Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols
Actualités

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory (observatoire du carbone en profondeur) ont publié lundi 10 décembre 2018 à l'occasion du sommet américain de géophysique à Washington, la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d'humains. Cela n'avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d'observations ponctuelles.

Des microbes dont certains sont "zombies"

Les chercheurs de cette collaboration internationale de dix ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans. Un bateau japonais a foré 2,5 km sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 km sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivants dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d'années. "Les microbes vivent partout dans les sédiments", dit à l'AFP Fumio Inagaki, de l'agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. "Ils sont là et attendent... On ne comprend pas encore le mécanisme pour la survie à long terme".

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface. "Ce sont de nouvelles branches dans l'arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d'années, sans qu'on ne les ait jamais remarqués", dit à l'AFP Karen Lloyd, de l'université du Tennessee. "C'est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant".

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont "zombies" : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux, des dizaines de millions d'années ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n'ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D'autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes car elles fonctionnent dans un système qui n'a rien à voir avec la surface où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d'organismes de se nourrir. "Leur source d'énergie n'est pas le Soleil et la photosynthèse", dit à l'AFP Bénédicte Menez, responsable de l'équipe géomicrobiologie à l'Institut de Physique du Globe de Paris. "Ici ce qui fait démarrer les communautés, c'est la chimiosynthèse, ils tirent leur énergie des roches, quand des roches s'altèrent".

Des pistes pour trouver la vie ailleurs

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121°C. La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent en sous-sol? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l'intérieur de la Terre? Jusqu'à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont leurs sources d'énergie principales, le méthane, l'hydrogène, les radiations naturelles...?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs. "Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine affecte la vie en surface, et vice versa", dit Rick Colwell, de l'université d'État de l'Oregon. Les humains accumulent les projets d'exploitation du sous-sol profond, par exemple pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu'à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient "globalement stériles", dit Bénédicte Menez. Mais les interactions sont sans doute sous-estimées. "Il y a une vraie prise de conscience de cet impact du vivant très profond dans la Terre", dit-elle. La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes.

Par exemple sur Mars, où l'on sait depuis cette année qu'il y a de l'eau liquide mais où l'on cherche toujours une trace de vie. Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes "peut nous aider à mieux chercher sur d'autres planètes", dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d'astrobiologie.
 

Source : AFP
Crédit : NASA/AFP/Archives - Alexander GERST

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols Actualités

70% des microbes terrestres se cachent dans les sous-sols

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory (observatoire du carbone en profondeur) ont publié lundi 10 décembre 2018 à l'occasion du sommet américain de géophysique à Washington, la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d'humains. Cela n'avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d'observations ponctuelles.

Des microbes dont certains sont "zombies"

Les chercheurs de cette collaboration internationale de dix ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans. Un bateau japonais a foré 2,5 km sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 km sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivants dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d'années. "Les microbes vivent partout dans les sédiments", dit à l'AFP Fumio Inagaki, de l'agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. "Ils sont là et attendent... On ne comprend pas encore le mécanisme pour la survie à long terme".

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface. "Ce sont de nouvelles branches dans l'arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d'années, sans qu'on ne les ait jamais remarqués", dit à l'AFP Karen Lloyd, de l'université du Tennessee. "C'est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant".

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont "zombies" : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux, des dizaines de millions d'années ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n'ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D'autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes car elles fonctionnent dans un système qui n'a rien à voir avec la surface où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d'organismes de se nourrir. "Leur source d'énergie n'est pas le Soleil et la photosynthèse", dit à l'AFP Bénédicte Menez, responsable de l'équipe géomicrobiologie à l'Institut de Physique du Globe de Paris. "Ici ce qui fait démarrer les communautés, c'est la chimiosynthèse, ils tirent leur énergie des roches, quand des roches s'altèrent".

Des pistes pour trouver la vie ailleurs

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121°C. La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent en sous-sol? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l'intérieur de la Terre? Jusqu'à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont leurs sources d'énergie principales, le méthane, l'hydrogène, les radiations naturelles...?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs. "Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine affecte la vie en surface, et vice versa", dit Rick Colwell, de l'université d'État de l'Oregon. Les humains accumulent les projets d'exploitation du sous-sol profond, par exemple pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu'à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient "globalement stériles", dit Bénédicte Menez. Mais les interactions sont sans doute sous-estimées. "Il y a une vraie prise de conscience de cet impact du vivant très profond dans la Terre", dit-elle. La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes.

Par exemple sur Mars, où l'on sait depuis cette année qu'il y a de l'eau liquide mais où l'on cherche toujours une trace de vie. Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes "peut nous aider à mieux chercher sur d'autres planètes", dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d'astrobiologie.
 

Source : AFP
Crédit : NASA/AFP/Archives - Alexander GERST

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

Du 10 janvier 2019 au 14 février

COURS DE POTERIE : RAKU

Animés par la potière Cécile Dussaud. Jeudis 10, 17, 24, 31 janvier et 14 février, de 18h à 20h, à Amphoralis. La cuisson à la technique japonaise du raku sera ensuite effectuée le dimanche 24 février, de 14h à 18h.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


27 janvier

VISITE GUIDÉE
POTIERS GALLO-ROMAINS

Découvrez l’activité des potiers gallo-romains et de leur véritable « usine » d’amphores.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

22 février

CONFÉRENCE - SPECTACLE
"HISTOIRE ET ÉVOLUTION DE LA LUNE"

Pour l’ouverture de cette année du 50ème anniversaire de la mission Apollo 9, répétition générale avant le voyage vers la Lune, cette séance spéciale vous emmènera à la découverte de notre satellite.
Vendredi 22 février à 17h30. Tarif 4 €.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


30 - Gard

Du 9 février au 10 mars

EXPOSITION
"VOLCANS, LA VIE DE LA TERRE"

Découvrez les grands mécanismes des profondeurs de la Terre, les menaces et richesses que représentent les volcans grâce à une vingtaine de manipulations interactives.
Exposition gratuite, tout public. Entrée libre de 10h à 18h en semaine ; 14h-18h samedi et dimanche.

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


14 février

CONFÉRENCE-SPECTACLE
"MATHÉMATIQUES, MAGIE ET MYSTÈRE

Durant cette conférence, des exemples de création de tours magiques à partir des maths seront présentés, et réciproquement  des tours de magie seront décortiqués pour y découvrir des maths.
Jeudi 14 février à 18h. Gratuit, sur réservation sur www.visiatome.fr(conseillée à partir de 11 ans).

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/

Lieux:

Découvrir toutes les activités