Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les planètes du système Trappist-1 pourraient être habitables
Actualités

Les planètes du système Trappist-1 pourraient être habitables

Deux nouvelles études scientifiques confirment la viabilité des sept planètes orbitant à 39 années-lumière de la Terre. Elles sont rocheuses et pourraient abriter de l'eau.

Depuis leur découverte, les sept planètes du système Trappist-1 ne cessent de faire rêver scientifiques et chercheurs d'extraterrestres. Un intérêt qui ne devrait pas dégonfler puisque deux nouvelles études publiées le 5 février confirment que ces planètes sont rocheuses, comme la Terre, qu'elles possèdent une atmosphère qui n'est pas riche en hydrogène -un gaz qui serait néfaste à la vie- et qu'elles pourraient même abriter de grande quantité d'eau, et donc, théoriquement, de la vie.

"Tous les signaux pour l'instant étudiés sont au vert, a déclaré à l'AFP Amaury Triaud, astronome de l'Université de Birmingham, co-auteur d'une des études publiées lundi. Pour l'instant aucune donnée ne nous permet de dire qu'elles ne sont pas habitables."  

Montagnes russes émotionnelles

Découverte en 2005 par le télescope belge Trappist, l'étoile Trappist-1a est une naine rouge "super-froide" située à 39 années-lumière de la Terre autour de laquelle gravitent sept planètes. La particularité la plus frappante de ce système est que les sept planètes, dont les tailles varient entre 0,75 et 1,15 rayon terrestre, orbitent très prêt de leur étoile. Elles sont toutes bien plus proche de Trappist-1a que Mercure ne l'est du Soleil. Cette proximité entraîne des révolutions [Mouvement orbital périodique d'un corps céleste] très rapides, allant de 1,5 à 19 jours seulement. La Terre, elle, met environ 365 jours pour faire le tour du Soleil.

Mais comme l'étoile Trappist-1a est une naine rouge bien moins chaude et lumineuse que notre Soleil, ses planètes ne sont pas brûlées comme Mercure. Mieux, au moins trois planètes -Trappist-1e, f et g- se trouvent dans la zone habitable [en vert sur le schéma ci-dessus] de l'étoile et pourraient donc être tempérées, posséder des océans de surface, voire abriter la vie.

Ces informations avaient été dévoilées l'année dernière, quand la Nasa s'était attribuée la découverte des sept exoplanètes -alors que les recherches étaient majoritairement européennes. Depuis, certaines études avaient remis en cause la viabilité "des Trappists", d'autres l'avaient confirmée, relançant sans cesse les espoirs autour de ce système.

En janvier 2018, deux études ont précisé les rayons des planètes et les propriétés de l'étoile Trappist-1a. Surtout, le 5 février, deux nouveaux articles publiés dans Nature Astronomy et Astronomy & Astrophysics, ont confirmé tout le bien que l'on pense du système Trappist-1.

La quête de l'hydrogène fait plouf

Dans l'étude publiée dans Nature Astornomy, les chercheurs ont essayé de découvrir la composition des atmosphères de Trappist-1d, e f et g grâce au télescope spatial Hubble. Leur but était de déterminer si elles sont riches en hydrogène, comme les atmosphère de Neptune et Uranus, ou non. La raison est simple: l'hydrogène est un gaz à effet de serre qui "étouffe les planètes": s'il y en a trop, les chances de développement de la vie sont nulles, ou presque.

Pour le savoir, les scientifiques ont regardé le moment où Trappist1-d, e, f et g passaient devant Trappist-1, quand leur atmosphère était rétroéclairée par leur étoile. Cette technique, déjà utilisée sur Vénus quand elle passe devant notre Soleil, permet de déduire partiellement la composition de l'atmosphère d'une planète.

Résultat: si Trappist-1g pourrait être étouffée par une atmosphère riche en hydrogène, ce n'est pas le cas de Trappist-1d, e et f, notent les chercheurs. Une excellente nouvelle qui va pousser la communauté scientifique à regarder ces planètes de plus prêt grâce au futur télescope spatial James Webb.  

Bien plus puissant qu'Hubble, James Webb, qui devrait être lancé en 2019, sera capable de sonder plus en profondeur les exoplanètes pour détecter des gaz plus lourds que l'hydrogène, comme le dioxyde de carbone, le méthane, la vapeur d'eau et l'oxygène, et donc savoir avec plus de précision si elles sont habitable ou non.

"L'élimination de l'hypothèse hydrogène va permettre de se pencher sur d'autres pistes, se félicite Nikole Lewis, astronome au Space Telescope Science Institute et co-auteur principal de l'étude publié dans Nature Astronomy, le site officiel d'Hubble.

Des planètes rocheuses riches en eau

Dans l'étude publiée dans Astronomy & Astrophysics, les chercheurs ont tenté de découvrir la composition des planètes de Trappist-1. Leurs calculs ont confirmé que les sept planètes du système Trappist-1 sont bien rocheuses, comme la Terre. Mais les chercheurs emmenés par Simon Grimm, de l'Université de Bern, ne se sont pas arrêté là. Ils ont aussi découvert que certaines planètes du système possèdent de grande quantité d'eau pouvant aller jusqu'à 5% de leur masse. A titre de comparaison, l'eau ne constitue que 0,023% de la masse de la Terre.

Pour le découvrir, les scientifiques ont chronométré précisément des centaines de transits -le passage d'une planète devant Trappist-1- en les observant avec divers télescopes Terrestre, dont Trappist ou le Very Large Telescop (VLT) européen. "Les planètes du système Trappist-1 sont situées à si grande proximité les unes des autres que l'attraction gravitationnelle perturbe la régularité des orbites et produit des retards et des avances des transits", explique Simon Grimm sur le site de l'ESO. Or ce manque de ponctualité dépend de la masse des planètes, de leurs distances respectives ainsi que d'autres paramètres orbitaux.

Grâce à un modèle informatique, les chercheurs ont été en mesure de simuler les orbites planétaires, puis de faire coïncider ces calculs avec les valeurs observées. Ils pu en déduire les masses planétaires ainsi que leur densité, "avec une précision de l'ordre de 5 à 10%", précise le communiqué de l'ESO. "Ces mesures de densités, combinées aux modèles de compositions des planètes, suggèrent que les sept planètes du système Trappist-1 ne sont pas des mondes rocheux stériles, mais sont composés de matière volatile, probablement de l'eau, et ce, en quantités significatives", poursuit l'ESO.

De la vie sur Trappist1-e ?

Les mesures de Hubble de la première étude excluant les enveloppes d'hydrogène pour expliquer ces densités, alors plusieurs planètes de Trappist-1 ont une teneur en eau et composés volatiles supérieure à celle de notre planète, allant jusqu'à 5% en masse, conclue le CNRS -qui a participé aux recherches-, dans un communiqué.

Selon les résultats Trappist-1f, g et h sont suffisamment éloignées de leur étoile hôte pour que de l'eau glacée recouvre leur surface. Les plus proches pourraient abriter de la vapeur d'eau. La quatrième planète Trappist1-e, la plus semblable à la Terre en termes de taille, de densité et de quantité d'ensoleillement, a une température compatible avec de l'eau liquide à sa surface, souligne l'ESO.

Pourrait-elle abriter des petits hommes verts? "Nous ne pouvons rien dire à ce stade car elles sont très différentes de la seule planète qui abrite la vie [la Terre]", déclare prudemment Amaury Triaud. Elle pourrait, par exemple recevoir trop de rayonnement ultraviolet à cause de sa proximité avec Trappist1, ce qui empêcherait le développement d'une forme de vie. Pour le savoir, il faudra continuer d'observer ce système stellaire, l'un des plus intéressants à ce jour.
 

Source : L'Express
Crédit : NASA/JPL-Caltech/R. Hurt

ue d'artiste représentant le système Trappist-1, composé de sept planètes orbitant autour d'une "naine rouge", une étoile moins lumineuse et moins massive que notre Soleil.

Les planètes du système Trappist-1 pourraient être habitables Actualités

Les planètes du système Trappist-1 pourraient être habitables

Deux nouvelles études scientifiques confirment la viabilité des sept planètes orbitant à 39 années-lumière de la Terre. Elles sont rocheuses et pourraient abriter de l'eau.

Depuis leur découverte, les sept planètes du système Trappist-1 ne cessent de faire rêver scientifiques et chercheurs d'extraterrestres. Un intérêt qui ne devrait pas dégonfler puisque deux nouvelles études publiées le 5 février confirment que ces planètes sont rocheuses, comme la Terre, qu'elles possèdent une atmosphère qui n'est pas riche en hydrogène -un gaz qui serait néfaste à la vie- et qu'elles pourraient même abriter de grande quantité d'eau, et donc, théoriquement, de la vie.

"Tous les signaux pour l'instant étudiés sont au vert, a déclaré à l'AFP Amaury Triaud, astronome de l'Université de Birmingham, co-auteur d'une des études publiées lundi. Pour l'instant aucune donnée ne nous permet de dire qu'elles ne sont pas habitables."  

Montagnes russes émotionnelles

Découverte en 2005 par le télescope belge Trappist, l'étoile Trappist-1a est une naine rouge "super-froide" située à 39 années-lumière de la Terre autour de laquelle gravitent sept planètes. La particularité la plus frappante de ce système est que les sept planètes, dont les tailles varient entre 0,75 et 1,15 rayon terrestre, orbitent très prêt de leur étoile. Elles sont toutes bien plus proche de Trappist-1a que Mercure ne l'est du Soleil. Cette proximité entraîne des révolutions [Mouvement orbital périodique d'un corps céleste] très rapides, allant de 1,5 à 19 jours seulement. La Terre, elle, met environ 365 jours pour faire le tour du Soleil.

Mais comme l'étoile Trappist-1a est une naine rouge bien moins chaude et lumineuse que notre Soleil, ses planètes ne sont pas brûlées comme Mercure. Mieux, au moins trois planètes -Trappist-1e, f et g- se trouvent dans la zone habitable [en vert sur le schéma ci-dessus] de l'étoile et pourraient donc être tempérées, posséder des océans de surface, voire abriter la vie.

Ces informations avaient été dévoilées l'année dernière, quand la Nasa s'était attribuée la découverte des sept exoplanètes -alors que les recherches étaient majoritairement européennes. Depuis, certaines études avaient remis en cause la viabilité "des Trappists", d'autres l'avaient confirmée, relançant sans cesse les espoirs autour de ce système.

En janvier 2018, deux études ont précisé les rayons des planètes et les propriétés de l'étoile Trappist-1a. Surtout, le 5 février, deux nouveaux articles publiés dans Nature Astronomy et Astronomy & Astrophysics, ont confirmé tout le bien que l'on pense du système Trappist-1.

La quête de l'hydrogène fait plouf

Dans l'étude publiée dans Nature Astornomy, les chercheurs ont essayé de découvrir la composition des atmosphères de Trappist-1d, e f et g grâce au télescope spatial Hubble. Leur but était de déterminer si elles sont riches en hydrogène, comme les atmosphère de Neptune et Uranus, ou non. La raison est simple: l'hydrogène est un gaz à effet de serre qui "étouffe les planètes": s'il y en a trop, les chances de développement de la vie sont nulles, ou presque.

Pour le savoir, les scientifiques ont regardé le moment où Trappist1-d, e, f et g passaient devant Trappist-1, quand leur atmosphère était rétroéclairée par leur étoile. Cette technique, déjà utilisée sur Vénus quand elle passe devant notre Soleil, permet de déduire partiellement la composition de l'atmosphère d'une planète.

Résultat: si Trappist-1g pourrait être étouffée par une atmosphère riche en hydrogène, ce n'est pas le cas de Trappist-1d, e et f, notent les chercheurs. Une excellente nouvelle qui va pousser la communauté scientifique à regarder ces planètes de plus prêt grâce au futur télescope spatial James Webb.  

Bien plus puissant qu'Hubble, James Webb, qui devrait être lancé en 2019, sera capable de sonder plus en profondeur les exoplanètes pour détecter des gaz plus lourds que l'hydrogène, comme le dioxyde de carbone, le méthane, la vapeur d'eau et l'oxygène, et donc savoir avec plus de précision si elles sont habitable ou non.

"L'élimination de l'hypothèse hydrogène va permettre de se pencher sur d'autres pistes, se félicite Nikole Lewis, astronome au Space Telescope Science Institute et co-auteur principal de l'étude publié dans Nature Astronomy, le site officiel d'Hubble.

Des planètes rocheuses riches en eau

Dans l'étude publiée dans Astronomy & Astrophysics, les chercheurs ont tenté de découvrir la composition des planètes de Trappist-1. Leurs calculs ont confirmé que les sept planètes du système Trappist-1 sont bien rocheuses, comme la Terre. Mais les chercheurs emmenés par Simon Grimm, de l'Université de Bern, ne se sont pas arrêté là. Ils ont aussi découvert que certaines planètes du système possèdent de grande quantité d'eau pouvant aller jusqu'à 5% de leur masse. A titre de comparaison, l'eau ne constitue que 0,023% de la masse de la Terre.

Pour le découvrir, les scientifiques ont chronométré précisément des centaines de transits -le passage d'une planète devant Trappist-1- en les observant avec divers télescopes Terrestre, dont Trappist ou le Very Large Telescop (VLT) européen. "Les planètes du système Trappist-1 sont situées à si grande proximité les unes des autres que l'attraction gravitationnelle perturbe la régularité des orbites et produit des retards et des avances des transits", explique Simon Grimm sur le site de l'ESO. Or ce manque de ponctualité dépend de la masse des planètes, de leurs distances respectives ainsi que d'autres paramètres orbitaux.

Grâce à un modèle informatique, les chercheurs ont été en mesure de simuler les orbites planétaires, puis de faire coïncider ces calculs avec les valeurs observées. Ils pu en déduire les masses planétaires ainsi que leur densité, "avec une précision de l'ordre de 5 à 10%", précise le communiqué de l'ESO. "Ces mesures de densités, combinées aux modèles de compositions des planètes, suggèrent que les sept planètes du système Trappist-1 ne sont pas des mondes rocheux stériles, mais sont composés de matière volatile, probablement de l'eau, et ce, en quantités significatives", poursuit l'ESO.

De la vie sur Trappist1-e ?

Les mesures de Hubble de la première étude excluant les enveloppes d'hydrogène pour expliquer ces densités, alors plusieurs planètes de Trappist-1 ont une teneur en eau et composés volatiles supérieure à celle de notre planète, allant jusqu'à 5% en masse, conclue le CNRS -qui a participé aux recherches-, dans un communiqué.

Selon les résultats Trappist-1f, g et h sont suffisamment éloignées de leur étoile hôte pour que de l'eau glacée recouvre leur surface. Les plus proches pourraient abriter de la vapeur d'eau. La quatrième planète Trappist1-e, la plus semblable à la Terre en termes de taille, de densité et de quantité d'ensoleillement, a une température compatible avec de l'eau liquide à sa surface, souligne l'ESO.

Pourrait-elle abriter des petits hommes verts? "Nous ne pouvons rien dire à ce stade car elles sont très différentes de la seule planète qui abrite la vie [la Terre]", déclare prudemment Amaury Triaud. Elle pourrait, par exemple recevoir trop de rayonnement ultraviolet à cause de sa proximité avec Trappist1, ce qui empêcherait le développement d'une forme de vie. Pour le savoir, il faudra continuer d'observer ce système stellaire, l'un des plus intéressants à ce jour.
 

Source : L'Express
Crédit : NASA/JPL-Caltech/R. Hurt

ue d'artiste représentant le système Trappist-1, composé de sept planètes orbitant autour d'une "naine rouge", une étoile moins lumineuse et moins massive que notre Soleil.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

03 - Allier

Du 1er juin au 30 septembre
Exposition "L'ARTISANAT AU FIL DU TEMPS"

Maison de la Combraille
Place Pierre Bitard
03420 Marcillat-en-Combraille
04 70 51 10 23
maisondelacombraille.over-blog.com


Du 3 au 22 juillet
Exposition :  "LA BARBE A TRAVERS LES TEMPS"

Les rasophiles d'Oc et Oïl. Collection de rasoirs et objets s'y rapprochant au fil de l'histoire.

Maison de la Combraille
Place Pierre Bitard
03420 Marcillat-en-Combraille
04 70 51 10 23
maisondelacombraille.over-blog.com


25 juillet
Découverte nature
HAUTE VALLE DE CHER, TERRE DE CONFINS

Histoire et lecture de paysages, faune et flore. Encadrée par Renée Couppat (Chemin de Travers).

Maison de la Combraille
Place Pierre Bitard
03420 Marcillat-en-Combraille
04 70 51 10 23
maisondelacombraille.over-blog.com


04 - Alpes de Haute-Provence

Du 3 au 7 août
CORSO DE LA LAVANDE

Au pays des champs de lavande, très joli Corso de fleurs avec des parades de jour et de nuit, animations musicales, marché artisanale, feu d’artifice.

Comité des fêtes
1 boulevard Martin Bret
04000 Digne-les-Bains
06 34 41 86 29
www.cdf-dignelesbains.fr


05 - Hautes Alpes

Du 30 juin au 6 juillet
CHAMPIONNAT DE PARAPENTE OZONE

Compétition amicale de parapente entre les différents pilotes mondiaux et expérimentés, avec des vols dans une zone magnifique au départ de la montagne de Chabre dans la Vallée de la Méouge !

Montagne de Chabre
Châteauneuf de Chabre
05300 Val Buëch-Méouge
04 92 65 09 38


07 - Adèche

Du 1er mai au 15 novembre
Exposition "ENTRE TERRE ET EAU"

Crises sociales et environnementales dans le Delta du Danube en Roumanie, à la fin du Néolithique. A près de 2 000 km de l'Ardèche, comment se passe la fin de la Préhistoire au bord du fleuve et de la Mer Noire ? Une exposition franco-roumaine inédite, interactive et immersive, à découvrir à la Cité de la Préhistoire !

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


14 - Calvados

24 juin
Visite guidée "ODYSSÉE JURASSIQUE"

Partez à la découverte du monde jurassique à travers les fossiles trouvés à Villers-sur-Mer avec l’un des médiateurs scientifiques du musée. Une visite ludique et pleine de découvertes pour petits et grands. Durée : 1h00.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


Jusqu’au 29 février 2020
Exposition
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019
Exposition "GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Du 27 mai au 3 septembre
Exposition de plein-air
"AMIS POLLINISATEURS, BIENVENUE EN VILLE !"

En ville vivent des centaines d'espèces d'insectes, dont beaucoup jouent un rôle très utile pour les humains : en butinant de fleurs en fleurs à la recherche de nourriture, ils transportent le pollen, assurant ainsi la reproduction d'un grand nombre de plantes. Ce sont des pollinisateurs !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - Gard

Du 5 mai au 30 septembre
"O3" Rétrospective de 25 ans de l'art du cube

Nicolas GAL, peintre plasticien présentera une Dériode de création en cube, des oeuvres de jeunesse où est figurée avec les mythes méditerranéens, jusqu'à des oeuvres plus récentes dénonçant l'exil moderne lié à l'eau.

La Maison de l'eau
30122 Les Plantiers
04 66 30 36 55 / 04 66 25 83 41
www.caussesaigoualcevennes.fr


50 - MANCHE

Du 5 février au 31 août
Exposition "SCIENCES EXTRAORDINAIRES"

"Des récits de Jules Verne aux mondes de demain". Une exposition entièrement consacrée à l’auteur et sa vision de l’univers futuriste.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


18 et 19 juillet
FESTIVAL DE FUSÉES À EAU

Venez fabriquez la plus belle fusée et surtout la plus rapide !
•Ateliers de construction de fusées à eau en continu pour toute la famille
•Décollages de vos fusées dans le parc paysager

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


3 août
NUIT DES ÉTOILES

A l’occasion de cette soirée exceptionnelle, les visiteurs découvriront gratuitement les mystères de la voûte céleste dès 20h et tout au long de la soirée. De nombreuses animations adaptées à chaque public, ponctueront cette soirée. Des ateliers spécialement adaptés au jeune public et aux familles seront proposés.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


61 - Orne

Du 14 juillet au 16 septembre

Expositions
"COMPLICITÉS, IMAGES D'UN VÉTÉRINAIRE DE CAMPAGNE"
"VAISSELLE DE GUERRE, OU DU FRICHTI À L’ASSIETTE COMMÉMORATIVE"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


Du 13 octobre au 23 décembre
Exposition : "LES HAIES", Joël Auxenfans

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


65 - Hautes-Pyrénées

21 juillet
Visite : "LES ANIMAUX DE GARGAS"

Une fois n’est pas coutume, ce sont les animaux qui seront à l’honneur pendant cette soirée. Ils sont gravés ou peints sur les parois, ils ont été mangé par les gravettiens, ils ont vécu ou vivent encore dans la grotte…
1h30 de visite – Limité à 24 personnes. Rdv 21h15.

Grottes de Gargas / Nestplori@
Rd 261
65660 Aventignan
05 62 98 81 50
www.grottesdegargas.fr


4 août
GRAVER, PEINDRE DANS UNE GROTTE : UNE EXPÉDITION SOUTERRAINE

Aller au fond d’une grotte pour peindre ou graver n’est pas une chose anodine ! Évoluer sur un sol accidenté, marcher, ramper ou encore escalader des parois dans l’obscurité et l’humidité montre que nos ancêtres prenaient des risques insensés ! 1h00 de visite – Démonstration d’allumage de feu selon la technique de la percussion, 30 min – Limité à 24 personnes.

Grottes de Gargas / Nestplori@
Rd 261
65660 Aventignan
05 62 98 81 50
www.grottesdegargas.fr


67 - Bas-Rhin

Jusqu'au 31 août
Expostion temporaire
"L'ODYSSEE DES FLUTES"

Au cours de sa vie le collectionneur Charles Tripp a réuni plus de 1 000 flûtes provenant du monde entier. Environ 200 de ses instruments sont présentés dans le parcours de visite de Point d'Orgue.

Centre d’Interprétation du Patrimoine
Point d’Orgue

50 rue du Couvent
67440 Marmoutier
03 88 71 46 84
www.cip-pointdorgue.fr


70 - Haute-Saône

► Du 3 avril au 30 septembre
EXPOSITION "MARTIN LUTHER KING"

Cette exposition retrace la vie et les combats menés par Martin Luther King.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
25 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
http://www.maisondelanegritude.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités