Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le développement de la vie sur Mars élucidé grâce à une île du Pacifique ?
Actualités

Le développement de la vie sur Mars élucidé grâce à une île du Pacifique ?

Et si les jeunes îles volcaniques pouvaient aider les astrobiologistes à comprendre comment la vie pourrait se développer sur Mars ? La plus jeune île du monde, apparue fin décembre 2014 dans l'archipel des Tonga à la faveur d'une éruption volcanique, intéresse de près l'Agence spatiale américaine (Nasa), qui a présenté le fruit de ses recherches à l'occasion d'une conférence de presse. Son petit nom : Hunga Tonga-Hunga Ha'apai. Les scientifiques avaient initialement anticipé que cette île, produit de l'expulsion d'énormes volumes de roches et de cendres, disparaîtrait en quelques mois. Mais l'île, qui mesurait initialement un kilomètre de large sur deux de long et culminait à 120 mètres, a beaucoup mieux résisté que prévu, comme le montre l'animation avant/après ci-dessus. Une rare occasion d'étudier la colonisation par la vie d'un territoire entièrement vierge !

La possibilité d'une île... martienne

Les îles Tonga, un royaume de quelque 170 îles qui compte environ 120.000 habitants, sont situées sur la "ceinture de feu" du Pacifique", où les plaques continentales se rencontrent, causant une activité sismique et volcanique intense. Selon les dernières conclusions de la Nasa, qui a observé en continu par satellite l'évolution physique de l'île depuis sa naissance, l'espérance de vie de l'île est désormais comprise entre 6 et 30 ans, selon que survienne un scénario d'érosion accélérée, qui déstabiliserait les débris volcaniques du cône (appelés "tuf volcanique"), ou au contraire une érosion beaucoup plus lente qui laisserait le cône volcanique intact. "Les îles volcaniques sont le relief le plus simple à former, explique Jim Gavin, chercheur à la Nasa. Grâce à des données satellitaires, le chercheur explique que lui et son équipe ont pu "calculer les déformations 3D de l'île au fil du temps". L'enjeu : comprendre pourquoi l'érosion a été moins forte que prévu, et "comprendre pourquoi cette île a persisté plus longtemps qu'escompté."

Quel rapport avec Mars ? Cette planète tellurique possède d'anciennes îles volcaniques similaires, qui étaient vraisemblablement entourées d'eau lors de leur apparition, explique le chercheur, qui voit là une opportunité très rare d'étudier le cycle de la vie sur les îles nouvellement créées. Les îles volcaniques sont des lieux particulièrement intéressants quand il s'agit de rechercher des traces de vie, car lors de leur création, elles cumulent généralement chaleur et humidité : un terreau fertile pour la vie. "Ce genre d'île pourrait avoir existé sur Mars il y a deux où trois milliards d'années, avec des lacs et des petites mers comblant les dépressions", a-t-il détaillé. "Tout ce que nous pourrons apprendre en observant Mars est forcément basé sur l'interprétation de phénomènes survenant sur Terre."

Les îles nouvelles, un laboratoire pour étudier la formation de nouveaux écosystèmes

Ce n'est pas la première île "nouvelle" à intéresser les chercheurs. L'île de Surtsey, au sud-ouest de l'Islande, est à cet égard emblématique. Née d'une éruption volcanique sous-marine en 1963, l'île, qui diminue progressivement de superficie au fil des ans, a été classée réserve naturelle dès 1665, alors même que l'éruption volcanique se poursuivait encore. L'accès à l'île était alors strictement contrôlé afin de la préserver de toute contamination biologique extérieure, afin de permettre aux biologistes d'étudier en conditions réelles la formation d'un nouvel écosystème ! James Garvin n'en est pas à un coup d'essai, puisqu'il a également travaillé sur la topographie de l'île de Surtsey.

Le point commun entre l'île des Tonga et Surtsey ? Leur longévité inattendue, au vu des matériaux qui les constituent. "Nous pensons qu'une réaction chimique de solidification se produit", avance la géologue Vicki Ferrini. Les deux chercheurs pensent que les deux îles ont survécu plus de quelques mois à cause d'une réaction entre l'eau de mer salée et les cendres volcaniques, contribuant à solidifier la tendre roche volcanique issue de l'éruption.
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Pleiades/CNES/SIPA

L'île de Hunga Tonga Hunga Ha'apa pourrait permettre de comprendre le développement potentiel de la vie sur Mars.

Le développement de la vie sur Mars élucidé grâce à une île du Pacifique ? Actualités

Le développement de la vie sur Mars élucidé grâce à une île du Pacifique ?

Et si les jeunes îles volcaniques pouvaient aider les astrobiologistes à comprendre comment la vie pourrait se développer sur Mars ? La plus jeune île du monde, apparue fin décembre 2014 dans l'archipel des Tonga à la faveur d'une éruption volcanique, intéresse de près l'Agence spatiale américaine (Nasa), qui a présenté le fruit de ses recherches à l'occasion d'une conférence de presse. Son petit nom : Hunga Tonga-Hunga Ha'apai. Les scientifiques avaient initialement anticipé que cette île, produit de l'expulsion d'énormes volumes de roches et de cendres, disparaîtrait en quelques mois. Mais l'île, qui mesurait initialement un kilomètre de large sur deux de long et culminait à 120 mètres, a beaucoup mieux résisté que prévu, comme le montre l'animation avant/après ci-dessus. Une rare occasion d'étudier la colonisation par la vie d'un territoire entièrement vierge !

La possibilité d'une île... martienne

Les îles Tonga, un royaume de quelque 170 îles qui compte environ 120.000 habitants, sont situées sur la "ceinture de feu" du Pacifique", où les plaques continentales se rencontrent, causant une activité sismique et volcanique intense. Selon les dernières conclusions de la Nasa, qui a observé en continu par satellite l'évolution physique de l'île depuis sa naissance, l'espérance de vie de l'île est désormais comprise entre 6 et 30 ans, selon que survienne un scénario d'érosion accélérée, qui déstabiliserait les débris volcaniques du cône (appelés "tuf volcanique"), ou au contraire une érosion beaucoup plus lente qui laisserait le cône volcanique intact. "Les îles volcaniques sont le relief le plus simple à former, explique Jim Gavin, chercheur à la Nasa. Grâce à des données satellitaires, le chercheur explique que lui et son équipe ont pu "calculer les déformations 3D de l'île au fil du temps". L'enjeu : comprendre pourquoi l'érosion a été moins forte que prévu, et "comprendre pourquoi cette île a persisté plus longtemps qu'escompté."

Quel rapport avec Mars ? Cette planète tellurique possède d'anciennes îles volcaniques similaires, qui étaient vraisemblablement entourées d'eau lors de leur apparition, explique le chercheur, qui voit là une opportunité très rare d'étudier le cycle de la vie sur les îles nouvellement créées. Les îles volcaniques sont des lieux particulièrement intéressants quand il s'agit de rechercher des traces de vie, car lors de leur création, elles cumulent généralement chaleur et humidité : un terreau fertile pour la vie. "Ce genre d'île pourrait avoir existé sur Mars il y a deux où trois milliards d'années, avec des lacs et des petites mers comblant les dépressions", a-t-il détaillé. "Tout ce que nous pourrons apprendre en observant Mars est forcément basé sur l'interprétation de phénomènes survenant sur Terre."

Les îles nouvelles, un laboratoire pour étudier la formation de nouveaux écosystèmes

Ce n'est pas la première île "nouvelle" à intéresser les chercheurs. L'île de Surtsey, au sud-ouest de l'Islande, est à cet égard emblématique. Née d'une éruption volcanique sous-marine en 1963, l'île, qui diminue progressivement de superficie au fil des ans, a été classée réserve naturelle dès 1665, alors même que l'éruption volcanique se poursuivait encore. L'accès à l'île était alors strictement contrôlé afin de la préserver de toute contamination biologique extérieure, afin de permettre aux biologistes d'étudier en conditions réelles la formation d'un nouvel écosystème ! James Garvin n'en est pas à un coup d'essai, puisqu'il a également travaillé sur la topographie de l'île de Surtsey.

Le point commun entre l'île des Tonga et Surtsey ? Leur longévité inattendue, au vu des matériaux qui les constituent. "Nous pensons qu'une réaction chimique de solidification se produit", avance la géologue Vicki Ferrini. Les deux chercheurs pensent que les deux îles ont survécu plus de quelques mois à cause d'une réaction entre l'eau de mer salée et les cendres volcaniques, contribuant à solidifier la tendre roche volcanique issue de l'éruption.
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Pleiades/CNES/SIPA

L'île de Hunga Tonga Hunga Ha'apa pourrait permettre de comprendre le développement potentiel de la vie sur Mars.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019

EXPOSITION
"GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre

LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


44 - Loire Atlantique

 

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/


61 - Orne

Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION "LES HAIES"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"L’ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE, UN REGARD SUR LE MONDE"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités