Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage
Actualités

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage

Il est possible de trouver un nombre impressionnant d’images de différentes espèces de plantes. Selon une récente étude, celles-ci ne représenteraient toutefois qu’une petite partie des espèces existantes sur notre planète. De plus, ces mêmes images sont dispatchées entre de nombreuses plateformes, ce qui ajoute une difficulté en ce qui concerne les travaux scientifiques.

Des espèces de plantes absentes

À l’heure du tout numérique et de l’omniprésence au quotidien des smartphones et des réseaux sociaux, il apparaît assez paradoxal que près de la moitié des espèces végétales de la Terre n’ait jamais été photographiée. Ceci est le constat que des chercheurs internationaux ont fait dans une étude parue dans la revue Nature Plants le 29 juillet 2021.

Les meneurs de l’étude expliquent que les photographies de plusieurs dizaines de milliers de plantes peuvent actuellement faire l’objet d’une consultation sur le Net. En revanche, sensiblement la même quantité d’autres plantes sont – bien que décrites – malheureusement démunies en termes d’images. Selon Pierre Bonnet du Cirad (France), co-auteur de l’étude, il s’agit d’espèces moins connues et souvent, davantage menacées de disparition. Ces fameuses espèces seraient seulement identifiables via des descriptions écrites et des spécimens d’herbiers sous format numérique. Autrement dit, cette situation limiterait de manière non négligeable les efforts des scientifiques œuvrant pour leur conservation.

Il faut savoir que l’étude en question concerne l’ensemble du continent américain uniquement. Les chercheurs ont passé en revue pas moins de 25 plateformes d’images en ligne telles que Flickr, Tropicos, iNaturalist, Phytoimages ou encore, celle de l’United States National Herbarium, forte d’une collection de cinq millions de spécimens végétaux. Le fait est que toutes ces plateformes concentrent 65 786 espèces végétales, soit 52,8 % du total des espèces du continent.

La plupart des espèces manquantes sont tropicales

Outre l’absence de près de la moitié des espèces existantes, les meneurs de l’étude déplorent le manque d’un système global d’information sur la biodiversité. Aujourd’hui, les internautes auraient moins de 50 % de chances de trouver la photo d’une espèce américaine donnée. Même Google Images ne semble pas être d’une grande aide. Mais qu’en est-il des réseaux sociaux ? Pas moins de 98,1 % des espèces photographiées appartiennent à la famille des Liliacées, c’est-à-dire celle des tulipes, lis, jacinthes, etc. Les autres familles les plus populaires sont les Saxifragacées (armera, heuchère) et les Fagacées (chêne vert, hêtre commun).

Du côté des plantes absentes, la plupart se trouveraient dans des zones tropicales. Rien qu’au Brésil, pas moins de 15 000 espèces ne bénéficient d’aucune représentation sur les plateformes d’images ou sur les réseaux. Quant aux espèces nouvellement décrites, la littérature scientifique représente un frein à la diffusion des images. Effectivement, l’accès en est très souvent payant.

Un autre co-auteur de l’étude, Nigel Pitman du Muséum d’histoire naturelle de Chicago (États-Unis), rappelle l’importance de la photographie botanique. L’intéressé explique que nous sommes au milieu d’une crise d’extinction mondiale. Dans ce contexte, la difficulté de protéger les espèces est accrue s’il est impossible de savoir à quoi ces mêmes espèces ressemblent. Le chercheur milite donc pour la mise en place d’une plateforme mondiale dans laquelle il serait facile de trouver des photos de toutes les plantes existantes.


Source : Céline Deluzarche / Futura
Crédit : John Rusk, Flickr

Malgré ses 38 648 espèces de plantes photographiées sur sa plateforme, Flickr ne comprend que 31% de toutes les espèces existantes en Amérique.

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage Actualités

La moitié des plantes terrestres n'ont encore jamais été photographiées à l'état sauvage

Il est possible de trouver un nombre impressionnant d’images de différentes espèces de plantes. Selon une récente étude, celles-ci ne représenteraient toutefois qu’une petite partie des espèces existantes sur notre planète. De plus, ces mêmes images sont dispatchées entre de nombreuses plateformes, ce qui ajoute une difficulté en ce qui concerne les travaux scientifiques.

Des espèces de plantes absentes

À l’heure du tout numérique et de l’omniprésence au quotidien des smartphones et des réseaux sociaux, il apparaît assez paradoxal que près de la moitié des espèces végétales de la Terre n’ait jamais été photographiée. Ceci est le constat que des chercheurs internationaux ont fait dans une étude parue dans la revue Nature Plants le 29 juillet 2021.

Les meneurs de l’étude expliquent que les photographies de plusieurs dizaines de milliers de plantes peuvent actuellement faire l’objet d’une consultation sur le Net. En revanche, sensiblement la même quantité d’autres plantes sont – bien que décrites – malheureusement démunies en termes d’images. Selon Pierre Bonnet du Cirad (France), co-auteur de l’étude, il s’agit d’espèces moins connues et souvent, davantage menacées de disparition. Ces fameuses espèces seraient seulement identifiables via des descriptions écrites et des spécimens d’herbiers sous format numérique. Autrement dit, cette situation limiterait de manière non négligeable les efforts des scientifiques œuvrant pour leur conservation.

Il faut savoir que l’étude en question concerne l’ensemble du continent américain uniquement. Les chercheurs ont passé en revue pas moins de 25 plateformes d’images en ligne telles que Flickr, Tropicos, iNaturalist, Phytoimages ou encore, celle de l’United States National Herbarium, forte d’une collection de cinq millions de spécimens végétaux. Le fait est que toutes ces plateformes concentrent 65 786 espèces végétales, soit 52,8 % du total des espèces du continent.

La plupart des espèces manquantes sont tropicales

Outre l’absence de près de la moitié des espèces existantes, les meneurs de l’étude déplorent le manque d’un système global d’information sur la biodiversité. Aujourd’hui, les internautes auraient moins de 50 % de chances de trouver la photo d’une espèce américaine donnée. Même Google Images ne semble pas être d’une grande aide. Mais qu’en est-il des réseaux sociaux ? Pas moins de 98,1 % des espèces photographiées appartiennent à la famille des Liliacées, c’est-à-dire celle des tulipes, lis, jacinthes, etc. Les autres familles les plus populaires sont les Saxifragacées (armera, heuchère) et les Fagacées (chêne vert, hêtre commun).

Du côté des plantes absentes, la plupart se trouveraient dans des zones tropicales. Rien qu’au Brésil, pas moins de 15 000 espèces ne bénéficient d’aucune représentation sur les plateformes d’images ou sur les réseaux. Quant aux espèces nouvellement décrites, la littérature scientifique représente un frein à la diffusion des images. Effectivement, l’accès en est très souvent payant.

Un autre co-auteur de l’étude, Nigel Pitman du Muséum d’histoire naturelle de Chicago (États-Unis), rappelle l’importance de la photographie botanique. L’intéressé explique que nous sommes au milieu d’une crise d’extinction mondiale. Dans ce contexte, la difficulté de protéger les espèces est accrue s’il est impossible de savoir à quoi ces mêmes espèces ressemblent. Le chercheur milite donc pour la mise en place d’une plateforme mondiale dans laquelle il serait facile de trouver des photos de toutes les plantes existantes.


Source : Céline Deluzarche / Futura
Crédit : John Rusk, Flickr

Malgré ses 38 648 espèces de plantes photographiées sur sa plateforme, Flickr ne comprend que 31% de toutes les espèces existantes en Amérique.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


46 - Lot

Jusqu'au 26 septembre

EXPOSITION MUSEE CHAMPOLLION
"DONGBA.DES PICTOGRAMMES NAXI À L’ART CONTEMPORAIN"

L’exposition présente un panorama complet de la culture Dongba à travers une collection de manuscrits, de peintures sacrées, de costumes et d’instruments de la culture divinatoire dongba jusqu’aux plus importants pionniers de la création contemporaine de style Dongba.

Musée Champollion
Place Champollion
46100 Figeac
05 65 50 31 08
www.musee-champollion.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


76 - Seine-Maritime

Jusqu’au 4 septembre

EXPOSITION
"PLAYMOBIL, LE MONDE DE L’IMAGINATION"
 
Personnages mythologiques, histoires fantastiques, contes populaires et héros magiciens, tous vont se côtoyer dans de nombreuses scénettes dans les salles de la mythothèque de l’Historial Jeanne d’arc.
Tarifs : 2,50 €, gratuit pour les moins de 6 ans. Exposition gratuite si visite de l’Historial Jeanne d’Arc.
Renseignement : http://www.historial-jeannedarc.fr/exposition-playmobil-le-monde-de-limagination/

Historial Jeanne d’Arc
7 rue Saint Romain
76000 Rouen
02 35 52 48 00


87 - Haute-Vienne

Les 2 et 3 octobre

RANDONNEE
"SOUS MES PIEDS... UN CRATÈRE D'IMPACT"

L'équipe de la Réserve Naturelle Nationale de l'astroblème de Rochechouart-Chassenon propose 2 jours de randonnée animée (samedi et/ou dimanche au choix). Partez à la découverte d'un paysage façonné par la chute d'un astéroïde il y a plus de 200 millions d'année. Environ 12 km par jour. Samedi soir : possibilité de prendre un repas à la ferme et d'amener vos toiles de tentes pour dormir à la ferme.
Réservation obligatoire - Places limitées.

Maison de la Réserve
Espace météorite Paul Pellas

16 rue Jean Parvy
87600 Rochechouart
05 55 03 02 70
reservenaturelle.rochechouart@pol-cdc.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités