Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des scientifiques décryptent le secret d'immortalité de l'hydre
Actualités

Des scientifiques décryptent le secret d'immortalité de l'hydre

Dans la mythologie grecque, l'hydre est un serpent géant à plusieurs têtes. Dans notre monde, l'hydre est un petit polype d'eau douce. Une créature étonnante qui a la réputation d'être pratiquement impossible à tuer. Un mystère sur lequel les scientifiques se penchent depuis des années, tentant de comprendre le mécanisme d'immortalité de ce petit animal aux incroyables capacités régénératrices. L'hydre est en effet capable de faire repousser les parties de son corps qui auraient été amputées, et de ces parties détachées peut même se développer un nouvel animal.

Ces organismes pluricellulaires sont formés d'un cylindre tubulaire doté d'un appendice pédestre à une extrémité et d'une bouche en forme de tentacule à l'autre. Des recherches ont permis d'identifier certains aspects de la régénération de l'hydre mais les chercheurs veulent désormais comprendre comment le génome de l'hydre dirige ses cellules pour faire pousser une toute nouvelle tête. Une nouvelle étude publiée le 8 décembre dans le journal Genome Biology and Evolution et relayé par Live Science apporte un éclairage saisissant sur ce phénomène.

Une cartographie génétique complète

Ces recherches ont été menées au laboratoire Mortazavi de l'université d'Irvine, au département de biologie du développement et de biologie cellulaire. "Les scientifiques savent que les hydres peuvent se régénérer depuis qu'ils ont découvert ces petits animaux il y a près de 280 ans", a déclaré le coauteur de l'étude, Aide Macias-Muñoz, chercheur postdoctoral au département d'écologie, d'évolution et de biologie marine de l'université de Californie à Santa Barbara. "Les chercheurs ont d'abord identifié plus de 27 000 facteurs génétiques jouant un rôle dans la régénération de l'hydre, puis ont cartographié des sous-ensembles plus petits de plusieurs milliers d'éléments pour trouver les interrupteurs du génome de l'hydre qui n'étaient actifs que lorsque les hydraires repoussaient de nouvelles têtes", détaille Live Science. Les scientifiques ont ainsi découvert que lorsqu'une hydre bourgeonne, il lui faut environ 72 heures pour faire pousser une tête, tandis que la régénération d'une tête de remplacement prend environ 48 heures

"Pendant le bourgeonnement, les gènes (y compris ceux impliqués dans l'organisateur de la tête) semblent augmenter lentement et constamment dans le temps", a déclaré Macias-Muñoz à Live Science. "Pendant la régénération, en revanche, les gènes ont des expressions plus dynamiques, certains augmentant rapidement puis diminuant, et ayant un pic d'expression à différents moments de la régénération", ajoute le chercheur.

Pour la première fois, les scientifiques ont donc observé des variations dans les instructions génétiques pour la croissance de la tête chez les hydres Des centaines de gènes différents seraient donc à l'oeuvre dans les trois processus de croissance d'une nouvelle tête, le développement et le bourgeonnement, a déclaré Macias-Muñoz dans le courriel. "Cela signifierait qu'il existe trois façons différentes de fabriquer une tête, en fonction des circonstances", conclut Macias-Muñoz.


Source : Esther Buitekant / GEO
Crédit : Getty Images

Des scientifiques décryptent le secret d'immortalité de l'hydre Actualités

Des scientifiques décryptent le secret d'immortalité de l'hydre

Dans la mythologie grecque, l'hydre est un serpent géant à plusieurs têtes. Dans notre monde, l'hydre est un petit polype d'eau douce. Une créature étonnante qui a la réputation d'être pratiquement impossible à tuer. Un mystère sur lequel les scientifiques se penchent depuis des années, tentant de comprendre le mécanisme d'immortalité de ce petit animal aux incroyables capacités régénératrices. L'hydre est en effet capable de faire repousser les parties de son corps qui auraient été amputées, et de ces parties détachées peut même se développer un nouvel animal.

Ces organismes pluricellulaires sont formés d'un cylindre tubulaire doté d'un appendice pédestre à une extrémité et d'une bouche en forme de tentacule à l'autre. Des recherches ont permis d'identifier certains aspects de la régénération de l'hydre mais les chercheurs veulent désormais comprendre comment le génome de l'hydre dirige ses cellules pour faire pousser une toute nouvelle tête. Une nouvelle étude publiée le 8 décembre dans le journal Genome Biology and Evolution et relayé par Live Science apporte un éclairage saisissant sur ce phénomène.

Une cartographie génétique complète

Ces recherches ont été menées au laboratoire Mortazavi de l'université d'Irvine, au département de biologie du développement et de biologie cellulaire. "Les scientifiques savent que les hydres peuvent se régénérer depuis qu'ils ont découvert ces petits animaux il y a près de 280 ans", a déclaré le coauteur de l'étude, Aide Macias-Muñoz, chercheur postdoctoral au département d'écologie, d'évolution et de biologie marine de l'université de Californie à Santa Barbara. "Les chercheurs ont d'abord identifié plus de 27 000 facteurs génétiques jouant un rôle dans la régénération de l'hydre, puis ont cartographié des sous-ensembles plus petits de plusieurs milliers d'éléments pour trouver les interrupteurs du génome de l'hydre qui n'étaient actifs que lorsque les hydraires repoussaient de nouvelles têtes", détaille Live Science. Les scientifiques ont ainsi découvert que lorsqu'une hydre bourgeonne, il lui faut environ 72 heures pour faire pousser une tête, tandis que la régénération d'une tête de remplacement prend environ 48 heures

"Pendant le bourgeonnement, les gènes (y compris ceux impliqués dans l'organisateur de la tête) semblent augmenter lentement et constamment dans le temps", a déclaré Macias-Muñoz à Live Science. "Pendant la régénération, en revanche, les gènes ont des expressions plus dynamiques, certains augmentant rapidement puis diminuant, et ayant un pic d'expression à différents moments de la régénération", ajoute le chercheur.

Pour la première fois, les scientifiques ont donc observé des variations dans les instructions génétiques pour la croissance de la tête chez les hydres Des centaines de gènes différents seraient donc à l'oeuvre dans les trois processus de croissance d'une nouvelle tête, le développement et le bourgeonnement, a déclaré Macias-Muñoz dans le courriel. "Cela signifierait qu'il existe trois façons différentes de fabriquer une tête, en fonction des circonstances", conclut Macias-Muñoz.


Source : Esther Buitekant / GEO
Crédit : Getty Images

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités