Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Pourquoi ce coléoptère survit même si une voiture lui roule dessus
Actualités

Pourquoi ce coléoptère survit même si une voiture lui roule dessus

Un vrai char d’assaut. Le Nosoderma diabolicum – qui porte bien son nom – n’est pas bien gros, mais rien ne semble pouvoir atteindre ou détruire ce scarabée. Évidemment intéressés par ses capacités, les scientifiques se sont penchés sur son cas. Et ils ont finalement réussi à percer… ses secrets.

Des scientifiques ont dévoilé ce mercredi 21 octobre les secrets du scarabée cuirassé diabolique — c’est la traduction de son nom latin -, impossible à écraser même avec une voiture. Une découverte qui pourrait inspirer l’ingénierie et la robotique.
Avec son dos noir rugueux, le Nosoderma diabolicum, ressemble à un gros caillou d’environ 2 cm, vivant principalement sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, sous l’écorce des chênes.

N’ayant plus la capacité de ses ancêtres à s’éloigner des prédateurs en s’envolant, il feint la mort quand il est attaqué. Mais il possède aussi une « capacité remarquable à résister aux coups d’écrasement et de perforation des prédateurs, et même d’une automobile », selon une étude publiée dans la revue Nature.

Il peut supporter 39 000 fois son poids

L’étude prouve qu’il peut tolérer des forces allant jusqu’à 39 000 fois son poids : la créature pourrait ainsi concurrencer les cafards sur le haut du podium des insectes indestructibles.

Cette capacité, ce scarabée la doit à une paire d’ailes antérieures rigides, les élytres, qui fonctionnent comme un exosquelette (un squelette extérieur, si vous préférez) protégeant l’insecte. Elles sont tellement dures que les entomologistes en plient leurs épingles quand ils exposent les collections en vitrines, rapporte l’étude.

Des scientifiques des États-Unis et du Japon se sont penchés sur la structure de ces élytres. À l’aide de techniques d’imagerie avancées, ils ont observé une série d’articulations en forme de scie sauteuse, s’emboîtant comme dans un puzzle, et constaté que la forme de ces lames et leur microstructure stratifiée agissaient pour durcir l’armure.

Robots compressibles ou véhicules blindés

Bien qu’ultra-solide, cette structure est flexible, conférant au scarabée une capacité à se cacher sous les rochers, ou à se tordre sous l’écorce des arbres pour s’abriter, en portant un poids supplémentaire, sans endommager ses organes internes.

Les chercheurs ont ensuite utilisé l’impression 3D et des simulations, afin de voir si cette structure géométrique pouvait être utilisée comme attache mécanique pour assembler différents matériaux – plastique et métal – similaires à ceux requis dans la conception des turbines de l’industrie aérospatiale. Ces conceptions se sont avérées plus résistantes qu’un joint d’ingénierie courant.

Ces scarabées « pourraient maintenant inspirer la conception de robots compressibles, comme l’ont fait les cafards qui ont la capacité similaire de changer de forme, ou de véhicules blindés », a commenté Po-Yu Chen, du département de science et d’ingénierie des matériaux de l’Université Tsing Hua de Taïwan.


Source : Ouest-France
Crédit : PURDUE UNIVERSITY/ERIN EASTERLING

Un coléoptère diabolique cuirassé (Nosoderma diabolicum).

Pourquoi ce coléoptère survit même si une voiture lui roule dessus Actualités

Pourquoi ce coléoptère survit même si une voiture lui roule dessus

Un vrai char d’assaut. Le Nosoderma diabolicum – qui porte bien son nom – n’est pas bien gros, mais rien ne semble pouvoir atteindre ou détruire ce scarabée. Évidemment intéressés par ses capacités, les scientifiques se sont penchés sur son cas. Et ils ont finalement réussi à percer… ses secrets.

Des scientifiques ont dévoilé ce mercredi 21 octobre les secrets du scarabée cuirassé diabolique — c’est la traduction de son nom latin -, impossible à écraser même avec une voiture. Une découverte qui pourrait inspirer l’ingénierie et la robotique.
Avec son dos noir rugueux, le Nosoderma diabolicum, ressemble à un gros caillou d’environ 2 cm, vivant principalement sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, sous l’écorce des chênes.

N’ayant plus la capacité de ses ancêtres à s’éloigner des prédateurs en s’envolant, il feint la mort quand il est attaqué. Mais il possède aussi une « capacité remarquable à résister aux coups d’écrasement et de perforation des prédateurs, et même d’une automobile », selon une étude publiée dans la revue Nature.

Il peut supporter 39 000 fois son poids

L’étude prouve qu’il peut tolérer des forces allant jusqu’à 39 000 fois son poids : la créature pourrait ainsi concurrencer les cafards sur le haut du podium des insectes indestructibles.

Cette capacité, ce scarabée la doit à une paire d’ailes antérieures rigides, les élytres, qui fonctionnent comme un exosquelette (un squelette extérieur, si vous préférez) protégeant l’insecte. Elles sont tellement dures que les entomologistes en plient leurs épingles quand ils exposent les collections en vitrines, rapporte l’étude.

Des scientifiques des États-Unis et du Japon se sont penchés sur la structure de ces élytres. À l’aide de techniques d’imagerie avancées, ils ont observé une série d’articulations en forme de scie sauteuse, s’emboîtant comme dans un puzzle, et constaté que la forme de ces lames et leur microstructure stratifiée agissaient pour durcir l’armure.

Robots compressibles ou véhicules blindés

Bien qu’ultra-solide, cette structure est flexible, conférant au scarabée une capacité à se cacher sous les rochers, ou à se tordre sous l’écorce des arbres pour s’abriter, en portant un poids supplémentaire, sans endommager ses organes internes.

Les chercheurs ont ensuite utilisé l’impression 3D et des simulations, afin de voir si cette structure géométrique pouvait être utilisée comme attache mécanique pour assembler différents matériaux – plastique et métal – similaires à ceux requis dans la conception des turbines de l’industrie aérospatiale. Ces conceptions se sont avérées plus résistantes qu’un joint d’ingénierie courant.

Ces scarabées « pourraient maintenant inspirer la conception de robots compressibles, comme l’ont fait les cafards qui ont la capacité similaire de changer de forme, ou de véhicules blindés », a commenté Po-Yu Chen, du département de science et d’ingénierie des matériaux de l’Université Tsing Hua de Taïwan.


Source : Ouest-France
Crédit : PURDUE UNIVERSITY/ERIN EASTERLING

Un coléoptère diabolique cuirassé (Nosoderma diabolicum).

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

A partir du 28 février

EXPOSITION - VISITE VIRTUELLE GRATUITE
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES, LE TEMPS DE L'INTIMITÉ"

En raison de l'épidémie et de la fermeture nationale des musées, l'exposition n'aura malheureusement été ouverte au public que pendant cinq semaines.
La visite virtuelle est accessible gratuitement, depuis le site internet du Musée de Lodève et sans limite de temps. Les salles de l'exposition en 360°, les commentaires audio des œuvres... visitez l'exposition comme si vous y étiez sur votre ordinateur ou votre smartphone.
Visiter l'exposition

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités