Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un village sur la lune d'ici 2040 ?
Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

Un village sur la lune d'ici 2040 ? Actualités

Un village sur la lune d'ici 2040 ?

Nous sommes en 2040. Une centaine de personnes vivent sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite. Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains scientifiques comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui considère que cet objectif est réalisable.

A l'occasion d'un congrès européen de science planétaire à Riga (Lettonie) cette semaine, Bernard Foing a expliqué à quel rythme, selon lui, les humains pourraient s'installer sur la Lune.  

Dans quelques décennies, "des naissances sur la Lune"

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers, des scientifiques, techniciens et ingénieurs. Un groupe qui pourrait monter à 100 personnes en 2040. "En 2050, vous pourriez avoir un millier de personnes" sur la Lune et puis on pourrait envisager de "faire venir les familles", imagine-t-il. Et dans quelques décennies, "il pourrait même y avoir des naissances d'enfants sur la Lune". Un projet finalement pas si éloigné des prédictions du célèbre physicien Stephen Hawking.

Le projet d'établir une base sur la Lune n'est pas nouveau. En 2015 déjà, le patron de l'ESA, Jan Woerner, proposait de remplacer la Station spatiale internationale (ISS) -financée jusqu'en 2024- par un "village lunaire" permanent. Et en 2016, l'agence spatiale européenne estimait que la construction d'une base lunaire habitée pourrait commencer "d'ici cinq ans", et proposait quelques modèles de base.

Une volonté scientifique peu suivie par les politiques

Le problème, c'est que si les scientifiques et certaines sociétés privées s'intéressent au concept de Moon village, les politiciens européens n'ont pas encore mordu à l'hameçon.

"C'est très frustrant, les grands leaders n'ont pas encore montré leur intérêt", reconnaît d'ailleurs le physicien Vidvuds Beldavs de l'Université de Lettonie, qui milite pour l'exploration conjointe de la Lune. Ce qui manque pour que cela démarre? "Arriver à démontrer qu'une activité industrielle sur la Lune est possible, que (...) de grands marchés peuvent émerger", ajoute-t-il.

Et pour cela, il rappelle que la Lune possède diverses ressources possibles. Le basalte, une roche volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est beaucoup plus importante.
La Lune, station de ravitaillement pour Mars

L'hélium 3, un isotope rare sur notre planète mais commun sur la Lune, pourrait théoriquement être utilisé pour générer de l'énergie pour la Terre. La cible principale des chercheurs est d'arriver à exploiter l'eau, enfermée dans la glace des pôles de la Lune. Car l'hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu'ils sont mélangés, peuvent être extraits de l'eau. De quoi alimenter le moteur des fusées.

"Pour aller sur l'orbite terrestre (...) il est 40 fois moins coûteux de partir de la Lune que de la Terre, parce que celle-ci a une telle gravité que vous devez lutter contre elle", explique également Bernard Foing.  

Les experts affirment que la colonisation de la Lune passe par la collaboration entre les agences spatiales nationales et le secteur privé, qui pourrait profiter de la commercialisation des ressources lunaires. Mais avis à ceux qui rêvent de s'installer sur Mars ou la Lune: la vie y sera "dure", souligne la physicienne Christiane Heinicke qui a passé un an dans une simulation d'environnement martien à Hawaï.

Là-haut, "c'est complètement dépourvu de végétation". Tout ce qu'on peut voir "ce sont des roches, des régolites (couches de poussières) et un ciel différent", estime-t-elle. "Etre soit à l'intérieur de l'habitat, soit à l'intérieur d'un scaphandre signifie que vous ne pouvez jamais réellement sentir la Lune ou la planète sur laquelle vous êtes. Vous ne pouvez pas sentir le vent. Vous ne sentez pas le Soleil sur votre peau." Et "vous ne pouvez jamais échapper à vos équipiers".
 

Source : L'Express
Crédit : ESA/FOSTER

Un des modèles de future base lunaire dévoilés par l'Agence spatiale européenne en 2016.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


74 - HAUTE-SAVOIE

Jusqu'au 31 décembre 2018
EXPOSITION TEMPORAIRE
"Sibérie centrale et orientale"

Muséum des Papillons
et Insectes du Château de Faverges

293 chemin de la Vie Plaine
74210 Faverges
07 78 41 33 51
www.museum-faverges.com


81 - TARN

Du 1er décembre au 31 janvier 2018
FESTIVAL DES LANTERNES
Féérie des lumières d'Asie

Chaque soir à la tombée de la nuit, la féérie des lanternes chinoises illumine le site classé du parc Foucaud.
Autour du château, sous les arbres millénaires ornés de lumière, dans les bassins et pièces d'eau, vingt tableaux se succèdent entre pagodes, temples asiatiques, animaux fantastiques, nénuphars et autres pandas.

Parc de Foucaud
Avenue Dom Vaysette
81600 Gaillac
https://festivaldeslanternes-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités