Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les femelles colibris se déguisent parfois en mâles pour éviter d'être agressées
Actualités

Les femelles colibris se déguisent parfois en mâles pour éviter d'être agressées

Avec leurs couleurs chatoyantes, leur petit corps délicat et leurs ailes vibrant à toute vitesse, les colibris sont perçus comme des oiseaux aussi mignons que sociables. Ils ont pourtant un caractère bien trempé et n'hésitent pas à agresser leurs congénères quand il s'agit de défendre leur nourriture, de rivaliser pour se reproduire ou d'éloigner les intrus de leur territoire.

Chez le colibri jacobin (Florisuga mellivora), une espèce qui évolue en Amérique centrale et en Amérique du Sud, certaines femelles semblent néanmoins avoir trouvé une astuce pour réduire les agressions : elles se "déguisent" en mâles. C'est ce que révèle une étude publiée ce mois-ci dans la revue Current Biology.
Une question de plumage

Comme d'autres oiseaux, le colibri présente ce qu'on appelle un dimorphisme sexuel. En clair : le mâle et la femelle n'ont pas la même apparence. Le premier arbore une tête et une poitrine bleutée, un plumage vert brillant ainsi qu'un ventre et une queue blanche. La seconde elle, est dépourvue de bleu et possède un plumage vert plus terne et tacheté de noir par endroits.

En observant une population de F. mellivora au Panama, des scientifiques ont constaté que ce n'était pas toujours le cas. Entre 2015 et 2019, ils ont capturé et sexé quelque 430 spécimens dans la région de Gamboa. Sur les 120 femelles recensées, adultes ou juvéniles, 30% se sont avérées présenter un plumage semblable à celui des mâles.

Ce constat a mis en évidence une première particularité chez l'espèce. Alors que les jeunes oiseaux adoptent généralement un plumage similaire à celui des adultes de leur sexe, les colibris jacobins juvéniles arborent eux, quel que soit leur sexe, des caractéristiques semblables à celles des mâles. A savoir un plumage vert brillant et une tête bleue.

"C'était une grosse surprise. Ce n'est pas quelque chose que vous voyez généralement chez les oiseaux", a confirmé au National Geographic Jay Falk, aujourd'hui écologue à l'université de Washington et principal auteur de l'étude. La surprise a été plus importante encore quand ils ont découvert que toutes les femelles juvéniles n'évoluaient pas vers leur plumage caractéristique.

Si 80% des sujets observés perdaient leurs couleurs vives en grandissant, 20% les conservaient pour adopter une apparence très similaire à celle des mâles. Restait à comprendre pourquoi.
Sélection sexuelle ou compétition pour les ressources ?

Chez les oiseaux, le plumage est généralement associé à la sélection sexuelle et la reproduction. Pour tester cette hypothèse, les scientifiques ont mis en place une petite expérience : durant la saison de reproduction, ils ont exposé des colibris à de faux spécimens - des mâles adultes, des femelles adultes classiques ou des femelles adultes aux allures de mâles -.

"Si les femelles au plumage de mâle étaient le résultat de la sélection sexuelle, alors les mâles se seraient dirigées vers elles", a expliqué le spécialiste dans un communiqué. Sauf que "cela n'est pas arrivé. Les mâles présentaient encore une préférence nette pour les femelles adultes au plumage classique".

Le fait que les oiseaux ressemblent dès leur jeune âge davantage à des mâles a renforcé encore l'idée que ce "déguisement" ne visait aucunement à attirer d'éventuels partenaires. Cette piste éliminée, les chercheurs se sont alors tournés vers leur deuxième hypothèse : la compétition pour la nourriture.

Ils ont équipé près de 150 colibris de capteurs électroniques et ont suivi leurs visites au niveau de 28 mangeoires durant 278 jours. Grâce aux dispositifs, ils ont pu savoir en détails combien de fois chaque individu était venu et combien de temps il était resté. Et les résultats ont permis d'éclairer une partie du mystère.

Ils ont montré que les femelles au plumage masculin fréquentaient davantage les mangeoires remplies de nectar et sur de plus longues durées. Environ 35% de plus que les femelles classiques. Un bénéfice non négligeable dans la mesure où les colibris ont un métabolisme rapide et ont besoin de se nourrir très régulièrement.

Moins d'agression, plus de nourriture

En renouvelant l'expérience avec de faux spécimens, l'équipe a observé que les femelles "déguisées" étaient bien moins attaquées que les autres par leurs congénères masculins. "Parce que les femelles au plumage masculin subissaient moins d'agressions, elles étaient donc capables de se nourrir plus souvent - un net avantage", a décrypté l'écologue.

Chez les juvéniles, mâles comme femelles, les bénéfices des plumes colorées pourraient être les mêmes : moins d'agression et plus de nourriture, avancent les auteurs dans leur rapport. Mais pourquoi toutes les femelles n'utilisent-elles pas alors cette astuce ? Car la tactique n'est pas sans conséquences pour elles.

En plus de moins attirer les prétendants, ce plumage trompeur les rend aussi beaucoup plus voyantes aux yeux des prédateurs lorsqu'elles nichent dans les arbres, relève l'étude. Cependant, des questions demeurent notamment sur les mécanismes qui permettent aux femelles de maintenir ces couleurs vives.

On ignore également si la similarité ne se résume pas au plumage, par exemple si ces femelles se comportent aussi agressivement que les mâles. Les colibris jacobins ne seraient d'ailleurs pas la seule espèce à employer une telle astuce. D'après Jay Falk, environ 25% des plus de 350 espèces de colibris recensées dans le monde présenteraient des femelles aux allures de mâles.


Source : Emeline Férard / GEO
Crédit : Kathy & Sam/CC BY 2.0

Une femelle colibri avec un plumage classique.

Les femelles colibris se déguisent parfois en mâles pour éviter d'être agressées Actualités

Les femelles colibris se déguisent parfois en mâles pour éviter d'être agressées

Avec leurs couleurs chatoyantes, leur petit corps délicat et leurs ailes vibrant à toute vitesse, les colibris sont perçus comme des oiseaux aussi mignons que sociables. Ils ont pourtant un caractère bien trempé et n'hésitent pas à agresser leurs congénères quand il s'agit de défendre leur nourriture, de rivaliser pour se reproduire ou d'éloigner les intrus de leur territoire.

Chez le colibri jacobin (Florisuga mellivora), une espèce qui évolue en Amérique centrale et en Amérique du Sud, certaines femelles semblent néanmoins avoir trouvé une astuce pour réduire les agressions : elles se "déguisent" en mâles. C'est ce que révèle une étude publiée ce mois-ci dans la revue Current Biology.
Une question de plumage

Comme d'autres oiseaux, le colibri présente ce qu'on appelle un dimorphisme sexuel. En clair : le mâle et la femelle n'ont pas la même apparence. Le premier arbore une tête et une poitrine bleutée, un plumage vert brillant ainsi qu'un ventre et une queue blanche. La seconde elle, est dépourvue de bleu et possède un plumage vert plus terne et tacheté de noir par endroits.

En observant une population de F. mellivora au Panama, des scientifiques ont constaté que ce n'était pas toujours le cas. Entre 2015 et 2019, ils ont capturé et sexé quelque 430 spécimens dans la région de Gamboa. Sur les 120 femelles recensées, adultes ou juvéniles, 30% se sont avérées présenter un plumage semblable à celui des mâles.

Ce constat a mis en évidence une première particularité chez l'espèce. Alors que les jeunes oiseaux adoptent généralement un plumage similaire à celui des adultes de leur sexe, les colibris jacobins juvéniles arborent eux, quel que soit leur sexe, des caractéristiques semblables à celles des mâles. A savoir un plumage vert brillant et une tête bleue.

"C'était une grosse surprise. Ce n'est pas quelque chose que vous voyez généralement chez les oiseaux", a confirmé au National Geographic Jay Falk, aujourd'hui écologue à l'université de Washington et principal auteur de l'étude. La surprise a été plus importante encore quand ils ont découvert que toutes les femelles juvéniles n'évoluaient pas vers leur plumage caractéristique.

Si 80% des sujets observés perdaient leurs couleurs vives en grandissant, 20% les conservaient pour adopter une apparence très similaire à celle des mâles. Restait à comprendre pourquoi.
Sélection sexuelle ou compétition pour les ressources ?

Chez les oiseaux, le plumage est généralement associé à la sélection sexuelle et la reproduction. Pour tester cette hypothèse, les scientifiques ont mis en place une petite expérience : durant la saison de reproduction, ils ont exposé des colibris à de faux spécimens - des mâles adultes, des femelles adultes classiques ou des femelles adultes aux allures de mâles -.

"Si les femelles au plumage de mâle étaient le résultat de la sélection sexuelle, alors les mâles se seraient dirigées vers elles", a expliqué le spécialiste dans un communiqué. Sauf que "cela n'est pas arrivé. Les mâles présentaient encore une préférence nette pour les femelles adultes au plumage classique".

Le fait que les oiseaux ressemblent dès leur jeune âge davantage à des mâles a renforcé encore l'idée que ce "déguisement" ne visait aucunement à attirer d'éventuels partenaires. Cette piste éliminée, les chercheurs se sont alors tournés vers leur deuxième hypothèse : la compétition pour la nourriture.

Ils ont équipé près de 150 colibris de capteurs électroniques et ont suivi leurs visites au niveau de 28 mangeoires durant 278 jours. Grâce aux dispositifs, ils ont pu savoir en détails combien de fois chaque individu était venu et combien de temps il était resté. Et les résultats ont permis d'éclairer une partie du mystère.

Ils ont montré que les femelles au plumage masculin fréquentaient davantage les mangeoires remplies de nectar et sur de plus longues durées. Environ 35% de plus que les femelles classiques. Un bénéfice non négligeable dans la mesure où les colibris ont un métabolisme rapide et ont besoin de se nourrir très régulièrement.

Moins d'agression, plus de nourriture

En renouvelant l'expérience avec de faux spécimens, l'équipe a observé que les femelles "déguisées" étaient bien moins attaquées que les autres par leurs congénères masculins. "Parce que les femelles au plumage masculin subissaient moins d'agressions, elles étaient donc capables de se nourrir plus souvent - un net avantage", a décrypté l'écologue.

Chez les juvéniles, mâles comme femelles, les bénéfices des plumes colorées pourraient être les mêmes : moins d'agression et plus de nourriture, avancent les auteurs dans leur rapport. Mais pourquoi toutes les femelles n'utilisent-elles pas alors cette astuce ? Car la tactique n'est pas sans conséquences pour elles.

En plus de moins attirer les prétendants, ce plumage trompeur les rend aussi beaucoup plus voyantes aux yeux des prédateurs lorsqu'elles nichent dans les arbres, relève l'étude. Cependant, des questions demeurent notamment sur les mécanismes qui permettent aux femelles de maintenir ces couleurs vives.

On ignore également si la similarité ne se résume pas au plumage, par exemple si ces femelles se comportent aussi agressivement que les mâles. Les colibris jacobins ne seraient d'ailleurs pas la seule espèce à employer une telle astuce. D'après Jay Falk, environ 25% des plus de 350 espèces de colibris recensées dans le monde présenteraient des femelles aux allures de mâles.


Source : Emeline Férard / GEO
Crédit : Kathy & Sam/CC BY 2.0

Une femelle colibri avec un plumage classique.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


04 - Alpes de Haute-Provence

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"BIENVENUE CHEZ LES PREHISTOS"

Cette exposition fait découvrir aux visiteurs la vie quotidienne préhistorique de la famille Préhistos à travers une mise en scène immersive et originale.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


Jusqu'en avril 2023

EXPOSITION
"HABITER, HABITATS, HABITANTS"

Quels impacts les mutations urbaines du XXe siècle ont-elles eu sur les formes d’habiter dans un territoire marqué par la ruralité ? Etalement urbain, lotissements, éco-construction, chantiers et habitats participatifs… autant de thèmes qui sont abordés dans cette exposition qui donne la parole aux habitants.

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


11 - Aude

Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION 
"NARBO MARTIUS, RENAISSANCE D’UNE CAPITALE"

Consacrée à la restitution de Narbo Martius (le nom latin de Narbonne), cette exposition immersive permet au visiteur de déambuler de manière spectaculaire dans la grande cité romaine, tout en découvrant le processus de restitution et d’expérimentation archéologique qui a permis d’aboutir à ce résultat.

Musée Narbo Via
2 avenue André Mècle
11100 Narbonne
04 68 90 28 90
https://narbovia.fr


17 - Charente Maritime

Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION 
"COLLECTER LES OMBRES. MESURER L’ÉCUME" 

Oeuvres d'Elsa Guillaume dans les collections du Musée national de la Marine et l'Ancienne école de médecine navale .

Musée national de la Marine 
Hôtel de Cheusses 
1 place de la Gallissonnière
17300 Rochefort 
Ancienne école de médecine navale
25 rue amiral Meyer
17300 Rochefort
www.musee-marine.fr/rochefort


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"MIAM ! JE MANGE DONC JE SUIS"

Quels sont les impacts environnementaux liés à la production des ressources nécessaires pour nourrir l’humanité d’aujourd’hui et celle de demain ? Et si nous consommions la nature autrement ?
Une déclinaison de l’exposition conçue par le Musée de l’Homme/Muséum national d’Histoire naturelle.

Jardin de l'Arquebuse
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

Jusqu'au 11 décembre

EXPOSITION
"LUMIÈRES DANS LA NUIT"

Une exposition historiques : les phares sous l’Occupation. 
Une exposition artistique : phares et sémaphores à travers cinq regards d'artistes.

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat

Atelier artistique - Atelier pêche - Galerie Livandour
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

► Jusqu'au 15 janvier 2023

EXPOSITION
"CHARLES BELLE, PEINDRE"

Charles Belle est un peintre français dont l’œuvre est reconnue pour son approche de la représentation des éléments de la nature dans des formats souvent monumentaux.
Il aborde les sujets tantôt avec un réalisme tendre et profond, tantôt dans une gestuelle intense et sensuelle.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
03 81 54 45 13
www.salineroyale.com


29 - Finistère

Jusqu'au 5 mars 2023

EXPOSITION
"VOYAGE EN TERRES AUSTRALES - CROZET & KERGUELEN 1772-2022"

Aujourd’hui, les archipels de Crozet et Kerguelen sont protégés par une réserve naturelle et élevés au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet anniversaire est l’opportunité de raconter l’histoire de ces terres australes françaises à travers une exposition rassemblant objets et documents inédits.

Musée national de la Marine
Château de Brest
Rue du château 
29200 Brest
02 98 22 12 39
www.musee-marine.fr/brest


30 - Gard

Les 6, 7 & 8 mai 2023

"LES JOURNÉES ROMAINES DE NÎMES, VERCINGÉTORIX

Grand spectacle historique. Plongez dans l’Histoire ! Dans les Arènes de Nîmes, 520 figurants venus de toute l’Europe vous font revivre l’histoire de Vercingétorix.
De Gergovie à Alesia, au plus près de la réalité historique, revivez les plus grandes batailles de la Guerre des Gaules qui opposa le légendaire chef gaulois au grand Jules César. Spectacles à 15h30.

Boulevard des Arènes
30000 Nîmes
04 66 21 82 56
www.arenes-nimes.com


34 - Hérault

Jusqu'au 19 mars 2023

EXPOSITION
"PAYSAGES DE COROT À SIMA"

Découvrez près de deux siècles d’art, deux siècles de perception de la nature, et deux siècles de vues à couper le souffle.
Des côtes de Normandie aux forêts du sud de la France, des terres alsaciennes aux pins des landes, découvrez notre pays à travers le regard des plus grands artistes des siècles derniers.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


35 - Ille et Vilaine

► Le 11 décembre 

CINÉ-RENCONTRE
"LA GUERRE DU LAIT"

La Guerre du lait de Guy Chapouillié, Claude Bailblé et Anne Simonet (52 min). 
Au printemps 1972, les paysans de l'ouest de la France se mettent en lutte pour imposer une juste rémunération de leur travail, bloquant les coopératives et firmes laitières, déversant les citernes à lait, manifestant devant les préfectures. Dimanche 11 décembre à 16h.

Écomusée de la Bintinais
Route de Châtillon-Sur-Seiche
35200 Rennes
02 99 51 38 15
www.ecomusee-rennes-metropole.fr


► Jusqu'au 3 septembre 2023

EXPOSITION
"RACES BRETONNES : UNE HISTOIRE BIEN VIVANTE"

Vache Bretonne pie noir, mouton d'Ouessant et autres poule Coucou de Rennes s'invitent dans la salle d'exposition de l'Écomusée de la Bintinais !
Des œuvres d'art, des collections techniques et ethnographiques ainsi qu'une riche iconographie accompagnent cette plongée à la découverte des races bretonnes, emblèmes d'une histoire et d'un patrimoine bien vivants !

Écomusée de la Bintinais
Route de Châtillon-Sur-Seiche
35200 Rennes
02 99 51 38 15
www.ecomusee-rennes-metropole.fr


39 - Jura

Le 10 décembre

ATELIER
"LA FRESQUE DU CLIMAT"

En 3 heures, l'atelier collaboratif "La fresque du climat" permet de comprendre l'essentiel des enjeux climatiques pour passer à l'action.

Espace des Mondes Polaires
46 rue Croix de la Teppe 
39220 Prémanon
03 39 50 80 20
www.espacedesmondespolaires.org


Jusqu'au 5 décembre 2023

EXPOSITION
"L'OURS DANS LA BIODIVERSITÉ POLAIRE"

Embarquez dans un voyage naturaliste au milieu des glaces, sur la piste de l’ours. A travers cette exposition, c’est la biodiversité polaire qui est mise à l’honneur.

Espace des Mondes Polaires
46 rue Croix de la Teppe 
39220 Prémanon
03 39 50 80 20
www.espacedesmondespolaires.org


► Les 21 & 28 décembre

ATELIERS VACANCES SCOLAIRES

Atelier toile de jute le mercredi 21 décembre de 15h à 17h.
Comme Arcabas qui a réalisé le premier bandeau de l'œuvre de Saint-Hugues avec une recette à base de pigments, d’œufs, de sucre et de miel, venez réaliser votre peinture sur toile de jute.

Atelier acrylique et feuille d’or le mercredi 28 décembre de 15h à 17h.
Sur ses tableaux peints à l’acrylique, Arcabas apportait une touche abstraite ou de l’éclat avec la feuille d’or. Venez peindre un tableau et y ajouter la feuille d’or pour le compléter.

Musée arcabas en Chartreuse
Eglise de Saint-Hugues
38380 Saint-Pierre-de-Chartreuse
04 76 88 65 01
www.saint-hugues-arcabas.fr


41 - Loir et Cher

Du 3 décembre au 2 janvier 2023

VISITES GUIDÉES 
"NOËL S’INVITE À LA MAGNANERIE DE BOURRÉ"

Assurée par les habitants des «troglos» en personne avec humour et convivialité, la visite guidée vous fera découvrir ce site troglodytique d’exception décoré pour Noël.
Visites guidées quotidiennes à 11h30 et 14h30 sauf le 25 décembre. Adultes : 9 € / 13-17 ans : 7 € / 6-12 ans : 5 €. Groupes sur réservation .

La Magnanerie du Bourré
4 chemin de la Croix Bardin
41400 Bourré
02 54 75 50 79
www.magnanerie-troglo.fr


68 - Haut Rhin

► Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION 
"NOS JOUETS DES ANNÉES 1990-2000"

De Pokémon aux Powers Rangers en passant par le Seigneur des Anneaux et les Tortues Ninja, la Nef des Jouets propose de mettre à l’honneur les personnages mythiques des dernières décennies.

La Nef des Jouets
12 rue Jean Jaurès
68360 Soultz
03 89 74 30 92
www.ville-soultz.fr


75 - Paris

Jusqu'au 28 janvier 2023

EXPOSITION
"CLEMENCEAU ET LES PHOTOGRAPHES DE L’INTIME"

Le parcours de l’exposition-focus suit les premiers pas de Clemenceau devant l’objectif de son père et, plus tard, en politique, sous l’œil de son ami Félix Nadar rencontré durant la Commune.
L’exposition- se clôture par des photographies de famille immortalisant les moments de bonheur et de complicité avec ses enfants et petits-enfants.

Musée Clemenceau
8 rue Benjamin Franklin,
75116 Paris
01 45 20 53 41
https://musee-clemenceau.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités