Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des dinosaures pondaient en Arctique
Actualités

Des dinosaures pondaient en Arctique

Il y a 70 millions d’années, l’Alaska était une terre plus accueillante qu’aujourd’hui même si les conditions qui y régnaient étaient ardues : la région connaissait des températures basses (autour de 6°C en hiver), avait un ensoleillement faible avec une nuit quasi-permanente pendant six mois de l'année et des ressources alimentaires limitées selon les saisons. Néanmoins, de nombreux dinosaures ont fréquenté les lieux comme le prouvent les nombreux fossiles découverts dans la formation de Prince Creek, au nord de l'Alaska. La grande question était de savoir s'ils ne faisaient qu'y passer une partie de l'année et redescendaient vers des zones plus chaudes durant l'hiver. De nouvelles découvertes permettent de trancher.

Une maternité préhistorique

Aujourd'hui, les conditions climatiques autour du cercle Arctique sont bien plus rudes qu'au Crétacé. Si les dinosaures ne les subissent pas, les paléontologues sont contraints d'y faire face lors de leurs fouilles. Celles-ci sont d'ailleurs limitées aux périodes les plus favorables de l'année, ce qui allonge leur durée. Ici plus qu'ailleurs, patience rime avec paléontologie. De la patience, il en a fallu à Patrick Druckenmiller de l'Université d'Alaska et à Gregory Erickson de l'Université d'Etat de Floride : cela fait plus de 10 ans qu'ils fouillent le site de Prince Creek. A leur crédit, on peut mettre de nombreuses nouvelles espèces de dinosaures mais aussi la découverte de restes de mammifères et de reptiles. Pendant tout ce temps, ils ont également collecté de minuscules dents et os de dinosaures "périnataux", c'est-à-dire d'embryons ou de nouveau-nés. Une véritable maternité pour dinos avec pratiquement toutes les espèces de Prince Creek qui y sont représentées. Ainsi, ils ont déniché des dinosaures à bec de canard (hadrosauridés), des cératopsiens à cornes, des tyrannosaures, des troodontes et des dromaeosaures. Une telle abondance suggère que tout ce beau monde ne faisait pas que passer durant la saison chaude en Alaska mais y résidait de façon permanente.

Des animaux à sang chaud

La découverte de ses ossements soulève de nombreuses questions, la plus évidente est concerne la manière dont les dinosaures arrivaient à survivre durant les longs mois de nuit polaire. Comme les auteurs l'expliquent dans un article publié dans la revue Current Biology, leur présence permanente autour de l'Arctique est un indice fort du métabolisme d'un animal à sang chaud. D'ailleurs parmi toutes les autres sortes d'espèces retrouvées à Prince Creek il n'y pas de serpents, de grenouilles ou bien de tortues, pourtant abondants dans des latitudes un peu plus basses. Pour eux, il s'agit même là de la preuve la plus convaincante de l'endothermie chez ces dinosaures de la fin du Crétacé.

Mais le sang chaud ne suffisait probablement pas à assurer leur survie l'hiver. Il est probable qu'ils aient adopté des stratégies uniques pour faire face à l'obscurité, aux températures froides et à la quantité restreinte de nourriture, selon les chercheurs. Peut-être que certains pouvaient hiberner ou se contenter de très peu d'apports nutritifs. De nombreuses nouvelles questions sont posées et il faudra sans doute des années avant d'y apporter des réponses convaincantes.


Source : Joël Ignasse / Sciences et Avenir
Crédit :  James Havens

Illustration montrant deux tyrannosaures et leurs petits évoluant en Arctique, à la fin du Crétacé.

Des dinosaures pondaient en Arctique Actualités

Des dinosaures pondaient en Arctique

Il y a 70 millions d’années, l’Alaska était une terre plus accueillante qu’aujourd’hui même si les conditions qui y régnaient étaient ardues : la région connaissait des températures basses (autour de 6°C en hiver), avait un ensoleillement faible avec une nuit quasi-permanente pendant six mois de l'année et des ressources alimentaires limitées selon les saisons. Néanmoins, de nombreux dinosaures ont fréquenté les lieux comme le prouvent les nombreux fossiles découverts dans la formation de Prince Creek, au nord de l'Alaska. La grande question était de savoir s'ils ne faisaient qu'y passer une partie de l'année et redescendaient vers des zones plus chaudes durant l'hiver. De nouvelles découvertes permettent de trancher.

Une maternité préhistorique

Aujourd'hui, les conditions climatiques autour du cercle Arctique sont bien plus rudes qu'au Crétacé. Si les dinosaures ne les subissent pas, les paléontologues sont contraints d'y faire face lors de leurs fouilles. Celles-ci sont d'ailleurs limitées aux périodes les plus favorables de l'année, ce qui allonge leur durée. Ici plus qu'ailleurs, patience rime avec paléontologie. De la patience, il en a fallu à Patrick Druckenmiller de l'Université d'Alaska et à Gregory Erickson de l'Université d'Etat de Floride : cela fait plus de 10 ans qu'ils fouillent le site de Prince Creek. A leur crédit, on peut mettre de nombreuses nouvelles espèces de dinosaures mais aussi la découverte de restes de mammifères et de reptiles. Pendant tout ce temps, ils ont également collecté de minuscules dents et os de dinosaures "périnataux", c'est-à-dire d'embryons ou de nouveau-nés. Une véritable maternité pour dinos avec pratiquement toutes les espèces de Prince Creek qui y sont représentées. Ainsi, ils ont déniché des dinosaures à bec de canard (hadrosauridés), des cératopsiens à cornes, des tyrannosaures, des troodontes et des dromaeosaures. Une telle abondance suggère que tout ce beau monde ne faisait pas que passer durant la saison chaude en Alaska mais y résidait de façon permanente.

Des animaux à sang chaud

La découverte de ses ossements soulève de nombreuses questions, la plus évidente est concerne la manière dont les dinosaures arrivaient à survivre durant les longs mois de nuit polaire. Comme les auteurs l'expliquent dans un article publié dans la revue Current Biology, leur présence permanente autour de l'Arctique est un indice fort du métabolisme d'un animal à sang chaud. D'ailleurs parmi toutes les autres sortes d'espèces retrouvées à Prince Creek il n'y pas de serpents, de grenouilles ou bien de tortues, pourtant abondants dans des latitudes un peu plus basses. Pour eux, il s'agit même là de la preuve la plus convaincante de l'endothermie chez ces dinosaures de la fin du Crétacé.

Mais le sang chaud ne suffisait probablement pas à assurer leur survie l'hiver. Il est probable qu'ils aient adopté des stratégies uniques pour faire face à l'obscurité, aux températures froides et à la quantité restreinte de nourriture, selon les chercheurs. Peut-être que certains pouvaient hiberner ou se contenter de très peu d'apports nutritifs. De nombreuses nouvelles questions sont posées et il faudra sans doute des années avant d'y apporter des réponses convaincantes.


Source : Joël Ignasse / Sciences et Avenir
Crédit :  James Havens

Illustration montrant deux tyrannosaures et leurs petits évoluant en Arctique, à la fin du Crétacé.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


46 - Lot

Jusqu'au 26 septembre

EXPOSITION MUSEE CHAMPOLLION
"DONGBA.DES PICTOGRAMMES NAXI À L’ART CONTEMPORAIN"

L’exposition présente un panorama complet de la culture Dongba à travers une collection de manuscrits, de peintures sacrées, de costumes et d’instruments de la culture divinatoire dongba jusqu’aux plus importants pionniers de la création contemporaine de style Dongba.

Musée Champollion
Place Champollion
46100 Figeac
05 65 50 31 08
www.musee-champollion.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


76 - Seine-Maritime

Jusqu’au 4 septembre

EXPOSITION
"PLAYMOBIL, LE MONDE DE L’IMAGINATION"
 
Personnages mythologiques, histoires fantastiques, contes populaires et héros magiciens, tous vont se côtoyer dans de nombreuses scénettes dans les salles de la mythothèque de l’Historial Jeanne d’arc.
Tarifs : 2,50 €, gratuit pour les moins de 6 ans. Exposition gratuite si visite de l’Historial Jeanne d’Arc.
Renseignement : http://www.historial-jeannedarc.fr/exposition-playmobil-le-monde-de-limagination/

Historial Jeanne d’Arc
7 rue Saint Romain
76000 Rouen
02 35 52 48 00


87 - Haute-Vienne

Les 2 et 3 octobre

RANDONNEE
"SOUS MES PIEDS... UN CRATÈRE D'IMPACT"

L'équipe de la Réserve Naturelle Nationale de l'astroblème de Rochechouart-Chassenon propose 2 jours de randonnée animée (samedi et/ou dimanche au choix). Partez à la découverte d'un paysage façonné par la chute d'un astéroïde il y a plus de 200 millions d'année. Environ 12 km par jour. Samedi soir : possibilité de prendre un repas à la ferme et d'amener vos toiles de tentes pour dormir à la ferme.
Réservation obligatoire - Places limitées.

Maison de la Réserve
Espace météorite Paul Pellas

16 rue Jean Parvy
87600 Rochechouart
05 55 03 02 70
reservenaturelle.rochechouart@pol-cdc.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités