Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Une nouvelle espèce rare d'orang-outan découverte sur l'île de Sumatra
Actualités

Une nouvelle espèce rare d'orang-outan découverte sur l'île de Sumatra

Il s’agit de la première nouvelle espèce de grands singes confirmée par la science depuis 1929. Une nouvelle espèce d’orang-outan a été découverte sur l’île de Sumatra en Indonésie, ont annoncé, jeudi 2 novembre, des scientifiques dont les travaux sont publiés dans la revue américaine Current Biology. Ces biologistes ont également souligné que leur petit nombre en fait l’une des espèces de grands singes les plus menacées d’extinction sur la planète.

Ce nouvel orang-outan, baptisé Tapanuli (Pongo tapanuliensis), vit dans la région de Batang Toru dans le nord de Sumatra, et sa population est estimée à 800 membres environ. Cette découverte porte à trois le nombre d’espèces d’orang-outan connues.

« Ce n’est pas tous les jours qu’on trouve une nouvelle espèce de grands singes, ce qui rend cette découverte très excitante », s’est réjoui Michael Krutzen, de l’université de Zurich en Suisse. « Les grands singes comptent pourtant parmi les espèces animales les plus étudiées au monde », a par ailleurs souligné Erik Meijaard, de l’Université nationale australienne.

Plus ancienne lignée de ces singes

C’est en 1997 que des chercheurs de l’université nationale australienne ont découvert la piste de cette population isolée à Batang Toru. Les premiers indices de la spécificité des Tapanuli ont été observés sur le squelette d’un mâle adulte tué en 2013. Quand les scientifiques ont examiné le crâne et les dents, ils ont constaté certains traits uniques les distinguant des autres orangs-outans.

« Nous avons été surpris de voir que les caractéristiques du crâne étaient vraiment différentes de ce que nous connaissions jusqu’alors de ces grands singes », a expliqué Matt Nowak, un primatologue du Sumatran Orangutan Conservation Programme (SOCP).

Mais c’est une analyse du génome de 37 orangs-outans, effectuée par des chercheurs de l’université de Zurich, qui a révélé l’histoire de l’évolution de ces singes. Elle a montré la séparation, il y a plus de 3 millions d’années, entre les populations d’orangs-outans de Batang Toru et celles de Bornéo, dans le nord du lac Toba.

Les orangs-outans de Bornéo et de Sumatra se sont séparés génétiquement beaucoup plus tard, il y a moins de sept cent mille ans. Quant à ceux de Batang Toru, ils se sont isolés des autres populations dans le nord de Bornéo depuis dix ou vingt mille ans, ont également déterminé ces chercheurs.

« Les orangs-outans de Batang Toru semblent être les descendants directs des premiers orangs-outans qui avaient migré d’Asie continentale et constituent de ce fait la plus ancienne lignée de ces singes », a relevé Alexander Nater, de l’université de Zurich, un des coauteurs de la découverte.

« Ils pourraient disparaître en quelques décennies »

Mais les scientifiques mettent en garde contre la vulnérabilité de ces orangs-outans. « Si seulement huit de ces 800 animaux restant étaient tués ou retiré du groupe chaque année, l’espèce pourrait disparaître », estiment-ils.

« Sans des mesures rapides pour protéger leur habitat forestier qui se réduit rapidement, ces orangs-outans pourraient disparaître en quelques décennies », a prévenu Matt Nowak, qui a supervisé l’étude au SOCP.

Selon des estimations officielles, la superficie des forêts constituant le principal habitat de tous les orangs-outans de Sumatra a été réduite de 60 % entre 1985 et 2007 en raison de l’exploitation forestière, des concessions minières et des plantations agricoles. L’habitat forestier des orangs-outans Tapanuli se limite à seulement 1 000 km2.

Ces grands singes sont également victimes de la chasse illégale, qui a contribué à une réduction importante des populations des trois espèces.
 

Source : AFP
Crédit : HANDOUT / AFP

Un orang-outan de l’espèce Tapanuli photographié en Indonésie.

Une nouvelle espèce rare d'orang-outan découverte sur l'île de Sumatra Actualités

Une nouvelle espèce rare d'orang-outan découverte sur l'île de Sumatra

Il s’agit de la première nouvelle espèce de grands singes confirmée par la science depuis 1929. Une nouvelle espèce d’orang-outan a été découverte sur l’île de Sumatra en Indonésie, ont annoncé, jeudi 2 novembre, des scientifiques dont les travaux sont publiés dans la revue américaine Current Biology. Ces biologistes ont également souligné que leur petit nombre en fait l’une des espèces de grands singes les plus menacées d’extinction sur la planète.

Ce nouvel orang-outan, baptisé Tapanuli (Pongo tapanuliensis), vit dans la région de Batang Toru dans le nord de Sumatra, et sa population est estimée à 800 membres environ. Cette découverte porte à trois le nombre d’espèces d’orang-outan connues.

« Ce n’est pas tous les jours qu’on trouve une nouvelle espèce de grands singes, ce qui rend cette découverte très excitante », s’est réjoui Michael Krutzen, de l’université de Zurich en Suisse. « Les grands singes comptent pourtant parmi les espèces animales les plus étudiées au monde », a par ailleurs souligné Erik Meijaard, de l’Université nationale australienne.

Plus ancienne lignée de ces singes

C’est en 1997 que des chercheurs de l’université nationale australienne ont découvert la piste de cette population isolée à Batang Toru. Les premiers indices de la spécificité des Tapanuli ont été observés sur le squelette d’un mâle adulte tué en 2013. Quand les scientifiques ont examiné le crâne et les dents, ils ont constaté certains traits uniques les distinguant des autres orangs-outans.

« Nous avons été surpris de voir que les caractéristiques du crâne étaient vraiment différentes de ce que nous connaissions jusqu’alors de ces grands singes », a expliqué Matt Nowak, un primatologue du Sumatran Orangutan Conservation Programme (SOCP).

Mais c’est une analyse du génome de 37 orangs-outans, effectuée par des chercheurs de l’université de Zurich, qui a révélé l’histoire de l’évolution de ces singes. Elle a montré la séparation, il y a plus de 3 millions d’années, entre les populations d’orangs-outans de Batang Toru et celles de Bornéo, dans le nord du lac Toba.

Les orangs-outans de Bornéo et de Sumatra se sont séparés génétiquement beaucoup plus tard, il y a moins de sept cent mille ans. Quant à ceux de Batang Toru, ils se sont isolés des autres populations dans le nord de Bornéo depuis dix ou vingt mille ans, ont également déterminé ces chercheurs.

« Les orangs-outans de Batang Toru semblent être les descendants directs des premiers orangs-outans qui avaient migré d’Asie continentale et constituent de ce fait la plus ancienne lignée de ces singes », a relevé Alexander Nater, de l’université de Zurich, un des coauteurs de la découverte.

« Ils pourraient disparaître en quelques décennies »

Mais les scientifiques mettent en garde contre la vulnérabilité de ces orangs-outans. « Si seulement huit de ces 800 animaux restant étaient tués ou retiré du groupe chaque année, l’espèce pourrait disparaître », estiment-ils.

« Sans des mesures rapides pour protéger leur habitat forestier qui se réduit rapidement, ces orangs-outans pourraient disparaître en quelques décennies », a prévenu Matt Nowak, qui a supervisé l’étude au SOCP.

Selon des estimations officielles, la superficie des forêts constituant le principal habitat de tous les orangs-outans de Sumatra a été réduite de 60 % entre 1985 et 2007 en raison de l’exploitation forestière, des concessions minières et des plantations agricoles. L’habitat forestier des orangs-outans Tapanuli se limite à seulement 1 000 km2.

Ces grands singes sont également victimes de la chasse illégale, qui a contribué à une réduction importante des populations des trois espèces.
 

Source : AFP
Crédit : HANDOUT / AFP

Un orang-outan de l’espèce Tapanuli photographié en Indonésie.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


74 - HAUTE-SAVOIE

Jusqu'au 31 décembre 2018
EXPOSITION TEMPORAIRE
"Sibérie centrale et orientale"

Muséum des Papillons
et Insectes du Château de Faverges

293 chemin de la Vie Plaine
74210 Faverges
07 78 41 33 51
www.museum-faverges.com


81 - TARN

Du 1er décembre au 31 janvier 2018
FESTIVAL DES LANTERNES
Féérie des lumières d'Asie

Chaque soir à la tombée de la nuit, la féérie des lanternes chinoises illumine le site classé du parc Foucaud.
Autour du château, sous les arbres millénaires ornés de lumière, dans les bassins et pièces d'eau, vingt tableaux se succèdent entre pagodes, temples asiatiques, animaux fantastiques, nénuphars et autres pandas.

Parc de Foucaud
Avenue Dom Vaysette
81600 Gaillac
https://festivaldeslanternes-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités