Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace
Actualités

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace

Depuis qu'elle en a la possibilité, l'humanité lance des sondes pour explorer Mars, Jupiter, Saturne et au-delà. Elle envoie aussi des milliers de satellites autour de la Terre, sur différentes orbites, pour différentes missions -militaires, commerciales, scientifiques. Problème, non seulement ces nombreux lancements ont généré beaucoup trop de débris spatiaux, mais les satellites hors d'usages commencent à sérieusement encombrer les orbites les plus utiles.

L'univers -voire les univers- a beau être infini, nos orbites ne le sont pas. Dépolluer ces "routes spatiales" est devenu une priorité, et de nombreux scientifiques se penchent sur la question. Le français Emilien Fabacher, ex-étudiant de l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace à Toulouse, a peut-être trouvé la solution grâce à des "chasseurs spatiaux magnétiques". Un projet encore théorique, mais suffisamment sérieux pour que sa thèse (disponible ici) de doctorat soit réalisée en partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA).  

"Pour résumer, mon remorqueur magnétique, que j'appelle 'chasseur' dans ma thèse, est un satellite complètement autonome [non habité] équipé de champs magnétiques, explique le docteur en automatique, interrogé par L'Express. Une fois en orbite, il aurait la capacité de se déplacer grâce à des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires, pour se rapprocher de ses cibles, et les expulser de leur orbite."  

Attirer les cibles dans l'atmosphère ou une "orbite cimetière"

Concrètement, une fois à proximité, le "chasseur" activerait un champ magnétique très puissant, grâce à une bobine supraconductrice, et viserait les magnéto-coupleurs de ses cibles.  

"La plupart des satellites sont équipés de magnéto-coupleurs, qui créent un champ magnétique. Ils permettent non seulement de les stabiliser après le lancement, mais aussi à les maintenir à la bonne altitude, précise Emilien Fabacher. Le travail du remorqueur serait de créer un champ magnétique visant ces magnéto-coupeurs pour les attirer petit à petit vers lui et les sortir de leur orbite. Le processus n'est pas instantané, ça prendrait un à trois mois."

Pour les satellites en orbite basse, il s'agirait de "les attirer vers l'atmosphère terrestre, où ils se désintégreraient en brûlant. "Pour les satellites est en orbite géostationnaire [une orbite beaucoup plus haute] il ne serait pas possible de les faire descendre, continue-t-il. Il faudrait les attirer, plus haut, vers une 'orbite cimetière'". Une sorte de voie de garage où ils ne gênent aucun autre satellite.

Le but de l'opération est de libérer les orbites les plus intéressantes pour d'autres satellites, détaille encore Emilien Fabacher. C'est le cas de l'orbite héliosynchrone, particulièrement utile pour prendre des photos de la Terre.  

"Actuellement, cette orbite est surchargée de satellites qui ne nous servent plus, souvent parce qu'ils ont dérivé de leur orbite par manque de carburant. Ils sont alors trop loin pour être efficaces, mais suffisamment près pour représenter un danger pour d'autres satellites". Des accidents se sont déjà produits.

La crainte d'un encombrement... Et de catastrophes en chaîne

"En 2009. Le satellite russe Kosomos-2251, qui ne fonctionnait plus, est entré en collision avec un Iridium 33, un satellite de la constellation iridium, se souvient le docteur en automatique. C'était le premier accident de ce type. L'explosion, extrêmement violente -les satellites se déplacent à des vitesses faramineuses- a éparpillé des milliers de débris partout dans l'espace. Débris qui tournent maintenant autour des orbites où ils étaient au départ et qui représentent un vrai danger".  

"Ce qui est redouté, c'est le syndrome de Kessler, un scénario envisagé dans 1978 [par Donald Kessler], note Emilien Fabacher. C'est une réaction en chaîne lors de laquelle un premier incident, une explosion, une collision, engendre des débris qui vont eux-mêmes percuter d'autres satellites, etc. C'est [grossissement hollywoodien mis à part] ce que l'on voit dans le film Gravity."

"Grâce à de nombreuses études, on sait qu'il y a une quinzaine, une trentaine de satellites à désorbiter en priorité, parce qu'ils sont très gros -plusieurs tonnes- qu'ils sont devenus inutiles et qu'ils sont dangereux", résume le chercheur français.  

"Personne ne veut payer pour ça"

Les Nations Unies ont passé une résolution, le 22 décembre 2007, visant à rendre obligatoire la désorbitation de tous les satellites à la fin de leur vie, mais elle n'a pas prévu d'amende en cas de refus. "Forcément, très peu de gens le font", regrette Emilien Fabacher.  

Les scientifiques ont beau se démener pour trouver des solutions: satellites équipés de filets -le projet japonais, qui n'a malheureusement pas fonctionné-, ou de pinces, "techniquement, la mise en place sera plus compliqué, car personne ne veut payer", pour nettoyer les orbites terrestre. Jusqu'à la prochaine catastrophe ?
 

Source : L'Express
Crédit : Philippe Ogak

Les satellites hors d'usage pourraient être boutés hors de leur orbite grâce à un remorqueur spatial doté de champ magnétique (à droite). Dessin d'illustration. Avec l'aimable autorisation de Philippe Ogaki.

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace Actualités

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace

Depuis qu'elle en a la possibilité, l'humanité lance des sondes pour explorer Mars, Jupiter, Saturne et au-delà. Elle envoie aussi des milliers de satellites autour de la Terre, sur différentes orbites, pour différentes missions -militaires, commerciales, scientifiques. Problème, non seulement ces nombreux lancements ont généré beaucoup trop de débris spatiaux, mais les satellites hors d'usages commencent à sérieusement encombrer les orbites les plus utiles.

L'univers -voire les univers- a beau être infini, nos orbites ne le sont pas. Dépolluer ces "routes spatiales" est devenu une priorité, et de nombreux scientifiques se penchent sur la question. Le français Emilien Fabacher, ex-étudiant de l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace à Toulouse, a peut-être trouvé la solution grâce à des "chasseurs spatiaux magnétiques". Un projet encore théorique, mais suffisamment sérieux pour que sa thèse (disponible ici) de doctorat soit réalisée en partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA).  

"Pour résumer, mon remorqueur magnétique, que j'appelle 'chasseur' dans ma thèse, est un satellite complètement autonome [non habité] équipé de champs magnétiques, explique le docteur en automatique, interrogé par L'Express. Une fois en orbite, il aurait la capacité de se déplacer grâce à des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires, pour se rapprocher de ses cibles, et les expulser de leur orbite."  

Attirer les cibles dans l'atmosphère ou une "orbite cimetière"

Concrètement, une fois à proximité, le "chasseur" activerait un champ magnétique très puissant, grâce à une bobine supraconductrice, et viserait les magnéto-coupleurs de ses cibles.  

"La plupart des satellites sont équipés de magnéto-coupleurs, qui créent un champ magnétique. Ils permettent non seulement de les stabiliser après le lancement, mais aussi à les maintenir à la bonne altitude, précise Emilien Fabacher. Le travail du remorqueur serait de créer un champ magnétique visant ces magnéto-coupeurs pour les attirer petit à petit vers lui et les sortir de leur orbite. Le processus n'est pas instantané, ça prendrait un à trois mois."

Pour les satellites en orbite basse, il s'agirait de "les attirer vers l'atmosphère terrestre, où ils se désintégreraient en brûlant. "Pour les satellites est en orbite géostationnaire [une orbite beaucoup plus haute] il ne serait pas possible de les faire descendre, continue-t-il. Il faudrait les attirer, plus haut, vers une 'orbite cimetière'". Une sorte de voie de garage où ils ne gênent aucun autre satellite.

Le but de l'opération est de libérer les orbites les plus intéressantes pour d'autres satellites, détaille encore Emilien Fabacher. C'est le cas de l'orbite héliosynchrone, particulièrement utile pour prendre des photos de la Terre.  

"Actuellement, cette orbite est surchargée de satellites qui ne nous servent plus, souvent parce qu'ils ont dérivé de leur orbite par manque de carburant. Ils sont alors trop loin pour être efficaces, mais suffisamment près pour représenter un danger pour d'autres satellites". Des accidents se sont déjà produits.

La crainte d'un encombrement... Et de catastrophes en chaîne

"En 2009. Le satellite russe Kosomos-2251, qui ne fonctionnait plus, est entré en collision avec un Iridium 33, un satellite de la constellation iridium, se souvient le docteur en automatique. C'était le premier accident de ce type. L'explosion, extrêmement violente -les satellites se déplacent à des vitesses faramineuses- a éparpillé des milliers de débris partout dans l'espace. Débris qui tournent maintenant autour des orbites où ils étaient au départ et qui représentent un vrai danger".  

"Ce qui est redouté, c'est le syndrome de Kessler, un scénario envisagé dans 1978 [par Donald Kessler], note Emilien Fabacher. C'est une réaction en chaîne lors de laquelle un premier incident, une explosion, une collision, engendre des débris qui vont eux-mêmes percuter d'autres satellites, etc. C'est [grossissement hollywoodien mis à part] ce que l'on voit dans le film Gravity."

"Grâce à de nombreuses études, on sait qu'il y a une quinzaine, une trentaine de satellites à désorbiter en priorité, parce qu'ils sont très gros -plusieurs tonnes- qu'ils sont devenus inutiles et qu'ils sont dangereux", résume le chercheur français.  

"Personne ne veut payer pour ça"

Les Nations Unies ont passé une résolution, le 22 décembre 2007, visant à rendre obligatoire la désorbitation de tous les satellites à la fin de leur vie, mais elle n'a pas prévu d'amende en cas de refus. "Forcément, très peu de gens le font", regrette Emilien Fabacher.  

Les scientifiques ont beau se démener pour trouver des solutions: satellites équipés de filets -le projet japonais, qui n'a malheureusement pas fonctionné-, ou de pinces, "techniquement, la mise en place sera plus compliqué, car personne ne veut payer", pour nettoyer les orbites terrestre. Jusqu'à la prochaine catastrophe ?
 

Source : L'Express
Crédit : Philippe Ogak

Les satellites hors d'usage pourraient être boutés hors de leur orbite grâce à un remorqueur spatial doté de champ magnétique (à droite). Dessin d'illustration. Avec l'aimable autorisation de Philippe Ogaki.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute-Provence

20 mai
RANDONNÉE VTT "LA JARLANDINE"

Randonnées en VTT sur la montagne de Lure ouvert à tous, dans un département avec 5000 km d’itinéraires balisés, 240 circuits, mais aussi 3 Grandes Traversées VTT, testées et approuvées par la presse VTT nationale et internationale. Tarif spécial pour les hébergements au camping Sunêlia l’Hippocampe à Volonne.

Ville de Château-Arnoux-Saint-Auban
Hôtel de Ville
1 rue Victorin Maurel
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 33 20 00
http://www.chateau-arnoux-saint-auban.fr


3 au 7 août
CORSO DE LA LAVANDE

Au pays des champs de lavande, très joli Corso de fleurs avec des parades de jour et de nuit, animations musicales, marché artisanale, feu d’artifice.

Comité des fêtes
1 boulevard Martin Bret
04000 Digne-les-Bains
06 34 41 86 29
www.cdf-dignelesbains.fr


30 juin au 6 juillet
CHAMPIONNAT DE PARAPENTE OZONE

Compétition amicale de parapente entre les différents pilotes mondiaux et expérimentés, avec des vols dans une zone magnifique au départ de la montagne de Chabre dans la Vallée de la Méouge !

Montagne de Chabre
Châteauneuf de Chabre
05300 Val Buëch-Méouge
04 92 65 09 38


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


42 - LOIRE

10 janvier au 31 mai
EXPOSITION "FIBRES"

L'exposition présente l'origine, les caractéritstiques et l'utilisation de fibres végétales, animales et synthétiques que l'on retrouve dans l'industrie textile et au quotidien.
Une section consacrée à l'utilisation de fibres diverses dans la création artistiques présente des oeuvres d'Anne Mangeot et Ghislaine Berlier Garcia.

La Maison du Passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier-


50 - MANCHE

5 février au 31 août
EXPOSITION "SCIENCES EXTRAORDINAIRES"

"Des récits de Jules Verne aux mondes de demain". Une exposition entièrement consacrée à l’auteur et sa vision de l’univers futuriste.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


18 et 19 juillet
FESTIVAL DE FUSÉES À EAU

Venez fabriquez la plus belle fusée et surtout la plus rapide !
•Ateliers de construction de fusées à eau en continu pour toute la famille
•Décollages de vos fusées dans le parc paysager

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


3 août
NUIT DES ÉTOILES

A l’occasion de cette soirée exceptionnelle, les visiteurs découvriront gratuitement les mystères de la voûte céleste dès 20h et tout au long de la soirée. De nombreuses animations adaptées à chaque public, ponctueront cette soirée. Des ateliers spécialement adaptés au jeune public et aux familles seront proposés.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


70 - Haute-Saône

3 avril au 30 septembre
EXPOSITION « MARTIN LUTHER KING »

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
25 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
http://www.maisondelanegritude.fr


83 - Var

17 et 18 mars
5ÈME JOURNÉES DES PLANTES RARES ET DE COLLECTION
Domaine d’Orvès, jardin remarquable

Le Domaine d’Orvès
71 avenue de la Libération (D46)
83160 La-Valette-du-Var
04 94 20 53 25
www.domainedorves.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités