Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?
Actualités

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?

Des animaux aperçus à l’extrême nord de l’Australie, dans l’Etat de Queensland, pourraient être des tigres de Tasmanie, nous apprend le Guardian. Des témoignages ont en tout cas poussé les scientifiques à se lancer à la recherche de cette espèce, censée avoir disparu il y a quatre-vingts ans.

Le dernier tigre de Tasmanie connu, ou thylacine, est mort dans un zoo de l’île de Tasmanie – au sud de l’Australie –, le Hobart Zoo, en 1936. L’espèce, largement répandue il y a plusieurs milliers d’années, était considérée comme éteinte depuis plus de 2 000 ans sur le continent australien. Elle survivait sur l’île de Tasmanie. Le dernier thylacine sauvage aurait été abattu en 1930 par un fermier. L’une des raisons de la disparition complète du tigre de Tasmanie est l’instauration de « primes d’abattage » à la fin du XIXe siècle, car l’animal menaçait les troupeaux de moutons.

Les scientifiques de l’université James Cook ont donc lancé des recherches, sur la base de ces témoignages, pour tenter de retrouver des spécimens de cette espèce considérée comme éteinte. Le professeur Bill Laurance dit avoir recueilli au moins deux témoignages concordants provenant de la péninsule du cap York, tout au nord du continent australien. Les témoins sont un employé d’un parc naturel et un campeur habitué des lieux. Ils auraient tous deux donné des descriptions détaillées et plausibles, laissant imaginer la présence de thylacines dans la région.

D’après les descriptions recueillies, les animaux observés la nuit, à la lampe de poche (dont un groupe de quatre approchés de près) n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques que d’autres espèces proches, comme les chiens sauvages et les dingos. La localisation exacte des animaux, aperçus dans deux endroits différents du cap York, ne sera pas révélée.

Le tigre de Tasmanie n’est pas « une créature mythique »

Une chercheuse de l’université James Cook, Sandra Abell, qui supervisera les recherches, a précisé que d’autres témoins s’étaient spontanément fait connaître après que la recherche a été rendue publique. Elle prévoit notamment l’installation d’une cinquantaine de caméras dans la région du cap York, pour tenter de repérer les précieux animaux. S’ils s’avéraient ne pas être des tigres de Tasmanie, cette observation ne serait pas du temps perdu pour autant : ne correspondant à aucune description connue, les animaux semblent de toute façon appartenir à une espèce rare et potentiellement en danger.

« Il y a peu de chances que nous trouvions des thylacines, précise-t-elle au Guardian. Mais nous collecterons certainement des données sur les prédateurs de la région, et cela reste bénéfique pour nos recherches en général. »

La découverte de tigres de Tasmanie, si elle est peu probable, n’est cependant pas « impossible », précise-t-elle. L’animal n’est pas « une créature mythique » et les témoignages concordent. Parvenir à fixer l’animal sur la caméra relèverait néanmoins du « coup de chance », selon cette spécialiste.

Les témoins ont peur de passer pour des fous

Selon le professeur Laurance, les deux témoins se sont par ailleurs montrés « très nerveux » en révélant leurs découvertes, « de peur de passer pour des fous ou pour des marginaux », a expliqué le scientifique. La communauté scientifique reste souvent sceptique face aux signalements de tigres de Tasmanie. Une communauté en ligne de 3 000 membres, The Thycaline Awareness Group (« groupe de vigilance pour le tigre de Tasmanie »), a d’ailleurs été créée pour recueillir des témoignages.

Interrogé en octobre 2016 par le Guardian, son fondateur rapportait que les témoins ayant aperçu l’animal avaient surtout besoin de « partager ce qu’ils ont vu sans que tout le monde se mette à rire ». Il regrettait alors d’être le sujet préféré de plaisanteries des scientifiques et prévenait : « Le jour où on en trouvera un, ils voudront tous devenir mes meilleurs amis. » La communauté des chercheurs amateurs d’espèces disparues est encouragée par la redécouverte d’une espèce de perroquet, présumée éteinte dans la région du Queensland il y a quatre ans, et observée tout récemment dans l’ouest de l’Australie.

Le tigre de Tasmanie fait l’objet de nombreux fantasmes et « fausses alertes » quant à des apparitions possibles. Le fondateur du Thylacine Awareness Group avance le chiffre de 5 000 signalements ces quatre-vingts dernières années (soit depuis que le dernier d’entre eux s’est éteint au Hobart Zoo). Déjà en 2013 une équipe de zoologistes avait affirmé qu’il n’y avait « aucun doute » sur la subsistance de l’espèce. Des recherches ont également été menées pour réaliser des clones de tigres de Tasmanie et, même si la technologie n’est pas au point pour l’instant, une séquence génétique a pu être isolée et insérée dans un embryon de souris, en 2008.


Source : Le Monde
Crédit : PR IMAGE

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ? Actualités

Le tigre de Tasmanie, officiellement disparu depuis 1936, est-il de retour ?

Des animaux aperçus à l’extrême nord de l’Australie, dans l’Etat de Queensland, pourraient être des tigres de Tasmanie, nous apprend le Guardian. Des témoignages ont en tout cas poussé les scientifiques à se lancer à la recherche de cette espèce, censée avoir disparu il y a quatre-vingts ans.

Le dernier tigre de Tasmanie connu, ou thylacine, est mort dans un zoo de l’île de Tasmanie – au sud de l’Australie –, le Hobart Zoo, en 1936. L’espèce, largement répandue il y a plusieurs milliers d’années, était considérée comme éteinte depuis plus de 2 000 ans sur le continent australien. Elle survivait sur l’île de Tasmanie. Le dernier thylacine sauvage aurait été abattu en 1930 par un fermier. L’une des raisons de la disparition complète du tigre de Tasmanie est l’instauration de « primes d’abattage » à la fin du XIXe siècle, car l’animal menaçait les troupeaux de moutons.

Les scientifiques de l’université James Cook ont donc lancé des recherches, sur la base de ces témoignages, pour tenter de retrouver des spécimens de cette espèce considérée comme éteinte. Le professeur Bill Laurance dit avoir recueilli au moins deux témoignages concordants provenant de la péninsule du cap York, tout au nord du continent australien. Les témoins sont un employé d’un parc naturel et un campeur habitué des lieux. Ils auraient tous deux donné des descriptions détaillées et plausibles, laissant imaginer la présence de thylacines dans la région.

D’après les descriptions recueillies, les animaux observés la nuit, à la lampe de poche (dont un groupe de quatre approchés de près) n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques que d’autres espèces proches, comme les chiens sauvages et les dingos. La localisation exacte des animaux, aperçus dans deux endroits différents du cap York, ne sera pas révélée.

Le tigre de Tasmanie n’est pas « une créature mythique »

Une chercheuse de l’université James Cook, Sandra Abell, qui supervisera les recherches, a précisé que d’autres témoins s’étaient spontanément fait connaître après que la recherche a été rendue publique. Elle prévoit notamment l’installation d’une cinquantaine de caméras dans la région du cap York, pour tenter de repérer les précieux animaux. S’ils s’avéraient ne pas être des tigres de Tasmanie, cette observation ne serait pas du temps perdu pour autant : ne correspondant à aucune description connue, les animaux semblent de toute façon appartenir à une espèce rare et potentiellement en danger.

« Il y a peu de chances que nous trouvions des thylacines, précise-t-elle au Guardian. Mais nous collecterons certainement des données sur les prédateurs de la région, et cela reste bénéfique pour nos recherches en général. »

La découverte de tigres de Tasmanie, si elle est peu probable, n’est cependant pas « impossible », précise-t-elle. L’animal n’est pas « une créature mythique » et les témoignages concordent. Parvenir à fixer l’animal sur la caméra relèverait néanmoins du « coup de chance », selon cette spécialiste.

Les témoins ont peur de passer pour des fous

Selon le professeur Laurance, les deux témoins se sont par ailleurs montrés « très nerveux » en révélant leurs découvertes, « de peur de passer pour des fous ou pour des marginaux », a expliqué le scientifique. La communauté scientifique reste souvent sceptique face aux signalements de tigres de Tasmanie. Une communauté en ligne de 3 000 membres, The Thycaline Awareness Group (« groupe de vigilance pour le tigre de Tasmanie »), a d’ailleurs été créée pour recueillir des témoignages.

Interrogé en octobre 2016 par le Guardian, son fondateur rapportait que les témoins ayant aperçu l’animal avaient surtout besoin de « partager ce qu’ils ont vu sans que tout le monde se mette à rire ». Il regrettait alors d’être le sujet préféré de plaisanteries des scientifiques et prévenait : « Le jour où on en trouvera un, ils voudront tous devenir mes meilleurs amis. » La communauté des chercheurs amateurs d’espèces disparues est encouragée par la redécouverte d’une espèce de perroquet, présumée éteinte dans la région du Queensland il y a quatre ans, et observée tout récemment dans l’ouest de l’Australie.

Le tigre de Tasmanie fait l’objet de nombreux fantasmes et « fausses alertes » quant à des apparitions possibles. Le fondateur du Thylacine Awareness Group avance le chiffre de 5 000 signalements ces quatre-vingts dernières années (soit depuis que le dernier d’entre eux s’est éteint au Hobart Zoo). Déjà en 2013 une équipe de zoologistes avait affirmé qu’il n’y avait « aucun doute » sur la subsistance de l’espèce. Des recherches ont également été menées pour réaliser des clones de tigres de Tasmanie et, même si la technologie n’est pas au point pour l’instant, une séquence génétique a pu être isolée et insérée dans un embryon de souris, en 2008.


Source : Le Monde
Crédit : PR IMAGE

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

09 - Ariège

Le 15 février

FABRIQUE TA FLÈCHE ET TON PROPULSEUR !
    
Au coin du feu, vous vous transformerez en chasseur préhistorique ! Vous fabriquerezune flèche et un propulseur en bois avec les moyens disponibles au néolithique… Le tout se terminera par un bon goûter de chez nous !
Le samedi 15 février 2020 de 14h à 17h30. Sur inscription. 8,50 €/adulte – 7 €/enfant.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 22 février

BALLADE EN RAQUETTE
À LA DÉCOUVERTE DES TRACES DANS LA NEIGE...

Venez découvrir la neige autrement. Vous apprendrez à lire la neige, à fabriquer un abri, à allumer un feu dans la neige ou interpréter des traces sur la neige...(Pique-nique tiré du sac).
Le samedi 22 février de 10h à 17h30. Sur inscription. 30 €/adulte & 25 €/enfant à partir de 12 ans. Location de raquettes : 5 €/personne.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


Du 15 décembre au 15 mars 2020

EXPOSITION
"FRONDAISONS"
La fabrique d’un maquis de l’Argoat

Le pôle de l'Étang-Neuf présente l'oeuvre de Sophie Zénon, "Frondaisons", la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat, une exposition de photographies et de vidéos.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


37 - Indre-et-Loire

Les 7 et 14 décembre

CHATEAU ROYAL D'AMBOISE
CONCERTS

Samedi 7 décembre 2019 : concert avec l’Ensemble Les Salanganes de Tours, à 15h30. Inclus dans le droit d’entrée.
Samedi 14 décembre 2019 : Concert de chants de Noël avec la Chorale La cantilène, à 16h. Inclus dans le droit d’entrée.

Château royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
www.chateau-amboise.com


Du 23 décembre au 5 janvier

CHATEAU ROYAL D'AMBOISE
"VISITE SPÉCIALE NOËL"

Tous les jours à 15h30, les petits visiteurs vont notamment pouvoir découvrir les traditions de Noël à travers les siècles dans le logis spécialement décoré (crèche napolitaine, sapins et exposition de jouets anciens.).
Visite commentée en français par un guide conférencier. Réservée aux enfants de 7 à 12 ans accompagnés de leur famille. Inclus dans le droit d’entrée au château. Durée : 1 heure.

Château royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
www.chateau-amboise.com


39 - Jura

Du 20 janvier au 2 avril

ATELIERS
"L’ŒIL ET LA MAIN"

Le Musée de la Lunette organise  une visite de l’exposition temporaire « Les lunettes en voient de toutes les couleurs ». Les enfants découvriront l’utilisation de la couleur en lunetterie, ses principes et surtout son design inspirant ! Ils participeront par la suite à un atelier artistique animé par l’une de nos artistes plasticiennes. Cet atelier est à destination des scolaires, de la maternelle au collège.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


De janvier à mars

SEJOURS SCOLAIRES
"LES 4 ÉLÉMENTS" et "L'AUVERGNE DES NEIGES"

Des tarifs imbattables sur les séjours scolaires pour les mois de janvier, février et mars 2020 ! Séjours à réserver rapidement.

.Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


78 - Yvelines

Du 11 au 24 décembre

ATELIERS CREATIFS
"HOLI'FARM'DAYS"

Les mercredis 11 et 18, et les lundi 23 et mardi 24 décembre, la Ferme de Grignon propose des ateliers créatifs, figurines de Noël pour les 3 à 8 ans. Durée de 1h à 1h30. Tarif : 5,50 € par enfant. 1 adulte accompagnateur gratuit. Réservation obligatoire.

Ferme de Grignon
Route de la Ferme
78850 Thiverval-Grignon
01 30 54 37 34
www.fermedegrignon.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités