Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le quinoa, une culture ancestrale qui s'adapte au climat
Actualités

Le quinoa, une culture ancestrale qui s'adapte au climat

Petite graine originaire des Andes, le quinoa s’est installé dans nos assiettes il y a une dizaine d'années. Mais pour les peuples de l’Altiplano, la « mère de tous les grains », comme elle est surnommée, constitue une base de l'alimentation depuis des millénaires. Or sa production et son rôle dans les sociétés pré-hispaniques restaient mal connus... Les travaux d'une équipe franco-argentine réunissant l’IRD, le CNRS et le CONICET (l'équivalent du CNRS en Argentine) apportent un éclairage inattendu sur cette culture ancestrale, dans un article paru dans la revue Science Advances du 20 décembre.
Un climat défavorable, et pourtant...

Ce qui éveille tout d’abord la curiosité des chercheurs, c'est la découverte de graines de quinoa vieilles de plus de 600 ans dans des silos de la région du Salar d’Uyuni, sur les hauts plateaux, dans le sud-ouest de la Bolivie (entre 3700 et 4200 mètres d’altitude). À cela s'ajoute l’identification de plus de 4500 greniers destinés à la conservation du quinoa dans 48 villages archéologiques datant de la période pré-hispanique, du XIIIe au XVe siècles. Un chiffre très élevé qui « témoigne de la capacité des sociétés pré-hispaniques à générer d’importants excédents agricoles », analyse Thierry Winkel, agro-écologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il s'agit d'un constat plutôt étonnant dans ces contrées désertiques de haute montagne, peu propices à l’agriculture. D’autant plus que le climat, à l'époque, très sec, se refroidit fortement.

Comment expliquer, donc, cet essor de la culture du quinoa ? Les populations semblent précisément avoir réagi à la dégradation climatique en intensifiant leur production de quinoa, comme le montrent les vestiges de parcelles cultivées retrouvées par l’équipe sur des milliers d’hectares. Cela témoigne des capacités d’adaptation de ces peuples anciens organisés en petites communautés non hiérarchisées et transparaît également dans les pratiques culturales, sans irrigation.

es murets de pierre subsistants, qui délimitent les terrasses, freinaient l’érosion du sol et permettaient à l’eau de s’y infiltrer. La pratique de jachères deux fois par an permettait aussi la constitution de réserves d’eau indispensables à la culture.
Savoirs ancestraux et mécanisation

« C’est une connaissance fine du milieu et des techniques durables qui a permis d’accroître les récoltes et donc de les stocker pour les années difficiles, ou d’échanger ces surplus avec les habitants des régions voisines, précise Thierry Winkel. En échange de sel et de quinoa, ces populations ont pu se procurer du maïs, de la coca, du bois, mais aussi des plumes d’oiseaux tropicaux. »

Ces pratiques sont encore utilisées dans les Andes, mêlées aux techniques modernes, comme le recours aux tracteurs pour étendre les cultures ou aux machines pour trier et mettre en sac les graines. « Cet exemple d’adaptation aux changements climatiques passés montre que les populations locales ont les moyens de faire face au réchauffement à venir », souligne avec optimisme le chercheur. Par ailleurs, les conclusions de l’étude corroborent les recherches récentes sur les Mayas d’Amérique centrale et les Pueblos des États-Unis.


Source : Universcience
Crédit : L'Avion jaune

Ces vestiges d'un village bolivien préhispanique vus d'avion montrent une société structurée en communautés familiales vivant autour de patios et de greniers. Une société peu hierarchisée et sans système de défense.

Le quinoa, une culture ancestrale qui s'adapte au climat Actualités

Le quinoa, une culture ancestrale qui s'adapte au climat

Petite graine originaire des Andes, le quinoa s’est installé dans nos assiettes il y a une dizaine d'années. Mais pour les peuples de l’Altiplano, la « mère de tous les grains », comme elle est surnommée, constitue une base de l'alimentation depuis des millénaires. Or sa production et son rôle dans les sociétés pré-hispaniques restaient mal connus... Les travaux d'une équipe franco-argentine réunissant l’IRD, le CNRS et le CONICET (l'équivalent du CNRS en Argentine) apportent un éclairage inattendu sur cette culture ancestrale, dans un article paru dans la revue Science Advances du 20 décembre.
Un climat défavorable, et pourtant...

Ce qui éveille tout d’abord la curiosité des chercheurs, c'est la découverte de graines de quinoa vieilles de plus de 600 ans dans des silos de la région du Salar d’Uyuni, sur les hauts plateaux, dans le sud-ouest de la Bolivie (entre 3700 et 4200 mètres d’altitude). À cela s'ajoute l’identification de plus de 4500 greniers destinés à la conservation du quinoa dans 48 villages archéologiques datant de la période pré-hispanique, du XIIIe au XVe siècles. Un chiffre très élevé qui « témoigne de la capacité des sociétés pré-hispaniques à générer d’importants excédents agricoles », analyse Thierry Winkel, agro-écologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il s'agit d'un constat plutôt étonnant dans ces contrées désertiques de haute montagne, peu propices à l’agriculture. D’autant plus que le climat, à l'époque, très sec, se refroidit fortement.

Comment expliquer, donc, cet essor de la culture du quinoa ? Les populations semblent précisément avoir réagi à la dégradation climatique en intensifiant leur production de quinoa, comme le montrent les vestiges de parcelles cultivées retrouvées par l’équipe sur des milliers d’hectares. Cela témoigne des capacités d’adaptation de ces peuples anciens organisés en petites communautés non hiérarchisées et transparaît également dans les pratiques culturales, sans irrigation.

es murets de pierre subsistants, qui délimitent les terrasses, freinaient l’érosion du sol et permettaient à l’eau de s’y infiltrer. La pratique de jachères deux fois par an permettait aussi la constitution de réserves d’eau indispensables à la culture.
Savoirs ancestraux et mécanisation

« C’est une connaissance fine du milieu et des techniques durables qui a permis d’accroître les récoltes et donc de les stocker pour les années difficiles, ou d’échanger ces surplus avec les habitants des régions voisines, précise Thierry Winkel. En échange de sel et de quinoa, ces populations ont pu se procurer du maïs, de la coca, du bois, mais aussi des plumes d’oiseaux tropicaux. »

Ces pratiques sont encore utilisées dans les Andes, mêlées aux techniques modernes, comme le recours aux tracteurs pour étendre les cultures ou aux machines pour trier et mettre en sac les graines. « Cet exemple d’adaptation aux changements climatiques passés montre que les populations locales ont les moyens de faire face au réchauffement à venir », souligne avec optimisme le chercheur. Par ailleurs, les conclusions de l’étude corroborent les recherches récentes sur les Mayas d’Amérique centrale et les Pueblos des États-Unis.


Source : Universcience
Crédit : L'Avion jaune

Ces vestiges d'un village bolivien préhispanique vus d'avion montrent une société structurée en communautés familiales vivant autour de patios et de greniers. Une société peu hierarchisée et sans système de défense.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités