Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Pourquoi les oiseaux n'ont-ils pas de dents ?
Actualités

Pourquoi les oiseaux n'ont-ils pas de dents ?

Pourquoi les oiseaux, phylogénétiquement liés aux dinosaures, ont-ils perdu leurs dents au cours de l'évolution ? Peut-être pour permettre à leurs oeufs d'éclore plus rapidement et d'avoir de meilleures chances de survie, indique une étude publiée le 23 mai 2018 dans Biology Letters.

La formation de dents : un processus chronophage

Une équipe de recherche de l'université de Bonn (Allemagne) avance une nouvelle hypothèse qui permettrait d'expliquer l'absence de dents chez les oiseaux. Les biologistes s'appuient sur une recherche de paléontologues américains qui a mis en évidence la lente incubation des oeufs de dinosaures. Elle aurait été de plusieurs mois, comme celles des reptiles primitifs, alors que cette durée est nettement plus courte chez les oiseaux modernes (allant d'une dizaine de jours à quelques semaines). La faute aux dents : leur développement chez les dinosaures prenait environ 60% du temps de l'incubation. Du coup, l'embryon devait en quelque sorte "attendre dans l'oeuf" que la fabrication des dents soit terminée, soulignent les chercheurs Tzu-Ruei Yang et Martin Sander. Or, les oeufs sont des proies de choix pour les prédateurs, d'autant plus que la plupart des dinosaures se contentaient de les enterrer et ne s'en occupaient pas.

De ce fait une période d'incubation réduite, permettant une éclosion plus rapide, a offert "un important avantage" évolutif. "Nous suggérons que la sélection naturelle en faveur d'une disparition des dents est un effet secondaire de la sélection en faveur d'une croissance plus rapide de l'embryon et donc d'une durée d'incubation plus courte", écrivent-ils. Cette observation permet également d'expliquer la perte des dents et la présence d'un bec chez certains dinosaures non aviaires, soulignent les chercheurs.

D'autres hypothèses pour expliquer cette évolution

Plusieurs hypothèses ont déjà été émises pour expliquer le bec des oiseaux. Pour certains chercheurs, la disparition des dents a permis d'alléger le poids de la tête et de faciliter le vol actif des oiseaux. Mais cette explication ne permettait pas de comprendre pourquoi certains dinosaures carnivores du Mésozoïque incapables de voler n'avaient pas de dents mais un bec. La thèse la plus couramment admise pour la disparition des dents est celle d'un changement de régime alimentaire chez les oiseaux. Leur bec leur aurait permis de saisir plus facilement certains types de nourriture comme les graines. Cela aurait facilité leur survie lors de la grande extinction des espèces il y a quelque 65 millions d'années, provoquée notamment par la chute d'un astéroïde géant qui a bouleversé le climat de la planète.


Source : AFP
Crédit : Zhang Wenkui/SIPA ASIA/SIPA

La perte des dents chez les oiseaux modernes aurait été favorisée par une durée d'incubation plus courte.

Pourquoi les oiseaux n'ont-ils pas de dents ? Actualités

Pourquoi les oiseaux n'ont-ils pas de dents ?

Pourquoi les oiseaux, phylogénétiquement liés aux dinosaures, ont-ils perdu leurs dents au cours de l'évolution ? Peut-être pour permettre à leurs oeufs d'éclore plus rapidement et d'avoir de meilleures chances de survie, indique une étude publiée le 23 mai 2018 dans Biology Letters.

La formation de dents : un processus chronophage

Une équipe de recherche de l'université de Bonn (Allemagne) avance une nouvelle hypothèse qui permettrait d'expliquer l'absence de dents chez les oiseaux. Les biologistes s'appuient sur une recherche de paléontologues américains qui a mis en évidence la lente incubation des oeufs de dinosaures. Elle aurait été de plusieurs mois, comme celles des reptiles primitifs, alors que cette durée est nettement plus courte chez les oiseaux modernes (allant d'une dizaine de jours à quelques semaines). La faute aux dents : leur développement chez les dinosaures prenait environ 60% du temps de l'incubation. Du coup, l'embryon devait en quelque sorte "attendre dans l'oeuf" que la fabrication des dents soit terminée, soulignent les chercheurs Tzu-Ruei Yang et Martin Sander. Or, les oeufs sont des proies de choix pour les prédateurs, d'autant plus que la plupart des dinosaures se contentaient de les enterrer et ne s'en occupaient pas.

De ce fait une période d'incubation réduite, permettant une éclosion plus rapide, a offert "un important avantage" évolutif. "Nous suggérons que la sélection naturelle en faveur d'une disparition des dents est un effet secondaire de la sélection en faveur d'une croissance plus rapide de l'embryon et donc d'une durée d'incubation plus courte", écrivent-ils. Cette observation permet également d'expliquer la perte des dents et la présence d'un bec chez certains dinosaures non aviaires, soulignent les chercheurs.

D'autres hypothèses pour expliquer cette évolution

Plusieurs hypothèses ont déjà été émises pour expliquer le bec des oiseaux. Pour certains chercheurs, la disparition des dents a permis d'alléger le poids de la tête et de faciliter le vol actif des oiseaux. Mais cette explication ne permettait pas de comprendre pourquoi certains dinosaures carnivores du Mésozoïque incapables de voler n'avaient pas de dents mais un bec. La thèse la plus couramment admise pour la disparition des dents est celle d'un changement de régime alimentaire chez les oiseaux. Leur bec leur aurait permis de saisir plus facilement certains types de nourriture comme les graines. Cela aurait facilité leur survie lors de la grande extinction des espèces il y a quelque 65 millions d'années, provoquée notamment par la chute d'un astéroïde géant qui a bouleversé le climat de la planète.


Source : AFP
Crédit : Zhang Wenkui/SIPA ASIA/SIPA

La perte des dents chez les oiseaux modernes aurait été favorisée par une durée d'incubation plus courte.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019

EXPOSITION
"GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre

LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


42 - Loire

Jusqu'au 12 décembre

EXPOSITION
"FILIÈRES TEXTILES ET CUIR"

Une sélection de savoir-faire et techniques des métiers de l’artisanat d’art dans le domaine textile et du cuir, de la plumasserie à la maille, en passant par le travail du bottier, du relieur ou encore du maroquinier.

La maison du passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier-


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/


61 - Orne

Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION "LES HAIES"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"L’ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE, UN REGARD SUR LE MONDE"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités