Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Un blé OGM sera testé en Angleterre
Actualités

Un blé OGM sera testé en Angleterre

Le centre de recherche Rothamsted vient d’obtenir de la part du département de l’Environnement et des affaires rurales britanniques (Defra) l’autorisation de mener des essais en plein champ d’un blé génétiquement modifié. Les chercheurs de Rothamsted financés sur fonds publics, ont mis au point une variété de blé dans laquelle ont été insérés des gènes d’une plante de la même famille, Brachypodium distachyon. La brachypode à deux épis est une graminée sauvage des zones sèches méditerranéennes qui pousse dans une bonne moitié sud de la France. Son petit génome en fait une plante de laboratoire appréciée par les chercheurs. Le génome du blé qui vient seulement d’être séquencé est en effet très lourd et complexe.
 
La brachypode a ainsi révélé une de ses qualités : elle est efficace pour convertir l’énergie solaire en biomasse. « Nous avons démontré que cette plante développe en serre une photosynthèse plus efficiente, affirme dans le communiqué de Rothamsted l’une des promoteurs du projet, Christine Raines. L’une des étapes de la photosynthèse passe par le rôle d’une enzyme, enzymesedopheptulose-1,7 biphospatase (SBPase). Nous avons donc modifié des plants de blé pour qu’ils produisent plus de SBPase en introduisant les gènes de Brachypodium ». Les chercheurs affirment que les résultats en laboratoire montrent une augmentation de 40% de la production de grains. Rothamsted pense ainsi tenir une bonne solution à un problème grave : les rendements des variétés actuelles de blé stagnent depuis le début des années 1990, alors que «assurer la sécurité alimentaire est un défi majeur du fait de la nécessité d’augmenter la production mondiale de nourriture de 40% dans les 20 prochaines années et de 70% en 2050 pour neuf milliards d’humains », affirme l’organisme de recherche. L’essai en plein champ doit confirmer les résultats obtenus en serre.
 
Les rendements du blé stagnent à cause du climat

L’expérimentation prévue pour se dérouler ce printemps dans le Hertfordshire au nord de Londres devra comporter des mesures de prévention pour éviter des contaminations de champs voisins. Les opposants britanniques aux OGM ne voient évidemment pas l’essai d’un bon œil et craignent justement la dispersion de gènes modifiés dans l’environnement. Mais l’association "GM Freeze" conteste aussi les arguments des chercheurs sur l’augmentation de la production de nourriture. « La production mondiale de nourriture excède déjà les besoins des générations futures et pourtant des gens sont toujours mal alimentés. Personne ne meurt de faim à cause d’un défaut de photosynthèse, on souffre de la faim parce qu’on est pauvre. Des technologies comme les blés OGM pompent des subventions publiques qui pourraient faire une réelle différence si elles étaient dépensées pour des sujets comme la réduction du gaspillage et l’éradication de la pauvreté », estime GM Freeze.

Il se peut aussi que le blé OGM manque sa cible pour des raisons climatiques et agronomiques. L’Inra et l’institut du végétal Arvalis ont ainsi publié en 2010 une étude sur les rendements du blé en France s’appuyant sur des statistiques de production, des essais en champ, et des modèles agro-climatiques. Selon ce travail, la réelle stagnation des rendements n’est pas due à un affaiblissement de l’amélioration variétale, ni à des raisons agronomiques comme le recul de la culture des légumineuses ou la limitation des épandages d’engrais. La vraie raison, c’est le climat. Des vagues de chaleur et des périodes de sécheresse interviennent désormais de plus en plus souvent au printemps. Or, la chaleur inhibe le remplissage des grains en amidon et la sécheresse stoppe la croissance des tiges. Ces phénomènes ne seront pas résolus par une augmentation de la photosynthèse. Elle pourrait même les aggraver.

L’autorisation de la DEFRA marque enfin un changement de pied de l’administration britannique. Avec le Brexit, le Royaume-Uni va retrouver sa liberté de gestion des OGM, un dossier européen même si la Commission a redonné aux Etats membres la liberté d’adopter ou non les OGM. Le ministre anglais de l’Agriculture, George Eustice, a ainsi affirmé en octobre dernier dans une réponse écrite à une question d’un parlementaire, que le Brexit pourrait être l’occasion de revoir la législation sur les OGM. Une légalisation devrait provoquer un débat intense : l’Ecosse et le Pays de Galles ont en effet décidé une interdiction définitive de ces cultures.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Terry Harris / Rex Feat/REX/SIPA

Un champs de blé dans le Dorset en Angleterre.

Un blé OGM sera testé en Angleterre Actualités

Un blé OGM sera testé en Angleterre

Le centre de recherche Rothamsted vient d’obtenir de la part du département de l’Environnement et des affaires rurales britanniques (Defra) l’autorisation de mener des essais en plein champ d’un blé génétiquement modifié. Les chercheurs de Rothamsted financés sur fonds publics, ont mis au point une variété de blé dans laquelle ont été insérés des gènes d’une plante de la même famille, Brachypodium distachyon. La brachypode à deux épis est une graminée sauvage des zones sèches méditerranéennes qui pousse dans une bonne moitié sud de la France. Son petit génome en fait une plante de laboratoire appréciée par les chercheurs. Le génome du blé qui vient seulement d’être séquencé est en effet très lourd et complexe.
 
La brachypode a ainsi révélé une de ses qualités : elle est efficace pour convertir l’énergie solaire en biomasse. « Nous avons démontré que cette plante développe en serre une photosynthèse plus efficiente, affirme dans le communiqué de Rothamsted l’une des promoteurs du projet, Christine Raines. L’une des étapes de la photosynthèse passe par le rôle d’une enzyme, enzymesedopheptulose-1,7 biphospatase (SBPase). Nous avons donc modifié des plants de blé pour qu’ils produisent plus de SBPase en introduisant les gènes de Brachypodium ». Les chercheurs affirment que les résultats en laboratoire montrent une augmentation de 40% de la production de grains. Rothamsted pense ainsi tenir une bonne solution à un problème grave : les rendements des variétés actuelles de blé stagnent depuis le début des années 1990, alors que «assurer la sécurité alimentaire est un défi majeur du fait de la nécessité d’augmenter la production mondiale de nourriture de 40% dans les 20 prochaines années et de 70% en 2050 pour neuf milliards d’humains », affirme l’organisme de recherche. L’essai en plein champ doit confirmer les résultats obtenus en serre.
 
Les rendements du blé stagnent à cause du climat

L’expérimentation prévue pour se dérouler ce printemps dans le Hertfordshire au nord de Londres devra comporter des mesures de prévention pour éviter des contaminations de champs voisins. Les opposants britanniques aux OGM ne voient évidemment pas l’essai d’un bon œil et craignent justement la dispersion de gènes modifiés dans l’environnement. Mais l’association "GM Freeze" conteste aussi les arguments des chercheurs sur l’augmentation de la production de nourriture. « La production mondiale de nourriture excède déjà les besoins des générations futures et pourtant des gens sont toujours mal alimentés. Personne ne meurt de faim à cause d’un défaut de photosynthèse, on souffre de la faim parce qu’on est pauvre. Des technologies comme les blés OGM pompent des subventions publiques qui pourraient faire une réelle différence si elles étaient dépensées pour des sujets comme la réduction du gaspillage et l’éradication de la pauvreté », estime GM Freeze.

Il se peut aussi que le blé OGM manque sa cible pour des raisons climatiques et agronomiques. L’Inra et l’institut du végétal Arvalis ont ainsi publié en 2010 une étude sur les rendements du blé en France s’appuyant sur des statistiques de production, des essais en champ, et des modèles agro-climatiques. Selon ce travail, la réelle stagnation des rendements n’est pas due à un affaiblissement de l’amélioration variétale, ni à des raisons agronomiques comme le recul de la culture des légumineuses ou la limitation des épandages d’engrais. La vraie raison, c’est le climat. Des vagues de chaleur et des périodes de sécheresse interviennent désormais de plus en plus souvent au printemps. Or, la chaleur inhibe le remplissage des grains en amidon et la sécheresse stoppe la croissance des tiges. Ces phénomènes ne seront pas résolus par une augmentation de la photosynthèse. Elle pourrait même les aggraver.

L’autorisation de la DEFRA marque enfin un changement de pied de l’administration britannique. Avec le Brexit, le Royaume-Uni va retrouver sa liberté de gestion des OGM, un dossier européen même si la Commission a redonné aux Etats membres la liberté d’adopter ou non les OGM. Le ministre anglais de l’Agriculture, George Eustice, a ainsi affirmé en octobre dernier dans une réponse écrite à une question d’un parlementaire, que le Brexit pourrait être l’occasion de revoir la législation sur les OGM. Une légalisation devrait provoquer un débat intense : l’Ecosse et le Pays de Galles ont en effet décidé une interdiction définitive de ces cultures.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Terry Harris / Rex Feat/REX/SIPA

Un champs de blé dans le Dorset en Angleterre.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités