Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

La plus ancienne et plus importante structure du monde maya révélée par le Lidar
Actualités

La plus ancienne et plus importante structure du monde maya révélée par le Lidar

Plus étendu que le complexe pyramidal de La Danta (400 av.J.C - 200 ap. J.C), aménagé dans une colline naturelle du site d'El Mirador (Guatemala) ; antérieur à Seibal (950 av.J.C), considéré jusqu'alors comme le plus ancien centre cérémoniel maya…  Aguada Fénix bat tous les records ! Ce site, détecté dans l'Etat mexicain du Tabasco, au sud-ouest de la péninsule du Yucatan, apparait désormais comme la plus vaste et plus vieille structure jamais observée pour cette antique civilisation à en croire l'étude publiée le 3 juin 2020 dans la revue Nature : une plate-forme artificielle orientée nord-sud de 1400m de long, sur 400m de large et une quinzaine de mètres de hauteur, d'où rayonneraient neuf grandes chaussées.

Cette découverte, concomitante à celle de 21 autres sites de moindre importance, fait suite à des relevés Lidar (Light Detection and Ranging). Cette méthode de télédétection aéroportée utilise des impulsions laser couplées à un GPS de haute précision pour détecter des structures au sol, y compris celles se trouvant sous la canopée. Révolutionnaire, elle permet de générer des cartes numériques 3D et son utilisation, ces dernières années a bouleversé l'étude du monde maya en révélant d'innombrables sites totalement inconnus. C'est ce qui s'est passé pour Takeshi Inomata, archéologue de l'Université de Tucson (Arizona) avec la découverte de cette gigantesque structure jusque-là indétectable au sol.

Le plus ancien complexe cérémoniel maya

Aguada Fénix aurait ainsi été érigée vers 1000 avant notre ère, période que les "mayanistes" - spécialistes du monde maya - qualifient de "préclassique moyen" (1000-350 av.J.C). Soit avant la période d'apogée de cette civilisation dite "classique" (entre 250 et 900). Plus encore que les célèbres sites à pyramides construits en pierre et se dressant à la verticale - comme Tikal (Guatemala) ou Palenque (Mexique) 1500 ans plus tard - "la structure en terre et argile d'Aguada Fénix constitue une plate-forme qui a nécessité une importante mobilisation communautaire pour amasser des millions de mètres cubes de terre et d'argile (entre 3,2m3 et 4,3m3)", explique Takeshi Inomata, l'auteur principal de l'étude.

Les spécialistes ont vu dans cette horizontalité architecturale une possible influence olmèque, du nom de cette première grande culture qui régna sur le golfe du Mexique du 13e au 4e siècle avant notre ère. Des plates-formes similaires ont en effet été exhumées par le passé sur le site de Sao Lorenzo (1400-1150 av.J.C) dans l’Etat voisin du Veracruz, à 400 km à l’ouest. Aguada Fénix aurait ainsi pu émerger après le déclin de cette première capitale olmèque, avant l’apparition de son autre grand centre situé à La Venta. Une analyse que ne partage pas l’archéologue américaine Ann Cyphers, de l’Institut de recherche anthropologique de l’Université nationale autonome de Mexico (Unam), référence pour la société olmèque. "D’un point de vue architectural, les deux sites d’Aguada Fénix et San Lorenzo me semblent très distincts, affirme-t-elle, jointe par Sciences et Avenir. A l’heure actuelle, Aguada Fénix me parait posséder plus d’affinités avec des sites des basses terres mayas ou du centre du Chiapas, plutôt qu’avec le San Lorenzo olmèque".

Une structure monumentale qui a livré peu de vestiges

Pour l’heure, les fouilles archéologiques n’ont livré aucune grande sculpture, contrairement à celles, colossales, qui avaient été extraites de San Lorenzo. Seule une petite statuette, représentant vraisemblablement un cochon pécari, a été retrouvée ainsi qu’une série de poteries et de haches en jadéites et en obsidienne, une roche volcanique très prisée des Mayas.

"Ce site cérémoniel était-il destiné à des rituels de masse ? Des foules auraient-elles pu s’y rassembler lors d’immenses processions", s’interrogent les chercheurs de l’Université d’Arizona. Peut-être lors d’évènements calendaires ? Des spéculations étayées par la présence au centre de la plate-forme d’un bâtiment connu dans l’univers maya sous le nom énigmatique de "Groupe E". Un type de structure unique, propre à cette civilisation, lié au calendrier solaire et à des préoccupations cérémonielles.  Quoi qu’il en soit, la gigantesque plate-forme semble avoir fonctionné à peine 200 ans avant d’être abandonnée en même temps que plusieurs sites voisins vers 800-750 av.J.C.


Source : Bernadette Arnaud  / Sciences et Avenir
Crédit : Takeshi Inomata / Université d'Arizona /Nature

Image Lidar du site d'Aguada Fénix récemment découvert dans l'Etat du Tabasco, au Mexique.

La plus ancienne et plus importante structure du monde maya révélée par le Lidar Actualités

La plus ancienne et plus importante structure du monde maya révélée par le Lidar

Plus étendu que le complexe pyramidal de La Danta (400 av.J.C - 200 ap. J.C), aménagé dans une colline naturelle du site d'El Mirador (Guatemala) ; antérieur à Seibal (950 av.J.C), considéré jusqu'alors comme le plus ancien centre cérémoniel maya…  Aguada Fénix bat tous les records ! Ce site, détecté dans l'Etat mexicain du Tabasco, au sud-ouest de la péninsule du Yucatan, apparait désormais comme la plus vaste et plus vieille structure jamais observée pour cette antique civilisation à en croire l'étude publiée le 3 juin 2020 dans la revue Nature : une plate-forme artificielle orientée nord-sud de 1400m de long, sur 400m de large et une quinzaine de mètres de hauteur, d'où rayonneraient neuf grandes chaussées.

Cette découverte, concomitante à celle de 21 autres sites de moindre importance, fait suite à des relevés Lidar (Light Detection and Ranging). Cette méthode de télédétection aéroportée utilise des impulsions laser couplées à un GPS de haute précision pour détecter des structures au sol, y compris celles se trouvant sous la canopée. Révolutionnaire, elle permet de générer des cartes numériques 3D et son utilisation, ces dernières années a bouleversé l'étude du monde maya en révélant d'innombrables sites totalement inconnus. C'est ce qui s'est passé pour Takeshi Inomata, archéologue de l'Université de Tucson (Arizona) avec la découverte de cette gigantesque structure jusque-là indétectable au sol.

Le plus ancien complexe cérémoniel maya

Aguada Fénix aurait ainsi été érigée vers 1000 avant notre ère, période que les "mayanistes" - spécialistes du monde maya - qualifient de "préclassique moyen" (1000-350 av.J.C). Soit avant la période d'apogée de cette civilisation dite "classique" (entre 250 et 900). Plus encore que les célèbres sites à pyramides construits en pierre et se dressant à la verticale - comme Tikal (Guatemala) ou Palenque (Mexique) 1500 ans plus tard - "la structure en terre et argile d'Aguada Fénix constitue une plate-forme qui a nécessité une importante mobilisation communautaire pour amasser des millions de mètres cubes de terre et d'argile (entre 3,2m3 et 4,3m3)", explique Takeshi Inomata, l'auteur principal de l'étude.

Les spécialistes ont vu dans cette horizontalité architecturale une possible influence olmèque, du nom de cette première grande culture qui régna sur le golfe du Mexique du 13e au 4e siècle avant notre ère. Des plates-formes similaires ont en effet été exhumées par le passé sur le site de Sao Lorenzo (1400-1150 av.J.C) dans l’Etat voisin du Veracruz, à 400 km à l’ouest. Aguada Fénix aurait ainsi pu émerger après le déclin de cette première capitale olmèque, avant l’apparition de son autre grand centre situé à La Venta. Une analyse que ne partage pas l’archéologue américaine Ann Cyphers, de l’Institut de recherche anthropologique de l’Université nationale autonome de Mexico (Unam), référence pour la société olmèque. "D’un point de vue architectural, les deux sites d’Aguada Fénix et San Lorenzo me semblent très distincts, affirme-t-elle, jointe par Sciences et Avenir. A l’heure actuelle, Aguada Fénix me parait posséder plus d’affinités avec des sites des basses terres mayas ou du centre du Chiapas, plutôt qu’avec le San Lorenzo olmèque".

Une structure monumentale qui a livré peu de vestiges

Pour l’heure, les fouilles archéologiques n’ont livré aucune grande sculpture, contrairement à celles, colossales, qui avaient été extraites de San Lorenzo. Seule une petite statuette, représentant vraisemblablement un cochon pécari, a été retrouvée ainsi qu’une série de poteries et de haches en jadéites et en obsidienne, une roche volcanique très prisée des Mayas.

"Ce site cérémoniel était-il destiné à des rituels de masse ? Des foules auraient-elles pu s’y rassembler lors d’immenses processions", s’interrogent les chercheurs de l’Université d’Arizona. Peut-être lors d’évènements calendaires ? Des spéculations étayées par la présence au centre de la plate-forme d’un bâtiment connu dans l’univers maya sous le nom énigmatique de "Groupe E". Un type de structure unique, propre à cette civilisation, lié au calendrier solaire et à des préoccupations cérémonielles.  Quoi qu’il en soit, la gigantesque plate-forme semble avoir fonctionné à peine 200 ans avant d’être abandonnée en même temps que plusieurs sites voisins vers 800-750 av.J.C.


Source : Bernadette Arnaud  / Sciences et Avenir
Crédit : Takeshi Inomata / Université d'Arizona /Nature

Image Lidar du site d'Aguada Fénix récemment découvert dans l'Etat du Tabasco, au Mexique.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités