Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage
Actualités

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage

Il est possible de trouver un nombre impressionnant d’images de différentes espèces de plantes. Selon une récente étude, celles-ci ne représenteraient toutefois qu’une petite partie des espèces existantes sur notre planète. De plus, ces mêmes images sont dispatchées entre de nombreuses plateformes, ce qui ajoute une difficulté en ce qui concerne les travaux scientifiques.

Des espèces de plantes absentes

À l’heure du tout numérique et de l’omniprésence au quotidien des smartphones et des réseaux sociaux, il apparaît assez paradoxal que près de la moitié des espèces végétales de la Terre n’ait jamais été photographiée. Ceci est le constat que des chercheurs internationaux ont fait dans une étude parue dans la revue Nature Plants le 29 juillet 2021.

Les meneurs de l’étude expliquent que les photographies de plusieurs dizaines de milliers de plantes peuvent actuellement faire l’objet d’une consultation sur le Net. En revanche, sensiblement la même quantité d’autres plantes sont – bien que décrites – malheureusement démunies en termes d’images. Selon Pierre Bonnet du Cirad (France), co-auteur de l’étude, il s’agit d’espèces moins connues et souvent, davantage menacées de disparition. Ces fameuses espèces seraient seulement identifiables via des descriptions écrites et des spécimens d’herbiers sous format numérique. Autrement dit, cette situation limiterait de manière non négligeable les efforts des scientifiques œuvrant pour leur conservation.

Il faut savoir que l’étude en question concerne l’ensemble du continent américain uniquement. Les chercheurs ont passé en revue pas moins de 25 plateformes d’images en ligne telles que Flickr, Tropicos, iNaturalist, Phytoimages ou encore, celle de l’United States National Herbarium, forte d’une collection de cinq millions de spécimens végétaux. Le fait est que toutes ces plateformes concentrent 65 786 espèces végétales, soit 52,8 % du total des espèces du continent.

La plupart des espèces manquantes sont tropicales

Outre l’absence de près de la moitié des espèces existantes, les meneurs de l’étude déplorent le manque d’un système global d’information sur la biodiversité. Aujourd’hui, les internautes auraient moins de 50 % de chances de trouver la photo d’une espèce américaine donnée. Même Google Images ne semble pas être d’une grande aide. Mais qu’en est-il des réseaux sociaux ? Pas moins de 98,1 % des espèces photographiées appartiennent à la famille des Liliacées, c’est-à-dire celle des tulipes, lis, jacinthes, etc. Les autres familles les plus populaires sont les Saxifragacées (armera, heuchère) et les Fagacées (chêne vert, hêtre commun).

Du côté des plantes absentes, la plupart se trouveraient dans des zones tropicales. Rien qu’au Brésil, pas moins de 15 000 espèces ne bénéficient d’aucune représentation sur les plateformes d’images ou sur les réseaux. Quant aux espèces nouvellement décrites, la littérature scientifique représente un frein à la diffusion des images. Effectivement, l’accès en est très souvent payant.

Un autre co-auteur de l’étude, Nigel Pitman du Muséum d’histoire naturelle de Chicago (États-Unis), rappelle l’importance de la photographie botanique. L’intéressé explique que nous sommes au milieu d’une crise d’extinction mondiale. Dans ce contexte, la difficulté de protéger les espèces est accrue s’il est impossible de savoir à quoi ces mêmes espèces ressemblent. Le chercheur milite donc pour la mise en place d’une plateforme mondiale dans laquelle il serait facile de trouver des photos de toutes les plantes existantes.


Source : Céline Deluzarche / Futura
Crédit : John Rusk, Flickr

Malgré ses 38 648 espèces de plantes photographiées sur sa plateforme, Flickr ne comprend que 31% de toutes les espèces existantes en Amérique.

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage Actualités

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage

Il est possible de trouver un nombre impressionnant d’images de différentes espèces de plantes. Selon une récente étude, celles-ci ne représenteraient toutefois qu’une petite partie des espèces existantes sur notre planète. De plus, ces mêmes images sont dispatchées entre de nombreuses plateformes, ce qui ajoute une difficulté en ce qui concerne les travaux scientifiques.

Des espèces de plantes absentes

À l’heure du tout numérique et de l’omniprésence au quotidien des smartphones et des réseaux sociaux, il apparaît assez paradoxal que près de la moitié des espèces végétales de la Terre n’ait jamais été photographiée. Ceci est le constat que des chercheurs internationaux ont fait dans une étude parue dans la revue Nature Plants le 29 juillet 2021.

Les meneurs de l’étude expliquent que les photographies de plusieurs dizaines de milliers de plantes peuvent actuellement faire l’objet d’une consultation sur le Net. En revanche, sensiblement la même quantité d’autres plantes sont – bien que décrites – malheureusement démunies en termes d’images. Selon Pierre Bonnet du Cirad (France), co-auteur de l’étude, il s’agit d’espèces moins connues et souvent, davantage menacées de disparition. Ces fameuses espèces seraient seulement identifiables via des descriptions écrites et des spécimens d’herbiers sous format numérique. Autrement dit, cette situation limiterait de manière non négligeable les efforts des scientifiques œuvrant pour leur conservation.

Il faut savoir que l’étude en question concerne l’ensemble du continent américain uniquement. Les chercheurs ont passé en revue pas moins de 25 plateformes d’images en ligne telles que Flickr, Tropicos, iNaturalist, Phytoimages ou encore, celle de l’United States National Herbarium, forte d’une collection de cinq millions de spécimens végétaux. Le fait est que toutes ces plateformes concentrent 65 786 espèces végétales, soit 52,8 % du total des espèces du continent.

La plupart des espèces manquantes sont tropicales

Outre l’absence de près de la moitié des espèces existantes, les meneurs de l’étude déplorent le manque d’un système global d’information sur la biodiversité. Aujourd’hui, les internautes auraient moins de 50 % de chances de trouver la photo d’une espèce américaine donnée. Même Google Images ne semble pas être d’une grande aide. Mais qu’en est-il des réseaux sociaux ? Pas moins de 98,1 % des espèces photographiées appartiennent à la famille des Liliacées, c’est-à-dire celle des tulipes, lis, jacinthes, etc. Les autres familles les plus populaires sont les Saxifragacées (armera, heuchère) et les Fagacées (chêne vert, hêtre commun).

Du côté des plantes absentes, la plupart se trouveraient dans des zones tropicales. Rien qu’au Brésil, pas moins de 15 000 espèces ne bénéficient d’aucune représentation sur les plateformes d’images ou sur les réseaux. Quant aux espèces nouvellement décrites, la littérature scientifique représente un frein à la diffusion des images. Effectivement, l’accès en est très souvent payant.

Un autre co-auteur de l’étude, Nigel Pitman du Muséum d’histoire naturelle de Chicago (États-Unis), rappelle l’importance de la photographie botanique. L’intéressé explique que nous sommes au milieu d’une crise d’extinction mondiale. Dans ce contexte, la difficulté de protéger les espèces est accrue s’il est impossible de savoir à quoi ces mêmes espèces ressemblent. Le chercheur milite donc pour la mise en place d’une plateforme mondiale dans laquelle il serait facile de trouver des photos de toutes les plantes existantes.


Source : Céline Deluzarche / Futura
Crédit : John Rusk, Flickr

Malgré ses 38 648 espèces de plantes photographiées sur sa plateforme, Flickr ne comprend que 31% de toutes les espèces existantes en Amérique.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités