Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des empreintes repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques
Actualités

Des empreintes repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques

Selon une étude, d’anciennes empreintes humaines conservées dans le sol du parc national de White Sands, au Nouveau-Mexique, auraient été imprimées il y a près de 23 000 ans. S’ils résistent à l’examen, ces résultats relanceraient le débat sur la façon dont les humains se sont propagés à travers les Amériques en premier lieu.

“Je pense que c’est probablement la plus grande découverte sur le peuplement de l’Amérique en cent ans“, souligne Ciprian Ardelean, archéologue à l’Université autonome de Zacatecas, au Mexique. Le chercheur, qui n’était pas impliqué dans ces travaux, ne cache pas son enthousiasme. Et pour cause, il a longtemps été admis que les humains ne s’étaient répandus en Amérique du Nord et du Sud qu’à la fin de la dernière période glaciaire, en témoignent les plus anciens outils connus (pointes de lance et autres grattoirs) vieux d’environ 13 000 ans (technologie Clovis) retrouvés dans l’actuel État du Nouveau-Mexique.

Cette idée avait du sens dans la mesure où elle s’aligne avec le recul des glaciers. On imaginait alors des groupes de chasseurs-cueilleurs sibériens installés en Alaska pendant la période glaciaire s’étendre vers le sud après l’ouverture des couloirs libres de glace dans le détroit de Béring.

Cette hypothèse a ensuite commencé à s’effriter à partir des années 1970. À l’époque, certains archéologues ont en effet souligné des preuves plus anciennes témoignant de la présence de l’Homme en Amérique du Nord bien avant la fin de la dernière période glaciaire. Plus récemment, il y a quelques mois, de nouvelles découvertes archéologiques ont également suggéré que les premiers humains avaient atteint l’Amérique il y a entre 25 000 et 30 000 ans, soit environ 15 000 ans plus tôt que les estimations précédentes.

Cette nouvelle étude ajoute du grain à moudre à cette arrivée plus précoce. Cette fois, il n’est plus question d’outils, mais d’empreintes de pas.

Des empreintes de près de 23 000 ans

Ces traces ont été découvertes pour la première fois en 2009 par David Bustos, responsable du programme de ressources du parc de White Sand. Des analyses de suivi réalisées au cours de ces dernières années ont permis d’isoler d’autres empreintes humaines sur environ 80 000 acres de terrain, dont beaucoup ont été imprimées par des enfants. Une ligne de traces a même été relevée sur plus de deux kilomètres. Or, ces empreintes ont été faites il y a près de 23 000 ans.

À l’époque, les responsables évoluaient sur un sol humide et sablonneux au bord d’un lac. Plus tard, des sédiments les ont lentement recouvertes avant de durcir. L’érosion les a ensuite à nouveau révélées. Dans certains cas, ces empreintes ne sont visibles à l’oeil nu que lorsque le sol est anormalement humide ou sec. Autrement, elles sont invisibles. Un radar à pénétration de sol prend alors le relais, révélant finalement la structure tridimensionnelle des talons et orteils.

D’ailleurs, ils n’étaient pas seuls. Des empreintes de mammouths, de loups géants et au moins un paresseux ont également été isolées, suggérant que ces animaux évoluaient non loin de ce groupe d’individus.

“C’est une bombe”

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont recueilli en 2019 d’anciennes graines d’herbe ayant jadis poussé au bord du lac. En mesurant le carbone qu’elles contenaient, ils ont déterminé que ces végétaux avaient poussé des milliers d’années avant la fin de la dernière période glaciaire. Conscients que ces estimations seraient controversées, les chercheurs ont entrepris des analyses plus approfondies.

Pour ce faire, ils ont creusé une tranchée près d’un groupe d’empreintes humaines et animales pour obtenir une image plus claire des différentes couches de sédiments déposées en dessous. Les chercheurs ont pu tracer les empreintes sur six couches entrecoupées de onze lits de semences. Là encore, ils ont prélevé des graines d’herbe dans chacun de ces lits pour mesurer leur carbone.

Ces mesures ont confirmé les premiers résultats : les empreintes les plus anciennes étaient situées sous un lit de semence datant d’environ 22 800 ans. Elles ont été imprimées par un humain adulte et un mammouth. Les empreintes de pas les plus jeunes dataient quant à elles d’environ 21 130 ans. Autrement dit : des humains ont évolué sur ce site ou l’ont simplement régulièrement visité pendant environ 2 000 ans.

“C’est une bombe“, a déclaré Ruth Gruhn, archéologue à l’Université de l’Alberta. “À première vue, c’est très difficile à réfuter“.

Certains chercheurs avaient déjà soutenu que des humains auraient pu se propager à travers les Amériques alors même que les glaciers étaient à leur apogée. Cette étude vient peut-être de le confirmer. Il est également possible que ces premiers individus se soient déplacés le long de la côte.

Enfin, nous pourrions aussi imaginer des groupes d’humains voyager à l’intérieur des terres il y a plus de 32 000 ans, avant que les glaciers de l’ère glaciaire n’atteignent leur étendue maximale. Si tel est le cas, des preuves de présence humaine plus anciennes pourraient encore être visibles.


Source : Brice Louvet / Sciencepost
Crédit : Dan Odess

Une empreinte humaine fossilisée découverte dans le parc national de White Sands.

Des empreintes repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques Actualités

Des empreintes repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques

Selon une étude, d’anciennes empreintes humaines conservées dans le sol du parc national de White Sands, au Nouveau-Mexique, auraient été imprimées il y a près de 23 000 ans. S’ils résistent à l’examen, ces résultats relanceraient le débat sur la façon dont les humains se sont propagés à travers les Amériques en premier lieu.

“Je pense que c’est probablement la plus grande découverte sur le peuplement de l’Amérique en cent ans“, souligne Ciprian Ardelean, archéologue à l’Université autonome de Zacatecas, au Mexique. Le chercheur, qui n’était pas impliqué dans ces travaux, ne cache pas son enthousiasme. Et pour cause, il a longtemps été admis que les humains ne s’étaient répandus en Amérique du Nord et du Sud qu’à la fin de la dernière période glaciaire, en témoignent les plus anciens outils connus (pointes de lance et autres grattoirs) vieux d’environ 13 000 ans (technologie Clovis) retrouvés dans l’actuel État du Nouveau-Mexique.

Cette idée avait du sens dans la mesure où elle s’aligne avec le recul des glaciers. On imaginait alors des groupes de chasseurs-cueilleurs sibériens installés en Alaska pendant la période glaciaire s’étendre vers le sud après l’ouverture des couloirs libres de glace dans le détroit de Béring.

Cette hypothèse a ensuite commencé à s’effriter à partir des années 1970. À l’époque, certains archéologues ont en effet souligné des preuves plus anciennes témoignant de la présence de l’Homme en Amérique du Nord bien avant la fin de la dernière période glaciaire. Plus récemment, il y a quelques mois, de nouvelles découvertes archéologiques ont également suggéré que les premiers humains avaient atteint l’Amérique il y a entre 25 000 et 30 000 ans, soit environ 15 000 ans plus tôt que les estimations précédentes.

Cette nouvelle étude ajoute du grain à moudre à cette arrivée plus précoce. Cette fois, il n’est plus question d’outils, mais d’empreintes de pas.

Des empreintes de près de 23 000 ans

Ces traces ont été découvertes pour la première fois en 2009 par David Bustos, responsable du programme de ressources du parc de White Sand. Des analyses de suivi réalisées au cours de ces dernières années ont permis d’isoler d’autres empreintes humaines sur environ 80 000 acres de terrain, dont beaucoup ont été imprimées par des enfants. Une ligne de traces a même été relevée sur plus de deux kilomètres. Or, ces empreintes ont été faites il y a près de 23 000 ans.

À l’époque, les responsables évoluaient sur un sol humide et sablonneux au bord d’un lac. Plus tard, des sédiments les ont lentement recouvertes avant de durcir. L’érosion les a ensuite à nouveau révélées. Dans certains cas, ces empreintes ne sont visibles à l’oeil nu que lorsque le sol est anormalement humide ou sec. Autrement, elles sont invisibles. Un radar à pénétration de sol prend alors le relais, révélant finalement la structure tridimensionnelle des talons et orteils.

D’ailleurs, ils n’étaient pas seuls. Des empreintes de mammouths, de loups géants et au moins un paresseux ont également été isolées, suggérant que ces animaux évoluaient non loin de ce groupe d’individus.

“C’est une bombe”

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont recueilli en 2019 d’anciennes graines d’herbe ayant jadis poussé au bord du lac. En mesurant le carbone qu’elles contenaient, ils ont déterminé que ces végétaux avaient poussé des milliers d’années avant la fin de la dernière période glaciaire. Conscients que ces estimations seraient controversées, les chercheurs ont entrepris des analyses plus approfondies.

Pour ce faire, ils ont creusé une tranchée près d’un groupe d’empreintes humaines et animales pour obtenir une image plus claire des différentes couches de sédiments déposées en dessous. Les chercheurs ont pu tracer les empreintes sur six couches entrecoupées de onze lits de semences. Là encore, ils ont prélevé des graines d’herbe dans chacun de ces lits pour mesurer leur carbone.

Ces mesures ont confirmé les premiers résultats : les empreintes les plus anciennes étaient situées sous un lit de semence datant d’environ 22 800 ans. Elles ont été imprimées par un humain adulte et un mammouth. Les empreintes de pas les plus jeunes dataient quant à elles d’environ 21 130 ans. Autrement dit : des humains ont évolué sur ce site ou l’ont simplement régulièrement visité pendant environ 2 000 ans.

“C’est une bombe“, a déclaré Ruth Gruhn, archéologue à l’Université de l’Alberta. “À première vue, c’est très difficile à réfuter“.

Certains chercheurs avaient déjà soutenu que des humains auraient pu se propager à travers les Amériques alors même que les glaciers étaient à leur apogée. Cette étude vient peut-être de le confirmer. Il est également possible que ces premiers individus se soient déplacés le long de la côte.

Enfin, nous pourrions aussi imaginer des groupes d’humains voyager à l’intérieur des terres il y a plus de 32 000 ans, avant que les glaciers de l’ère glaciaire n’atteignent leur étendue maximale. Si tel est le cas, des preuves de présence humaine plus anciennes pourraient encore être visibles.


Source : Brice Louvet / Sciencepost
Crédit : Dan Odess

Une empreinte humaine fossilisée découverte dans le parc national de White Sands.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

► Jusqu’au 31 décembre 

PARCOURS D’ART CONTEMPORAIN
"VESTIGES DU FUTUR"

Narbo Via présente un parcours d’art contemporain en dialogue avec les collections du Musée. Cette sélection d’œuvres du @mracserignan sera exposée.
C’est une véritable rencontre entre deux collections que vous allez découvrir. Au total, 23 œuvres, dont 21 au musée Narbo Via et deux autres sur les sites de l’Horreum à Narbonne et d’Amphoralis à Sallèles-d’Aude. 

Musée Narbo Via
2 avenue André Mècle
11100 Narbonne
04 68 90 28 90
https://narbovia.fr


13 - Bouches-du-Rhône

► Le 4 décembre

"FÊTE DE LA SAINTE-BARBE"  
MUSÉE DE LA MINE

A Gréasque aura lieu la célébration de la Ste Barbe, fête traditionnelle des mineurs, des pompiers et des artificiers. 
La messe et la bénédiction à l’église Saint-Jacques de Gréasque précèderont la procession dans les rues des cités minières, pour finir avec un spectaculaire feu d’artifice et un grand repas convivial. 

Musée de la Mine de Gréasque
Puits Hély d’Oissel
Montée de l’ancien traînage
13850 Gréasque
04 42 69 77 00
https://museeminegreasque.fr


20 - Haute-Corse

► Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION
CORSICA 39-45 : Les Corses et la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945)

Dans le cadre du 80e anniversaire de la Libération de la Corse, le Musée de Bastia propose de nous faire (re)découvrir comment les Corses ont vécu le second conflit mondial.
A travers près de 500 objets, œuvres d’art, documents et une vingtaine de multimédias, c’est une plongée dans le quotidien de la population insulaire qui est présentée.

Musée de Bastia
Place du donjon
La Citadelle
20200 Bastia
04 95 31 09 12
https://musee.bastia.corsica


21 - Côte d'Or

► Jusqu’au 31 décembre

EXPOSITION
"LES INSECTES POLLINISATEURS FONT LE BUZZ"

En 2023, le Jardin de l’Arquebuse propose une immersion dans l’univers fascinant des insectes pollinisateurs. Cette exposition, adaptée à tous les publics, offre une « tribune » exclusive à ces insectes parfois minuscules mais tellement importants !

Le Jardin de l'Arquebuse
1 avenue Albert 1er (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.ma-nature.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

► Jusqu'au 15 septembre 2024

EXPOSITION
"DIX ANS DE DONS, COLLECTION DU MUSÉE DE LA RÉSISTANCE EN ARGOAT"

Au cours de ces onze années d’existence, le musée de la Résistance en Argoat s’est enrichi de nombreux dons faits par des particuliers. Parfois une simple photo, découverte à la mort d’un parent, un masque à gaz relégué au grenier, mais aussi un journal de déportation ou un émetteur-récepteur parachuté d’Angleterre aux résistants.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


37 - Indre et Loire

► Le 29 décembre

BALADES NOCTURNES AUX CHANDELLES
CHÂTEAU ROYAL D’AMBOISE

Dans une ambiance réhaussée par la lumière des chandelles et celle du feu de cheminée, ces soirées permettent de découvrir le château royal d’Amboise d’une manière intimiste en déambulation libre.
15€/adulte; 13€/étudiant; 11€/enfant et 7€/abonné.

Château royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
http://www.chateau-amboise.com


38 - Isère

► Jusqu'au 31 mars 2024

EXPOSITION
"AUDACE ET RENOUVEAU"

Le 28 juin 1953, l’église de Saint-Hugues en Chartreuse après une totale transformation. Inaugurée par l’évêque de Grenoble, elle consacre l’audace d’un jeune peintre inspiré, Jean-Marie Pirot-Arcabas et s’inscrit dans le courant du renouveau de l’art sacré. L’exposition restitue l’ambiance de l’époque avec des photos et des documents, des dessins préparatoires et des lithographies originales.

Musée arcabas en Chartreuse
Eglise de Saint-Hugues
38380 Saint-Pierre-de-Chartreuse
04 76 88 65 01
https://musees.isere.fr


42 - Loire

► Jusqu'au 22 septembre 2024

EXPOSITION 
"INDONÉSIE RÉVÉLÉE"

Région d’une grande complexité culturelle, le pays se compose de 1100 de groupes ethniques différents.
Les collections ramenées par Daniel Pouget de ses voyages, notamment des îles de Bornéo, Sumatra et Sulawesi, nous dévoilent l’extraordinaire richesse des traditions et cultures des îles d’Indonésie.  

Musée des Civilisations Daniel Pouget
Place Madeleine Rousseau
42170 Saint-Just-Saint-Rambert
04 77 52 03 11
musee@stjust-strambert.com


► Jusqu'au 7 janvier 2024

EXPOSITION 
"GRAINES"
 
À la manière d’une leçon de chose, l’exposition invite à l’observation des graines pour découvrir la diversité des formes, des couleurs, leurs spécificités et leur mode de dissémination.  
Montrer la diversité de la nature et la beauté de l’infiniment petit, c’est aussi et surtout montrer du respect pour la nature et pour le vivant.

Musée d’Allard
13 boulevard de la Préfecture
42600 Montbrison
04 77 96 39 15
https://www.facebook.com/museeallard


62 - Pas-de-Calais

► Jusqu'au 15 janvier 2024

EXPOSITION 
"ANIMAUX FANTASTIQUES"

Dragons, griffons, sphinx ou licornes… Riche de près de 250 œuvres – sculpture, peinture, objets d’art mais aussi cinéma et musique –, l’exposition nous plonge dans un voyage dans le temps et l’espace, de l’Antiquité à nos jours, pour raconter l’histoire des plus célèbres de ces créatures à travers leurs légendes, leurs pouvoirs et leur habitat. 

Musée du Louvre-Lens
99 rue Paul Bert 
62300 Lens 
03 21 18 62 62 
www.louvrelens.fr


63 - Puy de Dôme

► Jusqu'au 25 février 2024

EXPOSITION
"MOTIF CENTRAL" de Julien Colombier

Julien Colombier est un peintre français dont les oeuvres se décline tant sur la céramique que sur des fresques peintes ou du textile. Son univers artistique, à la fois onirique, féérique et hypnotique, composé de jungles ou de forêts luxuriantes et colorées, se voit transposé à échelle monumentale. 

Musée Mandet
14 rue de L'Hôtel de Ville
63200 Riom
04 73 38 17 31
musee.mandet@rlv.eu


68 - Haut-Rhin

► Jusqu'au 30 décembre

EXPOSITION
"LES JEUX VIDÉO, DES ORIGINES À NOS JOURS" 

L'histoire des jeux vidéo remonte aux années 1950 et 1960. Les premiers jeux étaient très simples et basés sur du texte, mais au fil du temps, les graphismes et les fonctionnalités ont évolué. Atari, GameCube, Wii, Playstation et bien d’autres consoles sont exposées dans les vitrines du musée.

La Nef des Jouets
12 rue Jean Jaurès
68360 Soultz
03 89 74 30 92
www.ville-soultz.fr


75 - Paris

► Le 30 décembre 

ACTIVITES ENFANTS
"FABLES ET MAQUETTES POUR LE ROI !"

Les enfants partent à la découverte des plans-reliefs et de leur fabrication à travers les Fables de La Fontaine. Puis direction dans la salle d'atelier pour une activité créative en famille !
De 3 à 6 ans - Durée 1h30.

Musée des Plans-Reliefs
129 rue de Grenelle 
Hôtel des Invalides    
75007 Paris    
01 45 51 92 45
www.museedesplansreliefs.culture.fr


► Le 6 janvier 

ACTIVITES ENFANTS
"APPRENTIS STRATÈGES"

Venez prendre part à l'une des premières grandes batailles de Napoléon avant qu'il ne devienne empereur ! Grâce à un jeu de stratégie, les enfants se mettront dans la peau de l’armée républicaine, dirigée par le capitaine Bonaparte, pour libérer la ville de Toulon... De 7 à 12 ans - Durée 1h30.

Musée des Plans-Reliefs
129 rue de Grenelle 
Hôtel des Invalides    
75007 Paris    
01 45 51 92 45
www.museedesplansreliefs.culture.fr


► Jusqu'au 24 février 2024

EXPOSITION
"CLEMENCEAU ET LE CINÉMA"

A l’occasion de la restauration par le Centre national du Cinéma (CNC) du filmrécemment retrouvé "Le Voile du Bonheur" d’Édouard-Émile Violet, d’après lapièce écrite par Georges Clemenceau en 1901, le musée Clemenceau présentedu sa nouvelle exposition-focus.

Musée Clemenceau
8 rue Benjamin Franklin,
75116 Paris
01 45 20 53 41
https://musee-clemenceau.fr


76 - Seine Maritime

► Jusqu'au 30 novembre 

EXPOSITION
"LE GÉNIE DES MODESTES" (10e édition)

Exposition dans la filiation de l’art brut et singulier qui présente des oeuvres de créateurs sélectionnés par la Halle Saint Pierre. 
A la suite de Jean Dubuffet et en cohérence avec la simplicité de l’abbé Pierre, le Génie des modestes témoigne que les modestes ont du génie, à Emmaüs comme ailleurs.

Centre abbé Pierre – Emmaüs
Route d’Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org


► Du 1er au 3 décembre

"MARCHÉ DE NOËL DE MIROMESNIL"

Le marché de Noël accueille chaque année de nombreux exposants : linge de maison, décoration, vêtements, accessoires, bijoux, produits de bouche, spiritueux, produits de beauté …
C’est également l’occasion pour les visiteurs de redécouvrir le château entièrement décoré pour l’occasion.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com


84 - Vaucluse

► Jusqu'au 31 décembre 

EXPOSITION
AUGUSTE ROURE 

Désigné peintre des garrigues et des cailloux par ses contemporains, les motifs privilégiés d'Auguste Roure sont les paysages de collines autour d’Avignon traversés de chemins et routes blanches, et, plus tard, la côte méditerranéenne l'été autour de la presqu’île de Giens. .

Musée Louis Vouland
17 rue Victor Hugo
84000 Avignon
04 90 86 03 79
www.vouland.com


► Jusqu'au 31 mai 2024

EXPOSITION
"OCEAN"

L’océan est un vaste monde qui ne cesse de nous fasciner et qu’il convient de comprendre, d’étudier, de préserver et d’admirer. Cette exposition présente quatre artistes qui contribuent, par leurs approches artistiques, à cette réflexion et cette prise de conscience.
les photographes Rachael Talibart et Henley Spiers, les graveurs Hélène Baumel et Jean Chièze.

Château de Lourmarin
2 avenue Laurent Vibert
84160 Lourmarin
04 90 68 15 23
www.chateaudelourmarin.com


87 - Haute-Vienne

► Jusqu'au 23 décembre 

EXPOSITION
"LE PAPIER C’EST CHIC" 
Robes, vêtements et accessoires en papier 

Une exposition grandiose, surprenante, élégante et hors du commun présente plus d’une vingtaine de robes riches et précieuses, des costumes, coiffes, bijoux et accessoires en papier et carton. L’illusion est portée à la perfection et le résultat est déconcertant, pourtant tout est en papier ! 

Le Moulin du Got
Le Pénitent
87400 St Léonard-de-Noblat
05 55 57 18 74
www.moulindugot.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités