Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Dans l'espace, la vie pourrait se transmettre par les fleurs
Actualités

Dans l'espace, la vie pourrait se transmettre par les fleurs

L'image de graines de pissenlit s'envolant au vent en quête de nouveaux territoires à conquérir est bien connue. Mais pourraient-elles survivre jusque dans le vide spatial, soumises à des conditions de température extrêmes, bien loin de l'atmosphère terrestre qui protège des rayonnements ionisants agressifs? C'est l'hypothèse sérieusement étudiée par l'Institut national de recherche agronomique (INRA), consécutive à des expériences menées sur la Station spatiale internationale (ISS). L'enjeu : déterminer si après un séjour d'un à deux ans dans le vide spatial (et l'exposition aux radiations cosmiques qui va avec), des graines de fleurs étaient encore capable de pousser. Et pour trois espèces (le liseron des champs, le plant de tabac et l'arabette des dames)... la réponse est oui ! Le premier pourrait même survivre à un trajet Mars-Terre. Les résultats ont été publiés dans la revue Astrobiology.

Espace : des conditions extrêmes

L'étude s'appuie sur deux expériences précédentes réalisées entre 2007 et 2009 dans la Station spatiale internationale (ISS) sur le module spatial EXPOSE, dédié à l'astrobiologie. Elles portaient sur la résistance de graines de plant de tabac (Nicotiana tabacum) et d'arabettes (Arabidopsis thaliana) au vide spatial, qui ont alors montré une longévité prometteuse de 558 à 682 jours dans le vide spatial, hors de la station. "Sur l'expérience de l'ISS en 2009, diverses molécules organiques exposées aux radiations dans l'espace ont reçu des doses d'UV s'élevant jusqu'à 1030 MJ/m²" et 296 mGy pour les rayons gamma", écrivent-ils. Des rayonnements agressifs auxquels s'ajoutent des températures extrêmes : de -25 à 61°C le long de l'orbite basse de l'ISS. Malgré ce traitement de choc, une fois de retour sur Terre, 23% des échantillons ont été capables de germer et de donner lieu à une descendance ! Une vigueur qui s'explique par la redondance du code génétique entre les différents jeux de chromosomes, le tabac étant par exemple une espèce tétraploïde (à 4 exemplaires de chaque chromosomes), lorsque les cellules humaines sont diploïdes (chromosomes uniquement présents par paires).

Précieux flavonoïdes

La démarche de David Tepfer de l'INRA et de Sydney Leach de l'Observatoire de Paris : échafauder des hypothèses explicatives... mais aussi sélectionner de nouvelles plantes candidates au voyage sidéral. Pour survivre aux rayonnements spatiaux, ce sont les flavonoïdes (métabolites secondaires propres aux cellules des plantes, qui donnent notamment aux fleurs leur coloration) contenus dans la graine qui font la différence. "Ces composés sont essentiels pour la résistance aux rayons UV, même s'ils ne protègent pas entièrement des rayons spatiaux", affirment-ils.

L'idée des chercheurs : les graines emportées dans l'espace en 2009 étant de petite taille, qu'en serait-il de la résistance aux UV de graines plus grosses - comme celles du liseron des champs -, abritant plus de réserves organiques... et donc plus de flavonoïdes ? Pour le savoir, ils ont comparé (au sol) l'effet des UV sur des grains de liseron, de tabac et d'arabette. Verdict ? "Le liseron a bien mieux résisté à des doses qui ont tué les deux autres fleurs dans l'espace, observent les auteurs, avant de conclure que ce type de plantes devait être intégré aux prochaines expérimentations spatiales.

Des graines à semer dans l'espace ?

De quoi relancer en tout cas la thèse de la panspermie, théorie selon laquelle la vie serait apparue sur Terre par l'extérieur, depuis des corps rocheux comme des comètes... (une théorie aujourd'hui qui reste aujourd'hui hautement spéculative). Quant à savoir si à l'inverse les voyages spatiaux disséminent des agents biologiques venus de la Terre ailleurs dans l'Espace... La question se pose déjà, par exemple avec l'export de bactéries terriennes sur mars via Curiosity. Encore faut-il que les graines, spores ou autres bactéries y trouvent une terre d'accueil hospitalière pour y croître et prospérer. À défaut de déjà voyager dans l'espace, les graines de certaines fleurs de la famille du liseron sont en tout cas parfois consommées (une expérience dangereuse que nous vous dissuadons de réaliser chez vous) pour leurs propriétés... hallucinogènes, de par leur haute teneur en acide lysergique (LSA), molécule cousine du LSD. Un autre genre d'invitation au voyage.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Andrew Butko

Ces liserons (et leurs cousines les "belles-de-jour") sont connues par les botanistes pour l'étonnante longévité de leurs graines dans le sol... qui pourrait en faire les fleurs les plus susceptibles de voyager dans l'espace.

Dans l'espace, la vie pourrait se transmettre par les fleurs Actualités

Dans l'espace, la vie pourrait se transmettre par les fleurs

L'image de graines de pissenlit s'envolant au vent en quête de nouveaux territoires à conquérir est bien connue. Mais pourraient-elles survivre jusque dans le vide spatial, soumises à des conditions de température extrêmes, bien loin de l'atmosphère terrestre qui protège des rayonnements ionisants agressifs? C'est l'hypothèse sérieusement étudiée par l'Institut national de recherche agronomique (INRA), consécutive à des expériences menées sur la Station spatiale internationale (ISS). L'enjeu : déterminer si après un séjour d'un à deux ans dans le vide spatial (et l'exposition aux radiations cosmiques qui va avec), des graines de fleurs étaient encore capable de pousser. Et pour trois espèces (le liseron des champs, le plant de tabac et l'arabette des dames)... la réponse est oui ! Le premier pourrait même survivre à un trajet Mars-Terre. Les résultats ont été publiés dans la revue Astrobiology.

Espace : des conditions extrêmes

L'étude s'appuie sur deux expériences précédentes réalisées entre 2007 et 2009 dans la Station spatiale internationale (ISS) sur le module spatial EXPOSE, dédié à l'astrobiologie. Elles portaient sur la résistance de graines de plant de tabac (Nicotiana tabacum) et d'arabettes (Arabidopsis thaliana) au vide spatial, qui ont alors montré une longévité prometteuse de 558 à 682 jours dans le vide spatial, hors de la station. "Sur l'expérience de l'ISS en 2009, diverses molécules organiques exposées aux radiations dans l'espace ont reçu des doses d'UV s'élevant jusqu'à 1030 MJ/m²" et 296 mGy pour les rayons gamma", écrivent-ils. Des rayonnements agressifs auxquels s'ajoutent des températures extrêmes : de -25 à 61°C le long de l'orbite basse de l'ISS. Malgré ce traitement de choc, une fois de retour sur Terre, 23% des échantillons ont été capables de germer et de donner lieu à une descendance ! Une vigueur qui s'explique par la redondance du code génétique entre les différents jeux de chromosomes, le tabac étant par exemple une espèce tétraploïde (à 4 exemplaires de chaque chromosomes), lorsque les cellules humaines sont diploïdes (chromosomes uniquement présents par paires).

Précieux flavonoïdes

La démarche de David Tepfer de l'INRA et de Sydney Leach de l'Observatoire de Paris : échafauder des hypothèses explicatives... mais aussi sélectionner de nouvelles plantes candidates au voyage sidéral. Pour survivre aux rayonnements spatiaux, ce sont les flavonoïdes (métabolites secondaires propres aux cellules des plantes, qui donnent notamment aux fleurs leur coloration) contenus dans la graine qui font la différence. "Ces composés sont essentiels pour la résistance aux rayons UV, même s'ils ne protègent pas entièrement des rayons spatiaux", affirment-ils.

L'idée des chercheurs : les graines emportées dans l'espace en 2009 étant de petite taille, qu'en serait-il de la résistance aux UV de graines plus grosses - comme celles du liseron des champs -, abritant plus de réserves organiques... et donc plus de flavonoïdes ? Pour le savoir, ils ont comparé (au sol) l'effet des UV sur des grains de liseron, de tabac et d'arabette. Verdict ? "Le liseron a bien mieux résisté à des doses qui ont tué les deux autres fleurs dans l'espace, observent les auteurs, avant de conclure que ce type de plantes devait être intégré aux prochaines expérimentations spatiales.

Des graines à semer dans l'espace ?

De quoi relancer en tout cas la thèse de la panspermie, théorie selon laquelle la vie serait apparue sur Terre par l'extérieur, depuis des corps rocheux comme des comètes... (une théorie aujourd'hui qui reste aujourd'hui hautement spéculative). Quant à savoir si à l'inverse les voyages spatiaux disséminent des agents biologiques venus de la Terre ailleurs dans l'Espace... La question se pose déjà, par exemple avec l'export de bactéries terriennes sur mars via Curiosity. Encore faut-il que les graines, spores ou autres bactéries y trouvent une terre d'accueil hospitalière pour y croître et prospérer. À défaut de déjà voyager dans l'espace, les graines de certaines fleurs de la famille du liseron sont en tout cas parfois consommées (une expérience dangereuse que nous vous dissuadons de réaliser chez vous) pour leurs propriétés... hallucinogènes, de par leur haute teneur en acide lysergique (LSA), molécule cousine du LSD. Un autre genre d'invitation au voyage.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Andrew Butko

Ces liserons (et leurs cousines les "belles-de-jour") sont connues par les botanistes pour l'étonnante longévité de leurs graines dans le sol... qui pourrait en faire les fleurs les plus susceptibles de voyager dans l'espace.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités