Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

La bioluminescence est partout dans l'océan
Actualités

La bioluminescence est partout dans l'océan

Dans l'océan, à partir d’une certaine profondeur, l’obscurité totale règne. On y rencontre pourtant de nombreuses espèces qui émettent de la lumière. Dans quelle mesure cette bioluminescence est-elle répandue ? Dans les environnements côtiers, elle concerne moins de 2,5 % des espèces, mais en haute mer, elle serait prépondérante. C'est ce qu'il ressort d'un relevé précis effectué par Séverine Martini et Steven Haddock, de l’institut de recherche de l’aquarium de Monterey Bay, en Californie, qui ont analysé un grand nombre de films réalisés par des véhicules sous-marins téléguidés (ROV).

La bioluminescence résulte de l’oxydation d’une molécule appelée luciférine par les organismes vivants. Ce processus de nature chimique se distingue donc de la fluorescence et de la phosphorescence, qui nécessitent une source de lumière extérieure. La lumière émise par la bioluminescence se répartit principalement dans une gamme de couleurs allant du bleu au vert. Ce phénomène a de nombreuses fonctions pour les animaux : attirer les partenaires sexuels, leurrer les proies, communiquer, etc.

Séverine Martini et Steven Haddock ont collecté près de 350 000 observations d’espèces marines réalisées entre 1999 et 2016 par des ROV jusqu’à 300 kilomètres au large de la côte californienne. Ils ont ensuite recensé et classé la faune en fonction de bioluminescence, des espèces et de la profondeur à laquelle elles ont été observées, de la surface jusqu’à 3 900 mètres de profondeur. Plus des trois quarts des espèces se révèlent être bioluminescentes, une proportion relativement stable sur toute la colonne d’eau même si le nombre total d’organismes diminue avec la profondeur. Chez les cnidaires, notamment les méduses, ce chiffre dépasse les 95 %. Comme le souligne Séverine Martini, « la bioluminescence est loin d’être un phénomène exotique, observable uniquement chez certains poissons abyssaux. » C’est une une propriété très répandue.

L’utilisation des ROV a montré son efficacité, mais elle a aussi ses limites. Le bruit du moteur et la lumière des projecteurs peut faire fuir certaines espèces. En outre, la résolution des caméras et donc la possibilité d'identifier les animaux s'est améliorée avec le temps. À l’heure actuelle, les ROV sont cependant considérés comme des instruments parmi les plus adaptés pour ce type d’étude dans un environnement océanique extrêmement difficile. Malgré les biais, les chercheurs ont de toute façon montré avec cette étude que la bioluminescence, parce qu’elle est un trait très répandu, pourrait être utilisée pour détecter la biomasse des profondeurs océaniques et suivre son évolution.


Source : Pour la science
Crédit : Steve Haddock © 2017 MBARI

Le siphonophore Frillagalma vityazi est bioluminescent, comme 99,7 % de cet ordre de zooplancton observés dans la baie de Monterey aux États-Unis.

La bioluminescence est partout dans l'océan Actualités

La bioluminescence est partout dans l'océan

Dans l'océan, à partir d’une certaine profondeur, l’obscurité totale règne. On y rencontre pourtant de nombreuses espèces qui émettent de la lumière. Dans quelle mesure cette bioluminescence est-elle répandue ? Dans les environnements côtiers, elle concerne moins de 2,5 % des espèces, mais en haute mer, elle serait prépondérante. C'est ce qu'il ressort d'un relevé précis effectué par Séverine Martini et Steven Haddock, de l’institut de recherche de l’aquarium de Monterey Bay, en Californie, qui ont analysé un grand nombre de films réalisés par des véhicules sous-marins téléguidés (ROV).

La bioluminescence résulte de l’oxydation d’une molécule appelée luciférine par les organismes vivants. Ce processus de nature chimique se distingue donc de la fluorescence et de la phosphorescence, qui nécessitent une source de lumière extérieure. La lumière émise par la bioluminescence se répartit principalement dans une gamme de couleurs allant du bleu au vert. Ce phénomène a de nombreuses fonctions pour les animaux : attirer les partenaires sexuels, leurrer les proies, communiquer, etc.

Séverine Martini et Steven Haddock ont collecté près de 350 000 observations d’espèces marines réalisées entre 1999 et 2016 par des ROV jusqu’à 300 kilomètres au large de la côte californienne. Ils ont ensuite recensé et classé la faune en fonction de bioluminescence, des espèces et de la profondeur à laquelle elles ont été observées, de la surface jusqu’à 3 900 mètres de profondeur. Plus des trois quarts des espèces se révèlent être bioluminescentes, une proportion relativement stable sur toute la colonne d’eau même si le nombre total d’organismes diminue avec la profondeur. Chez les cnidaires, notamment les méduses, ce chiffre dépasse les 95 %. Comme le souligne Séverine Martini, « la bioluminescence est loin d’être un phénomène exotique, observable uniquement chez certains poissons abyssaux. » C’est une une propriété très répandue.

L’utilisation des ROV a montré son efficacité, mais elle a aussi ses limites. Le bruit du moteur et la lumière des projecteurs peut faire fuir certaines espèces. En outre, la résolution des caméras et donc la possibilité d'identifier les animaux s'est améliorée avec le temps. À l’heure actuelle, les ROV sont cependant considérés comme des instruments parmi les plus adaptés pour ce type d’étude dans un environnement océanique extrêmement difficile. Malgré les biais, les chercheurs ont de toute façon montré avec cette étude que la bioluminescence, parce qu’elle est un trait très répandu, pourrait être utilisée pour détecter la biomasse des profondeurs océaniques et suivre son évolution.


Source : Pour la science
Crédit : Steve Haddock © 2017 MBARI

Le siphonophore Frillagalma vityazi est bioluminescent, comme 99,7 % de cet ordre de zooplancton observés dans la baie de Monterey aux États-Unis.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités