Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

12 200 km : record de migration d'un oiseau sans escale
Actualités

12 200 km : record de migration d'un oiseau sans escale

La barge rousse (Limosa lapponica) est un oiseau migrateur connu pour voler sur plusieurs milliers de kilomètres sans escale. Ces échassiers passent leurs étés dans les régions arctiques de l’hémisphère nord, où ils se reproduisent, puis rejoignent l’Australie ou la Nouvelle-Zélande pour passer l’hiver. Le précédent record était jusqu’à présent détenu par un spécimen ayant parcouru, en 2007, près de 11 680 km au cours d’un voyage le menant de l’Alaska jusqu’en Nouvelle-Zélande. Ce vol avait été effectué en environ neuf jours. Mais tous les records sont faits pour être battus.

Récemment, le groupe de conservation Global Flyway Network a suivi un nouveau spécimen mâle, désigné 4BBRW. D’après les chercheurs, l’oiseau aurait quitté le sud-ouest de l’Alaska le 16 septembre pour finalement se poser onze jours plus tard dans une baie près d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Au total, cette barge rousse aurait alors parcouru un peu plus de 12 200 km, traversant une grande partie du Pacifique.

D’après Jesse Conklin, du Global Flyway Network, l’oiseau aurait normalement dû atteindre la Nouvelle-Zélande un peu plus tôt. Au cours de son voyage, des vents violents l’ont en effet poussé vers l’Australie. Ceci expliquerait pourquoi 4BBRW a parcouru autant de kilomètres. Toujours d’après le chercheur, cette barge rousse, qui aurait atteint une vitesse maximale d’environ 89 km/h en vol, n’a probablement pas dormi pendant son voyage.

Un oiseau conçu comme un avion de chasse

On ne sait pas vraiment comment ces oiseaux arrivent à se repérer sur une aussi longue distance, ni comment ils arrivent à tenir le coup physiquement. «Ils survolent en effet l’océan pendant des jours et des jours au milieu du Pacifique, où les terres sont absentes, explique en effet Jesse Conklin. Ils arrivent ensuite en Nouvelle-Calédonie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il y a pas mal d’îles, et nous sommes peut-être anthropomorphes, mais on dirait vraiment que ces oiseaux, en repérant ces terres, se disent “oh, je dois commencer à virer ou je vais manquer la Nouvelle-Zélande”».

Le chercheurs rappellent également que ces oiseaux ont un taux de carburant-énergie incroyablement efficace. «Ils sont conçus comme un avion de chasse. Leurs ailes longues et pointues et leur design élégant leurs confèrent un grand potentiel aérodynamique».

Notez que ces oiseaux, comme beaucoup d’autres malheureusement, sont répertoriées par l’UICN comme une espèce “quasi menacée”. En cause : le développement résidentiel et commercial, l’aquaculture, le forage pétrolier et gazier, ou encore la pollution.

Enfin, rappelons que si les barges rousses détiennent le record de la plus longue migration aérienne sans escales, les sternes arctiques (Sterna paradisaea) détiennent celui de la plus longue migration tout court. En effet, ces oiseaux parcourent en moyenne près de 80 000 km chaque année (bien qu’ils fassent de nombreux arrêts en cours de route). En 2016, une sterne arctique aurait même parcouru plus de 96 000 kilomètres, rejoignant l’Antarctique depuis l’Angleterre.


Source : Brice Louvet / Sciencepost
Crédit : Andreas Trepte

Une barge rousse.

12 200 km : record de migration d'un oiseau sans escale Actualités

12 200 km : record de migration d'un oiseau sans escale

La barge rousse (Limosa lapponica) est un oiseau migrateur connu pour voler sur plusieurs milliers de kilomètres sans escale. Ces échassiers passent leurs étés dans les régions arctiques de l’hémisphère nord, où ils se reproduisent, puis rejoignent l’Australie ou la Nouvelle-Zélande pour passer l’hiver. Le précédent record était jusqu’à présent détenu par un spécimen ayant parcouru, en 2007, près de 11 680 km au cours d’un voyage le menant de l’Alaska jusqu’en Nouvelle-Zélande. Ce vol avait été effectué en environ neuf jours. Mais tous les records sont faits pour être battus.

Récemment, le groupe de conservation Global Flyway Network a suivi un nouveau spécimen mâle, désigné 4BBRW. D’après les chercheurs, l’oiseau aurait quitté le sud-ouest de l’Alaska le 16 septembre pour finalement se poser onze jours plus tard dans une baie près d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Au total, cette barge rousse aurait alors parcouru un peu plus de 12 200 km, traversant une grande partie du Pacifique.

D’après Jesse Conklin, du Global Flyway Network, l’oiseau aurait normalement dû atteindre la Nouvelle-Zélande un peu plus tôt. Au cours de son voyage, des vents violents l’ont en effet poussé vers l’Australie. Ceci expliquerait pourquoi 4BBRW a parcouru autant de kilomètres. Toujours d’après le chercheur, cette barge rousse, qui aurait atteint une vitesse maximale d’environ 89 km/h en vol, n’a probablement pas dormi pendant son voyage.

Un oiseau conçu comme un avion de chasse

On ne sait pas vraiment comment ces oiseaux arrivent à se repérer sur une aussi longue distance, ni comment ils arrivent à tenir le coup physiquement. «Ils survolent en effet l’océan pendant des jours et des jours au milieu du Pacifique, où les terres sont absentes, explique en effet Jesse Conklin. Ils arrivent ensuite en Nouvelle-Calédonie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il y a pas mal d’îles, et nous sommes peut-être anthropomorphes, mais on dirait vraiment que ces oiseaux, en repérant ces terres, se disent “oh, je dois commencer à virer ou je vais manquer la Nouvelle-Zélande”».

Le chercheurs rappellent également que ces oiseaux ont un taux de carburant-énergie incroyablement efficace. «Ils sont conçus comme un avion de chasse. Leurs ailes longues et pointues et leur design élégant leurs confèrent un grand potentiel aérodynamique».

Notez que ces oiseaux, comme beaucoup d’autres malheureusement, sont répertoriées par l’UICN comme une espèce “quasi menacée”. En cause : le développement résidentiel et commercial, l’aquaculture, le forage pétrolier et gazier, ou encore la pollution.

Enfin, rappelons que si les barges rousses détiennent le record de la plus longue migration aérienne sans escales, les sternes arctiques (Sterna paradisaea) détiennent celui de la plus longue migration tout court. En effet, ces oiseaux parcourent en moyenne près de 80 000 km chaque année (bien qu’ils fassent de nombreux arrêts en cours de route). En 2016, une sterne arctique aurait même parcouru plus de 96 000 kilomètres, rejoignant l’Antarctique depuis l’Angleterre.


Source : Brice Louvet / Sciencepost
Crédit : Andreas Trepte

Une barge rousse.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités