness Group (« groupe de vigilance pour le tigre de Tasmanie »), a d’ailleurs été créée pour recueillir des témoignages.

Interrogé en octobre 2016 par le Guardian, son fondateur rapportait que les témoins ayant aperçu l’animal avaient surtout besoin de « partager ce qu’ils ont vu sans que tout le monde se mette à rire ». Il regrettait alors d’être le sujet préféré de plaisanteries des scientifiques et prévenait : « Le jour où on en trouvera un, ils voudront tous devenir mes meilleurs amis. » La communauté des chercheurs amateurs d’espèces disparues est encouragée par la redécouverte d’une espèce de perroquet, présumée éteinte dans la région du Queensland il y a quatre ans, et observée tout récemment dans l’ouest de l’Australie.

Le tigre de Tasmanie fait l’objet de nombreux fantasmes et « fausses alertes » quant à des apparitions possibles. Le fondateur du Thylacine Awareness Group avance le chiffre de 5 000 signalements ces quatre-vingts dernières années (soit depuis que le dernier d’entre eux s’est éteint au Hobart Zoo). Déjà en 2013 une équipe de zoologistes avait affirmé qu’il n’y avait « aucun doute » sur la subsistance de l’espèce. Des recherches ont également été menées pour réaliser des clones de tigres de Tasmanie et, même si la technologie n’est pas au point pour l’instant, une séquence génétique a pu être isolée et insérée dans un embryon de souris, en 2008.


Source : Le Monde
Crédit : PR IMAGE

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ? Actualités

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?

Des animaux aperçus à l’extrême nord de l’Australie, dans l’Etat de Queensland, pourraient être des tigres de Tasmanie, nous apprend le Guardian. Des témoignages ont en tout cas poussé les scientifiques à se lancer à la recherche de cette espèce, censée avoir disparu il y a quatre-vingts ans.

Le dernier tigre de Tasmanie connu, ou thylacine, est mort dans un zoo de l’île de Tasmanie – au sud de l’Australie –, le Hobart Zoo, en 1936. L’espèce, largement répandue il y a plusieurs milliers d’années, était considérée comme éteinte depuis plus de 2 000 ans sur le continent australien. Elle survivait sur l’île de Tasmanie. Le dernier thylacine sauvage aurait été abattu en 1930 par un fermier. L’une des raisons de la disparition complète du tigre de Tasmanie est l’instauration de « primes d’abattage » à la fin du XIXe siècle, car l’animal menaçait les troupeaux de moutons.

Les scientifiques de l’université James Cook ont donc lancé des recherches, sur la base de ces témoignages, pour tenter de retrouver des spécimens de cette espèce considérée comme éteinte. Le professeur Bill Laurance dit avoir recueilli au moins deux témoignages concordants provenant de la péninsule du cap York, tout au nord du continent australien. Les témoins sont un employé d’un parc naturel et un campeur habitué des lieux. Ils auraient tous deux donné des descriptions détaillées et plausibles, laissant imaginer la présence de thylacines dans la région.

D’après les descriptions recueillies, les animaux observés la nuit, à la lampe de poche (dont un groupe de quatre approchés de près) n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques que d’autres espèces proches, comme les chiens sauvages et les dingos. La localisation exacte des animaux, aperçus dans deux endroits différents du cap York, ne sera pas révélée.

Le tigre de Tasmanie n’est pas « une créature mythique »

Une chercheuse de l’université James Cook, Sandra Abell, qui supervisera les recherches, a précisé que d’autres témoins s’étaient spontanément fait connaître après que la recherche a été rendue publique. Elle prévoit notamment l’installation d’une cinquantaine de caméras dans la région du cap York, pour tenter de repérer les précieux animaux. S’ils s’avéraient ne pas être des tigres de Tasmanie, cette observation ne serait pas du temps perdu pour autant : ne correspondant à aucune description connue, les animaux semblent de toute façon appartenir à une espèce rare et potentiellement en danger.

« Il y a peu de chances que nous trouvions des thylacines, précise-t-elle au Guardian. Mais nous collecterons certainement des données sur les prédateurs de la région, et cela reste bénéfique pour nos recherches en général. »

La découverte de tigres de Tasmanie, si elle est peu probable, n’est cependant pas « impossible », précise-t-elle. L’animal n’est pas « une créature mythique » et les témoignages concordent. Parvenir à fixer l’animal sur la caméra relèverait néanmoins du « coup de chance », selon cette spécialiste.

Les témoins ont peur de passer pour des fous

Selon le professeur Laurance, les deux témoins se sont par ailleurs montrés « très nerveux » en révélant leurs découvertes, « de peur de passer pour des fous ou pour des marginaux », a expliqué le scientifique. La communauté scientifique reste souvent sceptique face aux signalements de tigres de Tasmanie. Une communauté en ligne de 3 000 membres, The Thycaline Awareness Group (« groupe de vigilance pour le tigre de Tasmanie »), a d’ailleurs été créée pour recueillir des témoignages.

Interrogé en octobre 2016 par le Guardian, son fondateur rapportait que les témoins ayant aperçu l’animal avaient surtout besoin de « partager ce qu’ils ont vu sans que tout le monde se mette à rire ». Il regrettait alors d’être le sujet préféré de plaisanteries des scientifiques et prévenait : « Le jour où on en trouvera un, ils voudront tous devenir mes meilleurs amis. » La communauté des chercheurs amateurs d’espèces disparues est encouragée par la redécouverte d’une espèce de perroquet, présumée éteinte dans la région du Queensland il y a quatre ans, et observée tout récemment dans l’ouest de l’Australie.

Le tigre de Tasmanie fait l’objet de nombreux fantasmes et « fausses alertes » quant à des apparitions possibles. Le fondateur du Thylacine Awareness Group avance le chiffre de 5 000 signalements ces quatre-vingts dernières années (soit depuis que le dernier d’entre eux s’est éteint au Hobart Zoo). Déjà en 2013 une équipe de zoologistes avait affirmé qu’il n’y avait « aucun doute » sur la subsistance de l’espèce. Des recherches ont également été menées pour réaliser des clones de tigres de Tasmanie et, même si la technologie n’est pas au point pour l’instant, une séquence génétique a pu être isolée et insérée dans un embryon de souris, en 2008.


Source : Le Monde
Crédit : PR IMAGE

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités