Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Découverte d'un réseau de lacs d'eau salée sous la glace du pôle sud de Mars
Actualités

Découverte d'un réseau de lacs d'eau salée sous la glace du pôle sud de Mars

La présence d’eau liquide sur Mars est une histoire pleine de rebondissements. Il y a ces traînées sombres qui apparaissent en été et disparaissent l’hiver, dont on a entendu parler pour la première fois en 2011 : s’agit-il d’écoulements saisonniers d’eau salée, de glissements de sable sec provoqués par le Soleil ou… d’un artefact informatique ? Alors que cette question excite les astrogéologues depuis bientôt dix ans, une autre piste a émergé et semble gagner en crédibilité : il pourrait y avoir des lacs d’eau salée sous la surface de Mars.

L’annonce de cette grande découverte date de l’été 2018 : une équipe de scientifiques italiens expliquait, dans la revue Science, avoir sondé le sous-sol martien en envoyant des signaux radar, et en analysant le temps qu’ils mettent pour remonter à la surface et leur puissance à l’arrivée. Ils ont ainsi collecté des indices sur la nature du sol et affirment qu’à 1,5 km sous la surface, là où l’écho du radar devient très vif, il doit traverser une couche liquide. Le lac d’eau sédimenteuse, très froide, mesurerait 20 kilomètres de large et moins d’un mètre d’épaisseur.

D’autres zones humides

Les Italiens ont continué à creuser la question… et le sol de Mars, en programmant de nouvelles mesures au radar dans la région où ils soupçonnent l’existence de ce lac, près du pôle sud. Ils utilisent toujours à ces fins l’instrument Marsis de la sonde européenne Mars Express, en orbite autour de la planète rouge depuis fin 2003. Et pour être sûrs de ne pas se fourvoyer, les planétologues ont également mis en place une nouvelle méthode d’analyse des données, «basée sur des procédures de traitement de signal habituellement appliquées aux calottes glaciaires terrestres.»

Bingo ! Non seulement la région martienne d’Ultimi Scopuli semble toujours abriter un lac avec la nouvelle méthode d’analyse, mais on découvre d’autres endroits intéressants dans le périmètre de prospection élargi. Les résultats sont publiés cette semaine dans Nature. Ils «renforcent l’annonce de la détection d’un corps d’eau liquide à Ultimi Scopuli, et indiquent la présence d’autres zones humides aux alentours», avancent Sebastian Emanuel Lauro et ses collègues.

«Cela signifie qu’on n’a pas affaire à une découverte isolée, souligne pour IFLScience Elena Pettinelli, co-autrice de l’étude. C’est un système. Et ça change les choses.»

Hypersaline

Mais de quoi sont composés ces lacs martiens ? «La forme la plus plausible d’eau liquide sous la surface martienne, dans les conditions physiques actuelles», est une solution aqueuse hypersaline. Sur Terre, de tels liquides (qu’on appelle aussi saumures) «persistent à des températures bien inférieures au point de congélation de l’eau.»

Tout en étudiant de près cette idée inspirée des phénomènes terrestres, les chercheurs italiens rappellent qu’il s’agit seulement d’une hypothèse : «La combinaison unique de conditions physiques, géologiques, climatiques et topographiques qui pourraient favoriser la formation d’eau liquide et sa subsistance à long terme dans un lac souterrain au pôle sud est, au mieux, une affaire de spéculation à l’heure actuelle.»

Mais il y a des arguments pour aller dans ce sens. La sonde américaine Phoenix, arrivée sur Mars en 2008, a mis en évidence des sels appelés perchlorates dans le sol. On sait, depuis, que les perchlorates absorbent les molécules d’eau présentes dans l’atmosphère martienne et permettent ainsi de former des solutions hypersalines, par le phénomène de déliquescence.

«La possibilité de masses étendues d’eau hypersaline sur Mars est particulièrement prometteuse à cause du potentiel de vie mircrobienne», se plaisent à rappeler les auteurs de l’étude en conclusion. Les bactéries extrêmophiles telles qu’on en trouve sur Terre ou les organismes anaérobies n’ont pas peur de telles conditions. Voilà de quoi remettre la planète rouge sur le devant de la scène, alors que l’espoir suscité par la phosphine vénusienne retombe comme un soufflé.


Source : Camille Gévaudan / Libération
Crédit : ESA/DLR/FU BERLIN/CC BY-SA

Un réseau de lacs souterrains identifiés sous les glaces du pôle sud martien.

Découverte d'un réseau de lacs d'eau salée sous la glace du pôle sud de Mars Actualités

Découverte d'un réseau de lacs d'eau salée sous la glace du pôle sud de Mars

La présence d’eau liquide sur Mars est une histoire pleine de rebondissements. Il y a ces traînées sombres qui apparaissent en été et disparaissent l’hiver, dont on a entendu parler pour la première fois en 2011 : s’agit-il d’écoulements saisonniers d’eau salée, de glissements de sable sec provoqués par le Soleil ou… d’un artefact informatique ? Alors que cette question excite les astrogéologues depuis bientôt dix ans, une autre piste a émergé et semble gagner en crédibilité : il pourrait y avoir des lacs d’eau salée sous la surface de Mars.

L’annonce de cette grande découverte date de l’été 2018 : une équipe de scientifiques italiens expliquait, dans la revue Science, avoir sondé le sous-sol martien en envoyant des signaux radar, et en analysant le temps qu’ils mettent pour remonter à la surface et leur puissance à l’arrivée. Ils ont ainsi collecté des indices sur la nature du sol et affirment qu’à 1,5 km sous la surface, là où l’écho du radar devient très vif, il doit traverser une couche liquide. Le lac d’eau sédimenteuse, très froide, mesurerait 20 kilomètres de large et moins d’un mètre d’épaisseur.

D’autres zones humides

Les Italiens ont continué à creuser la question… et le sol de Mars, en programmant de nouvelles mesures au radar dans la région où ils soupçonnent l’existence de ce lac, près du pôle sud. Ils utilisent toujours à ces fins l’instrument Marsis de la sonde européenne Mars Express, en orbite autour de la planète rouge depuis fin 2003. Et pour être sûrs de ne pas se fourvoyer, les planétologues ont également mis en place une nouvelle méthode d’analyse des données, «basée sur des procédures de traitement de signal habituellement appliquées aux calottes glaciaires terrestres.»

Bingo ! Non seulement la région martienne d’Ultimi Scopuli semble toujours abriter un lac avec la nouvelle méthode d’analyse, mais on découvre d’autres endroits intéressants dans le périmètre de prospection élargi. Les résultats sont publiés cette semaine dans Nature. Ils «renforcent l’annonce de la détection d’un corps d’eau liquide à Ultimi Scopuli, et indiquent la présence d’autres zones humides aux alentours», avancent Sebastian Emanuel Lauro et ses collègues.

«Cela signifie qu’on n’a pas affaire à une découverte isolée, souligne pour IFLScience Elena Pettinelli, co-autrice de l’étude. C’est un système. Et ça change les choses.»

Hypersaline

Mais de quoi sont composés ces lacs martiens ? «La forme la plus plausible d’eau liquide sous la surface martienne, dans les conditions physiques actuelles», est une solution aqueuse hypersaline. Sur Terre, de tels liquides (qu’on appelle aussi saumures) «persistent à des températures bien inférieures au point de congélation de l’eau.»

Tout en étudiant de près cette idée inspirée des phénomènes terrestres, les chercheurs italiens rappellent qu’il s’agit seulement d’une hypothèse : «La combinaison unique de conditions physiques, géologiques, climatiques et topographiques qui pourraient favoriser la formation d’eau liquide et sa subsistance à long terme dans un lac souterrain au pôle sud est, au mieux, une affaire de spéculation à l’heure actuelle.»

Mais il y a des arguments pour aller dans ce sens. La sonde américaine Phoenix, arrivée sur Mars en 2008, a mis en évidence des sels appelés perchlorates dans le sol. On sait, depuis, que les perchlorates absorbent les molécules d’eau présentes dans l’atmosphère martienne et permettent ainsi de former des solutions hypersalines, par le phénomène de déliquescence.

«La possibilité de masses étendues d’eau hypersaline sur Mars est particulièrement prometteuse à cause du potentiel de vie mircrobienne», se plaisent à rappeler les auteurs de l’étude en conclusion. Les bactéries extrêmophiles telles qu’on en trouve sur Terre ou les organismes anaérobies n’ont pas peur de telles conditions. Voilà de quoi remettre la planète rouge sur le devant de la scène, alors que l’espoir suscité par la phosphine vénusienne retombe comme un soufflé.


Source : Camille Gévaudan / Libération
Crédit : ESA/DLR/FU BERLIN/CC BY-SA

Un réseau de lacs souterrains identifiés sous les glaces du pôle sud martien.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


Jusqu'en novembre

EXPOSITION
LE "RHINOCÉROS" DE XAVIER VEILHAN

Le musée accueille le "Rhinocéros" de Xavier Veilhan. Vous pourrez admirer cette œuvre spectaculaire appartenant au Centre Pompidou jusqu'en novembre 2020.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Septembre & octobre

ATELIERS MANOIR DU TOURP

Pour découvrir le patrimoine en s’amusant, le manoir vous propose des ateliers à destination de tous les publics...
23 septembre : Atelier des petits "aquarelle" - 3 octobre : Atelier famille "poterie" - 7 octobre : Atelier des petits "cuir" - 20 octobre : Atelier vacances "matelotage" - 22 octobre : Atelier des petits "aquarelle".

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 15 novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


67 - Bas-Rhin

A partir du 4 juillet

ESCAPE GAME LIGNE MAGINOT

Participez à une partie d'escape game et découvrez la Ligne Maginot comme si vous y étiez soldat!
Dans l'antre de la forteresse sont cachés les indices qui vous permettront de sauver l'équipage de l’asphyxie... Attention, vous n'avez que 40 minutes !
Equipes de 2 à 6 joueurs. A partir de 10 ans accompagnés de leurs parents.

Forteresse de la Ligne Maginot
Route D65 direction Pfaffenbronn
67510 Lembach
03 88 94 48 62 / 03 88 94 43 16
www.lignemaginot.fr


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités