Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un crapaud qui imite une vipère pour éviter les prédateurs
Actualités

Un crapaud qui imite une vipère pour éviter les prédateurs

La nature multiplie les exemples de camouflage où des animaux adoptent l'aspect ou le comportement d'une autre espèce. Souvent ce mimétisme sert à éviter les prédateurs mais parfois aussi à attirer des proies. Le Journal of Natural History décrit ainsi pour la première fois l'exemple d'un crapaud imitant l'aspect d'une vipère !

Un cas de mimétisme batésien

Les deux protagonistes de cette histoire sont le crapaud géant du Congo, Sclerophrys channingi, et la vipère du Gabon, Bitis gabonica. L'amphibien fait partie des plus gros d'Afrique sub-saharienne ce qui en fait un mets de choix pour de nombreux prédateurs. Tandis que le serpent à les plus longs crocs de son règne et qu'il produit aussi la plus grande quantité de venin connue. Peu nombreux sont les animaux qui osent l'approcher et arborer ses couleurs est assurément le gage d'une quiétude assurée.

C'est semble-t-il le choix qu'a fait le crapaud du Congo : la forme de son corps et ses motifs de couleurs sont similaires...à la tête de la vipère du Gabon ! Il s'agit là d'un cas spectaculaire de mimétisme batésien, une forme d'imitation dans laquelle une espèce inoffensive adopte l'aspect d'une autre toxique ou dangereuse. Pour en être certain, une équipe internationale a observé pendant près de dix ans des spécimens des deux espèces à l'état sauvage (une chose très difficile car les rencontres sont rares) et a aussi examiné des animaux dans des zoos ou des musées. Les scientifiques ont ainsi pu confirmer que le crapaud avait bien imité la vipère.

Une imitation pas que visuelle

Le crapaud du Congo est allé beaucoup plus loin dans le mimétisme que la simple imitation visuelle passive. Des observations rapportent qu'il peut également émettre, quand il est menacé, un sifflement presque similaire à celui de la vipère qui s'apprête à frapper. Il semble qu'il puisse aussi adopter une position qui évoque la tête d'un serpent prêt à mordre mais la seule description de ce comportement date d'un siècle. Si le crapaud du Congo imite si parfaitement la vipère du Gabon, c'est parce-que ces deux espèces co-évoluent depuis des millions d'années sur la même zone géographique. Les deux sont apparues au début du Pliocène, il y a environ 4 ou 5 millions d'années et depuis, elles ne se sont plus quittées.


Source : Journal of Natural History
Crédit : Colin Tilbury

A gauche le corps d'un jeune crapaud du Congo et à droite la tête de la vipère du Gabon. Le crapaud a adopté une forme triangulaire avec une ligne médiane qui sépare son dos et des taches noires qui évoquent la vipère.

Un crapaud qui imite une vipère pour éviter les prédateurs Actualités

Un crapaud qui imite une vipère pour éviter les prédateurs

La nature multiplie les exemples de camouflage où des animaux adoptent l'aspect ou le comportement d'une autre espèce. Souvent ce mimétisme sert à éviter les prédateurs mais parfois aussi à attirer des proies. Le Journal of Natural History décrit ainsi pour la première fois l'exemple d'un crapaud imitant l'aspect d'une vipère !

Un cas de mimétisme batésien

Les deux protagonistes de cette histoire sont le crapaud géant du Congo, Sclerophrys channingi, et la vipère du Gabon, Bitis gabonica. L'amphibien fait partie des plus gros d'Afrique sub-saharienne ce qui en fait un mets de choix pour de nombreux prédateurs. Tandis que le serpent à les plus longs crocs de son règne et qu'il produit aussi la plus grande quantité de venin connue. Peu nombreux sont les animaux qui osent l'approcher et arborer ses couleurs est assurément le gage d'une quiétude assurée.

C'est semble-t-il le choix qu'a fait le crapaud du Congo : la forme de son corps et ses motifs de couleurs sont similaires...à la tête de la vipère du Gabon ! Il s'agit là d'un cas spectaculaire de mimétisme batésien, une forme d'imitation dans laquelle une espèce inoffensive adopte l'aspect d'une autre toxique ou dangereuse. Pour en être certain, une équipe internationale a observé pendant près de dix ans des spécimens des deux espèces à l'état sauvage (une chose très difficile car les rencontres sont rares) et a aussi examiné des animaux dans des zoos ou des musées. Les scientifiques ont ainsi pu confirmer que le crapaud avait bien imité la vipère.

Une imitation pas que visuelle

Le crapaud du Congo est allé beaucoup plus loin dans le mimétisme que la simple imitation visuelle passive. Des observations rapportent qu'il peut également émettre, quand il est menacé, un sifflement presque similaire à celui de la vipère qui s'apprête à frapper. Il semble qu'il puisse aussi adopter une position qui évoque la tête d'un serpent prêt à mordre mais la seule description de ce comportement date d'un siècle. Si le crapaud du Congo imite si parfaitement la vipère du Gabon, c'est parce-que ces deux espèces co-évoluent depuis des millions d'années sur la même zone géographique. Les deux sont apparues au début du Pliocène, il y a environ 4 ou 5 millions d'années et depuis, elles ne se sont plus quittées.


Source : Journal of Natural History
Crédit : Colin Tilbury

A gauche le corps d'un jeune crapaud du Congo et à droite la tête de la vipère du Gabon. Le crapaud a adopté une forme triangulaire avec une ligne médiane qui sépare son dos et des taches noires qui évoquent la vipère.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités