Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

L'astéroïde qui a tué les dinosaures a provoqué une chute de température de 26°C
Actualités

L'astéroïde qui a tué les dinosaures a provoqué une chute de température de 26°C

L'astéroïde qui a frappé la Terre il y a 66 millions d'années a projeté des milliards de tonnes de poussières et de soufre dans l'atmosphère. Une "couche" de particules qui a renvoyé les rayons du Soleil dans l'espace, faisant durablement chuter les températures de -26 à -34°C.

Il y a 66 millions d'années, la quasi-totalité des dinosaures -ainsi que la plupart des espèces végétales et animales- disparaissaient de la surface de la Terre. La faute, selon l'hypothèse la plus largement admise par les scientifiques, à un gigantesque astéroïde qui a percuté la péninsule du Yucatan, au Mexique.

L'impact de la météorite d'une dizaine de kilomètres de diamètre est cataclysmique. L'énergie dégagée est plusieurs milliards de fois supérieure à celle de la bombe atomique larguée sur Hiroshima. Des milliards de tonnes de poussières sont projetées dans l'atmosphère, obscurcissant le ciel pendant des années et empêchant les rayons du Soleil d'atteindre la surface du globe. C'est ce phénomène qui aura provoqué in fine la disparition de nombreuses espèces vivantes.

Tout ceci n'est pas neuf. Une étude publiée dans Science en 1980 expliquait déjà que le manque de Soleil avait provoqué une réaction en chaîne: disparition des plantes, des herbivores et donc des carnivores. Mais jusqu'ici, la plupart des études se focalisaient sur l'effet des poussières uniquement, sans l'associer à des modèles climatiques. Or les poussières n'auraient pas pu, à elles seules, provoquer le changement constaté par les relevés scientifiques.

C'est pour résoudre ce problème que des chercheurs allemands ont tenté, pour la première fois, d'associer l'impact de la météorite à un modèle de simulation du climat. Leur étude, publiée dans les Geophysical Research Letters et repérée par Le Monde, décrit particulièrement les différents "aérosols" propulsés dans l'atmosphère à l'occasion de cette mauvaise rencontre orbitale. Elle apporte un éclairage nouveau sur ses effets à long terme.

Les chercheurs expliquent qu'en plus des poussières catapultées dans l'atmosphère, 100 gigatonnes de soufre ont provoqué une sorte de "bouclier réflecteur" durable. Cela a empêché, dans un premier temps, plus de 98 % des rayons du Soleil d'atteindre le sol.

-8 à -15°C pendant 3 à 16 ans

Résultat: une chute impressionnante de la température moyenne à la surface de la Terre. À l'époque, elle était de 18,9°C -elle est de 14,84°C aujourd'hui-, rappellent les scientifiques allemands du Potsdam Institute for Climate Impact Research, à l'origine de l'étude. Après l'impact, le mercure a chuté "d'au moins 26°C" voire jusqu'à "34°C" -passant de 18,9°C à -7 voire -15°C- et ce "pendant 3 à 16 ans", selon les différents scénarios établis par les chercheurs.  

Dans le scénario le plus "doux", la surface -blanche et réfléchissante- de la banquise est tout de même multipliée par six, augmentant au passage sa capacité de réfléchir les rayons solaires vers l'espace. Bref, même dans le meilleur des cas, un cercle vicieux s'est mis en place, contribuant à la congélation la planète pendant plusieurs années, et "une période de récupération totale de plus de 30 ans", précise l'étude.

La faune et la flore, sur Terre et dans les océans, impactée

Quoi qu'il en soit, cet hiver façon Game of Thronesa fait mourir de faim et de froid les dinosaures non-aviens -quelques petits mammifères et oiseaux, ainsi que les dinosaures aviens, ont survécu. Mais il a aussi probablement bouleversé l'ensemble de l'écosystème des océans.

"Le refroidissement de la surface a provoqué un vif mélange des océans, ce qui pourrait avoir engendré un boom de la population de planctons", indique l'étude. Les eaux de surfaces, refroidies, auraient plongé au fond de l'océan, faisant remonter les couches plus profondes... Chargées de nutriments. Une aubaine pour les planctons. Ils auraient consommé l'oxygène sous-marin, éméttant des toxines néfastes au reste de l'écosystème aquatique.

Que faut-il en conclure? Que le refroidissement de la surface de la planète a sans doute eu des conséquences dramatiques sur terre et dans les océans. Et que toute modification du climat, que ce soit un refroidissement ou un réchauffement, impacte globalement l'ensemble de la planète.


Source : L'Express
Crédit : NASA/JPL-Caltech

Les dinosaures sont mort à la fois de faim et de froid. Fossile d'un dinosaure rapatrié de l'étranger, dans un musée à Ulan Bator, en Mongolie, le 2 juillet 2016.

L'astéroïde qui a tué les dinosaures a provoqué une chute de température de 26°C Actualités

L'astéroïde qui a tué les dinosaures a provoqué une chute de température de 26°C

L'astéroïde qui a frappé la Terre il y a 66 millions d'années a projeté des milliards de tonnes de poussières et de soufre dans l'atmosphère. Une "couche" de particules qui a renvoyé les rayons du Soleil dans l'espace, faisant durablement chuter les températures de -26 à -34°C.

Il y a 66 millions d'années, la quasi-totalité des dinosaures -ainsi que la plupart des espèces végétales et animales- disparaissaient de la surface de la Terre. La faute, selon l'hypothèse la plus largement admise par les scientifiques, à un gigantesque astéroïde qui a percuté la péninsule du Yucatan, au Mexique.

L'impact de la météorite d'une dizaine de kilomètres de diamètre est cataclysmique. L'énergie dégagée est plusieurs milliards de fois supérieure à celle de la bombe atomique larguée sur Hiroshima. Des milliards de tonnes de poussières sont projetées dans l'atmosphère, obscurcissant le ciel pendant des années et empêchant les rayons du Soleil d'atteindre la surface du globe. C'est ce phénomène qui aura provoqué in fine la disparition de nombreuses espèces vivantes.

Tout ceci n'est pas neuf. Une étude publiée dans Science en 1980 expliquait déjà que le manque de Soleil avait provoqué une réaction en chaîne: disparition des plantes, des herbivores et donc des carnivores. Mais jusqu'ici, la plupart des études se focalisaient sur l'effet des poussières uniquement, sans l'associer à des modèles climatiques. Or les poussières n'auraient pas pu, à elles seules, provoquer le changement constaté par les relevés scientifiques.

C'est pour résoudre ce problème que des chercheurs allemands ont tenté, pour la première fois, d'associer l'impact de la météorite à un modèle de simulation du climat. Leur étude, publiée dans les Geophysical Research Letters et repérée par Le Monde, décrit particulièrement les différents "aérosols" propulsés dans l'atmosphère à l'occasion de cette mauvaise rencontre orbitale. Elle apporte un éclairage nouveau sur ses effets à long terme.

Les chercheurs expliquent qu'en plus des poussières catapultées dans l'atmosphère, 100 gigatonnes de soufre ont provoqué une sorte de "bouclier réflecteur" durable. Cela a empêché, dans un premier temps, plus de 98 % des rayons du Soleil d'atteindre le sol.

-8 à -15°C pendant 3 à 16 ans

Résultat: une chute impressionnante de la température moyenne à la surface de la Terre. À l'époque, elle était de 18,9°C -elle est de 14,84°C aujourd'hui-, rappellent les scientifiques allemands du Potsdam Institute for Climate Impact Research, à l'origine de l'étude. Après l'impact, le mercure a chuté "d'au moins 26°C" voire jusqu'à "34°C" -passant de 18,9°C à -7 voire -15°C- et ce "pendant 3 à 16 ans", selon les différents scénarios établis par les chercheurs.  

Dans le scénario le plus "doux", la surface -blanche et réfléchissante- de la banquise est tout de même multipliée par six, augmentant au passage sa capacité de réfléchir les rayons solaires vers l'espace. Bref, même dans le meilleur des cas, un cercle vicieux s'est mis en place, contribuant à la congélation la planète pendant plusieurs années, et "une période de récupération totale de plus de 30 ans", précise l'étude.

La faune et la flore, sur Terre et dans les océans, impactée

Quoi qu'il en soit, cet hiver façon Game of Thronesa fait mourir de faim et de froid les dinosaures non-aviens -quelques petits mammifères et oiseaux, ainsi que les dinosaures aviens, ont survécu. Mais il a aussi probablement bouleversé l'ensemble de l'écosystème des océans.

"Le refroidissement de la surface a provoqué un vif mélange des océans, ce qui pourrait avoir engendré un boom de la population de planctons", indique l'étude. Les eaux de surfaces, refroidies, auraient plongé au fond de l'océan, faisant remonter les couches plus profondes... Chargées de nutriments. Une aubaine pour les planctons. Ils auraient consommé l'oxygène sous-marin, éméttant des toxines néfastes au reste de l'écosystème aquatique.

Que faut-il en conclure? Que le refroidissement de la surface de la planète a sans doute eu des conséquences dramatiques sur terre et dans les océans. Et que toute modification du climat, que ce soit un refroidissement ou un réchauffement, impacte globalement l'ensemble de la planète.


Source : L'Express
Crédit : NASA/JPL-Caltech

Les dinosaures sont mort à la fois de faim et de froid. Fossile d'un dinosaure rapatrié de l'étranger, dans un musée à Ulan Bator, en Mongolie, le 2 juillet 2016.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités