Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des coraux décimés par une vague de chaleur renaissent en Méditerranée
Actualités

Des coraux décimés par une vague de chaleur renaissent en Méditerranée

Pour la première fois, des scientifiques ont trouvé des coraux, au large de l'Espagne en Méditerranée, ayant repoussé après qu'on les a crus tués par une vague de chaleur, offrant une lueur d'espoir pour les barrières de corail abîmées par le changement climatique. La découverte a été faite lors d'expéditions de plongée près des îles espagnoles de Columbretes, par Diego Kersting et Cristina Linares, de l'université Libre de Berlin et l'université de Barcelone. Ils l'ont publiée mercredi dans la revue Science Advances.

"On a commencé à voir des polypes vivantes dans ces colonies, qu'on croyait complètement mortes"

Depuis 2002, les deux collègues surveillent 243 colonies de l'espèce de corail Cladocora caespitosa. Jusqu'à présent, ils avaient documenté rigoureusement la mortalité due au réchauffement du climat et de l'eau. "Un jour, on a commencé à voir des polypes vivantes dans ces colonies, qu'on croyait complètement mortes", explique Diego Kersting à l'AFP. Une "grande surprise", dit-il.

Les colonies de corail sont constituées de minuscules créatures appelées polypes, qui sécrètent un exosquelette en carbonate de calcium, c'est-à-dire en calcaire. Les vagues de chaleur tuent les animaux soit simplement par l'excès de chaleur, soit en éjectant de leur organisme les algues qui leur procurent des nutriments ; c'est le blanchissement des coraux.

Un quart du corail des îles de Columbretes est mort à cause de la canicule de 2003.

Le temps est compté

Mais les chercheurs ont découvert que dans 38% des colonies touchées, les polypes avaient en réalité développé une stratégie de survie: ils ont rétréci, abandonné leurs anciens squelettes et, sur une période de plusieurs années, ont développé de nouveaux exosquelettes. Pour être certains qu'il s'agissait des mêmes animaux renaissant, et non de nouveaux, l'équipe a modélisé en 3D les anciens exosquelettes et confirmé qu'ils étaient reliés aux nouvelles structures.

On avait auparavant observé indirectement ce processus de "rajeunissement" dans les fossiles, mais jamais en direct.

L'espoir, explique Diego Kersting, est que le même phénomène se produise ailleurs dans le monde et notamment dans la Grande barrière de corail d'Australie. Mais cela n'a pas été observé à ce jour. "C'est clairement une bonne nouvelle, mais le problème est que ces vagues de chaleur marine se produisent désormais en Méditerranée et ailleurs dans le monde tous les étés ou tous les deux étés", dit le chercheur.

Comme les coraux croissent très lentement, de l'ordre de trois millimètres par an, "si on a ces vagues de chaleur tous les étés, et qu'à chaque fois 10 ou 15% de la couverture est tuée, on comprend bien que ce n'est pas durable". "Ils ont besoin de notre aide", martèle Diego Kersting. "Il faut stopper le changement climatique, car sinon cela ne suffira pas".


Source : AFP / Sciences et Avenir
Crédit : Science Advances/AFP - Diego K. Kersting

Récif de Cladocora caespitosa près des îles Columbretes en Méditerranée.

Des coraux décimés par une vague de chaleur renaissent en Méditerranée Actualités

Des coraux décimés par une vague de chaleur renaissent en Méditerranée

Pour la première fois, des scientifiques ont trouvé des coraux, au large de l'Espagne en Méditerranée, ayant repoussé après qu'on les a crus tués par une vague de chaleur, offrant une lueur d'espoir pour les barrières de corail abîmées par le changement climatique. La découverte a été faite lors d'expéditions de plongée près des îles espagnoles de Columbretes, par Diego Kersting et Cristina Linares, de l'université Libre de Berlin et l'université de Barcelone. Ils l'ont publiée mercredi dans la revue Science Advances.

"On a commencé à voir des polypes vivantes dans ces colonies, qu'on croyait complètement mortes"

Depuis 2002, les deux collègues surveillent 243 colonies de l'espèce de corail Cladocora caespitosa. Jusqu'à présent, ils avaient documenté rigoureusement la mortalité due au réchauffement du climat et de l'eau. "Un jour, on a commencé à voir des polypes vivantes dans ces colonies, qu'on croyait complètement mortes", explique Diego Kersting à l'AFP. Une "grande surprise", dit-il.

Les colonies de corail sont constituées de minuscules créatures appelées polypes, qui sécrètent un exosquelette en carbonate de calcium, c'est-à-dire en calcaire. Les vagues de chaleur tuent les animaux soit simplement par l'excès de chaleur, soit en éjectant de leur organisme les algues qui leur procurent des nutriments ; c'est le blanchissement des coraux.

Un quart du corail des îles de Columbretes est mort à cause de la canicule de 2003.

Le temps est compté

Mais les chercheurs ont découvert que dans 38% des colonies touchées, les polypes avaient en réalité développé une stratégie de survie: ils ont rétréci, abandonné leurs anciens squelettes et, sur une période de plusieurs années, ont développé de nouveaux exosquelettes. Pour être certains qu'il s'agissait des mêmes animaux renaissant, et non de nouveaux, l'équipe a modélisé en 3D les anciens exosquelettes et confirmé qu'ils étaient reliés aux nouvelles structures.

On avait auparavant observé indirectement ce processus de "rajeunissement" dans les fossiles, mais jamais en direct.

L'espoir, explique Diego Kersting, est que le même phénomène se produise ailleurs dans le monde et notamment dans la Grande barrière de corail d'Australie. Mais cela n'a pas été observé à ce jour. "C'est clairement une bonne nouvelle, mais le problème est que ces vagues de chaleur marine se produisent désormais en Méditerranée et ailleurs dans le monde tous les étés ou tous les deux étés", dit le chercheur.

Comme les coraux croissent très lentement, de l'ordre de trois millimètres par an, "si on a ces vagues de chaleur tous les étés, et qu'à chaque fois 10 ou 15% de la couverture est tuée, on comprend bien que ce n'est pas durable". "Ils ont besoin de notre aide", martèle Diego Kersting. "Il faut stopper le changement climatique, car sinon cela ne suffira pas".


Source : AFP / Sciences et Avenir
Crédit : Science Advances/AFP - Diego K. Kersting

Récif de Cladocora caespitosa près des îles Columbretes en Méditerranée.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités