Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Comment les éruptions volcaniques affectent les régimes de pluies à l’échelle mondiale
Actualités

Comment les éruptions volcaniques affectent les régimes de pluies à l’échelle mondiale

De nouveaux travaux permettent de mieux comprendre comment les éruptions volcaniques de grande ampleur affectent les régimes de précipitations sur le globe. Les résultats ont été publiés dans la revue Science Advances le 22 mai dernier.

Il est bien connu que les éruptions volcaniques explosives de forte intensité induisent un refroidissement temporaire de la température planétaire. En particulier lorsqu’elles ont lieu dans la zone tropicale. C’est ce qui s’est par exemple produit avec celle du Pinatubo en juin 1991. Aussi, on a pu mesurer une chute d’environ 0,5 °C en moyenne globale sur les 15 mois suivant l’événement.

Une anomalie thermique directement liée à l’injection massive de dioxyde de soufre (SO2) dans la stratosphère. En effet, après oxydation et hydratation, le SO2 évolue en aérosol sulfaté (H2SO4). Ce dernier prend la forme de petites gouttelettes qui ont la propriété de renvoyer efficacement le rayonnement solaire vers l’espace.

Toutefois, en plus d’affecter les températures, ce type d’aléa agit également sur le cycle hydrologique. En particulier, il se trouve que la quantité de précipitations diminue en moyenne globale après une éruption. Or, le mécanisme responsable de la modulation des régimes pluviométriques reste assez mal compris. Un déficit de compréhension qui se reflète dans la difficulté qu’ont les modèles climatiques à reproduire cette signature.

Dans une étude parue le 22 mai dernier, des chercheurs se sont penchés sur la question. En analysant les résultats issus de 35 modèles de climat, ils ont mis en évidence le rôle-clé joué par le phénomène El Niño dans la réponse des pluies à une éruption volcanique. Et pour cause, celui-ci tend à être initié suite à une éruption tropicale de grande ampleur.

Éruption volcanique et réduction des pluies : le rôle-clé d’El Niño

« Pour la première fois, l’équipe de recherche a confirmé que le principal facteur de la baisse des précipitations après ces éruptions volcaniques est la différence de réponse d’El Niño » souligne le communiqué publié par la Pohang University of Science & Technology. Un assèchement qui se concentre tout particulièrement sur les continents, en zones de mousson. La variabilité en structure et en intensité d’un El Niño post-éruptif explique de fait une large part de la dispersion des modèles.

En outre, les scientifiques ont montré que plus le forçage volcanique est puissant et l’océan tropical ouest-pacifique chaud avant l’éruption, plus la réponse d’El Niño sera importante. Et donc que plus la réduction des pluies le sera aussi. Des résultats qui présentent des intérêts notables. En partie, ils visent à mieux comprendre les conséquences potentielles d’une pratique de géo-ingénierie solaire à grande échelle.

« Si les techniques de géo-ingénierie sont appliquées pour imiter les volcans et bloquer la lumière du soleil, la sécheresse et les pénuries d’eau pourraient augmenter de manière significative dans les régions de mousson. Lesquelles abritent les deux tiers de la population mondiale » précise Seung-Ki Min, un des co-auteurs de l’étude.


Source : Science Advances
Crédit : Pixabay

Comment les éruptions volcaniques affectent les régimes de pluies à l’échelle mondiale Actualités

Comment les éruptions volcaniques affectent les régimes de pluies à l’échelle mondiale

De nouveaux travaux permettent de mieux comprendre comment les éruptions volcaniques de grande ampleur affectent les régimes de précipitations sur le globe. Les résultats ont été publiés dans la revue Science Advances le 22 mai dernier.

Il est bien connu que les éruptions volcaniques explosives de forte intensité induisent un refroidissement temporaire de la température planétaire. En particulier lorsqu’elles ont lieu dans la zone tropicale. C’est ce qui s’est par exemple produit avec celle du Pinatubo en juin 1991. Aussi, on a pu mesurer une chute d’environ 0,5 °C en moyenne globale sur les 15 mois suivant l’événement.

Une anomalie thermique directement liée à l’injection massive de dioxyde de soufre (SO2) dans la stratosphère. En effet, après oxydation et hydratation, le SO2 évolue en aérosol sulfaté (H2SO4). Ce dernier prend la forme de petites gouttelettes qui ont la propriété de renvoyer efficacement le rayonnement solaire vers l’espace.

Toutefois, en plus d’affecter les températures, ce type d’aléa agit également sur le cycle hydrologique. En particulier, il se trouve que la quantité de précipitations diminue en moyenne globale après une éruption. Or, le mécanisme responsable de la modulation des régimes pluviométriques reste assez mal compris. Un déficit de compréhension qui se reflète dans la difficulté qu’ont les modèles climatiques à reproduire cette signature.

Dans une étude parue le 22 mai dernier, des chercheurs se sont penchés sur la question. En analysant les résultats issus de 35 modèles de climat, ils ont mis en évidence le rôle-clé joué par le phénomène El Niño dans la réponse des pluies à une éruption volcanique. Et pour cause, celui-ci tend à être initié suite à une éruption tropicale de grande ampleur.

Éruption volcanique et réduction des pluies : le rôle-clé d’El Niño

« Pour la première fois, l’équipe de recherche a confirmé que le principal facteur de la baisse des précipitations après ces éruptions volcaniques est la différence de réponse d’El Niño » souligne le communiqué publié par la Pohang University of Science & Technology. Un assèchement qui se concentre tout particulièrement sur les continents, en zones de mousson. La variabilité en structure et en intensité d’un El Niño post-éruptif explique de fait une large part de la dispersion des modèles.

En outre, les scientifiques ont montré que plus le forçage volcanique est puissant et l’océan tropical ouest-pacifique chaud avant l’éruption, plus la réponse d’El Niño sera importante. Et donc que plus la réduction des pluies le sera aussi. Des résultats qui présentent des intérêts notables. En partie, ils visent à mieux comprendre les conséquences potentielles d’une pratique de géo-ingénierie solaire à grande échelle.

« Si les techniques de géo-ingénierie sont appliquées pour imiter les volcans et bloquer la lumière du soleil, la sécheresse et les pénuries d’eau pourraient augmenter de manière significative dans les régions de mousson. Lesquelles abritent les deux tiers de la population mondiale » précise Seung-Ki Min, un des co-auteurs de l’étude.


Source : Science Advances
Crédit : Pixabay

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités