Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Evolution : la sélection naturelle est deux fois plus rapide que prévu
Actualités

Evolution : la sélection naturelle est deux fois plus rapide que prévu

A chaque génération, la sélection naturelle permet un gain de 18,5% de chances de survie de la descendance, simplement grâce à la génétique, d’après de nouveaux travaux sur la faune sauvage publiés dans Science. Un chiffre deux fois plus important qu’attendu, mais probablement insuffisant pour contrer le changement climatique.

Une action de la sélection naturelle deux fois plus rapide que prévu

“Au début, je n’ai pas cru à nos résultats. J'étais sûr qu’il y avait une erreur de calcul”, se rappelle Timothée Bonnet, biologiste de l’Evolution à l’Australian National University de Canberra (Australie) et premier auteur de ces nouveaux travaux. Mais même avec les hypothèses de calcul les plus strictes et les postulats les plus conservateurs, le nombre ne change que très peu. “Nous trouvons qu’en moyenne, la sélection naturelle seule cause des modifications génétiques augmentant le nombre de progénitures de 18,5%, en seulement une génération”... Contre 9% dans les précédentes études. Chez les 15 espèces sauvages examinées, de la hyène tachetée à la mésange bleue, les modifications génétiques bénéfiques liées à l’Evolution survenaient donc deux fois plus rapidement que prévu.  

Une méthode créée pour des besoins agricoles

Pour comprendre cette surprenante conclusion, il faut revenir quelques décennies en arrière, lorsque les professionnels de l’agriculture ont cherché à identifier les animaux les plus avantageux à accoupler. Pour savoir par exemple quel taureau reproducteur ferait les vaches laitières les plus productives, il est nécessaire d’évaluer à quel point la quantité de lait produite est héréditaire, et d’identifier les taureaux dont la généalogie est la plus avantageuse. “La beauté de cette méthode, c’est qu’elle permet d’étudier la base génétique de traits non directement mesurables (un taureau ne produit pas de lait) sans même avoir besoin d’identifier les gènes en question”, explique à Sciences et Avenir Alexandre Courtiol, co-auteur de l'article et spécialiste en Biologie de l’Evolution à l’IZW de Berlin (Allemagne). Il suffit de recréer la généalogie, le lien de parenté entre individus. La génétique quantitative ne cherche donc pas à identifier des gènes, mais à évaluer à quel point la transmission de la caractéristique observée est due à la génétique (et non à l’environnement, la culture, etc).  

Une valeur initialement sous-estimée par les travaux précédents

Appliquée à des espèces sauvages, la génétique quantitative version agricole permet donc théoriquement de mesurer l'influence de la génétique dans les changements d’une espèce au cours du temps. Le trait examiné dans cette étude n’est alors plus la production de lait, mais le nombre de descendants vivants générés à chaque génération. Mais c’est là que le bât blesse, car transposer des méthodes inventées pour observer la quantité de lait produite expose dans ce cas-ci à des erreurs statistiques. D’abord, “la quantité de lait, est une variable continue (qui peut prendre une infinité de valeurs, ndlr), tandis que le nombre de descendants est une variable discrète (il ne prend que des valeurs rondes type 0, 1, 2, etc. ndlr)”, explique Alexandre Courtiol. Ensuite, dans certaines populations sauvages, 95% des individus ne survivent pas jusqu’à l’âge reproducteur, pointe Timothée Bonnet. Tous ces décès créent un pic à la valeur zéro, qui n’existait pas dans les modèles agricoles et met donc à mal le modèle mathématique. “Ne pas tenir compte de ce pic en zéro fausse l'estimation et sous-estime le potentiel adaptatif des espèces”, ajoute Alexandre Courtiol. “Je m’attendais donc à ce que les études précédentes aient sous-estimé la vraie valeur, mais je ne savais pas à quel point !”

15 espèces sauvages étudiées pendant des décennies

Pour mener ces travaux, les chercheurs ont dû réunir des jeux de données très divers, détaillant chacun jusqu’à 50 ans d’observations sur 19 populations de 15 espèces d’oiseaux et de mammifères (les plus aisés à étudier). L’équivalent de 2,6 millions d’heures d’observations rapportant précisément la généalogie de chaque individu. “Nous avons utilisé les meilleurs jeux de données généalogiques d’animaux sauvages au monde”, affirme Alexandre Courtiol. C'est à partir de ces données que les chercheurs évaluent le poids de l'Evolution par la sélection naturelle dans la reproduction des animaux. Mais ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait en fonction des espèces. La hyène tachetée a par exemple une structure sociale très forte : les femelles y sont dominantes, et transmettent ce statut à leur progéniture, qu’elle soit biologique ou adoptée. Celle-ci aura donc un meilleur accès à la nourriture et aux abris, améliorant leurs chances de survie et de reproduction sans qu’il soit question de génétique. Mais les chercheurs parviennent finalement à obtenir du modèle mathématique qu'il fasse la différence entre les avantages social et génétique.  

Le carburant de l’Evolution, une ressource qui s’épuise face au changement climatique

“Ce qu’il faut comprendre, c’est que si l'Evolution par la sélection naturelle était le seul mécanisme en jeu dans la survie de ces populations, chaque génération aurait 18,5% de chances de survie en plus”, explique Timothée Bonnet. “Mais en réalité, la survie est une course entre ces avantages génétiques et les effets négatifs d’autres facteurs comme la compétition entre individus, les migrations qui apportent des gènes moins bien adaptés et la dégradation continue de l’environnement." Car à mesure que ce dernier se dégrade - et de plus en plus vite - sous l’action des humains, les espèces sauvages doivent de plus en plus compter sur la sélection naturelle pour les aider à survivre.  

Il y a deux siècles près de Londres par exemple, les phalènes du bouleau les plus foncées avaient soudainement été avantagées lorsque la pollution de la Révolution Industrielle avait teinté les troncs de noir, les rendant moins visibles des prédateurs. L’espèce originellement claire était alors devenue presque entièrement noire. De nos jours, où la zone est moins polluée, les quelques individus portant encore les gènes conférant une couleur claire ont permis à la teinte d’origine de reprendre le dessus. Mais pour que des individus soient avantagés par la sélection naturelle, encore faut-il qu’il y ait suffisamment de diversité génétique parmi laquelle révéler des avantages. Si les éléments génétiques permettant la couleur claire des phalènes du bouleau n’avaient pas perduré, il aurait fallu attendre l'apparition de mutations aléatoires pour que l’espèce éclaircisse à nouveau, les rendant en attendant dangereusement visibles des prédateurs. “Les mutations aléatoires permettent d'augmenter la diversité génétique, mais c’est long. Elles peuvent prendre plusieurs générations à apparaître”, explique Timothée Bonnet. Cette diversité génétique si longue à s’enrichir est le véritable fuel de l’Evolution, la réserve parmi laquelle la sélection naturelle peut assurer une augmentation de 18,5% de survie à chaque génération. Mais le chercheur ne se leurre pas : malgré ce chiffre bien plus élevé que prévu, à ce rythme de dégradation environnementale, c’est une course à la survie que de nombreuses espèces sauvages ne peuvent pas gagner.


Source : Camille Gaubert / Sciences et Avenir
Crédit : MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / SPB / Science Photo Library via AFP

Evolution : la sélection naturelle est deux fois plus rapide que prévu Actualités

Evolution : la sélection naturelle est deux fois plus rapide que prévu

A chaque génération, la sélection naturelle permet un gain de 18,5% de chances de survie de la descendance, simplement grâce à la génétique, d’après de nouveaux travaux sur la faune sauvage publiés dans Science. Un chiffre deux fois plus important qu’attendu, mais probablement insuffisant pour contrer le changement climatique.

Une action de la sélection naturelle deux fois plus rapide que prévu

“Au début, je n’ai pas cru à nos résultats. J'étais sûr qu’il y avait une erreur de calcul”, se rappelle Timothée Bonnet, biologiste de l’Evolution à l’Australian National University de Canberra (Australie) et premier auteur de ces nouveaux travaux. Mais même avec les hypothèses de calcul les plus strictes et les postulats les plus conservateurs, le nombre ne change que très peu. “Nous trouvons qu’en moyenne, la sélection naturelle seule cause des modifications génétiques augmentant le nombre de progénitures de 18,5%, en seulement une génération”... Contre 9% dans les précédentes études. Chez les 15 espèces sauvages examinées, de la hyène tachetée à la mésange bleue, les modifications génétiques bénéfiques liées à l’Evolution survenaient donc deux fois plus rapidement que prévu.  

Une méthode créée pour des besoins agricoles

Pour comprendre cette surprenante conclusion, il faut revenir quelques décennies en arrière, lorsque les professionnels de l’agriculture ont cherché à identifier les animaux les plus avantageux à accoupler. Pour savoir par exemple quel taureau reproducteur ferait les vaches laitières les plus productives, il est nécessaire d’évaluer à quel point la quantité de lait produite est héréditaire, et d’identifier les taureaux dont la généalogie est la plus avantageuse. “La beauté de cette méthode, c’est qu’elle permet d’étudier la base génétique de traits non directement mesurables (un taureau ne produit pas de lait) sans même avoir besoin d’identifier les gènes en question”, explique à Sciences et Avenir Alexandre Courtiol, co-auteur de l'article et spécialiste en Biologie de l’Evolution à l’IZW de Berlin (Allemagne). Il suffit de recréer la généalogie, le lien de parenté entre individus. La génétique quantitative ne cherche donc pas à identifier des gènes, mais à évaluer à quel point la transmission de la caractéristique observée est due à la génétique (et non à l’environnement, la culture, etc).  

Une valeur initialement sous-estimée par les travaux précédents

Appliquée à des espèces sauvages, la génétique quantitative version agricole permet donc théoriquement de mesurer l'influence de la génétique dans les changements d’une espèce au cours du temps. Le trait examiné dans cette étude n’est alors plus la production de lait, mais le nombre de descendants vivants générés à chaque génération. Mais c’est là que le bât blesse, car transposer des méthodes inventées pour observer la quantité de lait produite expose dans ce cas-ci à des erreurs statistiques. D’abord, “la quantité de lait, est une variable continue (qui peut prendre une infinité de valeurs, ndlr), tandis que le nombre de descendants est une variable discrète (il ne prend que des valeurs rondes type 0, 1, 2, etc. ndlr)”, explique Alexandre Courtiol. Ensuite, dans certaines populations sauvages, 95% des individus ne survivent pas jusqu’à l’âge reproducteur, pointe Timothée Bonnet. Tous ces décès créent un pic à la valeur zéro, qui n’existait pas dans les modèles agricoles et met donc à mal le modèle mathématique. “Ne pas tenir compte de ce pic en zéro fausse l'estimation et sous-estime le potentiel adaptatif des espèces”, ajoute Alexandre Courtiol. “Je m’attendais donc à ce que les études précédentes aient sous-estimé la vraie valeur, mais je ne savais pas à quel point !”

15 espèces sauvages étudiées pendant des décennies

Pour mener ces travaux, les chercheurs ont dû réunir des jeux de données très divers, détaillant chacun jusqu’à 50 ans d’observations sur 19 populations de 15 espèces d’oiseaux et de mammifères (les plus aisés à étudier). L’équivalent de 2,6 millions d’heures d’observations rapportant précisément la généalogie de chaque individu. “Nous avons utilisé les meilleurs jeux de données généalogiques d’animaux sauvages au monde”, affirme Alexandre Courtiol. C'est à partir de ces données que les chercheurs évaluent le poids de l'Evolution par la sélection naturelle dans la reproduction des animaux. Mais ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait en fonction des espèces. La hyène tachetée a par exemple une structure sociale très forte : les femelles y sont dominantes, et transmettent ce statut à leur progéniture, qu’elle soit biologique ou adoptée. Celle-ci aura donc un meilleur accès à la nourriture et aux abris, améliorant leurs chances de survie et de reproduction sans qu’il soit question de génétique. Mais les chercheurs parviennent finalement à obtenir du modèle mathématique qu'il fasse la différence entre les avantages social et génétique.  

Le carburant de l’Evolution, une ressource qui s’épuise face au changement climatique

“Ce qu’il faut comprendre, c’est que si l'Evolution par la sélection naturelle était le seul mécanisme en jeu dans la survie de ces populations, chaque génération aurait 18,5% de chances de survie en plus”, explique Timothée Bonnet. “Mais en réalité, la survie est une course entre ces avantages génétiques et les effets négatifs d’autres facteurs comme la compétition entre individus, les migrations qui apportent des gènes moins bien adaptés et la dégradation continue de l’environnement." Car à mesure que ce dernier se dégrade - et de plus en plus vite - sous l’action des humains, les espèces sauvages doivent de plus en plus compter sur la sélection naturelle pour les aider à survivre.  

Il y a deux siècles près de Londres par exemple, les phalènes du bouleau les plus foncées avaient soudainement été avantagées lorsque la pollution de la Révolution Industrielle avait teinté les troncs de noir, les rendant moins visibles des prédateurs. L’espèce originellement claire était alors devenue presque entièrement noire. De nos jours, où la zone est moins polluée, les quelques individus portant encore les gènes conférant une couleur claire ont permis à la teinte d’origine de reprendre le dessus. Mais pour que des individus soient avantagés par la sélection naturelle, encore faut-il qu’il y ait suffisamment de diversité génétique parmi laquelle révéler des avantages. Si les éléments génétiques permettant la couleur claire des phalènes du bouleau n’avaient pas perduré, il aurait fallu attendre l'apparition de mutations aléatoires pour que l’espèce éclaircisse à nouveau, les rendant en attendant dangereusement visibles des prédateurs. “Les mutations aléatoires permettent d'augmenter la diversité génétique, mais c’est long. Elles peuvent prendre plusieurs générations à apparaître”, explique Timothée Bonnet. Cette diversité génétique si longue à s’enrichir est le véritable fuel de l’Evolution, la réserve parmi laquelle la sélection naturelle peut assurer une augmentation de 18,5% de survie à chaque génération. Mais le chercheur ne se leurre pas : malgré ce chiffre bien plus élevé que prévu, à ce rythme de dégradation environnementale, c’est une course à la survie que de nombreuses espèces sauvages ne peuvent pas gagner.


Source : Camille Gaubert / Sciences et Avenir
Crédit : MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / SPB / Science Photo Library via AFP

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


04 - Alpes de Haute-Provence

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"BIENVENUE CHEZ LES PREHISTOS"

Cette exposition fait découvrir aux visiteurs la vie quotidienne préhistorique de la famille Préhistos à travers une mise en scène immersive et originale.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


Jusqu'en avril 2023

EXPOSITION
"HABITER, HABITATS, HABITANTS"

Quels impacts les mutations urbaines du XXe siècle ont-elles eu sur les formes d’habiter dans un territoire marqué par la ruralité ? Etalement urbain, lotissements, éco-construction, chantiers et habitats participatifs… autant de thèmes qui sont abordés dans cette exposition qui donne la parole aux habitants.

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


11 - Aude

Jusqu'au 15 novembre

EXPOSITION
“MASCULIN - FÉMININ”

Les délicates mais monumentales silhouettes de marbre du sculpteur Christian Jacques ont pris la pose au belvédère de Rennes le Château. L’exposition “Masculin - Féminin” vous invite à ressentir les énergies féminines et amoureuses au plus haut point de vue. Cette alliance entre l’art et l’élégance face au panorama est à apprécier du 20 avril au 15 novembre 2022. Gratuit.

Belvédère de Rennes le Château
04 68 74 05 84
www.rennes-le-chateau.fr


13 - Bouches du Rhone

Les 27 & 28 août

SALON INTERNATIONAL DU DESSIN CONTEMPORAIN
"PAREIDOLIE"

Créés et produits par l’association Château de Servières, PARÉIDOLIE 14 galeries françaises et internationales et une programmation associée : cartes blanches à deux structures régionales, 2 artistes invitées, dessin vidéographique et rencontres autour du dessin.

Association Château de Servières
11-19 Boulevard Boisson
13004 Marseille
04 91 85 42 78
http://chateaudeservieres.org


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"MIAM ! JE MANGE DONC JE SUIS"

Quels sont les impacts environnementaux liés à la production des ressources nécessaires pour nourrir l’humanité d’aujourd’hui et celle de demain ? Et si nous consommions la nature autrement ?
Une déclinaison de l’exposition conçue par le Musée de l’Homme/Muséum national d’Histoire naturelle.

Jardin de l'Arquebuse
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


23 - Creuse

Les mardis du 19 juillet au 16 août

FESTIVAL DES "CONTES SORTILÈGES DE LA PLEINE LUNE"

Balades contées, ensorcelantes ou légendaires, organisées par l'Office de Tourisme du Grand Guéret, les mardis soir du 19 juillet au 16 août 2022.
Sur réservation.

Parc Animalier des Monts de Guéret
Forêt de Chabrières
23000 Sainte-feyre
05 55 81 23 23
www.loups-chabrieres.com


25 - Doubs

► Jusqu'au 15 janvier 2023

EXPOSITION
"CHARLES BELLE, PEINDRE"

Charles Belle est un peintre français dont l’œuvre est reconnue pour son approche de la représentation des éléments de la nature dans des formats souvent monumentaux.
Il aborde les sujets tantôt avec un réalisme tendre et profond, tantôt dans une gestuelle intense et sensuelle.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
03 81 54 45 13
www.salineroyale.com


30 - Gard

Le 1er juillet

ANIMATIONS NATURE
"DECOUVERTE DES AMPHIBIENS"

Munis de vos bottes, partons à la recherche des têtards, grenouilles, crapauds et découvrons l'opération "un dragon dans mon jardin". De 16h à 21h /22h.

Maison de l'eau
30122 Les Plantiers
04 66 30 36 55


Les 8 et 15 juillet

SOIREES PLEINE NATURE
"DU BOIS PLEIN DE VIE"

Partons à la rencontre des habitants du bois dépérissant et découvrons les chauves-souris avec un agent Natura 2000. De 16h à 21h/22h.

Maison de l'eau
30122 Les Plantiers
04 66 30 36 55


Les 8, 9, 11, 12, 13 & 15 août

NÎMES, CITÉ DES DIEUX
"GRAND SPECTACLE NOCTURNE"

Dans le cadre prestigieux des Arènes de Nîmes, plus de deux cents figurants, comédiens, acrobates, effets spéciaux innovants, mapping vidéo et décors somptueux vous entraînent dans la magie des mythologies antiques et vous font voyager dans le temps à travers une mise en scène extraordinaire. Spectacles à 21h30.

Boulevard des Arènes
30000 Nîmes
04 66 21 82 56
www.arenes-nimes.com


Jusqu'au 30 septembre

EXPOSITION
"FILER ENTRE LES GOUTTES"

La cinquième exposition temporaire de l’écomusée aborde cette année, la finesse poétique des états de l’eau, le monde aquatique et sa préservation. Trois artistes sont mis à l’honneur.

Maison de l'eau
30122 Les Plantiers
04 66 30 36 55


Les 6, 7 & 8 mai 2023

"LES JOURNÉES ROMAINES DE NÎMES, VERCINGÉTORIX

Grand spectacle historique. Plongez dans l’Histoire ! Dans les Arènes de Nîmes, 520 figurants venus de toute l’Europe vous font revivre l’histoire de Vercingétorix.
De Gergovie à Alesia, au plus près de la réalité historique, revivez les plus grandes batailles de la Guerre des Gaules qui opposa le légendaire chef gaulois au grand Jules César. Spectacles à 15h30.

Boulevard des Arènes
30000 Nîmes
04 66 21 82 56
www.arenes-nimes.com


34 - Hérault

Du 9 juillet au 31 août

ATELIER
"FAUSSES FOUILLES/VRAIS CHERCHEURS"

Après une brève visite guidée consacrée à la découverte des témoins archéologiques dans les grottes, c'est à vous de jouer les archéologues.
Avec pinceaux, truelles et balayettes déterrez des objets du passé. Enquêtez sur leurs origines et leurs fonctions pour ressentir comme un chercheur le frisson de la découverte.
Les mercredis et samedis à 11h.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


Du 24 septembre au 19 mars 2023

EXPOSITION
"PAYSAGES DE COROT À SIMA"

Découvrez près de deux siècles d’art, deux siècles de perception de la nature, et deux siècles de vues à couper le souffle.
Des côtes de Normandie aux forêts du sud de la France, des terres alsaciennes aux pins des landes, découvrez notre pays à travers le regard des plus grands artistes des siècles derniers.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


35 - Ille et Vilaine

Tous les jeudis de juillet & août

SPECTACLES
CHATEAU DE FOUGERES

Tous les jeudis de l’été hors 14 juillet venez découvrir des spectacles équestres, de la voltige, des concerts, des cinés plein-air dans l’enceinte du Château de Fougères. Les spectacles sont gratuits et ouverts à tous.

Château de Fougères
Place Pierre Symon
35300 Fougères
02 99 99 79 59
www.chateau-fougeres.com


Les 19 & 26 juillet, 2 & 9 août

LES NOCTURNES DU CHÂTEAU
"LA VEILLÉE DES SEIGNEURS"

Le bivouac est installé, les tables sont dressées, les flambeaux s’allument enfin. La nuit tombe sur le château, ses habitants sont prêts à vous accueillir pour partager avec vous leur quotidien. Ce soir, vous boirez avec
eux, vous écouterez les conteurs et chanterez avec les ménestrels, et peut être suivrez-vous les soldats de la garde dans leur ronde ! Avec les Compagnie "Gwesclen" et "Aes Dana".

Château de Fougères
Place Pierre Symon
35300 Fougères
02 99 99 79 59
www.chateau-fougeres.com


68 - Haut Rhin

Le 1er juillet

CHÂTEAU-MUSÉE DU BUCHENECK  
"CONCERT NOCTURNE"

La découverte de l'univers de l'opéra et de la mélodie mis à la portée de tout un chacun, voilà le programme auquel nous convient Sarah Frick, soprano et Sandrine Weidmann, pianiste.
Vendredi 1er juillet à 20h. Durée : 1 heure. Rservation indispensable au 03 89 76 02 22. Tarifs : 8 € l’adulte - 5 € l’enfant et adulte tarif réduit.

La Nef des Jouets
12 rue Jean Jaurès
68360 Soultz
03 89 74 30 92
www.ville-soultz.fr


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 6 novembre

EXPOSITIONS
"PARASITES MAIS PAS QUE… LES RELATIONS ENTRE LES ESPÈCES"

A l’aide d’exemples pris dans le monde animal et le monde végétal, l’exposition dévoile les secrets des relations entre espèces ainsi que les mécanismes complexes qui les régissent.

"BIODIVERSITÉ… TOUS LIÉS"

Elle sert à quoi la biodiversité ? Est-ce que j’en ai besoin ? Mais d’ailleurs, c’est quoi la biodiversité ?
Pour en apprendre plus sur la nature autour de nous, venez découvrir l’exposition dans le parc du Centre Eden et suivez la cavale du moustique qui plaide son innocence et son utilité.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


78 - Yvelines

Les 17 & 18 septembre

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
CHÂTEAU DE MONTE-CRISTO

Découverte de la demeure créée pour Alexandre Dumas ainsi que de son parc romantique aménagé à l’anglaise avec grottes, rocailles et bassins.
L’après-midi, un(e) comédien(ne) donne vie à cette demeure mise en lumière lors de ces journées nationales et raconte aux visiteurs des anecdotes sur la vie d’Alexandre Dumas. De 10h à 17h30.

Château de Monte-Cristo
78560 Le Port-Marly
01 39 16 49 49
www.chateau-monte-cristo.com


Le 3 octobre

LE SALON DU LIVRE JEUNESSE
CHÂTEAU DE MONTE-CRISTO

Le salon du Livre Jeunesse de Monte-Cristo, c’est… découvrir et acquérir des ouvrages, des bandes dessinées, rencontrer de nombreux auteurs, illustrateurs et obtenir des dédicaces.
Pour les enfants, le salon du livre jeunesse c’est aussi… écouter des contes, participer à des spectacles et des animations ludiques comme littéraires.

Château de Monte-Cristo
78560 Le Port-Marly
01 39 16 49 49
www.chateau-monte-cristo.com


81 - Tarn

Jusqu'au 18 septembre

EXPOSITION
"FRANCE, TERRE D'HUMAINS ET DE PAYSAGES"

Yan Morvan, photographe reporter,  scrute chacun de ses sujets et se saisit de la chambre photographique pour en révéler une beauté nue qui se veut authentique.
Ses paysages et ses portraits à fleur de peau tiennent du face à face entre les humains et leur terre, des humains et de la Terre, du témoignage de cet attachement sans âge, d’une rencontre avec ce que nous sommes.

Muséum d’histoire naturelle Philadelphe-Thomas
2 place Philadelphe Thomas
81600 Gaillac
05 63 57 36 31


87 - Haute Vienne

Tous les mardis du 12 juillet au 16 août

DECOUVERTE GEOLOGIQUE
"RACONTE-MOI LA COLLISION COSMIQUE DU CIEL ET DE LA TERRE"

Découverte géologique dans la ville de Rochechouart et ses abords (environ 1h30). Cette promenade vous fait découvrir l’impactite au travers du patrimoine bâti et des affleurements naturels. Visite sans réservation. Départ à 16h00.
Tarifs : 5,10€/adulte - 2,10€/enfant.

Maison de la Réserve
Espace Météorite Paul Pellas
16 rue Jean Parvy
87600 Rochechouart
05 55 03 02 70


Les mercredis 27 juillet & 10 août

ATELIER DÉCOUVERTE
ESPACE MÉTÉORITE PAUL PELLAS

Séance de découverte en lien avec l’astronomie, les planètes, la géologie, les météorites... L’animation sera articulée autour d’ateliers pédagogiques, créatifs, artistiques, culinaires...
Pour les enfants de 8 à 11 ans. De 15h00 à 17h00. Sur réservation.

Maison de la Réserve
Espace Météorite Paul Pellas
16 rue Jean Parvy
87600 Rochechouart
05 55 03 02 70


88 - Vosges

► Jusqu'au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités