Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Comment les geckos courent sur l'eau
Actualités

Comment les geckos courent sur l'eau

Une étude publiée dans la revue scientifique Current Biology a élucidé l'étrange technique employée par les geckos pour gambader, presque comme sur terre, à la surface des marais et des lacs. Ces reptiles se sont adaptés à de nombreux climats partout sur la planète, du continent américain à l'Asie, et vivent également en Europe... et en particulier en France.

Dans le sud du pays, comme dans le reste de la Méditerranée, s'est installée la tarente, mesurant 15 centimètres de long. La Réunion a aussi son propre gecko, le plus petit margouillat, l'un des emblèmes de la faune de l'île française.

La majorité de ces animaux à quatre pattes, dont la couleur de peau et les motifs varient beaucoup selon leur environnement, comptent quelques super-pouvoirs naturels. Dont celui de s'affranchir - en apparence - des lois de la physique lorsqu'ils traversent une étendue d'eau. Leur mouvement n'est pas une nage, puisqu'ils ne s'enfoncent pas dans le liquide, mais bien une une course.

"Ils peuvent littéralement courir sur l'eau à une vitesse atteignant un mètre par seconde", explique Robert Full, fin connaisseur de cette famille de lézards. L'enseignant-chercheur de l'université de Berkeley, aux Etats-Unis, s'est penché avec plusieurs confrères sur cette capacité surprenante. L'efficacité de son déplacement à la surface dépasse en effet celle de nombreuses autres espèces pourtant habituées à ce milieu, comme les canards, les jeunes alligators ou certaines araignées d'eau, comparativement à leur taille.

L'évolution naturelle a doté ces animaux de l'une ou l'autre des deux astuces les plus répandues. En général, les plus lourds d'entre eux frappent et poussent la surface du liquide, s'appuyant dessus pour avancer. Les plus légers, pour leur part, profitent d'une autre force qui les maintient à flot : la tension superficielle. Elle agit comme une peau ultra-fine à la surface de l'eau, qu'ils ne percent pas malgré leur poids-plume et leurs appuis.

Dans ce panorama, le gecko, lui, se distingue : il se retrouve exactement entre les deux catégories. Un peu trop lourd avec une masse moyenne d'environ 6 grammes... il n'est pas assez puissant non plus ! "Le gecko ne peut pas générer suffisamment de force avec ses seuls membres sans couler", détaille Jasmine Nirody, biophysicienne travaillant aujourd'hui à Oxford et principale auteure de l'étude.

Pour comprendre ce mystère, elle a examiné, avec six autres chercheurs, hemidactylus platyurus, une espèce fréquente en Asie du sud, de l'Inde à la Chine en passant par l'Indonésie. Ils ont mené des expériences avec une dizaine d'entre eux, dans de longs aquariums aux airs de stade de course aquatique pour gecko, filmés par des caméras à ultra-haute vitesse. Leurs tests montrent que l'animal marche sur l'eau en s'appropriant les deux principales méthodes citées, mais aussi en y ajoutant d'autres astuces dont il a le secret.

La première est sa peau souple dont la rugosité, ressemblant à de microscopiques écailles, repousse l'eau : elle lui permet de mieux flotter, et donc d'opposer moins de résistance au frottement. La course de ses pattes crée ensuite des poches d'air qui se glissent sous lui et soulèvent le haut de son corps. Enfin, le reptile ainsi positionné ondule et surtout se sert de sa queue à l'image de celle d'un alligator, battant l'eau de coups qui le propulsent et l'équilibrent, un peu à la manière d'un hors-bord.

"Chacune de ces techniques a son importance, et leur combinaison chez une espèce se révèle être une particularité des geckos", souligne Robert Full. Pour mesurer l'apport de l'une d'elle, les chercheurs ont mis des gouttes de savon dans l'eau, qui perd alors sa caractéristique de tension superficielle. Dans ce cas, le lézard parvient encore à se déplacer, mais sa vitesse diminue tout de même de moitié.  

"Leur capacité à tirer parti de chaque méthode pour courir sur l'eau est vraiment remarquable", résume Jasmine Nirody. Aucun doute : avec ses multiples astuces physiques, le tour de magie du gecko est bluffant.
 

Source : Christophe Josset / L'express
Crédit : Current Biology 2018

Illustration de sa peau hydrophobe : une goutte d'eau posée sur le corps du gecko reste intacte.

Comment les geckos courent sur l'eau Actualités

Comment les geckos courent sur l'eau

Une étude publiée dans la revue scientifique Current Biology a élucidé l'étrange technique employée par les geckos pour gambader, presque comme sur terre, à la surface des marais et des lacs. Ces reptiles se sont adaptés à de nombreux climats partout sur la planète, du continent américain à l'Asie, et vivent également en Europe... et en particulier en France.

Dans le sud du pays, comme dans le reste de la Méditerranée, s'est installée la tarente, mesurant 15 centimètres de long. La Réunion a aussi son propre gecko, le plus petit margouillat, l'un des emblèmes de la faune de l'île française.

La majorité de ces animaux à quatre pattes, dont la couleur de peau et les motifs varient beaucoup selon leur environnement, comptent quelques super-pouvoirs naturels. Dont celui de s'affranchir - en apparence - des lois de la physique lorsqu'ils traversent une étendue d'eau. Leur mouvement n'est pas une nage, puisqu'ils ne s'enfoncent pas dans le liquide, mais bien une une course.

"Ils peuvent littéralement courir sur l'eau à une vitesse atteignant un mètre par seconde", explique Robert Full, fin connaisseur de cette famille de lézards. L'enseignant-chercheur de l'université de Berkeley, aux Etats-Unis, s'est penché avec plusieurs confrères sur cette capacité surprenante. L'efficacité de son déplacement à la surface dépasse en effet celle de nombreuses autres espèces pourtant habituées à ce milieu, comme les canards, les jeunes alligators ou certaines araignées d'eau, comparativement à leur taille.

L'évolution naturelle a doté ces animaux de l'une ou l'autre des deux astuces les plus répandues. En général, les plus lourds d'entre eux frappent et poussent la surface du liquide, s'appuyant dessus pour avancer. Les plus légers, pour leur part, profitent d'une autre force qui les maintient à flot : la tension superficielle. Elle agit comme une peau ultra-fine à la surface de l'eau, qu'ils ne percent pas malgré leur poids-plume et leurs appuis.

Dans ce panorama, le gecko, lui, se distingue : il se retrouve exactement entre les deux catégories. Un peu trop lourd avec une masse moyenne d'environ 6 grammes... il n'est pas assez puissant non plus ! "Le gecko ne peut pas générer suffisamment de force avec ses seuls membres sans couler", détaille Jasmine Nirody, biophysicienne travaillant aujourd'hui à Oxford et principale auteure de l'étude.

Pour comprendre ce mystère, elle a examiné, avec six autres chercheurs, hemidactylus platyurus, une espèce fréquente en Asie du sud, de l'Inde à la Chine en passant par l'Indonésie. Ils ont mené des expériences avec une dizaine d'entre eux, dans de longs aquariums aux airs de stade de course aquatique pour gecko, filmés par des caméras à ultra-haute vitesse. Leurs tests montrent que l'animal marche sur l'eau en s'appropriant les deux principales méthodes citées, mais aussi en y ajoutant d'autres astuces dont il a le secret.

La première est sa peau souple dont la rugosité, ressemblant à de microscopiques écailles, repousse l'eau : elle lui permet de mieux flotter, et donc d'opposer moins de résistance au frottement. La course de ses pattes crée ensuite des poches d'air qui se glissent sous lui et soulèvent le haut de son corps. Enfin, le reptile ainsi positionné ondule et surtout se sert de sa queue à l'image de celle d'un alligator, battant l'eau de coups qui le propulsent et l'équilibrent, un peu à la manière d'un hors-bord.

"Chacune de ces techniques a son importance, et leur combinaison chez une espèce se révèle être une particularité des geckos", souligne Robert Full. Pour mesurer l'apport de l'une d'elle, les chercheurs ont mis des gouttes de savon dans l'eau, qui perd alors sa caractéristique de tension superficielle. Dans ce cas, le lézard parvient encore à se déplacer, mais sa vitesse diminue tout de même de moitié.  

"Leur capacité à tirer parti de chaque méthode pour courir sur l'eau est vraiment remarquable", résume Jasmine Nirody. Aucun doute : avec ses multiples astuces physiques, le tour de magie du gecko est bluffant.
 

Source : Christophe Josset / L'express
Crédit : Current Biology 2018

Illustration de sa peau hydrophobe : une goutte d'eau posée sur le corps du gecko reste intacte.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Du 3 juillet au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


45 - Loiret

Les 4 juillet et 22 août

VISITES
"ART DES JARDINS"

Art de vivre et Nouvelles Renaissances en Val-de-Loire.
L’Arboretum des Grandes Bruyères, « Jardin Remarquable » vous présentant pas moins de 5 types de jardins, vous invite à découvrir leur histoire et leurs spécificités.
Visite guidée à 15h. Inscription obligatoire, nombre de participants limité.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 15 novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu'au 29 août 2021

EXPOSITION
"MON DODO"

A quoi sert de dormir ? Que se passe-t-il quand je dors ? Pourquoi je rêve ? Telles sont les questions que peuvent se poser les enfants lorsqu’ils vont se coucher pour la sieste ou pour la nuit.
Au travers des expériences et des approches diverses, l’exposition invite les 2-7 ans à découvrir leurs besoins en quantité et qualité de sommeil tout en abordant les notions de cycle et le rôle du sommeil dans leur développement.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


67 - Bas-Rhin

A partir du 4 juillet

ESCAPE GAME LIGNE MAGINOT

Participez à une partie d'escape game et découvrez la Ligne Maginot comme si vous y étiez soldat!
Dans l'antre de la forteresse sont cachés les indices qui vous permettront de sauver l'équipage de l’asphyxie... Attention, vous n'avez que 40 minutes !
Equipes de 2 à 6 joueurs. A partir de 10 ans accompagnés de leurs parents.

Forteresse de la Ligne Maginot
Route D65 direction Pfaffenbronn
67510 Lembach
03 88 94 48 62 / 03 88 94 43 16
www.lignemaginot.fr


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 6 juillet au 30 août

ANIMATIONS SCIENCES
PLANÉTARIUM EPINAL

Qui n'a jamais rêvé de faire décoller une fusée (en papier) ? Ce sera possible cet été ! L'atelier "réveillez vos sens", quant à lui, sera parfait pour les enfants à partir de 3 ans. Nous proposons également des soirées d'observation du ciel du soir, une initiation à la paléontologie, la découverte des petites bêtes qui peuplent la mare du Planétarium et bien d'autre choses encore !

Planétarium Epinal
Rue Dom Pothier
88000 Epinal
03 29 35 08 02
www.planetarium-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités