Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un village sur la lune d'ici 2040 ?
Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

Un village sur la lune d'ici 2040 ? Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

07 - Adèche

Du 1er mai au 15 novembre
Exposition "ENTRE TERRE ET EAU"

Crises sociales et environnementales dans le Delta du Danube en Roumanie, à la fin du Néolithique. A près de 2 000 km de l'Ardèche, comment se passe la fin de la Préhistoire au bord du fleuve et de la Mer Noire ? Une exposition franco-roumaine inédite, interactive et immersive, à découvrir à la Cité de la Préhistoire !

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


Du 20 octobre au 4 novembre
Démonstration "LES SECRETS DU FEU"

Un animateur de la Cité de la Préhistoire vous dévoile les différentes techniques d’allumage du feu à la manière préhistorique, bien avant l’invention du briquet : en frottant des cailloux ou du bois, tout simplement !
Durée : 30 min. De 11h45, 14h et 16h45.

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


Du 20 octobre au 4 novembre
Visite spéciale Famille "LE COFFRE MYSTÉRIEUX"

Venez explorer la préhistoire autrement en partant à la recherche d’un mystérieux objet préhistorique dans la Cité. Un voyage dans le Temps pour petits et grands, qui devront revêtir les habits et ustensiles de nos
ancêtres pour traverser les âges anciens. Accompagnés par un archéologue et sa machine à remonter le Temps, saurez vous résoudre l’énigme ?
Durée : 1h15. A partir de 5 ans.

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020
Exposition
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019
Exposition "GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

Exposition de plein air
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre
LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
http://www.bloischambord.com


49 - Maine et Loire

Du 20 octobre au 4 novembre
"CONTES ET RACONTÉES SPÉCIAL 3-9 ANS"

Les raconte-tapis débarquent au Bioparc pour plonger les enfants dans l’univers des contes animaliers ! Réunis autour de ces magnifiques créations tissées mains animées par nos soigneurs, les enfants découvrent le terrain d’aventure des personnages de l’histoire.

Bioparc Doué la Fontaine
103 rue de Cholet
49700 Doué-en-Anjou
02 41 59 18 58
www.bioparc-zoo.fr


61 - Orne

Du 13 octobre au 23 décembre
Exposition : "LES HAIES", Joël Auxenfans

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Du 15 septembre au 15 décembre
Exposition "L’abbé Pierre photographe, un regard sur le monde"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org


87 - Haute-Vienne

Du 1er avril au 4 novembre
Exposition : « L’ÉLOGE DE L’ÉTRANGE ET DE L’INCOMPRIS »

Une revisite du Cabinet des Curiosités par 7 artistes qui explorent des thèmes à la fois scientifiques et naturalistes, mais aussi oniriques et bouleversants, merveilleux et revendiquant.

La Cité des insectes
Chaud 87120 Nedde
05 55 04 02 55
www.lacitedesinsectes.com


31 octobre
LA CHASSE D’HALLOWEEN AUX PETITES BÊTES !

La Chasse d’Halloween aux petites bêtes ! Avec dégustation d’insectes ! des cadeaux pour tout le monde mais surtout la famille la mieux déguisée recevra une belle surprise.

La Cité des insectes
Chaud 87120 Nedde
05 55 04 02 55
www.lacitedesinsectes.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités