Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les mystères de l'effet placebo
Actualités

Les mystères de l'effet placebo

A l'Institut Curie, un centre parisien de lutte contre le cancer, la question s'est posée d'ouvrir une consultation d'homéopathie. Non pour soigner les malades, mais pour les aider à mieux supporter les effets secondaires des chimiothérapies : "Nous n'avons finalement pas fait ce choix, car il n'existe pas de preuve scientifique qui le justifierait", indique Carole Bouleuc, la responsable du département des soins de support. En revanche, ce médecin ne décourage jamais les patients qui y ont recours : "Si l'effet placebo lié à cette pratique peut atténuer les nausées, la fatigue ou l'anxiété sans interférer avec les soins, cela ne pose pas de problème", souligne-t-elle.

Contrairement à une idée très répandue, le fameux "effet placebo" - le seul que les études sérieuses reconnaissent à l'homéopathie - n'est pas synonyme d'absence d'effets. Loin de là, même. Certes, techniquement, un placebo est un comprimé dépourvu de tout principe actif. Rien de plus que du sucre ou de la farine agglomérés. Mais les médecins savent depuis l'Antiquité que le simple fait de prescrire à un patient un traitement, même en réalité totalement inerte, peut déjà contribuer à améliorer son état.

D'ailleurs, pour évaluer l'efficacité de nouvelles molécules, les industriels doivent les comparer à des placebos, sans que les malades ne sachent s'ils prennent le vrai ou le faux remède : il s'agit ainsi de s'assurer de l'efficacité propre du produit testé, condition sine qua non pour obtenir un remboursement par la collectivité.  

Mais si le placebo a gagné ses lettres de noblesse dans la recherche pharmaceutique, il reste déconsidéré en médecine - quel docteur admettrait aujourd'hui traiter ainsi ses patients ? "Un comprimé de sucre ne réduira jamais la taille d'une tumeur, pas plus qu'il n'aidera l'organisme à se débarrasser d'un virus, mais il peut jouer un rôle important sur certains symptômes", rappelle le Dr Jean-Pierre Thierry, conseiller médical de France assos santé.

Douleurs chroniques, migraines, dépression, anxiété, stress post-traumatique, insomnie, allergies ou encore troubles gastro-intestinaux et même maladie de Parkinson : pour toutes ces pathologies, des études démontrent l'utilité de ces faux médicaments.

Même en chirurgie !

Encore plus étonnant, l'effet placebo joue même en chirurgie. Des essais cliniques ont été menés pour évaluer l'efficacité réelle de certaines opérations, notamment celles où le résultat reste assez subjectif (dans les douleurs liées à l'arthrose du genou par exemple). Pour ces essais, des patients ont subi de "fausses" interventions : emmenés au bloc, endormis, incisés et recousus, ils n'ont pas bénéficié de l'acte chirurgical lui-même. Et pourtant, la plupart ont ressenti une diminution des symptômes similaire à celle observée chez les malades réellement opérés.  

Comment expliquer ces réactions ? Souvent assimilé à tort à un simple effet psychologique, l'effet placebo a des fondements physiologiques : "L'administration d'un faux médicament déclenche des réactions dans le cerveau, avec la production de neurotransmetteurs comme les endorphines, la dopamine ou les canabinoïdes", constate Frédéric Lagarce, doyen de la faculté de pharmacie d'Angers. Mais selon quel processus ? Cela demeure assez mystérieux. La plupart des experts y voient avant tout une conséquence des rituels entourant le soin : "C'est la réponse biologique au fait de se sentir pris en charge par un médecin", estime Ted Kaptchuk, professeur à Harvard (Etats-Unis).  

Tous les patients n'y sont pas réceptifs

Ce chercheur s'est donné une mission : donner au placebo une place enfin reconnue dans la pratique médicale. "Cela pourrait apporter une solution simple à certains patients, sans effets secondaires", plaide-t-il. Mais pour convaincre les médecins, de nombreuses questions restent à résoudre. Mieux comprendre les mécanismes biologiques sous-jacents, par exemple. Ou arriver à repérer les patients "répondeurs", ceux chez qui l'effet placebo fonctionne.

Car nous ne sommes pas tous égaux en la matière. Dans l'équipe du Pr Kaptchuk, une spécialiste de la biologie moléculaire a ainsi mis au jour une variation génétique qui rendrait plus ou moins réceptif, par le biais des mécanismes cérébraux complexes impliqués dans la douleur et l'inflammation. "Une telle découverte demande à être confirmée par d'autres travaux", nuance toutefois le médecin américain.  

Une étude parue dans Nature communications en septembre dernier a révélé d'autres caractéristiques communes aux malades les plus sensibles au placebo. Des caractéristiques à la fois anatomiques, comme un cortex sensorimoteur plus épais, et psychologiques - avec une plus grande attention portée aux signaux émis par leur corps. "En croisant ces différents éléments chez des patients atteints de douleurs chroniques, nous avons pu identifier en amont ceux qui ont ensuite le mieux répondu à un faux médicament", raconte un des auteurs de cette publication, le Pr Vania Apkarian, de l'université de Chicago.  

Pas besoin de mentir ?

Mais la question clef reste la suivante : peut-on obtenir un effet tout en disant au malade qu'il prend un faux médicament ? Jusqu'ici, il était admis que c'était impossible. Ce qui représentait un frein majeur à l'usage du placebo, du fait de l'obligation de transparence vis-à-vis des patients qu'impose l'éthique médicale. Le Pr Kaptchuk a donc décidé d'apporter une réponse scientifique à cette interrogation. "Au départ, tous mes collègues m'ont ri au nez", se souvient-il. Il a néanmoins mené quatre études, dans la fatigue liée au cancer, la migraine, la colopathie fonctionnelle et le mal de dos chronique, en précisant bien à chaque fois aux patients qu'il leur donnait des comprimés sans principe actif : "Selon les pathologies, les symptômes ont bel et bien diminué, de 15 à 30 %", avance-t-il en souriant.  

Des résultats assez dérangeants pour les homéopathes. Car s'il n'y a même plus besoin de faire croire aux patients que leurs granules sont des médicaments pour que l'effet placebo fonctionne, c'est toute leur pratique qui perd sa justification...
 

Source : Stéphanie Benz / L'express

Les mystères de l'effet placebo Actualités

Les mystères de l'effet placebo

A l'Institut Curie, un centre parisien de lutte contre le cancer, la question s'est posée d'ouvrir une consultation d'homéopathie. Non pour soigner les malades, mais pour les aider à mieux supporter les effets secondaires des chimiothérapies : "Nous n'avons finalement pas fait ce choix, car il n'existe pas de preuve scientifique qui le justifierait", indique Carole Bouleuc, la responsable du département des soins de support. En revanche, ce médecin ne décourage jamais les patients qui y ont recours : "Si l'effet placebo lié à cette pratique peut atténuer les nausées, la fatigue ou l'anxiété sans interférer avec les soins, cela ne pose pas de problème", souligne-t-elle.

Contrairement à une idée très répandue, le fameux "effet placebo" - le seul que les études sérieuses reconnaissent à l'homéopathie - n'est pas synonyme d'absence d'effets. Loin de là, même. Certes, techniquement, un placebo est un comprimé dépourvu de tout principe actif. Rien de plus que du sucre ou de la farine agglomérés. Mais les médecins savent depuis l'Antiquité que le simple fait de prescrire à un patient un traitement, même en réalité totalement inerte, peut déjà contribuer à améliorer son état.

D'ailleurs, pour évaluer l'efficacité de nouvelles molécules, les industriels doivent les comparer à des placebos, sans que les malades ne sachent s'ils prennent le vrai ou le faux remède : il s'agit ainsi de s'assurer de l'efficacité propre du produit testé, condition sine qua non pour obtenir un remboursement par la collectivité.  

Mais si le placebo a gagné ses lettres de noblesse dans la recherche pharmaceutique, il reste déconsidéré en médecine - quel docteur admettrait aujourd'hui traiter ainsi ses patients ? "Un comprimé de sucre ne réduira jamais la taille d'une tumeur, pas plus qu'il n'aidera l'organisme à se débarrasser d'un virus, mais il peut jouer un rôle important sur certains symptômes", rappelle le Dr Jean-Pierre Thierry, conseiller médical de France assos santé.

Douleurs chroniques, migraines, dépression, anxiété, stress post-traumatique, insomnie, allergies ou encore troubles gastro-intestinaux et même maladie de Parkinson : pour toutes ces pathologies, des études démontrent l'utilité de ces faux médicaments.

Même en chirurgie !

Encore plus étonnant, l'effet placebo joue même en chirurgie. Des essais cliniques ont été menés pour évaluer l'efficacité réelle de certaines opérations, notamment celles où le résultat reste assez subjectif (dans les douleurs liées à l'arthrose du genou par exemple). Pour ces essais, des patients ont subi de "fausses" interventions : emmenés au bloc, endormis, incisés et recousus, ils n'ont pas bénéficié de l'acte chirurgical lui-même. Et pourtant, la plupart ont ressenti une diminution des symptômes similaire à celle observée chez les malades réellement opérés.  

Comment expliquer ces réactions ? Souvent assimilé à tort à un simple effet psychologique, l'effet placebo a des fondements physiologiques : "L'administration d'un faux médicament déclenche des réactions dans le cerveau, avec la production de neurotransmetteurs comme les endorphines, la dopamine ou les canabinoïdes", constate Frédéric Lagarce, doyen de la faculté de pharmacie d'Angers. Mais selon quel processus ? Cela demeure assez mystérieux. La plupart des experts y voient avant tout une conséquence des rituels entourant le soin : "C'est la réponse biologique au fait de se sentir pris en charge par un médecin", estime Ted Kaptchuk, professeur à Harvard (Etats-Unis).  

Tous les patients n'y sont pas réceptifs

Ce chercheur s'est donné une mission : donner au placebo une place enfin reconnue dans la pratique médicale. "Cela pourrait apporter une solution simple à certains patients, sans effets secondaires", plaide-t-il. Mais pour convaincre les médecins, de nombreuses questions restent à résoudre. Mieux comprendre les mécanismes biologiques sous-jacents, par exemple. Ou arriver à repérer les patients "répondeurs", ceux chez qui l'effet placebo fonctionne.

Car nous ne sommes pas tous égaux en la matière. Dans l'équipe du Pr Kaptchuk, une spécialiste de la biologie moléculaire a ainsi mis au jour une variation génétique qui rendrait plus ou moins réceptif, par le biais des mécanismes cérébraux complexes impliqués dans la douleur et l'inflammation. "Une telle découverte demande à être confirmée par d'autres travaux", nuance toutefois le médecin américain.  

Une étude parue dans Nature communications en septembre dernier a révélé d'autres caractéristiques communes aux malades les plus sensibles au placebo. Des caractéristiques à la fois anatomiques, comme un cortex sensorimoteur plus épais, et psychologiques - avec une plus grande attention portée aux signaux émis par leur corps. "En croisant ces différents éléments chez des patients atteints de douleurs chroniques, nous avons pu identifier en amont ceux qui ont ensuite le mieux répondu à un faux médicament", raconte un des auteurs de cette publication, le Pr Vania Apkarian, de l'université de Chicago.  

Pas besoin de mentir ?

Mais la question clef reste la suivante : peut-on obtenir un effet tout en disant au malade qu'il prend un faux médicament ? Jusqu'ici, il était admis que c'était impossible. Ce qui représentait un frein majeur à l'usage du placebo, du fait de l'obligation de transparence vis-à-vis des patients qu'impose l'éthique médicale. Le Pr Kaptchuk a donc décidé d'apporter une réponse scientifique à cette interrogation. "Au départ, tous mes collègues m'ont ri au nez", se souvient-il. Il a néanmoins mené quatre études, dans la fatigue liée au cancer, la migraine, la colopathie fonctionnelle et le mal de dos chronique, en précisant bien à chaque fois aux patients qu'il leur donnait des comprimés sans principe actif : "Selon les pathologies, les symptômes ont bel et bien diminué, de 15 à 30 %", avance-t-il en souriant.  

Des résultats assez dérangeants pour les homéopathes. Car s'il n'y a même plus besoin de faire croire aux patients que leurs granules sont des médicaments pour que l'effet placebo fonctionne, c'est toute leur pratique qui perd sa justification...
 

Source : Stéphanie Benz / L'express

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités