Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols
Actualités

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory (observatoire du carbone en profondeur) ont publié lundi 10 décembre 2018 à l'occasion du sommet américain de géophysique à Washington, la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d'humains. Cela n'avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d'observations ponctuelles.

Des microbes dont certains sont "zombies"

Les chercheurs de cette collaboration internationale de dix ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans. Un bateau japonais a foré 2,5 km sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 km sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivants dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d'années. "Les microbes vivent partout dans les sédiments", dit à l'AFP Fumio Inagaki, de l'agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. "Ils sont là et attendent... On ne comprend pas encore le mécanisme pour la survie à long terme".

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface. "Ce sont de nouvelles branches dans l'arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d'années, sans qu'on ne les ait jamais remarqués", dit à l'AFP Karen Lloyd, de l'université du Tennessee. "C'est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant".

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont "zombies" : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux, des dizaines de millions d'années ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n'ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D'autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes car elles fonctionnent dans un système qui n'a rien à voir avec la surface où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d'organismes de se nourrir. "Leur source d'énergie n'est pas le Soleil et la photosynthèse", dit à l'AFP Bénédicte Menez, responsable de l'équipe géomicrobiologie à l'Institut de Physique du Globe de Paris. "Ici ce qui fait démarrer les communautés, c'est la chimiosynthèse, ils tirent leur énergie des roches, quand des roches s'altèrent".

Des pistes pour trouver la vie ailleurs

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121°C. La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent en sous-sol? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l'intérieur de la Terre? Jusqu'à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont leurs sources d'énergie principales, le méthane, l'hydrogène, les radiations naturelles...?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs. "Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine affecte la vie en surface, et vice versa", dit Rick Colwell, de l'université d'État de l'Oregon. Les humains accumulent les projets d'exploitation du sous-sol profond, par exemple pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu'à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient "globalement stériles", dit Bénédicte Menez. Mais les interactions sont sans doute sous-estimées. "Il y a une vraie prise de conscience de cet impact du vivant très profond dans la Terre", dit-elle. La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes.

Par exemple sur Mars, où l'on sait depuis cette année qu'il y a de l'eau liquide mais où l'on cherche toujours une trace de vie. Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes "peut nous aider à mieux chercher sur d'autres planètes", dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d'astrobiologie.
 

Source : AFP
Crédit : NASA/AFP/Archives - Alexander GERST

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols Actualités

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory (observatoire du carbone en profondeur) ont publié lundi 10 décembre 2018 à l'occasion du sommet américain de géophysique à Washington, la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d'humains. Cela n'avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d'observations ponctuelles.

Des microbes dont certains sont "zombies"

Les chercheurs de cette collaboration internationale de dix ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans. Un bateau japonais a foré 2,5 km sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 km sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivants dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d'années. "Les microbes vivent partout dans les sédiments", dit à l'AFP Fumio Inagaki, de l'agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. "Ils sont là et attendent... On ne comprend pas encore le mécanisme pour la survie à long terme".

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface. "Ce sont de nouvelles branches dans l'arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d'années, sans qu'on ne les ait jamais remarqués", dit à l'AFP Karen Lloyd, de l'université du Tennessee. "C'est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant".

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont "zombies" : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux, des dizaines de millions d'années ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n'ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D'autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes car elles fonctionnent dans un système qui n'a rien à voir avec la surface où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d'organismes de se nourrir. "Leur source d'énergie n'est pas le Soleil et la photosynthèse", dit à l'AFP Bénédicte Menez, responsable de l'équipe géomicrobiologie à l'Institut de Physique du Globe de Paris. "Ici ce qui fait démarrer les communautés, c'est la chimiosynthèse, ils tirent leur énergie des roches, quand des roches s'altèrent".

Des pistes pour trouver la vie ailleurs

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121°C. La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent en sous-sol? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l'intérieur de la Terre? Jusqu'à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont leurs sources d'énergie principales, le méthane, l'hydrogène, les radiations naturelles...?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs. "Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine affecte la vie en surface, et vice versa", dit Rick Colwell, de l'université d'État de l'Oregon. Les humains accumulent les projets d'exploitation du sous-sol profond, par exemple pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu'à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient "globalement stériles", dit Bénédicte Menez. Mais les interactions sont sans doute sous-estimées. "Il y a une vraie prise de conscience de cet impact du vivant très profond dans la Terre", dit-elle. La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes.

Par exemple sur Mars, où l'on sait depuis cette année qu'il y a de l'eau liquide mais où l'on cherche toujours une trace de vie. Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes "peut nous aider à mieux chercher sur d'autres planètes", dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d'astrobiologie.
 

Source : AFP
Crédit : NASA/AFP/Archives - Alexander GERST

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


09 - Ariège

Le 15 février

"FABRIQUE TA FLÈCHE ET TON PROPULSEUR ! "

Au coin du feu, vous vous transformerez en chasseur préhistorique ! Vous fabriquerezune flèche et un propulseur en bois avec les moyens disponibles au néolithique… Le tout se terminera par un bon goûter de chez nous !
Le samedi 15 février 2020 de 14h à 17h30. Sur inscription. 8,50 €/adulte – 7 €/enfant.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 22 février

BALLADE EN RAQUETTE
"À LA DÉCOUVERTE DES TRACES DANS LA NEIGE..."

Venez découvrir la neige autrement. Vous apprendrez à lire la neige, à fabriquer un abri, à allumer un feu dans la neige ou interpréter des traces sur la neige...(Pique-nique tiré du sac).
Le samedi 22 février de 10h à 17h30. Sur inscription. 30 €/adulte & 25 €/enfant à partir de 12 ans. Location de raquettes : 5 €/personne.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


11 - Aude

Le 26 janvier

"L'UNIVERS DES POTIERS"

Plongez dans l'univers des potiers lors d'une visite guidée au musée. Tarif : 5 € / 3 €

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


22 - Côtes d'Armor

Du 15 décembre au 15 mars

EXPOSITION
"FRONDAISONS"
La fabrique d’un maquis de l’Argoat

Le pôle de l'Étang-Neuf présente l'oeuvre de Sophie Zénon, "Frondaisons", la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat, une exposition de photographies et de vidéos.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février

EXPOSITION
"Ensor, Magritte, Alechinsky..."

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Du 20 janvier au 2 avril

ATELIERS
"L’ŒIL ET LA MAIN"

Le Musée de la Lunette organise  une visite de l’exposition temporaire « Les lunettes en voient de toutes les couleurs ». Les enfants découvriront l’utilisation de la couleur en lunetterie, ses principes et surtout son design inspirant ! Ils participeront par la suite à un atelier artistique animé par l’une de nos artistes plasticiennes. Cet atelier est à destination des scolaires, de la maternelle au collège.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


De janvier à mars

SEJOURS SCOLAIRES
"LES 4 ÉLÉMENTS" et "L'AUVERGNE DES NEIGES"

Des tarifs imbattables sur les séjours scolaires pour les mois de janvier, février et mars 2020 ! Séjours à réserver rapidement.

.Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


65 - Hautes-Pyrénées

Le 15 février

EXPÉDITION SOUTERRAINE
"GRAVER ET PEINDRE DANS UNE GROTTE"

Aller au fond d’une grotte pour peindre ou graver n’est pas une chose anodine ! Évoluer sur un sol accidenté, marcher, ramper ou encore escalader des parois dans l’obscurité et l’humidité montre que nos ancêtres prenaient des risques insensés ! Venez vivre un parcours initiatique dans la préhistoire. Réservation obligatoire. A partir de 8 ans.

Grottes préhistoriques de Gargas/Nestplori@
Route départementale 261
65660 Aventignan
https://grottesdegargas.fr


81 - Tarn

Jusqu'au 2 février

EXPOSITION
"PRESQUE"

Emmanuelle Pernet nous présente cette année, au travers d’une vingtaine de des-sins et d’une installation, son travail sur le mouvement et la persistance rétinienne.

Muséum d’histoire naturelle Philadelphe-Thomas
2 place Philadelphe Thomas
81600 Gaillac
05 63 57 36 31
www.ville-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités