Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace
Actualités

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace

Depuis qu'elle en a la possibilité, l'humanité lance des sondes pour explorer Mars, Jupiter, Saturne et au-delà. Elle envoie aussi des milliers de satellites autour de la Terre, sur différentes orbites, pour différentes missions -militaires, commerciales, scientifiques. Problème, non seulement ces nombreux lancements ont généré beaucoup trop de débris spatiaux, mais les satellites hors d'usages commencent à sérieusement encombrer les orbites les plus utiles.

L'univers -voire les univers- a beau être infini, nos orbites ne le sont pas. Dépolluer ces "routes spatiales" est devenu une priorité, et de nombreux scientifiques se penchent sur la question. Le français Emilien Fabacher, ex-étudiant de l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace à Toulouse, a peut-être trouvé la solution grâce à des "chasseurs spatiaux magnétiques". Un projet encore théorique, mais suffisamment sérieux pour que sa thèse (disponible ici) de doctorat soit réalisée en partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA).  

"Pour résumer, mon remorqueur magnétique, que j'appelle 'chasseur' dans ma thèse, est un satellite complètement autonome [non habité] équipé de champs magnétiques, explique le docteur en automatique, interrogé par L'Express. Une fois en orbite, il aurait la capacité de se déplacer grâce à des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires, pour se rapprocher de ses cibles, et les expulser de leur orbite."  

Attirer les cibles dans l'atmosphère ou une "orbite cimetière"

Concrètement, une fois à proximité, le "chasseur" activerait un champ magnétique très puissant, grâce à une bobine supraconductrice, et viserait les magnéto-coupleurs de ses cibles.  

"La plupart des satellites sont équipés de magnéto-coupleurs, qui créent un champ magnétique. Ils permettent non seulement de les stabiliser après le lancement, mais aussi à les maintenir à la bonne altitude, précise Emilien Fabacher. Le travail du remorqueur serait de créer un champ magnétique visant ces magnéto-coupeurs pour les attirer petit à petit vers lui et les sortir de leur orbite. Le processus n'est pas instantané, ça prendrait un à trois mois."

Pour les satellites en orbite basse, il s'agirait de "les attirer vers l'atmosphère terrestre, où ils se désintégreraient en brûlant. "Pour les satellites est en orbite géostationnaire [une orbite beaucoup plus haute] il ne serait pas possible de les faire descendre, continue-t-il. Il faudrait les attirer, plus haut, vers une 'orbite cimetière'". Une sorte de voie de garage où ils ne gênent aucun autre satellite.

Le but de l'opération est de libérer les orbites les plus intéressantes pour d'autres satellites, détaille encore Emilien Fabacher. C'est le cas de l'orbite héliosynchrone, particulièrement utile pour prendre des photos de la Terre.  

"Actuellement, cette orbite est surchargée de satellites qui ne nous servent plus, souvent parce qu'ils ont dérivé de leur orbite par manque de carburant. Ils sont alors trop loin pour être efficaces, mais suffisamment près pour représenter un danger pour d'autres satellites". Des accidents se sont déjà produits.

La crainte d'un encombrement... Et de catastrophes en chaîne

"En 2009. Le satellite russe Kosomos-2251, qui ne fonctionnait plus, est entré en collision avec un Iridium 33, un satellite de la constellation iridium, se souvient le docteur en automatique. C'était le premier accident de ce type. L'explosion, extrêmement violente -les satellites se déplacent à des vitesses faramineuses- a éparpillé des milliers de débris partout dans l'espace. Débris qui tournent maintenant autour des orbites où ils étaient au départ et qui représentent un vrai danger".  

"Ce qui est redouté, c'est le syndrome de Kessler, un scénario envisagé dans 1978 [par Donald Kessler], note Emilien Fabacher. C'est une réaction en chaîne lors de laquelle un premier incident, une explosion, une collision, engendre des débris qui vont eux-mêmes percuter d'autres satellites, etc. C'est [grossissement hollywoodien mis à part] ce que l'on voit dans le film Gravity."

"Grâce à de nombreuses études, on sait qu'il y a une quinzaine, une trentaine de satellites à désorbiter en priorité, parce qu'ils sont très gros -plusieurs tonnes- qu'ils sont devenus inutiles et qu'ils sont dangereux", résume le chercheur français.  

"Personne ne veut payer pour ça"

Les Nations Unies ont passé une résolution, le 22 décembre 2007, visant à rendre obligatoire la désorbitation de tous les satellites à la fin de leur vie, mais elle n'a pas prévu d'amende en cas de refus. "Forcément, très peu de gens le font", regrette Emilien Fabacher.  

Les scientifiques ont beau se démener pour trouver des solutions: satellites équipés de filets -le projet japonais, qui n'a malheureusement pas fonctionné-, ou de pinces, "techniquement, la mise en place sera plus compliqué, car personne ne veut payer", pour nettoyer les orbites terrestre. Jusqu'à la prochaine catastrophe ?
 

Source : L'Express
Crédit : Philippe Ogak

Les satellites hors d'usage pourraient être boutés hors de leur orbite grâce à un remorqueur spatial doté de champ magnétique (à droite). Dessin d'illustration. Avec l'aimable autorisation de Philippe Ogaki.

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace Actualités

Un "chasseur spatial magnétique" pour nettoyer les poubelles de l'espace

Depuis qu'elle en a la possibilité, l'humanité lance des sondes pour explorer Mars, Jupiter, Saturne et au-delà. Elle envoie aussi des milliers de satellites autour de la Terre, sur différentes orbites, pour différentes missions -militaires, commerciales, scientifiques. Problème, non seulement ces nombreux lancements ont généré beaucoup trop de débris spatiaux, mais les satellites hors d'usages commencent à sérieusement encombrer les orbites les plus utiles.

L'univers -voire les univers- a beau être infini, nos orbites ne le sont pas. Dépolluer ces "routes spatiales" est devenu une priorité, et de nombreux scientifiques se penchent sur la question. Le français Emilien Fabacher, ex-étudiant de l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace à Toulouse, a peut-être trouvé la solution grâce à des "chasseurs spatiaux magnétiques". Un projet encore théorique, mais suffisamment sérieux pour que sa thèse (disponible ici) de doctorat soit réalisée en partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA).  

"Pour résumer, mon remorqueur magnétique, que j'appelle 'chasseur' dans ma thèse, est un satellite complètement autonome [non habité] équipé de champs magnétiques, explique le docteur en automatique, interrogé par L'Express. Une fois en orbite, il aurait la capacité de se déplacer grâce à des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires, pour se rapprocher de ses cibles, et les expulser de leur orbite."  

Attirer les cibles dans l'atmosphère ou une "orbite cimetière"

Concrètement, une fois à proximité, le "chasseur" activerait un champ magnétique très puissant, grâce à une bobine supraconductrice, et viserait les magnéto-coupleurs de ses cibles.  

"La plupart des satellites sont équipés de magnéto-coupleurs, qui créent un champ magnétique. Ils permettent non seulement de les stabiliser après le lancement, mais aussi à les maintenir à la bonne altitude, précise Emilien Fabacher. Le travail du remorqueur serait de créer un champ magnétique visant ces magnéto-coupeurs pour les attirer petit à petit vers lui et les sortir de leur orbite. Le processus n'est pas instantané, ça prendrait un à trois mois."

Pour les satellites en orbite basse, il s'agirait de "les attirer vers l'atmosphère terrestre, où ils se désintégreraient en brûlant. "Pour les satellites est en orbite géostationnaire [une orbite beaucoup plus haute] il ne serait pas possible de les faire descendre, continue-t-il. Il faudrait les attirer, plus haut, vers une 'orbite cimetière'". Une sorte de voie de garage où ils ne gênent aucun autre satellite.

Le but de l'opération est de libérer les orbites les plus intéressantes pour d'autres satellites, détaille encore Emilien Fabacher. C'est le cas de l'orbite héliosynchrone, particulièrement utile pour prendre des photos de la Terre.  

"Actuellement, cette orbite est surchargée de satellites qui ne nous servent plus, souvent parce qu'ils ont dérivé de leur orbite par manque de carburant. Ils sont alors trop loin pour être efficaces, mais suffisamment près pour représenter un danger pour d'autres satellites". Des accidents se sont déjà produits.

La crainte d'un encombrement... Et de catastrophes en chaîne

"En 2009. Le satellite russe Kosomos-2251, qui ne fonctionnait plus, est entré en collision avec un Iridium 33, un satellite de la constellation iridium, se souvient le docteur en automatique. C'était le premier accident de ce type. L'explosion, extrêmement violente -les satellites se déplacent à des vitesses faramineuses- a éparpillé des milliers de débris partout dans l'espace. Débris qui tournent maintenant autour des orbites où ils étaient au départ et qui représentent un vrai danger".  

"Ce qui est redouté, c'est le syndrome de Kessler, un scénario envisagé dans 1978 [par Donald Kessler], note Emilien Fabacher. C'est une réaction en chaîne lors de laquelle un premier incident, une explosion, une collision, engendre des débris qui vont eux-mêmes percuter d'autres satellites, etc. C'est [grossissement hollywoodien mis à part] ce que l'on voit dans le film Gravity."

"Grâce à de nombreuses études, on sait qu'il y a une quinzaine, une trentaine de satellites à désorbiter en priorité, parce qu'ils sont très gros -plusieurs tonnes- qu'ils sont devenus inutiles et qu'ils sont dangereux", résume le chercheur français.  

"Personne ne veut payer pour ça"

Les Nations Unies ont passé une résolution, le 22 décembre 2007, visant à rendre obligatoire la désorbitation de tous les satellites à la fin de leur vie, mais elle n'a pas prévu d'amende en cas de refus. "Forcément, très peu de gens le font", regrette Emilien Fabacher.  

Les scientifiques ont beau se démener pour trouver des solutions: satellites équipés de filets -le projet japonais, qui n'a malheureusement pas fonctionné-, ou de pinces, "techniquement, la mise en place sera plus compliqué, car personne ne veut payer", pour nettoyer les orbites terrestre. Jusqu'à la prochaine catastrophe ?
 

Source : L'Express
Crédit : Philippe Ogak

Les satellites hors d'usage pourraient être boutés hors de leur orbite grâce à un remorqueur spatial doté de champ magnétique (à droite). Dessin d'illustration. Avec l'aimable autorisation de Philippe Ogaki.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - CALVADOS

Du 1er avril au 5 novembre
"DINOSAURES CARNIVORES !"

Les théropodes, animaux bipèdes et carnivores, constituent le groupe de dinosaures dont les silhouettes sont les plus connues. Ils ont vécu sur terre entre -220 millions et -66 millions d’années et hantent l’imaginaire des enfants.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


41 - LOIR-ET-CHER

Du 29 avril au 1er octobre
SPECTACLE DE CHEVAUX ET RAPACES
"FRANÇOIS 1ER LE ROI-CHEVALIER"

Dans les écuries du maréchal de Saxe, partez pour une grande cavalcade au rythme des chevaux. Des rapaces peuvent frôler vos épaules et l’ambiance vous plonge à la cour de François Ier : son règne n’a plus de secret pour vous.

Domaine national de Chambord
41250 Chambord
02 54 50 40 00
www.chambord.org


Du 1er juillet au 15 octobre
"GASTON D'ORLEANS, PRINCE MÉCÈNE ET REBELLE"

Cette exposition a pour but de réhabiliter Gaston d'Orléans, un prince méconnu et controversé de l'Histoire de France.

Château Royal de Blois
Place du Château
41000 Blois
02 54 90 33 33
www.chateaudeblois.fr


Du 4 au 8 octobre
20ème RENDEZ-VOUS DE L'HISTOIRE : EURÊKA

La 20ème édition des rendez-vous de l'histoire aura lieu du 4 au 8 octobre à Blois avec pour thème : Eurêka.

41000 Blois
www.rdv-histoire.com


42 - LOIRE

Du 7 septembre au 22 octobre

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA NOUVELLE VIE DES ATELIERS DE PASSEMENTIERS"

Le photographe Jean-Claude Martinez a saisi la manière dont ces anciennes fabriques de Saint-Etienne, celles de Haute-Loire et dans le Pilat, ont été réhabilitées et réinvesties aujourd’hui en lofts, bureaux ou encore ateliers d’artisans d’art.

La maison du passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier


44 - LOIRE ATLANTIQUE

29, 30 et 31 octobre

HALLOWEEN AU ZOO

Pour découvrir le parc autrement : enquêtes, déguisement, bonbons, citrouilles, l’équipe et le zoo changent de couleurs pour trois journées hors du commun !

Zoo de la Boissière du Doré
La Chataigneraie
44430 La Boissière du Doré
02 40 33 70 32
www.zoo-boissiere.com


49 - MAINE ET LOIRE

Du 21 octobre au 5 novembre

CONTES ET RACONTÉES
(Spécial 3 à 9 ans)

Les raconte-tapis débarquent au Bioparc pour plonger les enfants dans l’univers des contes animaliers ! Réunis autour de ces magnifiques créations tissées mains animées par nos soigneurs, les enfants découvrent le terrain d’aventure des personnages de l’histoire. Une belle occasion de transmettre le plaisir de lire !

Bioparc
103 rue de Cholet
49700 Doué la Fontaine
02 41 59 18 58
www.bioparc-zoo.fr


62 - PAS-DE-CALAIS

 21 et 22 octobre
"COMMENT LA TERRE DEVINT RONDE"

Au sein d’un décor médiéval, la compagnie « Lys et Lion » présentera aux visiteurs des cartes et des documents relatant l’évolution et l’amélioration de la cartographie, ainsi que des instruments de mesure et de navigation.

Centre Historique Médiéval
24 rue Charles VI
62310 Azincourt
03 21 47 27 53      
www.azincourt1415.fr


 Du 27 octobre au 3 novembre
EXPOSITION PLAYMOBIL

Profitez des vacances scolaires pour voyager à travers le temps grâce à ces incroyables scénettes qui seront réparties sur plus de 150m² : l’arrivée des vikings à bord de leurs magnifiques drakkars, ou encore les fêtes, les banquets et les tournois de chevalerie qui se sont déroulés durant la célèbre rencontre du Camp du Drap d’Or…

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


87 - HAUTE-VIENNE

Du 1er avril au 5 novembre
"ENTRE FEMMES & PAPILLONS - DE PORCELAINE & DE PAPIER"

Cette exposition présente le travail de deux artistes françaises. Juliette Clovis nous propose ses "Jungles humaines" en porcelaine, bustes de femme se métamorphosant en êtres hybrides. Marion Vattan nous offre une envolée de papillons en origami.

La Cité des insectes
Chaud - 87120 Nedde
05 55 04 02 55
www.lacitedesinsectes.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités