Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des milliards de virus et de bactéries pleuvent sur Terre chaque année
Actualités

Des milliards de virus et de bactéries pleuvent sur Terre chaque année

Il y a des virus et des bactéries dans le sol, dans l'eau, mais aussi très haut dans l'atmosphère. Chaque jour, des centaines de millions de ces microbes tombent sur Terre, selon une étude publiée dans la revue scientifique International Society for Microbial Ecology Journal. Et certains survivent suffisamment longtemps pour parcourir de grandes distances, ce qui pourrait expliquer comment des virus et des bactéries quasiment identiques apparaissent presque au même moment à des endroits du globe très éloignés.

On savait déjà qu'il "pleuvait" des virus. De précédentes recherches menées par le Service des forêts des États-Unis, une agence du département de l'Agriculture, avaient déjà établi que plus d'un billion [un million de million] de virus par mètre carré de pluie tombaient chaque année sur Terre. Mais ce nombre était jusqu'ici largement sous-estimé, comme le démontre cette dernière étude, souligne Science Alert.

"800 millions par mètre carré"

"Plus de 800 millions de virus par mètre carré se déposent juste au-dessus de la couche limite atmosphérique [partie de l'atmosphère en contact avec le sol]", explique l'un des auteurs de l'étude, Curtis Suttle, virologue à l'Université de la Colombie-Britannique. Soit environ 25 virus par personne rien qu'au Canada."

"Il y a 20 ans environ, nous avons commencé à trouver un peu partout dans le monde des virus génétiquement très similaires mais se trouvant pourtant dans des environnements très différents, poursuit le chercheur. L'importance du nombre de virus survivant suffisamment longtemps dans l'air explique probablement ce phénomène. Il est tout à fait concevable qu'un virus s'envole d'un continent pour atterrir sur un autre."

Des collecteurs installés dans les montagnes espagnoles

Ce phénomène qualifié "d'aérosolisation des virus", leur propagation dans l'atmosphère, est encore incompris. Mais selon certaines études scientifiques, il est possible qu'ils y soient entraînés par des poussières ou par les embruns, ces fines gouttelettes d'eau de mer projetées dans l'air depuis une surface agitée. Ce qui est le cas pour les bactéries. C'est la piste que Curtis Suttle et ses collègues ont étudié.  

Pour le savoir, les chercheurs ont installé deux collecteurs entre 2 500 et 3 000 kilomètres d'altitude, juste au-dessus de la couche limite atmosphérique, dans la Sierra Nevada, en Espagne. L'intérêt de cette chaîne de montagnes est d'être particulièrement exposée à ce que les chercheurs appellent "la ceinture de poussière", soit les mouvements de poussière dans l'atmosphère, notamment en provenance du Sahara, mais aux brumes de la mer et de l'océan.

Les chercheurs ont découvert que des millions de bactéries et des milliards de virus par mètre carré étaient déposés chaque jour. Selon leurs calculs, les "taux de dépôts" des virus étaient 9 à 461 fois supérieur à ceux des bactéries. Ils précisent aussi que "les taux les plus élevés de dépôts de virus" étaient liés au transports atmosphérique en provenance des sources maritimes."
Pas de panique

Evidemment, il n'y aucune raison de s'inquiéter outre mesure. Les virus "pleuvaient" déjà sur Terre avant la découverte des chercheurs, et l'humanité a jusqu'ici survécu. Au contraire, cette pluie a probablement des conséquences positives sur notre environnement.  

Selon les scientifiques, il est possible que les virus, en survivant au transport atmosphérique, aident les nouveaux écosystèmes dans lesquels ils finissent par retomber. Les chercheurs s'appuient sur de récentes découvertes qui attribuent aux virus un rôle clé dans la régulation du carbone dans l'océan et d'autres attribuant aux virus bactériophages la destruction de bactéries nocives pour l'homme.

"Ce phénomène de dispersion des virus dans l'atmosphère pendant une longue période fournit un mécanisme de préservation des virus, comme les banques de graines préservent nos semences, écrivent les chercheurs. Ce qui pourrait d'ailleurs permettre aux écosystèmes de rapidement s'adapter aux changements environnementaux."
 

Source : Le Point
Crédit : afp.com/Patrick Pleul

Les virus, propulsés dans l'atmosphère par des tempêtes de poussières ou encore les brumes des océans, peuvent voyager plusieurs milliers de kilomètres avant de retomber.

Des milliards de virus et de bactéries pleuvent sur Terre chaque année Actualités

Des milliards de virus et de bactéries pleuvent sur Terre chaque année

Il y a des virus et des bactéries dans le sol, dans l'eau, mais aussi très haut dans l'atmosphère. Chaque jour, des centaines de millions de ces microbes tombent sur Terre, selon une étude publiée dans la revue scientifique International Society for Microbial Ecology Journal. Et certains survivent suffisamment longtemps pour parcourir de grandes distances, ce qui pourrait expliquer comment des virus et des bactéries quasiment identiques apparaissent presque au même moment à des endroits du globe très éloignés.

On savait déjà qu'il "pleuvait" des virus. De précédentes recherches menées par le Service des forêts des États-Unis, une agence du département de l'Agriculture, avaient déjà établi que plus d'un billion [un million de million] de virus par mètre carré de pluie tombaient chaque année sur Terre. Mais ce nombre était jusqu'ici largement sous-estimé, comme le démontre cette dernière étude, souligne Science Alert.

"800 millions par mètre carré"

"Plus de 800 millions de virus par mètre carré se déposent juste au-dessus de la couche limite atmosphérique [partie de l'atmosphère en contact avec le sol]", explique l'un des auteurs de l'étude, Curtis Suttle, virologue à l'Université de la Colombie-Britannique. Soit environ 25 virus par personne rien qu'au Canada."

"Il y a 20 ans environ, nous avons commencé à trouver un peu partout dans le monde des virus génétiquement très similaires mais se trouvant pourtant dans des environnements très différents, poursuit le chercheur. L'importance du nombre de virus survivant suffisamment longtemps dans l'air explique probablement ce phénomène. Il est tout à fait concevable qu'un virus s'envole d'un continent pour atterrir sur un autre."

Des collecteurs installés dans les montagnes espagnoles

Ce phénomène qualifié "d'aérosolisation des virus", leur propagation dans l'atmosphère, est encore incompris. Mais selon certaines études scientifiques, il est possible qu'ils y soient entraînés par des poussières ou par les embruns, ces fines gouttelettes d'eau de mer projetées dans l'air depuis une surface agitée. Ce qui est le cas pour les bactéries. C'est la piste que Curtis Suttle et ses collègues ont étudié.  

Pour le savoir, les chercheurs ont installé deux collecteurs entre 2 500 et 3 000 kilomètres d'altitude, juste au-dessus de la couche limite atmosphérique, dans la Sierra Nevada, en Espagne. L'intérêt de cette chaîne de montagnes est d'être particulièrement exposée à ce que les chercheurs appellent "la ceinture de poussière", soit les mouvements de poussière dans l'atmosphère, notamment en provenance du Sahara, mais aux brumes de la mer et de l'océan.

Les chercheurs ont découvert que des millions de bactéries et des milliards de virus par mètre carré étaient déposés chaque jour. Selon leurs calculs, les "taux de dépôts" des virus étaient 9 à 461 fois supérieur à ceux des bactéries. Ils précisent aussi que "les taux les plus élevés de dépôts de virus" étaient liés au transports atmosphérique en provenance des sources maritimes."
Pas de panique

Evidemment, il n'y aucune raison de s'inquiéter outre mesure. Les virus "pleuvaient" déjà sur Terre avant la découverte des chercheurs, et l'humanité a jusqu'ici survécu. Au contraire, cette pluie a probablement des conséquences positives sur notre environnement.  

Selon les scientifiques, il est possible que les virus, en survivant au transport atmosphérique, aident les nouveaux écosystèmes dans lesquels ils finissent par retomber. Les chercheurs s'appuient sur de récentes découvertes qui attribuent aux virus un rôle clé dans la régulation du carbone dans l'océan et d'autres attribuant aux virus bactériophages la destruction de bactéries nocives pour l'homme.

"Ce phénomène de dispersion des virus dans l'atmosphère pendant une longue période fournit un mécanisme de préservation des virus, comme les banques de graines préservent nos semences, écrivent les chercheurs. Ce qui pourrait d'ailleurs permettre aux écosystèmes de rapidement s'adapter aux changements environnementaux."
 

Source : Le Point
Crédit : afp.com/Patrick Pleul

Les virus, propulsés dans l'atmosphère par des tempêtes de poussières ou encore les brumes des océans, peuvent voyager plusieurs milliers de kilomètres avant de retomber.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019

EXPOSITION
"GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre

LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


44 - Loire Atlantique

 

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/


61 - Orne

Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION "LES HAIES"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"L’ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE, UN REGARD SUR LE MONDE"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités