Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les chauves-souris des tropiques modulent leur rythme cardiaque
Actualités

Les chauves-souris des tropiques modulent leur rythme cardiaque

C'est une vie sur le fil du rasoir. Tous les jours, les chauves-souris d'Amérique centrale et latine Uroderma bilobatum doivent équilibrer prise de nourriture et dépense énergétique. Ces chiroptères se nourrissent principalement de jus de figues, des fruits qu'elles doivent rechercher en vol sur de grandes distances. Or, pour atteindre leur aliment préféré, ces animaux dépensent une énergie folle dans des membres très musculeux. Selon les chercheurs du Max Planck Institute for Ornithology (Allemagne), l'université de l'Illinois (États-Unis) et de Trent (Canada), il s'agit d'un des métabolismes de base les plus élevés dans la nature. L'énergie consommée en vol est en effet 3 à 5 fois supérieure à celle de n'importe quel autre mammifère. Un échec dans la quête quotidienne de nourriture met immédiatement en danger de mort cet animal à peine plus gros qu'une souris.

 10 % d'énergie économisée

Pourtant, Uroderma bilobatum est loin d'être une espèce en danger d'extinction. Elle est courante dans toutes les forêts tropicales d'Amérique latine et centrale — y compris les plantations — où elle est connue pour être une “fabricante de tentes”. Outre sa recherche de fruit, cette espèce ronge en effet les nervures des feuilles de bananiers pour les faire s'incliner en une sorte d'abri sous lequel elle passe la nuit en harem, un mâle cohabitant avec plusieurs femelles. Les chercheurs s'interrogent depuis longtemps sur la capacité de ce mammifère à supporter une telle activité. Ces chauves-souris ne peuvent pas en effet se mettre en état de torpeur. La diminution de la température sanguine qui provoque cet état n'est pas possible pour un animal vivant dans un environnement très chaud.

Pour résoudre le mystère, les chercheurs ont équipé quatre spécimens d'enregistreurs cardiaques miniatures. Ils ont ensuite passés leurs nuits à crapahuter dans la forêt avec une grande antenne pour récupérer les fréquences cardiaques. Résultat de ces efforts qui viennent d'être publiés dans eLife : des fréquences en vol comprises entre 791 et 1066 battements par minute (l'homme au pic d'effort ne dépasse pas 220 battements par minute). Ce n'est pas un exploit, certains oiseaux comme les colibris dépassant les 1200 battements. Le record est ailleurs : au repos. Cette chauve-souris est en effet capable d'abaisser son rythme cardiaque à 200 battements par minute plusieurs fois par jour pendant six minutes. Selon les calculs des chercheurs, cela représente une économie d'énergie de 10%. Cette particularité physiologique permet ainsi à l'animal d'équilibrer dépenses et recettes. C'est la première fois qu'on constate une telle capacité physique chez un animal, les études sur les moyens d'adaptation de ces animaux étant rares. Uroderma bilobatum a trouvé le moyen de fonctionner à très haute et très basse énergie, soit la seule méthode efficace pour supporter son mode de vie.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Charlesjsharp- wikipedia CC BY-SA 3.0

Un harem de chauves-souris Uroderma sous une feuille de bananier au Costa Rica.

Les chauves-souris des tropiques modulent leur rythme cardiaque Actualités

Les chauves-souris des tropiques modulent leur rythme cardiaque

C'est une vie sur le fil du rasoir. Tous les jours, les chauves-souris d'Amérique centrale et latine Uroderma bilobatum doivent équilibrer prise de nourriture et dépense énergétique. Ces chiroptères se nourrissent principalement de jus de figues, des fruits qu'elles doivent rechercher en vol sur de grandes distances. Or, pour atteindre leur aliment préféré, ces animaux dépensent une énergie folle dans des membres très musculeux. Selon les chercheurs du Max Planck Institute for Ornithology (Allemagne), l'université de l'Illinois (États-Unis) et de Trent (Canada), il s'agit d'un des métabolismes de base les plus élevés dans la nature. L'énergie consommée en vol est en effet 3 à 5 fois supérieure à celle de n'importe quel autre mammifère. Un échec dans la quête quotidienne de nourriture met immédiatement en danger de mort cet animal à peine plus gros qu'une souris.

 10 % d'énergie économisée

Pourtant, Uroderma bilobatum est loin d'être une espèce en danger d'extinction. Elle est courante dans toutes les forêts tropicales d'Amérique latine et centrale — y compris les plantations — où elle est connue pour être une “fabricante de tentes”. Outre sa recherche de fruit, cette espèce ronge en effet les nervures des feuilles de bananiers pour les faire s'incliner en une sorte d'abri sous lequel elle passe la nuit en harem, un mâle cohabitant avec plusieurs femelles. Les chercheurs s'interrogent depuis longtemps sur la capacité de ce mammifère à supporter une telle activité. Ces chauves-souris ne peuvent pas en effet se mettre en état de torpeur. La diminution de la température sanguine qui provoque cet état n'est pas possible pour un animal vivant dans un environnement très chaud.

Pour résoudre le mystère, les chercheurs ont équipé quatre spécimens d'enregistreurs cardiaques miniatures. Ils ont ensuite passés leurs nuits à crapahuter dans la forêt avec une grande antenne pour récupérer les fréquences cardiaques. Résultat de ces efforts qui viennent d'être publiés dans eLife : des fréquences en vol comprises entre 791 et 1066 battements par minute (l'homme au pic d'effort ne dépasse pas 220 battements par minute). Ce n'est pas un exploit, certains oiseaux comme les colibris dépassant les 1200 battements. Le record est ailleurs : au repos. Cette chauve-souris est en effet capable d'abaisser son rythme cardiaque à 200 battements par minute plusieurs fois par jour pendant six minutes. Selon les calculs des chercheurs, cela représente une économie d'énergie de 10%. Cette particularité physiologique permet ainsi à l'animal d'équilibrer dépenses et recettes. C'est la première fois qu'on constate une telle capacité physique chez un animal, les études sur les moyens d'adaptation de ces animaux étant rares. Uroderma bilobatum a trouvé le moyen de fonctionner à très haute et très basse énergie, soit la seule méthode efficace pour supporter son mode de vie.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Charlesjsharp- wikipedia CC BY-SA 3.0

Un harem de chauves-souris Uroderma sous une feuille de bananier au Costa Rica.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


74 - HAUTE-SAVOIE

Jusqu'au 31 décembre 2018
EXPOSITION TEMPORAIRE
"Sibérie centrale et orientale"

Muséum des Papillons
et Insectes du Château de Faverges

293 chemin de la Vie Plaine
74210 Faverges
07 78 41 33 51
www.museum-faverges.com


81 - TARN

Du 1er décembre au 31 janvier 2018
FESTIVAL DES LANTERNES
Féérie des lumières d'Asie

Chaque soir à la tombée de la nuit, la féérie des lanternes chinoises illumine le site classé du parc Foucaud.
Autour du château, sous les arbres millénaires ornés de lumière, dans les bassins et pièces d'eau, vingt tableaux se succèdent entre pagodes, temples asiatiques, animaux fantastiques, nénuphars et autres pandas.

Parc de Foucaud
Avenue Dom Vaysette
81600 Gaillac
https://festivaldeslanternes-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités