Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Strasbourg : bientôt un carburant solaire convertible en électricité ?
Actualités

Strasbourg : bientôt un carburant solaire convertible en électricité ?

Pour produire de l’électricité ou chauffer, les panneaux et capteurs solaires continuent de se développer. Mais ils ne sont pas les seuls moyens renouvelables d’utiliser l’énergie lumineuse. A Strasbourg (Bas-Rhin), des chercheurs de l’université et du CNRS travaillent sur un autre procédé, chimique, dont ils présentent cette semaine des avancées au congrès des Matériaux 2018.

Au doux nom de photocatalyse, il s’agit d’une réaction visant à produire de l’énergie à partir du soleil et d’eau (ou de CO2). Et générer un carburant solaire, solar fuel dans le jargon. En gros, il s’agit d’une photosynthèse version artificielle. Mais si, vous savez, la réaction permettant aux plantes de créer l’énergie dont elles ont besoin pour grandir à partir des rayons du soleil.

De son côté, l’énergie de ce carburant vert peut être convertie en électricité. Déjà, les chercheurs sont capables, par l’intermédiaire de nouveaux matériaux d’une taille infime, de créer de l’hydrogène. A l’aide d’une pile à combustion, cet élément peut alimenter nombre d’engins et d’appareils. Les voitures ou trains à hydrogène, justement, sont en plein développement.

Des nanomatériaux à la composition à améliorer

Devant la puissance de notre étoile, les perspectives sont grandes. Chargé de recherche de l’Institut de chimie et procédés pour l’énergie, l’environnement et la santé à Illkirch, Thomas Cottineau insiste : « L’énergie solaire qui arrive sur Terre est 1.000 fois plus grande que celle utilisée par toute l’humanité. » Soit largement assez pour subvenir aux besoins humains.

A condition de savoir comment l’utiliser. Comme un certain nombre d’autres scientifiques du pays (rassemblés dans un groupement de recherche), l’équipe alsacienne travaille sur la captation et le stockage (chimiques) de l’énergie solaire. Pour cela, elle a opté pour des combinaisons de matériaux à base de titane, neuvième élément le plus présent sur la croûte terrestre.

A l’échelle nano (d’un milliardième de mètre), le dioxyde de titane présente des atouts. « Il est stable, abondant, peu cher, ne se dégrade pas trop, liste Florian Gelb, thésard de 24 ans. Mais il a peu de réponses à la lumière. » Alors les scientifiques du CNRS jouent sur sa composition chimique afin de permettre l’absorption d’un maximum d’énergie solaire par leurs nanotubes.

De nombreux avantages environnementaux

Le doctorant développe une méthode pour tester l’efficacité de la photocatalyse via ces matériaux. Et il se réjouit de travailler sur une « cause juste » à la suite d’un cursus en physique-chimie des matériaux. « C’est bien de se rendre compte de l’impact possible, même si on reste assez loin de l’application réelle, ça donne du sens à la recherche », rebondit Thomas Cottineau, 37 ans.

A en croire ces chercheurs, le carburant solaire a des avantages environnementaux, en plus d’avoir de l’avenir. Grâce aux nanotubes dans un milieu fermé, l’hydrogène est ainsi produit proprement. Brûlé par une pile combustible afin d’être converti en électricité, il redevient de l’eau sans polluer. Et ce carburant solaire est facile à créer et à stocker. Bien plus que le photovoltaïque.

Une feuille artificielle reproduit la photosynthèse pour créer de l'énergie. Des chercheurs recréent la photosynthèse pour produire de l'énergie.


Source : 20 minutes
Crédit : Joe Raedle Getty

Certains constructeurs développent déjà leurs voitures à hydrogène, elles pourraient se répandre largement dans le futur avec le développement du carburant solaire issu d'un procédé chimique propre.

Strasbourg : bientôt un carburant solaire convertible en électricité ? Actualités

Strasbourg : bientôt un carburant solaire convertible en électricité ?

Pour produire de l’électricité ou chauffer, les panneaux et capteurs solaires continuent de se développer. Mais ils ne sont pas les seuls moyens renouvelables d’utiliser l’énergie lumineuse. A Strasbourg (Bas-Rhin), des chercheurs de l’université et du CNRS travaillent sur un autre procédé, chimique, dont ils présentent cette semaine des avancées au congrès des Matériaux 2018.

Au doux nom de photocatalyse, il s’agit d’une réaction visant à produire de l’énergie à partir du soleil et d’eau (ou de CO2). Et générer un carburant solaire, solar fuel dans le jargon. En gros, il s’agit d’une photosynthèse version artificielle. Mais si, vous savez, la réaction permettant aux plantes de créer l’énergie dont elles ont besoin pour grandir à partir des rayons du soleil.

De son côté, l’énergie de ce carburant vert peut être convertie en électricité. Déjà, les chercheurs sont capables, par l’intermédiaire de nouveaux matériaux d’une taille infime, de créer de l’hydrogène. A l’aide d’une pile à combustion, cet élément peut alimenter nombre d’engins et d’appareils. Les voitures ou trains à hydrogène, justement, sont en plein développement.

Des nanomatériaux à la composition à améliorer

Devant la puissance de notre étoile, les perspectives sont grandes. Chargé de recherche de l’Institut de chimie et procédés pour l’énergie, l’environnement et la santé à Illkirch, Thomas Cottineau insiste : « L’énergie solaire qui arrive sur Terre est 1.000 fois plus grande que celle utilisée par toute l’humanité. » Soit largement assez pour subvenir aux besoins humains.

A condition de savoir comment l’utiliser. Comme un certain nombre d’autres scientifiques du pays (rassemblés dans un groupement de recherche), l’équipe alsacienne travaille sur la captation et le stockage (chimiques) de l’énergie solaire. Pour cela, elle a opté pour des combinaisons de matériaux à base de titane, neuvième élément le plus présent sur la croûte terrestre.

A l’échelle nano (d’un milliardième de mètre), le dioxyde de titane présente des atouts. « Il est stable, abondant, peu cher, ne se dégrade pas trop, liste Florian Gelb, thésard de 24 ans. Mais il a peu de réponses à la lumière. » Alors les scientifiques du CNRS jouent sur sa composition chimique afin de permettre l’absorption d’un maximum d’énergie solaire par leurs nanotubes.

De nombreux avantages environnementaux

Le doctorant développe une méthode pour tester l’efficacité de la photocatalyse via ces matériaux. Et il se réjouit de travailler sur une « cause juste » à la suite d’un cursus en physique-chimie des matériaux. « C’est bien de se rendre compte de l’impact possible, même si on reste assez loin de l’application réelle, ça donne du sens à la recherche », rebondit Thomas Cottineau, 37 ans.

A en croire ces chercheurs, le carburant solaire a des avantages environnementaux, en plus d’avoir de l’avenir. Grâce aux nanotubes dans un milieu fermé, l’hydrogène est ainsi produit proprement. Brûlé par une pile combustible afin d’être converti en électricité, il redevient de l’eau sans polluer. Et ce carburant solaire est facile à créer et à stocker. Bien plus que le photovoltaïque.

Une feuille artificielle reproduit la photosynthèse pour créer de l'énergie. Des chercheurs recréent la photosynthèse pour produire de l'énergie.


Source : 20 minutes
Crédit : Joe Raedle Getty

Certains constructeurs développent déjà leurs voitures à hydrogène, elles pourraient se répandre largement dans le futur avec le développement du carburant solaire issu d'un procédé chimique propre.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019

EXPOSITION
"GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre

LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


44 - Loire Atlantique

 

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/


61 - Orne

Jusqu'au 23 décembre

EXPOSITION "LES HAIES"

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Jusqu'au 15 décembre

EXPOSITION
"L’ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE, UN REGARD SUR LE MONDE"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités