Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des astronomes découvrent un nuage "fossile"
Actualités

Des astronomes découvrent un nuage "fossile"

Des nuages de gaz, c’est ce qu’il y a de plus fréquent dans l’Univers. Et pourtant, celui qui a été détecté par Frédéric Robert, doctorant à l’Université Swinburne, à Melbourne (Australie) et son professeur Michael Murphy est une perle rare : c’est un "nuage fossile" et son étude devrait être riche en enseignements sur les premiers âges de l’Univers. Leurs résultats sont publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Pour comprendre ce que ce nuage a de particulier, il faut souligner que les étoiles naissent, vivent et meurent dans les nuages de gaz. Or, ce sont les étoiles qui fabriquent en leur cœur, au cours des réactions de fusion nucléaire les éléments chimiques, à part les plus légers comme l’hydrogène et l’Hélium. En fin de vie, certaines étoiles explosent en supernova et éjectent une grande partie de leur cœur. Celles qui n’explosent pas perdent progressivement une partie de leur masse par des éjections appelées vents stellaires. Résultats : le vieillissement et la mort des étoiles ensemencent progressivement le nuage en éléments chimiques plus lourds que l’hydrogène.

Ainsi les nuages qui se présentent aux astrophysiciens contiennent tous des éléments chimiques lourds sauf celui-là baptisé LLS1723. Agé de 1,5 milliard d’années alors que l’Univers affiche 13,7 milliards d’années, il n’a probablement jamais été témoin de l’explosion d’une étoile en son sein... Il est donc vierge de toute pollution en éléments chimiques lourds.

A la recherche d'autres nuages fossiles

Pour le dénicher les chercheurs ont observé depuis le télescope Keck au sommet du Mauna Kea à Hawaii la lumière des quasars lointains. Ils ont utilisé deux instruments : le spectrographe imageur ESI, et le spectromètre à haute résolution HIRES.  Comme le nuage froid ne brille pas de lui-même il faut capter la lumière du quasar qui passe à travers le nuage. Alors les éléments chimiques présents dans le nuage absorbent certaines longueurs d’onde de la lumière – celles qui correspondent justement à la signature de l’élément. C’est le "spectre par absorption" du nuage, qui révèle donc les éléments présents en son sein. C’est ainsi que les chercheurs ont découvert que LLS1723 ne comportait aucun élément lourd. L’étude de ce nuage permettra de comprendre comment les premières galaxies se sont formées… Pour cela il serait préférable de trouver d'autres oiseaux rares de ce type.
 

Source : Azar Khalatbari / Sciences et Avenir
Crédit : TNG COLLABORATION

Sur cette simulation des grandes structures de l'Univers,  les filaments de gaz (en bleu) rencontrent les galaxies en orange. Certaines régions des galaxies peuvent renfermer des nuages fossiles, qui apparaissent ici comme des ondes de choc circulaires autour des points qui sont des galaxies. C'est un tel nuage que le télescope Keck a déniché.

Des astronomes découvrent un nuage "fossile" Actualités

Des astronomes découvrent un nuage "fossile"

Des nuages de gaz, c’est ce qu’il y a de plus fréquent dans l’Univers. Et pourtant, celui qui a été détecté par Frédéric Robert, doctorant à l’Université Swinburne, à Melbourne (Australie) et son professeur Michael Murphy est une perle rare : c’est un "nuage fossile" et son étude devrait être riche en enseignements sur les premiers âges de l’Univers. Leurs résultats sont publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Pour comprendre ce que ce nuage a de particulier, il faut souligner que les étoiles naissent, vivent et meurent dans les nuages de gaz. Or, ce sont les étoiles qui fabriquent en leur cœur, au cours des réactions de fusion nucléaire les éléments chimiques, à part les plus légers comme l’hydrogène et l’Hélium. En fin de vie, certaines étoiles explosent en supernova et éjectent une grande partie de leur cœur. Celles qui n’explosent pas perdent progressivement une partie de leur masse par des éjections appelées vents stellaires. Résultats : le vieillissement et la mort des étoiles ensemencent progressivement le nuage en éléments chimiques plus lourds que l’hydrogène.

Ainsi les nuages qui se présentent aux astrophysiciens contiennent tous des éléments chimiques lourds sauf celui-là baptisé LLS1723. Agé de 1,5 milliard d’années alors que l’Univers affiche 13,7 milliards d’années, il n’a probablement jamais été témoin de l’explosion d’une étoile en son sein... Il est donc vierge de toute pollution en éléments chimiques lourds.

A la recherche d'autres nuages fossiles

Pour le dénicher les chercheurs ont observé depuis le télescope Keck au sommet du Mauna Kea à Hawaii la lumière des quasars lointains. Ils ont utilisé deux instruments : le spectrographe imageur ESI, et le spectromètre à haute résolution HIRES.  Comme le nuage froid ne brille pas de lui-même il faut capter la lumière du quasar qui passe à travers le nuage. Alors les éléments chimiques présents dans le nuage absorbent certaines longueurs d’onde de la lumière – celles qui correspondent justement à la signature de l’élément. C’est le "spectre par absorption" du nuage, qui révèle donc les éléments présents en son sein. C’est ainsi que les chercheurs ont découvert que LLS1723 ne comportait aucun élément lourd. L’étude de ce nuage permettra de comprendre comment les premières galaxies se sont formées… Pour cela il serait préférable de trouver d'autres oiseaux rares de ce type.
 

Source : Azar Khalatbari / Sciences et Avenir
Crédit : TNG COLLABORATION

Sur cette simulation des grandes structures de l'Univers,  les filaments de gaz (en bleu) rencontrent les galaxies en orange. Certaines régions des galaxies peuvent renfermer des nuages fossiles, qui apparaissent ici comme des ondes de choc circulaires autour des points qui sont des galaxies. C'est un tel nuage que le télescope Keck a déniché.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

Du 10 janvier 2019 au 14 février

COURS DE POTERIE : RAKU

Animés par la potière Cécile Dussaud. Jeudis 10, 17, 24, 31 janvier et 14 février, de 18h à 20h, à Amphoralis. La cuisson à la technique japonaise du raku sera ensuite effectuée le dimanche 24 février, de 14h à 18h.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


27 janvier

VISITE GUIDÉE
POTIERS GALLO-ROMAINS

Découvrez l’activité des potiers gallo-romains et de leur véritable « usine » d’amphores.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

22 février

CONFÉRENCE - SPECTACLE
"HISTOIRE ET ÉVOLUTION DE LA LUNE"

Pour l’ouverture de cette année du 50ème anniversaire de la mission Apollo 9, répétition générale avant le voyage vers la Lune, cette séance spéciale vous emmènera à la découverte de notre satellite.
Vendredi 22 février à 17h30. Tarif 4 €.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


30 - Gard

Du 9 février au 10 mars

EXPOSITION
"VOLCANS, LA VIE DE LA TERRE"

Découvrez les grands mécanismes des profondeurs de la Terre, les menaces et richesses que représentent les volcans grâce à une vingtaine de manipulations interactives.
Exposition gratuite, tout public. Entrée libre de 10h à 18h en semaine ; 14h-18h samedi et dimanche.

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


14 février

CONFÉRENCE-SPECTACLE
"MATHÉMATIQUES, MAGIE ET MYSTÈRE

Durant cette conférence, des exemples de création de tours magiques à partir des maths seront présentés, et réciproquement  des tours de magie seront décortiqués pour y découvrir des maths.
Jeudi 14 février à 18h. Gratuit, sur réservation sur www.visiatome.fr(conseillée à partir de 11 ans).

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/

Lieux:

Découvrir toutes les activités