Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Une région d’Alaska sous la menace d’un tsunami de 300 mètres
Actualités

Une région d’Alaska sous la menace d’un tsunami de 300 mètres

Un méga-tsunami menace une région d’Alaska. C’est ce que révèle une équipe du Byrd Polar and Climate Research Center de l’Ohio State University dans une étude récemment publiée dans les Geophysical Research Letters, qui a analysé des images satellitaires sur la période 1999-2020.

Le recul des glaciers en cours dans l’immense majorité des régions polaires et montagneuses du monde peut revêtir des conséquences inattendues. Lorsque qu’un glacier retraite vers l’amont d’une vallée, les versants, jusqu’alors soutenus par la masse de glace, sont fragilisés et susceptibles de subir des mouvements de terrain de grande ampleur. Les premiers signes annonciateurs apparaissent sous la forme d’une cicatrice de décrochement en haut de versant et un lent mouvement descendant du sol. Un événement déclencheur, tel un séisme, des pluies diluviennes, le dégel du pergélisol ou la fonte rapide du couvert de neige peut ensuite causer la rupture complète du terrain. La masse de roche et de sédiment peut finalement glisser dans un fjord et engendrer un tsunami gigantesque. Ces mouvements de terrain ont déjà déclenché des catastrophes : en 1958, une rupture de versant dans la baie Lituya (Alaska) avait créé un vague gigantesque de 500 m de haut et fait deux victimes ; plus récemment, le 17 juin 2017, un glissement de terrain sur le versant du fjord de Karrat au Groenland a été à l’origine d’un tsunami qui a dévasté Nuugaatsiaq. Ce petit village côtier, situé à 32 km de là, a été submergé sous des vagues de 10 m de haut qui ont ôté la vie à 4 personnes.

Grâce à l’analyse d’images satellites (modèle numérique d’élévation,  images optiques et radar interférométrique), Chunli Dai et son équipe ont mis en évidence le lent mouvement descendant d’une partie d’un versant du fjord de Barry Arm dans la Baie du Prince William, sur la côte du sud de l’Alaska. Bien qu’un glissement de terrain y ait été repéré par un habitant à l’été 2019, le décrochement n’est pas récent puisqu’il est déjà visible sur une photographie aérienne de 1957. Cependant, en corrélation avec l’amincissement et le recul rapide du glacier Barry qui occupe l’amont de la vallée, les images ont révélé que la vitesse du glissement s’est accélérée entre 2010 et 2017 (déplacement horizontal de 120 m sur la période). Cette accélération est le signe précurseur d’une rupture du versant.

Dans le scénario le plus pessimiste où la totalité de la masse d’ores-et-déjà en mouvement viendrait à rompre, c’est près d’un demi-milliard de m3 de roches et de sédiments (soit un volume 8 fois supérieur à celui du fjord de Karrat du 17 juin 2017) qui pourraient glisser dans les eaux du fjord de Barry Arm. Ce cataclysme en engendrerait un second, en déclenchant un tsunami, dont les plus hautes vagues, selon le modèle utilisé, atteindraient 300 m de hauteur pour des vitesses comprises entre 25 et 40 m/s. Un tel évènement serait évidemment dévastateur pour les habitants des villages de la baie du Prince William par ailleurs prisée des touristes, des pêcheurs et des croisiéristes.

En outre d’importants volumes de pétrole provenant de l’échouage de l’Exxon Valdez en 1989 se trouvent toujours emprisonnés dans les sédiments non consolidés situés dans la zone d'impact du tsunami. Leur érosion par la catastrophe pourrait relâcher ce pétrole dans l’environnement.

L’accélération de la fonte des glaciers favorisée par le réchauffement climatique pose donc la question de l’évaluation de ce risque jusqu’alors peu considéré, notamment parce qu’il touche des régions faiblement peuplées. Il devient désormais urgent de détecter les zones où de tels évènements peuvent avoir lieu avant même qu’ils ne se produisent. Jusqu’ici et malgré ce risque, la plupart des glissements de terrain périglaciaires n'ont été détectés qu'après l'événement.

Même si les géophysiciens ne sont pas encore capables de prédire précisément quand se produira ce tsunami périglaciaire, ils montrent qu’il est aujourd’hui possible de déterminer les zones de risque. Un nouvel outil précieux dans la gestion des risques associés aux changements climatiques.


Source : Maxime Jolivel / La Recherche
Crédit : NASA

Le fjord de Barry Arm en août 2019. La montagne qui menace de s'écrouler est au centre de l'image satellite.

Une région d’Alaska sous la menace d’un tsunami de 300 mètres Actualités

Une région d’Alaska sous la menace d’un tsunami de 300 mètres

Un méga-tsunami menace une région d’Alaska. C’est ce que révèle une équipe du Byrd Polar and Climate Research Center de l’Ohio State University dans une étude récemment publiée dans les Geophysical Research Letters, qui a analysé des images satellitaires sur la période 1999-2020.

Le recul des glaciers en cours dans l’immense majorité des régions polaires et montagneuses du monde peut revêtir des conséquences inattendues. Lorsque qu’un glacier retraite vers l’amont d’une vallée, les versants, jusqu’alors soutenus par la masse de glace, sont fragilisés et susceptibles de subir des mouvements de terrain de grande ampleur. Les premiers signes annonciateurs apparaissent sous la forme d’une cicatrice de décrochement en haut de versant et un lent mouvement descendant du sol. Un événement déclencheur, tel un séisme, des pluies diluviennes, le dégel du pergélisol ou la fonte rapide du couvert de neige peut ensuite causer la rupture complète du terrain. La masse de roche et de sédiment peut finalement glisser dans un fjord et engendrer un tsunami gigantesque. Ces mouvements de terrain ont déjà déclenché des catastrophes : en 1958, une rupture de versant dans la baie Lituya (Alaska) avait créé un vague gigantesque de 500 m de haut et fait deux victimes ; plus récemment, le 17 juin 2017, un glissement de terrain sur le versant du fjord de Karrat au Groenland a été à l’origine d’un tsunami qui a dévasté Nuugaatsiaq. Ce petit village côtier, situé à 32 km de là, a été submergé sous des vagues de 10 m de haut qui ont ôté la vie à 4 personnes.

Grâce à l’analyse d’images satellites (modèle numérique d’élévation,  images optiques et radar interférométrique), Chunli Dai et son équipe ont mis en évidence le lent mouvement descendant d’une partie d’un versant du fjord de Barry Arm dans la Baie du Prince William, sur la côte du sud de l’Alaska. Bien qu’un glissement de terrain y ait été repéré par un habitant à l’été 2019, le décrochement n’est pas récent puisqu’il est déjà visible sur une photographie aérienne de 1957. Cependant, en corrélation avec l’amincissement et le recul rapide du glacier Barry qui occupe l’amont de la vallée, les images ont révélé que la vitesse du glissement s’est accélérée entre 2010 et 2017 (déplacement horizontal de 120 m sur la période). Cette accélération est le signe précurseur d’une rupture du versant.

Dans le scénario le plus pessimiste où la totalité de la masse d’ores-et-déjà en mouvement viendrait à rompre, c’est près d’un demi-milliard de m3 de roches et de sédiments (soit un volume 8 fois supérieur à celui du fjord de Karrat du 17 juin 2017) qui pourraient glisser dans les eaux du fjord de Barry Arm. Ce cataclysme en engendrerait un second, en déclenchant un tsunami, dont les plus hautes vagues, selon le modèle utilisé, atteindraient 300 m de hauteur pour des vitesses comprises entre 25 et 40 m/s. Un tel évènement serait évidemment dévastateur pour les habitants des villages de la baie du Prince William par ailleurs prisée des touristes, des pêcheurs et des croisiéristes.

En outre d’importants volumes de pétrole provenant de l’échouage de l’Exxon Valdez en 1989 se trouvent toujours emprisonnés dans les sédiments non consolidés situés dans la zone d'impact du tsunami. Leur érosion par la catastrophe pourrait relâcher ce pétrole dans l’environnement.

L’accélération de la fonte des glaciers favorisée par le réchauffement climatique pose donc la question de l’évaluation de ce risque jusqu’alors peu considéré, notamment parce qu’il touche des régions faiblement peuplées. Il devient désormais urgent de détecter les zones où de tels évènements peuvent avoir lieu avant même qu’ils ne se produisent. Jusqu’ici et malgré ce risque, la plupart des glissements de terrain périglaciaires n'ont été détectés qu'après l'événement.

Même si les géophysiciens ne sont pas encore capables de prédire précisément quand se produira ce tsunami périglaciaire, ils montrent qu’il est aujourd’hui possible de déterminer les zones de risque. Un nouvel outil précieux dans la gestion des risques associés aux changements climatiques.


Source : Maxime Jolivel / La Recherche
Crédit : NASA

Le fjord de Barry Arm en août 2019. La montagne qui menace de s'écrouler est au centre de l'image satellite.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

Du 10 juillet au 29 août

ATELIERS
MOULIN À PAPIER DE BROUSSES

Tous les mercredis du 14 juillet au 25 août : ateliers d'initiation à l'impression Monotype.
Du 10 juillet au 29 août : ateliers calligraphie et aquarelle.
Toutes les dates et Renseignement sur https://www.moulinapapier.com/agenda

Moulin à Papier de Brousses
11390 Brousses et Villaret
04 68 26 67 43
www.moulinapapier.com


25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Jusqu'au 22 août

EXPOSITION
"TISSER LA NATURE, XVE-XXIE SIÈCLE"

Le Musée de Lodève vous invite dans un univers riche et foisonnant, composé de tapis et de tapisseries représentant la nature du XVe au XXIe siècle. Grâce au parcours familial proposé, prenez le temps d'entrer dans les détails,  de vous immerger dans ces immenses compositions(jusqu’à 7 mètres de long)... En raison des restrictions actuelles, il est très important de confirmer votre présence en précisant à quelle heure vous souhaitez venir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


46 - Lot

Jusqu'au 26 septembre

EXPOSITION MUSEE CHAMPOLLION
"DONGBA.DES PICTOGRAMMES NAXI À L’ART CONTEMPORAIN"

L’exposition présente un panorama complet de la culture Dongba à travers une collection de manuscrits, de peintures sacrées, de costumes et d’instruments de la culture divinatoire dongba jusqu’aux plus importants pionniers de la création contemporaine de style Dongba.

Musée Champollion
Place Champollion
46100 Figeac
05 65 50 31 08
www.musee-champollion.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


56 - Morbihan

Du 5 juillet au 27 août

ATELIERS
JARDIN BOTANIQUE YVES ROCHER

Cet été, vivez les Ateliers Nature de nos Botanistes et animateurs ! Tous les jours, 3 formats d’Atelier (30min, 1h et 1h30), payants et sur réservation. A partir de 3 € par personne

Jardin Botanique Yves Rocher
La Croix des Archers
56200 La Gacilly
02 99 08 37 36
www.jardinbotanique-yvesrocher.fr


Du 8 juillet au 22 août

EXPERIENCES BIEN-ÊTRE
JARDIN BOTANIQUE YVES ROCHER

Selon l’Activité, rendez-vous au Jardin Botanique Yves Rocher ou à La Grée des Landes, Eco-Hôtel Spa Yves Rocher. Tous les jeudis à 15h. Payant et sur réservation – 4 € par personne

Jardin Botanique Yves Rocher
La Croix des Archers
56200 La Gacilly
02 99 08 37 36
www.jardinbotanique-yvesrocher.fr


71 - Saone et Loire

Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


76 - Seine-Maritime

Jusqu’au 4 septembre

EXPOSITION
"PLAYMOBIL, LE MONDE DE L’IMAGINATION"
 
Personnages mythologiques, histoires fantastiques, contes populaires et héros magiciens, tous vont se côtoyer dans de nombreuses scénettes dans les salles de la mythothèque de l’Historial Jeanne d’arc.
Tarifs : 2,50 €, gratuit pour les moins de 6 ans. Exposition gratuite si visite de l’Historial Jeanne d’Arc.
Renseignement : http://www.historial-jeannedarc.fr/exposition-playmobil-le-monde-de-limagination/

Historial Jeanne d’Arc
7 rue Saint Romain
76000 Rouen
02 35 52 48 00

Lieux:

Découvrir toutes les activités