Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les animaux nocturnes utilisent-ils les étoiles pour se repérer ?
Actualités

Les animaux nocturnes utilisent-ils les étoiles pour se repérer ?

Il est vraisemblable que les amphibiens – qui sont nocturnes pour 80 % d’entre eux – se dirigent "aux étoiles". Mais l’influence des astres sur les animaux est difficile à mesurer, d’autant que les expériences menées sont plutôt rares. Les résultats obtenus sur certaines espèces laissent toutefois penser que le monde animal profite de la voûte céleste pour se déplacer et se nourrir.

Ainsi de Scarabaeus satyrus, ou scarabée bousier, qui, en 2013, a suscité l’admiration du monde scientifique pour sa faculté à s’orienter de nuit. Des chercheurs de l’université de Lund (Suède) ont installé ce coléoptère sud-africain au centre d’une caisse remplie de sable. Par une nuit étoilée, le scarabée a sans hésitation poussé sa bouse en ligne droite vers le bord de l’arène. Soit le chemin le plus court. Deux fois plus court que les circonvolutions de ses congénères testés par temps nuageux ou équipés d’une visière opaque. Ces observations ont été confirmées et précisées par une seconde série d’expériences, réalisées cette fois sous la voûte changeante d’un planétarium. Grâce à elles, les chercheurs ont pu identifier la boussole du noctambule : rien moins que la Voie lactée !

Un passereau sous les étoiles

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques intègrent un planétarium à leur dispositif expérimental. Dans une étude publiée dans Science en... 1970, et portant sur la migration du bruant indigo, une équipe de l’université Cornell (New York) a montré que ce petit passereau nord-américain se servait des étoiles – et pas uniquement du champ magnétique terrestre – pour retrouver sa zone d’hivernage. Observés à l’époque de leur première migration automnale, ces oiseaux ont été incapables de trouver la bonne direction sous une voûte sans astres, alors qu’ils se sont spontanément orientés vers le sud sous la reconstitution d’un ciel d’automne. Les chercheurs se sont amusés à changer l’orientation de ce ciel : les bruants ont alors mis le cap sur le "sud" indiqué par la nouvelle disposition des étoiles.

Dans le même registre, en 1986, des éthologues de l’université de Francfort ont élevé "en planétarium" deux groupes de fauvettes (Sylvia borin), le premier sous une voûte où les étoiles se déplaçaient suivant la rotation de la Terre, le second sous un ciel fixe. Seuls les membres du premier groupe ont su trouver la direction de la migration.

Et même dans l'eau...

Et les espèces marines ? Le phoque commun (Phoca vitulina), par exemple, un mammifère qui ne craint pas de voyager ni de chasser la nuit... Comment parvient-il à ne pas se perdre dans l’immensité océane, où n’existe nul repère ? C’est le mystère qu’a résolu en 2008 une équipe de l’université du Sud-Danemark. Il lui a suffi d’observer les déplacements de deux individus dans une piscine installée à l’intérieur d’un planétarium. En modifiant l’orientation du ciel étoilé, les chercheurs ont déterminé que les deux phoques se repéraient grâce à l’étoile Polaire. Les animaux évaluent en effet en permanence l’angle existant entre ce point fixe et la constellation qu’ils suivent, laquelle se déplace avec la rotation de la Terre. Une méthode similaire à celle utilisée par les premiers navigateurs polynésiens !
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Shane Michael Black

Les animaux nocturnes utilisent-ils les étoiles pour se repérer ? Actualités

Les animaux nocturnes utilisent-ils les étoiles pour se repérer ?

Il est vraisemblable que les amphibiens – qui sont nocturnes pour 80 % d’entre eux – se dirigent "aux étoiles". Mais l’influence des astres sur les animaux est difficile à mesurer, d’autant que les expériences menées sont plutôt rares. Les résultats obtenus sur certaines espèces laissent toutefois penser que le monde animal profite de la voûte céleste pour se déplacer et se nourrir.

Ainsi de Scarabaeus satyrus, ou scarabée bousier, qui, en 2013, a suscité l’admiration du monde scientifique pour sa faculté à s’orienter de nuit. Des chercheurs de l’université de Lund (Suède) ont installé ce coléoptère sud-africain au centre d’une caisse remplie de sable. Par une nuit étoilée, le scarabée a sans hésitation poussé sa bouse en ligne droite vers le bord de l’arène. Soit le chemin le plus court. Deux fois plus court que les circonvolutions de ses congénères testés par temps nuageux ou équipés d’une visière opaque. Ces observations ont été confirmées et précisées par une seconde série d’expériences, réalisées cette fois sous la voûte changeante d’un planétarium. Grâce à elles, les chercheurs ont pu identifier la boussole du noctambule : rien moins que la Voie lactée !

Un passereau sous les étoiles

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques intègrent un planétarium à leur dispositif expérimental. Dans une étude publiée dans Science en... 1970, et portant sur la migration du bruant indigo, une équipe de l’université Cornell (New York) a montré que ce petit passereau nord-américain se servait des étoiles – et pas uniquement du champ magnétique terrestre – pour retrouver sa zone d’hivernage. Observés à l’époque de leur première migration automnale, ces oiseaux ont été incapables de trouver la bonne direction sous une voûte sans astres, alors qu’ils se sont spontanément orientés vers le sud sous la reconstitution d’un ciel d’automne. Les chercheurs se sont amusés à changer l’orientation de ce ciel : les bruants ont alors mis le cap sur le "sud" indiqué par la nouvelle disposition des étoiles.

Dans le même registre, en 1986, des éthologues de l’université de Francfort ont élevé "en planétarium" deux groupes de fauvettes (Sylvia borin), le premier sous une voûte où les étoiles se déplaçaient suivant la rotation de la Terre, le second sous un ciel fixe. Seuls les membres du premier groupe ont su trouver la direction de la migration.

Et même dans l'eau...

Et les espèces marines ? Le phoque commun (Phoca vitulina), par exemple, un mammifère qui ne craint pas de voyager ni de chasser la nuit... Comment parvient-il à ne pas se perdre dans l’immensité océane, où n’existe nul repère ? C’est le mystère qu’a résolu en 2008 une équipe de l’université du Sud-Danemark. Il lui a suffi d’observer les déplacements de deux individus dans une piscine installée à l’intérieur d’un planétarium. En modifiant l’orientation du ciel étoilé, les chercheurs ont déterminé que les deux phoques se repéraient grâce à l’étoile Polaire. Les animaux évaluent en effet en permanence l’angle existant entre ce point fixe et la constellation qu’ils suivent, laquelle se déplace avec la rotation de la Terre. Une méthode similaire à celle utilisée par les premiers navigateurs polynésiens !
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Shane Michael Black

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités