Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

L'avenir de la biodiversité lié à la vitesse de migration des espèces
Actualités

L'avenir de la biodiversité lié à la vitesse de migration des espèces

« Cette analyse permet de mieux comprendre la réponse de la biodiversité face aux changements climatiques ». Et pour Jonathan Lenoir, scientifique spécialisé dans l’écologie à l’université de Picardie, à Amiens, « les enjeux sont majeurs ». Avec six autres chercheurs, il vient de publier une étude franco-américaine dévoilant un déplacement beaucoup plus rapide des espèces marines que terrestres. Et ce déséquilibre n’est pas sans conséquence.

Avec le réchauffement climatique, des espèces migrent pour retrouver un environnement qui leur est clément. On appelle ça la « redistribution de la biodiversité ». Dans la grande majorité des cas, les espèces se dirigent vers les pôles. Or, les espèces marines le font six fois plus vite que leurs congénères terrestres. Alors qu’un animal ou une plante progresse en moyenne de 1,1 km par an sur terre, ce déplacement atteint 6 km dans l’eau.

Risque d’extinction plus rapide

« Cette différence s’explique par les entraves aux déplacements qui sont plus grandes sur terre que dans l’eau, explique Jonathan Lenoir à 20 Minutes. La pression des activités humaines freine la progression des espèces terrestres. Avec un risque d’extinction plus rapide si celles-ci ne parviennent pas à retrouver des conditions climatiques favorables à leur développement et leur survie. »

Mais les chercheurs ont surtout été surpris de la vitesse avec laquelle les espèces marines suivent cette migration invisible liée aux températures. « L’incidence sur les ressources de la pêche risque de se faire sentir. En mer du Nord, la surpêche et, au contraire, l’installation de zones de protection dans des pays nordiques ne font qu’accentuer le phénomène », assure le chercheur.

On devine le défi économique. « Les pays riches, comme la Norvège, qui ont les moyens de mettre en place une politique efficace de conservation des espaces naturels vont donc pouvoir profiter encore plus des ressources halieutiques à l’avenir », analyse-t-il.

Plusieurs causes de migration

Enfin, l’enquête scientifique qui porte sur 12.500 espèces, révèle aussi des exceptions à cette règle de migration. « En montagne, généralement, on voit les espèces progresser vers les sommets, gagnant en moyenne 2 m d’altitude par an, raconte le scientifique. Or, en Californie, une étude de 2011 montrait que des plantes forestières avaient tendance à se déplacer vers des altitudes plus basses, pour retrouver le même volume de pluies. »

La température n’est donc pas la seule cause d’une migration de la biodiversité. « Comprendre cette complexité est important, avoue Jonathan Lenoir. Car la biodiversité affecte notre quotidien dans tous les domaines, autant pour les ressources alimentaires que la santé humaine. »


Source : 20 Minutes
Crédit : Catters / SIPA

L'avenir de la biodiversité lié à la vitesse de migration des espèces Actualités

L'avenir de la biodiversité lié à la vitesse de migration des espèces

« Cette analyse permet de mieux comprendre la réponse de la biodiversité face aux changements climatiques ». Et pour Jonathan Lenoir, scientifique spécialisé dans l’écologie à l’université de Picardie, à Amiens, « les enjeux sont majeurs ». Avec six autres chercheurs, il vient de publier une étude franco-américaine dévoilant un déplacement beaucoup plus rapide des espèces marines que terrestres. Et ce déséquilibre n’est pas sans conséquence.

Avec le réchauffement climatique, des espèces migrent pour retrouver un environnement qui leur est clément. On appelle ça la « redistribution de la biodiversité ». Dans la grande majorité des cas, les espèces se dirigent vers les pôles. Or, les espèces marines le font six fois plus vite que leurs congénères terrestres. Alors qu’un animal ou une plante progresse en moyenne de 1,1 km par an sur terre, ce déplacement atteint 6 km dans l’eau.

Risque d’extinction plus rapide

« Cette différence s’explique par les entraves aux déplacements qui sont plus grandes sur terre que dans l’eau, explique Jonathan Lenoir à 20 Minutes. La pression des activités humaines freine la progression des espèces terrestres. Avec un risque d’extinction plus rapide si celles-ci ne parviennent pas à retrouver des conditions climatiques favorables à leur développement et leur survie. »

Mais les chercheurs ont surtout été surpris de la vitesse avec laquelle les espèces marines suivent cette migration invisible liée aux températures. « L’incidence sur les ressources de la pêche risque de se faire sentir. En mer du Nord, la surpêche et, au contraire, l’installation de zones de protection dans des pays nordiques ne font qu’accentuer le phénomène », assure le chercheur.

On devine le défi économique. « Les pays riches, comme la Norvège, qui ont les moyens de mettre en place une politique efficace de conservation des espaces naturels vont donc pouvoir profiter encore plus des ressources halieutiques à l’avenir », analyse-t-il.

Plusieurs causes de migration

Enfin, l’enquête scientifique qui porte sur 12.500 espèces, révèle aussi des exceptions à cette règle de migration. « En montagne, généralement, on voit les espèces progresser vers les sommets, gagnant en moyenne 2 m d’altitude par an, raconte le scientifique. Or, en Californie, une étude de 2011 montrait que des plantes forestières avaient tendance à se déplacer vers des altitudes plus basses, pour retrouver le même volume de pluies. »

La température n’est donc pas la seule cause d’une migration de la biodiversité. « Comprendre cette complexité est important, avoue Jonathan Lenoir. Car la biodiversité affecte notre quotidien dans tous les domaines, autant pour les ressources alimentaires que la santé humaine. »


Source : 20 Minutes
Crédit : Catters / SIPA

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités