Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un gigantesque trou noir d'une galaxie lointaine a envoyé un neutrino en Antarctique
Actualités

Un gigantesque trou noir d'une galaxie lointaine a envoyé un neutrino en Antarctique

Les glaces de l'Antarctique où se trouve le détecteur IceCube viennent de livrer un beau secret aux astrophysiciens : l'étrange particule, un neutrino de très haute énergie qu'ils avaient identifié en septembre 2017, provenait bien d'un trou noir géant, cœur actif d'une galaxie lointaine, qui a émis un jet de matière en direction de la Terre. Un tel objet est un blazar, monstre d'énergie et de violence dont la masse équivaut à plusieurs milliards de fois la masse du Soleil, habituellement désigné sous le nom d'un quasar — qui devient cependant un blazar (contraction de blazing quasar) lorsque ses violents jets de matières sont sur la ligne de visée en direction de la Terre. Le blazar cracheur du neutrino de septembre dernier est bien connu des astrophysiciens spécialistes des très hautes énergies. Il s'appelle TXS 0506+056 et se trouve à environ 4 milliards d'années-lumière de la Terre.

Un incroyable défi

Parvenir à identifier l’astre qui a envoyé en direction de la Terre une particule subatomique comme un neutrino est un incroyable défi, que les astrophysiciens viennent de réussir. En effet, un blazar  envoie des jets de matière violents, faits de particules chargées comme des noyaux d’atomes, des électrons, des protons, tous ces débris subatomiques qui forment « les rayons cosmiques ».  Tout ce beau monde, bourré d’énergie, percute le gaz intergalactique. Ce choc produit des cascades d’autres particules, comme des neutrinos de haute énergie, accompagnés de flots de rayons X et gamma. C’est un de ces neutrinos qui est parvenu en septembre 2017 dans les glaces de l’Antarctique. Son énergie était de 290 TeV, le distinguant des neutrinos qui parviennent habituellement sur Terre. Jusqu’à présent, les physiciens n’avaient détecté qu’une trentaine de neutrinos aussi énergétiques, sans jamais pouvoir identifier leur origine.

Le blazar pris en flagrant délit

Cette fois-ci, les chercheurs  étaient donc aux aguets. Aussitôt le neutrino observé, ils ont  grossièrement déterminé la région du ciel qui leur avait envoyé un tel « cadeau » intriguant, puis consulté les enregistrements des satellites sensibles aux rayons gamma. Le télescope spatial Fermi-LAT avait surpris les émissions gamma au même moment sur le blazar TXS-0506+056. Dès lors, très vite, une douzaine d’instruments au sol et en orbite — dont les télescopes spatiaux Integral, swift , HESS… — ont pointé vers l’objet pour surprendre son activité. C’est ainsi que le blazar a été pris en flagrant délit ! C’est bien lui qui a envoyé le neutrino. Il y a seulement 0,1% de probabilité que l’événement du 22 septembre dernier ne soit pas de son fait.

Ce beau résultat signe aussi une nouvelle pratique, qui a tout juste débuté avec la détection des dernières ondes gravitationnelles : l’observation multi-longueurs d’onde d’un même objet, très prometteuse.   


Source : Science et avenir
Crédit : Ice cube /NSF

Le neutrino de très haute énergie capté par l'observatoire IceCube, en Antarctique, provient du trou noir actif d'une galaxie.

Un gigantesque trou noir d'une galaxie lointaine a envoyé un neutrino en Antarctique Actualités

Un gigantesque trou noir d'une galaxie lointaine a envoyé un neutrino en Antarctique

Les glaces de l'Antarctique où se trouve le détecteur IceCube viennent de livrer un beau secret aux astrophysiciens : l'étrange particule, un neutrino de très haute énergie qu'ils avaient identifié en septembre 2017, provenait bien d'un trou noir géant, cœur actif d'une galaxie lointaine, qui a émis un jet de matière en direction de la Terre. Un tel objet est un blazar, monstre d'énergie et de violence dont la masse équivaut à plusieurs milliards de fois la masse du Soleil, habituellement désigné sous le nom d'un quasar — qui devient cependant un blazar (contraction de blazing quasar) lorsque ses violents jets de matières sont sur la ligne de visée en direction de la Terre. Le blazar cracheur du neutrino de septembre dernier est bien connu des astrophysiciens spécialistes des très hautes énergies. Il s'appelle TXS 0506+056 et se trouve à environ 4 milliards d'années-lumière de la Terre.

Un incroyable défi

Parvenir à identifier l’astre qui a envoyé en direction de la Terre une particule subatomique comme un neutrino est un incroyable défi, que les astrophysiciens viennent de réussir. En effet, un blazar  envoie des jets de matière violents, faits de particules chargées comme des noyaux d’atomes, des électrons, des protons, tous ces débris subatomiques qui forment « les rayons cosmiques ».  Tout ce beau monde, bourré d’énergie, percute le gaz intergalactique. Ce choc produit des cascades d’autres particules, comme des neutrinos de haute énergie, accompagnés de flots de rayons X et gamma. C’est un de ces neutrinos qui est parvenu en septembre 2017 dans les glaces de l’Antarctique. Son énergie était de 290 TeV, le distinguant des neutrinos qui parviennent habituellement sur Terre. Jusqu’à présent, les physiciens n’avaient détecté qu’une trentaine de neutrinos aussi énergétiques, sans jamais pouvoir identifier leur origine.

Le blazar pris en flagrant délit

Cette fois-ci, les chercheurs  étaient donc aux aguets. Aussitôt le neutrino observé, ils ont  grossièrement déterminé la région du ciel qui leur avait envoyé un tel « cadeau » intriguant, puis consulté les enregistrements des satellites sensibles aux rayons gamma. Le télescope spatial Fermi-LAT avait surpris les émissions gamma au même moment sur le blazar TXS-0506+056. Dès lors, très vite, une douzaine d’instruments au sol et en orbite — dont les télescopes spatiaux Integral, swift , HESS… — ont pointé vers l’objet pour surprendre son activité. C’est ainsi que le blazar a été pris en flagrant délit ! C’est bien lui qui a envoyé le neutrino. Il y a seulement 0,1% de probabilité que l’événement du 22 septembre dernier ne soit pas de son fait.

Ce beau résultat signe aussi une nouvelle pratique, qui a tout juste débuté avec la détection des dernières ondes gravitationnelles : l’observation multi-longueurs d’onde d’un même objet, très prometteuse.   


Source : Science et avenir
Crédit : Ice cube /NSF

Le neutrino de très haute énergie capté par l'observatoire IceCube, en Antarctique, provient du trou noir actif d'une galaxie.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019

EXPOSITION
"GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre

LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


42 - Loire

Jusqu'au 12 décembre

EXPOSITION
"FILIÈRES TEXTILES ET CUIR"

Une sélection de savoir-faire et techniques des métiers de l’artisanat d’art dans le domaine textile et du cuir, de la plumasserie à la maille, en passant par le travail du bottier, du relieur ou encore du maroquinier.

La maison du passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier-


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/


61 - Orne

Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION "LES HAIES"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"L’ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE, UN REGARD SUR LE MONDE"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités