Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des falaises glacées sur la planète Mars
Actualités

Des falaises glacées sur la planète Mars

« C’est comme observer le monde souterrain d’une fourmilière », déclare Shane Byrne, de l’université d’Arizona, coauteur de l’article publié dans la revue Science le 12 janvier 2018. La sonde MRO a photographié de la glace à flanc de huit falaises martiennes, situées dans les hémisphères Nord et Sud à des latitudes comprises entre 55 et 58°. Ces empilements glacés, observables par la tranche, s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur immédiatement sous la surface. Il suffit parfois de creuser 1 ou 2 m pour atteindre la couche supérieure. C’est le spectromètre CRISM installé sur l’orbiteur qui a confirmé que le matériau brillant, visible sur ces pentes inclinées d’environ 55°, était bien de l’eau glacée.

La présence de glace sur Mars n’est pas nouvelle. Dès les années 1780, William Herschel observait les variations de la taille des calottes polaires au fil des saisons. L’astronome britannique suggérait alors la présence de glace. La preuve en est obtenue en 2004 par la sonde européenne Mars Express grâce à son radar MARSIS. Plusieurs fois confirmée, y compris à des latitudes plus basses, la présence de glace en surface est définitivement actée en 2008, lorsque l’atterrisseur Phoenix n’a besoin de creuser qu’à 10cm pour en prélever et analyser un échantillon, à une latitude de 68°.

La nouveauté réside ici dans cette extraordinaire fenêtre d’observation en 3D du sous-sol glacé de la planète. Pour Shane Byrne, de futurs astronautes n’auraient plus qu’à se rendre à ces endroits, relativement faciles d’accès, « avec un seau et une pelle » pour récupérer toute l’eau (glacée) dont ils auraient besoin. En tout cas, ce serait moins compliqué que de devoir atteindre les latitudes polaires.

Mars toujours plus froide

« Ces observations vont dans le sens du portrait que nous nous faisons de Mars : une planète froide couverte d’un pergélisol (un sol gelé en permanence) en profondeur au niveau de l’équateur et superficiel au-delà de 45° de latitude », commente François Costard, directeur de recherche en géologie planétaire à Orsay. La température à la surface de la planète rouge est presque toujours négative. Elle peut descendre jusqu’à -140°C en hiver.

Il arrive cependant qu’une face éclairée par le Soleil franchisse le seuil de 0°C. À cette température sur Mars, la glace ne fond pas mais se sublime : l’eau passe directement de l’état solide à l’état gazeux. Cela est dû à l’atmosphère ténue de la planète, dont la pression est trop faible pour permettre à l’eau de subsister à l’état liquide (ce qui n'a pas toujours été le cas).

On sait que, sur Terre, une faible pression en altitude fait bouillir l’eau à une température plus basse que la normale — par exemple, 60°C au sommet de l’Everest. Sous une pression martienne de seulement 6 millibars, soit 0,6% de la pression atmosphérique terrestre, l’eau boue à 0°C. Ce processus de sublimation fait bouger les pentes érodées que MRO a photographiées : l’arête de ces falaises recule à mesure que l’eau se vaporise, provoquant les éboulements de la roche qui se désolidarise.

Conséquence des variations du climat

Reste à comprendre comment se sont formées ces strates d’eau glacée. Selon François Costard, « des amas de neige provoqués par le vent (appelés dépôts nivéo-éoliens) ou des dépôts de condensation sont plus vraisemblables qu’une eau liquide qui aurait ruisselé puis gelé ». Les dépôts successifs de glace se seraient répétés périodiquement selon l’oscillation de l’axe de rotation de Mars, dont l’inclinaison varie lentement mais avec une plus grande amplitude que sur Terre.

Prélever un échantillon en profondeur de ces zones permettrait de reconstituer l’histoire climatique de la planète rouge sur des millions d’années, à la manière dont les cernes d’une souche d’arbre nous renseignent sur les épisodes climatiques passés.


Source : Ciel et Espace
Crédit : Nasa/JPL-Caltech/UA/USGS

Un des escarpements martiens photographiés par la sonde MRO. Echelle: 500m de large.

Des falaises glacées sur la planète Mars Actualités

Des falaises glacées sur la planète Mars

« C’est comme observer le monde souterrain d’une fourmilière », déclare Shane Byrne, de l’université d’Arizona, coauteur de l’article publié dans la revue Science le 12 janvier 2018. La sonde MRO a photographié de la glace à flanc de huit falaises martiennes, situées dans les hémisphères Nord et Sud à des latitudes comprises entre 55 et 58°. Ces empilements glacés, observables par la tranche, s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur immédiatement sous la surface. Il suffit parfois de creuser 1 ou 2 m pour atteindre la couche supérieure. C’est le spectromètre CRISM installé sur l’orbiteur qui a confirmé que le matériau brillant, visible sur ces pentes inclinées d’environ 55°, était bien de l’eau glacée.

La présence de glace sur Mars n’est pas nouvelle. Dès les années 1780, William Herschel observait les variations de la taille des calottes polaires au fil des saisons. L’astronome britannique suggérait alors la présence de glace. La preuve en est obtenue en 2004 par la sonde européenne Mars Express grâce à son radar MARSIS. Plusieurs fois confirmée, y compris à des latitudes plus basses, la présence de glace en surface est définitivement actée en 2008, lorsque l’atterrisseur Phoenix n’a besoin de creuser qu’à 10cm pour en prélever et analyser un échantillon, à une latitude de 68°.

La nouveauté réside ici dans cette extraordinaire fenêtre d’observation en 3D du sous-sol glacé de la planète. Pour Shane Byrne, de futurs astronautes n’auraient plus qu’à se rendre à ces endroits, relativement faciles d’accès, « avec un seau et une pelle » pour récupérer toute l’eau (glacée) dont ils auraient besoin. En tout cas, ce serait moins compliqué que de devoir atteindre les latitudes polaires.

Mars toujours plus froide

« Ces observations vont dans le sens du portrait que nous nous faisons de Mars : une planète froide couverte d’un pergélisol (un sol gelé en permanence) en profondeur au niveau de l’équateur et superficiel au-delà de 45° de latitude », commente François Costard, directeur de recherche en géologie planétaire à Orsay. La température à la surface de la planète rouge est presque toujours négative. Elle peut descendre jusqu’à -140°C en hiver.

Il arrive cependant qu’une face éclairée par le Soleil franchisse le seuil de 0°C. À cette température sur Mars, la glace ne fond pas mais se sublime : l’eau passe directement de l’état solide à l’état gazeux. Cela est dû à l’atmosphère ténue de la planète, dont la pression est trop faible pour permettre à l’eau de subsister à l’état liquide (ce qui n'a pas toujours été le cas).

On sait que, sur Terre, une faible pression en altitude fait bouillir l’eau à une température plus basse que la normale — par exemple, 60°C au sommet de l’Everest. Sous une pression martienne de seulement 6 millibars, soit 0,6% de la pression atmosphérique terrestre, l’eau boue à 0°C. Ce processus de sublimation fait bouger les pentes érodées que MRO a photographiées : l’arête de ces falaises recule à mesure que l’eau se vaporise, provoquant les éboulements de la roche qui se désolidarise.

Conséquence des variations du climat

Reste à comprendre comment se sont formées ces strates d’eau glacée. Selon François Costard, « des amas de neige provoqués par le vent (appelés dépôts nivéo-éoliens) ou des dépôts de condensation sont plus vraisemblables qu’une eau liquide qui aurait ruisselé puis gelé ». Les dépôts successifs de glace se seraient répétés périodiquement selon l’oscillation de l’axe de rotation de Mars, dont l’inclinaison varie lentement mais avec une plus grande amplitude que sur Terre.

Prélever un échantillon en profondeur de ces zones permettrait de reconstituer l’histoire climatique de la planète rouge sur des millions d’années, à la manière dont les cernes d’une souche d’arbre nous renseignent sur les épisodes climatiques passés.


Source : Ciel et Espace
Crédit : Nasa/JPL-Caltech/UA/USGS

Un des escarpements martiens photographiés par la sonde MRO. Echelle: 500m de large.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute-Provence

20 mai
RANDONNÉE VTT "LA JARLANDINE"

Randonnées en VTT sur la montagne de Lure ouvert à tous, dans un département avec 5000 km d’itinéraires balisés, 240 circuits, mais aussi 3 Grandes Traversées VTT, testées et approuvées par la presse VTT nationale et internationale. Tarif spécial pour les hébergements au camping Sunêlia l’Hippocampe à Volonne.

Ville de Château-Arnoux-Saint-Auban
Hôtel de Ville
1 rue Victorin Maurel
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 33 20 00
http://www.chateau-arnoux-saint-auban.fr


3 au 7 août
CORSO DE LA LAVANDE

Au pays des champs de lavande, très joli Corso de fleurs avec des parades de jour et de nuit, animations musicales, marché artisanale, feu d’artifice.

Comité des fêtes
1 boulevard Martin Bret
04000 Digne-les-Bains
06 34 41 86 29
www.cdf-dignelesbains.fr


30 juin au 6 juillet
CHAMPIONNAT DE PARAPENTE OZONE

Compétition amicale de parapente entre les différents pilotes mondiaux et expérimentés, avec des vols dans une zone magnifique au départ de la montagne de Chabre dans la Vallée de la Méouge !

Montagne de Chabre
Châteauneuf de Chabre
05300 Val Buëch-Méouge
04 92 65 09 38


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


42 - LOIRE

10 janvier au 31 mai
EXPOSITION "FIBRES"

L'exposition présente l'origine, les caractéritstiques et l'utilisation de fibres végétales, animales et synthétiques que l'on retrouve dans l'industrie textile et au quotidien.
Une section consacrée à l'utilisation de fibres diverses dans la création artistiques présente des oeuvres d'Anne Mangeot et Ghislaine Berlier Garcia.

La Maison du Passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier-


50 - MANCHE

5 février au 31 août
EXPOSITION "SCIENCES EXTRAORDINAIRES"

"Des récits de Jules Verne aux mondes de demain". Une exposition entièrement consacrée à l’auteur et sa vision de l’univers futuriste.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


18 et 19 juillet
FESTIVAL DE FUSÉES À EAU

Venez fabriquez la plus belle fusée et surtout la plus rapide !
•Ateliers de construction de fusées à eau en continu pour toute la famille
•Décollages de vos fusées dans le parc paysager

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


3 août
NUIT DES ÉTOILES

A l’occasion de cette soirée exceptionnelle, les visiteurs découvriront gratuitement les mystères de la voûte céleste dès 20h et tout au long de la soirée. De nombreuses animations adaptées à chaque public, ponctueront cette soirée. Des ateliers spécialement adaptés au jeune public et aux familles seront proposés.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


70 - Haute-Saône

3 avril au 30 septembre
EXPOSITION « MARTIN LUTHER KING »

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
25 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
http://www.maisondelanegritude.fr


83 - Var

17 et 18 mars
5ÈME JOURNÉES DES PLANTES RARES ET DE COLLECTION
Domaine d’Orvès, jardin remarquable

Le Domaine d’Orvès
71 avenue de la Libération (D46)
83160 La-Valette-du-Var
04 94 20 53 25
www.domainedorves.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités