Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un village sur la lune d'ici 2040 ?
Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

Un village sur la lune d'ici 2040 ? Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités