Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Une nouvelle catégorie d’antibiotiques découverte dans le sol
Actualités

Une nouvelle catégorie d’antibiotiques découverte dans le sol

Une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. C’est ainsi que l’Organisation Mondiale de la Santé qualifie la résistance aux antibiotiques qu’ont développé certaines bactéries, favorisée par l’utilisation extensive et parfois inappropriée de ces médicaments. Une course s’est engagée pour développer de nouveaux antibiotiques. Dans cette lutte, l’équipe de Sean Brady, de l’université Rockefeller à New York, vient de découvrir dans le sol une nouvelle catégorie d’antibiotiques qui s’est révélée efficace contre certaines souches résistantes aux antibiotiques existants.

Depuis la découverte de la pénicilline en 1928, les antibiotiques permettent de traiter des infections bactériennes comme les pneumonies, les otites, les septicémies ou les infections urinaires. Une large part des antibiotiques utilisés vient de substances produites par des bactéries ou des champignons cultivés en laboratoire. Cependant, les chercheurs ne savent cultiver qu’une petite fraction des bactéries, et seule une petite partie des composés chimiques produits par ces bactéries est connue. Or, on trouve dans le sol au moins 1 000 espèces bactériennes différentes par gramme. Une manne encore largement inexplorée qui recèle peut-être les antibiotiques qui sauveront des millions de vies demain.

Sean Brady et ses collègues ont mis au point une technique pour fouiller le génome de toutes les bactéries (ou metagénome) contenu dans près de 2 000 échantillons de sols récoltés à travers les États-Unis afin de trouver de nouveaux antibiotiques. L’équipe a ciblé des séquences caractéristiques de composés dont les propriétés antibiotiques fonctionnent seulement en présence d’ions calcium. La daptomycine est un antibiotique de cette classe, prescrit notamment contre les infections à staphylocoque doré.

« Ce qui fait l’originalité de cette étude, c’est que l’équipe a ciblé la synthèse d’une certaine famille d’antibiotiques dans le métagénome, sans les rechercher chez certaines espèces de bactéries en particulier et sans s’attacher à savoir si ces dernières seraient cultivables », explique Philippe Glaser, responsable de l’unité Écologie et évolution de la résistance aux antibiotiques de l’institut Pasteur.

Cette approche a permis aux chercheurs d’identifier une classe de molécules antibiotiques encore non répertoriées, dont l’abondance suggère qu’elles jouent un rôle important. Ils ont baptisé ces molécules malacidines. L’équipe a ensuite reconstitué les séquences génétiques impliquées dans la synthèse de la malacidine et ont fait produire les enzymes de synthèse de la malacidine par une bactérie Streptomyces, facile à cultiver. Puis ils ont testé la malacidine sur des rats infectés par le redoutable staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Le traitement s'est révélé efficace et le staphylocoque n’a en outre développé aucune résistance lors de ces expériences.

« Toutefois, la malacidine n’est efficace que contre les bactéries dites à Gram positif », modère Philippe Glaser. « Celles-ci sont classées dans la catégorie 2 (« Priorité élevée ») de la liste des bactéries résistantes pour lesquelles il est urgent de trouver de nouveaux antibiotiques, publiée il y a un an par l’OMS. Les bactéries de la catégorie 1 (« Priorité critique ») sont à Gram négatif. »

Il faudra plusieurs années avant que les malacidines fassent une éventuelle entrée sur le marché des médicaments. Mais la course contre l’antibiorésistance se poursuit et il y a urgence. D’après un rapport cité par les auteurs de l’étude, « en l’absence de nouvelles thérapies, on estime que les taux de mortalité dus aux infections non curables pourraient être multipliés par dix d’ici 2050 ».


Source : Pour la science
Crédit : Shutterstock.com/Julija Sapic

Le sol est riche en bactéries qui produisent, peut-être, les antibiotiques de demain.

Une nouvelle catégorie d’antibiotiques découverte dans le sol Actualités

Une nouvelle catégorie d’antibiotiques découverte dans le sol

Une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. C’est ainsi que l’Organisation Mondiale de la Santé qualifie la résistance aux antibiotiques qu’ont développé certaines bactéries, favorisée par l’utilisation extensive et parfois inappropriée de ces médicaments. Une course s’est engagée pour développer de nouveaux antibiotiques. Dans cette lutte, l’équipe de Sean Brady, de l’université Rockefeller à New York, vient de découvrir dans le sol une nouvelle catégorie d’antibiotiques qui s’est révélée efficace contre certaines souches résistantes aux antibiotiques existants.

Depuis la découverte de la pénicilline en 1928, les antibiotiques permettent de traiter des infections bactériennes comme les pneumonies, les otites, les septicémies ou les infections urinaires. Une large part des antibiotiques utilisés vient de substances produites par des bactéries ou des champignons cultivés en laboratoire. Cependant, les chercheurs ne savent cultiver qu’une petite fraction des bactéries, et seule une petite partie des composés chimiques produits par ces bactéries est connue. Or, on trouve dans le sol au moins 1 000 espèces bactériennes différentes par gramme. Une manne encore largement inexplorée qui recèle peut-être les antibiotiques qui sauveront des millions de vies demain.

Sean Brady et ses collègues ont mis au point une technique pour fouiller le génome de toutes les bactéries (ou metagénome) contenu dans près de 2 000 échantillons de sols récoltés à travers les États-Unis afin de trouver de nouveaux antibiotiques. L’équipe a ciblé des séquences caractéristiques de composés dont les propriétés antibiotiques fonctionnent seulement en présence d’ions calcium. La daptomycine est un antibiotique de cette classe, prescrit notamment contre les infections à staphylocoque doré.

« Ce qui fait l’originalité de cette étude, c’est que l’équipe a ciblé la synthèse d’une certaine famille d’antibiotiques dans le métagénome, sans les rechercher chez certaines espèces de bactéries en particulier et sans s’attacher à savoir si ces dernières seraient cultivables », explique Philippe Glaser, responsable de l’unité Écologie et évolution de la résistance aux antibiotiques de l’institut Pasteur.

Cette approche a permis aux chercheurs d’identifier une classe de molécules antibiotiques encore non répertoriées, dont l’abondance suggère qu’elles jouent un rôle important. Ils ont baptisé ces molécules malacidines. L’équipe a ensuite reconstitué les séquences génétiques impliquées dans la synthèse de la malacidine et ont fait produire les enzymes de synthèse de la malacidine par une bactérie Streptomyces, facile à cultiver. Puis ils ont testé la malacidine sur des rats infectés par le redoutable staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Le traitement s'est révélé efficace et le staphylocoque n’a en outre développé aucune résistance lors de ces expériences.

« Toutefois, la malacidine n’est efficace que contre les bactéries dites à Gram positif », modère Philippe Glaser. « Celles-ci sont classées dans la catégorie 2 (« Priorité élevée ») de la liste des bactéries résistantes pour lesquelles il est urgent de trouver de nouveaux antibiotiques, publiée il y a un an par l’OMS. Les bactéries de la catégorie 1 (« Priorité critique ») sont à Gram négatif. »

Il faudra plusieurs années avant que les malacidines fassent une éventuelle entrée sur le marché des médicaments. Mais la course contre l’antibiorésistance se poursuit et il y a urgence. D’après un rapport cité par les auteurs de l’étude, « en l’absence de nouvelles thérapies, on estime que les taux de mortalité dus aux infections non curables pourraient être multipliés par dix d’ici 2050 ».


Source : Pour la science
Crédit : Shutterstock.com/Julija Sapic

Le sol est riche en bactéries qui produisent, peut-être, les antibiotiques de demain.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

Du 10 janvier 2019 au 14 février

COURS DE POTERIE : RAKU

Animés par la potière Cécile Dussaud. Jeudis 10, 17, 24, 31 janvier et 14 février, de 18h à 20h, à Amphoralis. La cuisson à la technique japonaise du raku sera ensuite effectuée le dimanche 24 février, de 14h à 18h.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


27 janvier

VISITE GUIDÉE
POTIERS GALLO-ROMAINS

Découvrez l’activité des potiers gallo-romains et de leur véritable « usine » d’amphores.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

22 février

CONFÉRENCE - SPECTACLE
"HISTOIRE ET ÉVOLUTION DE LA LUNE"

Pour l’ouverture de cette année du 50ème anniversaire de la mission Apollo 9, répétition générale avant le voyage vers la Lune, cette séance spéciale vous emmènera à la découverte de notre satellite.
Vendredi 22 février à 17h30. Tarif 4 €.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


30 - Gard

Du 9 février au 10 mars

EXPOSITION
"VOLCANS, LA VIE DE LA TERRE"

Découvrez les grands mécanismes des profondeurs de la Terre, les menaces et richesses que représentent les volcans grâce à une vingtaine de manipulations interactives.
Exposition gratuite, tout public. Entrée libre de 10h à 18h en semaine ; 14h-18h samedi et dimanche.

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


14 février

CONFÉRENCE-SPECTACLE
"MATHÉMATIQUES, MAGIE ET MYSTÈRE

Durant cette conférence, des exemples de création de tours magiques à partir des maths seront présentés, et réciproquement  des tours de magie seront décortiqués pour y découvrir des maths.
Jeudi 14 février à 18h. Gratuit, sur réservation sur www.visiatome.fr(conseillée à partir de 11 ans).

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/

Lieux:

Découvrir toutes les activités