Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

A Madagascar, des araignées cousent des feuilles pour piéger des grenouilles
Actualités

A Madagascar, des araignées cousent des feuilles pour piéger des grenouilles

Un creux feuillu pour s’abriter du soleil, quelle aubaine, a priori pour la grenouille de roseau de Madagascar qui veut éviter la déshydratation lorsque la température grimpe ! Sauf que l’abri peut cacher une surprise mortelle, c’est-à-dire une chasseuse à l’affut, ont découvert des chercheurs malgaches et allemands qui publient dans la revue Ecology and Evolution.

"En attachant les feuilles ensemble, ces araignées créent des micro-habitats frais et sombres"

En 2018, le biologiste Thio Rosin Fulgence, de l'Université d'Antananarivo à Madagascar, et ses collègues menaient une enquête de terrain au nord-est de l’île lorsque Dominic Andreas Martin, écologue à l'Université de Göttingen en Allemagne, a repéré une grande araignée chasseuse du genre Damastes en train de déguster une petite Heterixalus andrakata. C’était la deuxième fois seulement qu’un arachnide de Madagascar était observé s’attaquant à un amphibien… mais le plus surprenant était ailleurs : l’araignée (voir photo ci-dessus) campait dans un abri constitué de deux feuilles voisines, toujours attachées à leurs tiges et dont les bords avaient été reliés par des fils de soie.

Par la suite, les chercheurs ont découvert trois autres repaires de feuilles cousues, sur des arbres d’espèces différentes, dans trois autres lieux, y compris une plantation de vanille, ce qui suggère que de tels abris soient fréquemment construits par les Damastes dans le nord-est de Madagascar. "En attachant les feuilles ensemble, ces araignées créent des micro-habitats frais et sombres, très attrayants dans un environnement sec et brûlant où rôdent beaucoup d'oiseaux prédateurs", explique Thio Rosin Fulgence.

Un piège unique parmi les araignées ?

Pas étonnant que les petits amphibiens arboricoles s’y réfugient.  Mais ces pièges sont-ils intentionnels ? Les Damastes, qui appartiennent à la famille des Sparassidae, ne fabriquent pas de toiles. Ce sont des chasseuses à l’affut, aussi patientes qu’elles sont promptes à dégainer leur venin. Elles peuvent aisément se dissimuler dans les feuillages pour attendre leur proie. Et elles ne semblent pas redouter la chaleur, même si elles sont réputées agir de nuit.

Pourquoi alors construire des abris aussi sophistiqués ? "Les feuilles se sont rapprochées les unes des autres, fermant environ les deux tiers des bords des feuilles, à partir du sommet, témoigne Dominic Andreas Martin. Les abris que nous avons trouvés étaient ouverts à la base des feuilles et les araignées, bien cachées à l'arrière du piège, et n'étaient pas visibles de l'entrée." Seules des observations supplémentaires et des expériences détaillées peuvent confirmer si les feuilles sont un piège à grenouilles, reconnaissent les chercheurs. Si tel est le cas, cet outil pourrait être unique parmi les araignées, où l’on n’a pas encore décrit de pièges construits par des araignées spécifiquement pour capturer des vertébrés.


Source : Rachel Mulot / Sciences et Avenir
Crédit : Dominique Andreas Martin

Une araignée dévore la grenouille qu'elle a piégée dans un abri de feuilles cousu avec du fil de soie.

A Madagascar, des araignées cousent des feuilles pour piéger des grenouilles Actualités

A Madagascar, des araignées cousent des feuilles pour piéger des grenouilles

Un creux feuillu pour s’abriter du soleil, quelle aubaine, a priori pour la grenouille de roseau de Madagascar qui veut éviter la déshydratation lorsque la température grimpe ! Sauf que l’abri peut cacher une surprise mortelle, c’est-à-dire une chasseuse à l’affut, ont découvert des chercheurs malgaches et allemands qui publient dans la revue Ecology and Evolution.

"En attachant les feuilles ensemble, ces araignées créent des micro-habitats frais et sombres"

En 2018, le biologiste Thio Rosin Fulgence, de l'Université d'Antananarivo à Madagascar, et ses collègues menaient une enquête de terrain au nord-est de l’île lorsque Dominic Andreas Martin, écologue à l'Université de Göttingen en Allemagne, a repéré une grande araignée chasseuse du genre Damastes en train de déguster une petite Heterixalus andrakata. C’était la deuxième fois seulement qu’un arachnide de Madagascar était observé s’attaquant à un amphibien… mais le plus surprenant était ailleurs : l’araignée (voir photo ci-dessus) campait dans un abri constitué de deux feuilles voisines, toujours attachées à leurs tiges et dont les bords avaient été reliés par des fils de soie.

Par la suite, les chercheurs ont découvert trois autres repaires de feuilles cousues, sur des arbres d’espèces différentes, dans trois autres lieux, y compris une plantation de vanille, ce qui suggère que de tels abris soient fréquemment construits par les Damastes dans le nord-est de Madagascar. "En attachant les feuilles ensemble, ces araignées créent des micro-habitats frais et sombres, très attrayants dans un environnement sec et brûlant où rôdent beaucoup d'oiseaux prédateurs", explique Thio Rosin Fulgence.

Un piège unique parmi les araignées ?

Pas étonnant que les petits amphibiens arboricoles s’y réfugient.  Mais ces pièges sont-ils intentionnels ? Les Damastes, qui appartiennent à la famille des Sparassidae, ne fabriquent pas de toiles. Ce sont des chasseuses à l’affut, aussi patientes qu’elles sont promptes à dégainer leur venin. Elles peuvent aisément se dissimuler dans les feuillages pour attendre leur proie. Et elles ne semblent pas redouter la chaleur, même si elles sont réputées agir de nuit.

Pourquoi alors construire des abris aussi sophistiqués ? "Les feuilles se sont rapprochées les unes des autres, fermant environ les deux tiers des bords des feuilles, à partir du sommet, témoigne Dominic Andreas Martin. Les abris que nous avons trouvés étaient ouverts à la base des feuilles et les araignées, bien cachées à l'arrière du piège, et n'étaient pas visibles de l'entrée." Seules des observations supplémentaires et des expériences détaillées peuvent confirmer si les feuilles sont un piège à grenouilles, reconnaissent les chercheurs. Si tel est le cas, cet outil pourrait être unique parmi les araignées, où l’on n’a pas encore décrit de pièges construits par des araignées spécifiquement pour capturer des vertébrés.


Source : Rachel Mulot / Sciences et Avenir
Crédit : Dominique Andreas Martin

Une araignée dévore la grenouille qu'elle a piégée dans un abri de feuilles cousu avec du fil de soie.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

A partir du 28 février

EXPOSITION - VISITE VIRTUELLE GRATUITE
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES, LE TEMPS DE L'INTIMITÉ"

En raison de l'épidémie et de la fermeture nationale des musées, l'exposition n'aura malheureusement été ouverte au public que pendant cinq semaines.
La visite virtuelle est accessible gratuitement, depuis le site internet du Musée de Lodève et sans limite de temps. Les salles de l'exposition en 360°, les commentaires audio des œuvres... visitez l'exposition comme si vous y étiez sur votre ordinateur ou votre smartphone.
Visiter l'exposition

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités