Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le chantier de la haute luminosité démarre ce mois-ci au LHC
Actualités

Le chantier de la haute luminosité démarre ce mois-ci au LHC

Ce mois de juin 2018 marque le tout début d'une nouvelle ère pour le LHC : le chantier qui démarre aujourd'hui devrait aboutir en 2026, à un renouveau total de la machine. Certes, les hadrons du collisionneur du CERN circuleront toujours dans le tunnel de 27 km de circonférence qui court sous la frontière franco-suisse et les quatre détecteurs – Atlas, CMS, Alice et LHCb – greffés sur le collisionneur pour recueillir les données, seront toujours là. Mais le faisceau, ne sera plus le même. Il contiendra bien plus de particules qu'avant! Cette concentration revient à augmenter le nombre de collisions au moment où les deux faisceaux se croisent, ce qui, dans le jargon des spécialistes, revient à augmenter sa " luminosité " de 5 à 7 fois. C'est donc pour cette raison qu'une fois sa mue accomplie, le LHC deviendra le HL-LHC, le préfixe qui correspond à High Luminosity-LHC.

Profusion de collisions

"A chaque croisement des deux faisceaux, il y aura 200 collisions pour le HL-LHC, contre 40 pour le LHC d'aujourd'hui, explique Laurent Serin, chercheur CNRS au LAL (Laboratoire de l'accélération linéaire) qui représente le détecteur Atlas au CNRS. Et parmi les 200, il y a parfois une ou deux qui sont intéressantes". Cette profusion de collisions et de particules exige aussi un changement des détecteurs. "Atlas et CMS doivent être remaniés et la France s'apprête à y investir 180 millions d'euros, salaires inclus", poursuit Laurent Serin. Ce sera la tâche des équipes du CNRS et du CEA, et leurs partenaires universitaires.

Particules exotiques

Quant aux nouvelles possibilités qu'offrira cette machine, elles s'appliquent d'abord au Higgs. Le boson découvert en 2012 au Cern n'a pas encore révélé toutes ses facettes. Est-il bien conforme à sa description théorique ? "Selon le modèle standard, le Higgs peut se désintégrer de différentes façons. Nous n'avons détecté que très peu de ces modes de désintégration, les plus fréquents. C'est à partir d'eux que nous avons conclu à son existence. Avec le HL-LHC nous espérons observer des modes beaucoup plus rares : en deux muons par exemple, rappelle Laurent Serin. Et puis avec le HL-LHC nous espérons surprendre des phénomènes rares prédits par le modèle standard. Il représente notre compréhension de la physique et doit être sans cesse validé". Enfin, les physiciens espèrent être étonnés par des particules exotiques, que le sacrosaint modèle n'a pas prédites. Certaines pourraient répondre à des énigmes tenaces de l'Univers, comme celle la matière noire,  d'autres seraient le début d'une nouvelle physique.
 

Source : Sciences et avenir
Crédit : cern

En 2026, le faisceau du LHC sera 5 à 7 fois plus lumineux qu'aujourd'hui.

Le chantier de la haute luminosité démarre ce mois-ci au LHC Actualités

Le chantier de la haute luminosité démarre ce mois-ci au LHC

Ce mois de juin 2018 marque le tout début d'une nouvelle ère pour le LHC : le chantier qui démarre aujourd'hui devrait aboutir en 2026, à un renouveau total de la machine. Certes, les hadrons du collisionneur du CERN circuleront toujours dans le tunnel de 27 km de circonférence qui court sous la frontière franco-suisse et les quatre détecteurs – Atlas, CMS, Alice et LHCb – greffés sur le collisionneur pour recueillir les données, seront toujours là. Mais le faisceau, ne sera plus le même. Il contiendra bien plus de particules qu'avant! Cette concentration revient à augmenter le nombre de collisions au moment où les deux faisceaux se croisent, ce qui, dans le jargon des spécialistes, revient à augmenter sa " luminosité " de 5 à 7 fois. C'est donc pour cette raison qu'une fois sa mue accomplie, le LHC deviendra le HL-LHC, le préfixe qui correspond à High Luminosity-LHC.

Profusion de collisions

"A chaque croisement des deux faisceaux, il y aura 200 collisions pour le HL-LHC, contre 40 pour le LHC d'aujourd'hui, explique Laurent Serin, chercheur CNRS au LAL (Laboratoire de l'accélération linéaire) qui représente le détecteur Atlas au CNRS. Et parmi les 200, il y a parfois une ou deux qui sont intéressantes". Cette profusion de collisions et de particules exige aussi un changement des détecteurs. "Atlas et CMS doivent être remaniés et la France s'apprête à y investir 180 millions d'euros, salaires inclus", poursuit Laurent Serin. Ce sera la tâche des équipes du CNRS et du CEA, et leurs partenaires universitaires.

Particules exotiques

Quant aux nouvelles possibilités qu'offrira cette machine, elles s'appliquent d'abord au Higgs. Le boson découvert en 2012 au Cern n'a pas encore révélé toutes ses facettes. Est-il bien conforme à sa description théorique ? "Selon le modèle standard, le Higgs peut se désintégrer de différentes façons. Nous n'avons détecté que très peu de ces modes de désintégration, les plus fréquents. C'est à partir d'eux que nous avons conclu à son existence. Avec le HL-LHC nous espérons observer des modes beaucoup plus rares : en deux muons par exemple, rappelle Laurent Serin. Et puis avec le HL-LHC nous espérons surprendre des phénomènes rares prédits par le modèle standard. Il représente notre compréhension de la physique et doit être sans cesse validé". Enfin, les physiciens espèrent être étonnés par des particules exotiques, que le sacrosaint modèle n'a pas prédites. Certaines pourraient répondre à des énigmes tenaces de l'Univers, comme celle la matière noire,  d'autres seraient le début d'une nouvelle physique.
 

Source : Sciences et avenir
Crédit : cern

En 2026, le faisceau du LHC sera 5 à 7 fois plus lumineux qu'aujourd'hui.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités