Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Près de la moitié des espèces de vertébrés menacées vivent sur des îles
Actualités

Près de la moitié des espèces de vertébrés menacées vivent sur des îles

Près de 41 % des vertébrés qualifiés par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) d'espèces en danger ou en danger critique d'extinction vivent sur des îles. C'est la découverte faite par une équipe internationale de chercheurs qui livre ses conclusions dans un article paru le 25 octobre 2017 dans la revue Science Advances.

61 % de toutes les espèces éteintes connues depuis 1500 étaient sur une île

Les scientifiques ont identifié et localisé la totalité des 1.189 espèces terrestres d'amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères menacées et se reproduisant sur 1.288 îles. Ils ont pu déterminer si des espèces nuisibles à ces vertébrés avaient été introduites sur ces îles comme des rats et des chats. Ces animaux contre lesquelles les espèces endémiques n'ont jamais eu besoin de se défendre les rendent particulièrement vulnérables.

Bien que les îles ne représentent que 5,3% des terres émergées, elles ont abrité 61 % de toutes les espèces éteintes connues depuis 1500. La grande majorité de ces extinctions ont été causées par les espèces invasives. Au cours des derniers siècles, ces animaux ont été responsables d'au moins 44 % des extinctions d'oiseaux, petits mammifères et reptiles. Par exemple, le Moqueur de Floreana, un oiseau des Iles Galápagos, a disparu de l'île dont il porte le nom au 19e siècle, quelques décennies seulement après l'arrivée des humains. Son extinction partielle a résulté de l'arrivée avec les hommes des chats et des rongeurs. Les quelques centaines de Moqueurs de Floreana qui restent et qui sont considérés comme en danger critique d'extinction sont confinés sur des îlots proches où il n'y pas de prédateurs.

Localiser les espèces endémiques et celles invasives pour améliorer les efforts de conservation

Pour les chercheurs, il est possible d'empêcher ce phénomène grâce à des moyens de prévention et l'élimination des intrus. Cela a permis la résurgence de nombreuses espèces autochtones en voie d'extinction, selon l'étude. A titre d'exemple, la petite île d'Anacapa, au large de la Californie, où l'élimination réussie des rats a contribué à la reconstitution des populations de Guillemot de Scripps (Synthliboramphus scrippsi) et de la récente découverte d'Océanites cendrés (Oceanodroma homochroa), une autre espèce d'oiseau menacé. "

Cette nouvelle banque de données sur la biodiversité insulaire permettra de mieux cibler et de nettement améliorer les efforts de conservation dont a besoin notre planète", espère dans un communiqué Dena Spatz, une biologiste de l'ONG Island Conservation, principale auteure de ces travaux.
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Eric Risberg/AP/SIPA

Les Océanites cendrés ont été particulièrement menacés par les espèces invasives.

Près de la moitié des espèces de vertébrés menacées vivent sur des îles Actualités

Près de la moitié des espèces de vertébrés menacées vivent sur des îles

Près de 41 % des vertébrés qualifiés par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) d'espèces en danger ou en danger critique d'extinction vivent sur des îles. C'est la découverte faite par une équipe internationale de chercheurs qui livre ses conclusions dans un article paru le 25 octobre 2017 dans la revue Science Advances.

61 % de toutes les espèces éteintes connues depuis 1500 étaient sur une île

Les scientifiques ont identifié et localisé la totalité des 1.189 espèces terrestres d'amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères menacées et se reproduisant sur 1.288 îles. Ils ont pu déterminer si des espèces nuisibles à ces vertébrés avaient été introduites sur ces îles comme des rats et des chats. Ces animaux contre lesquelles les espèces endémiques n'ont jamais eu besoin de se défendre les rendent particulièrement vulnérables.

Bien que les îles ne représentent que 5,3% des terres émergées, elles ont abrité 61 % de toutes les espèces éteintes connues depuis 1500. La grande majorité de ces extinctions ont été causées par les espèces invasives. Au cours des derniers siècles, ces animaux ont été responsables d'au moins 44 % des extinctions d'oiseaux, petits mammifères et reptiles. Par exemple, le Moqueur de Floreana, un oiseau des Iles Galápagos, a disparu de l'île dont il porte le nom au 19e siècle, quelques décennies seulement après l'arrivée des humains. Son extinction partielle a résulté de l'arrivée avec les hommes des chats et des rongeurs. Les quelques centaines de Moqueurs de Floreana qui restent et qui sont considérés comme en danger critique d'extinction sont confinés sur des îlots proches où il n'y pas de prédateurs.

Localiser les espèces endémiques et celles invasives pour améliorer les efforts de conservation

Pour les chercheurs, il est possible d'empêcher ce phénomène grâce à des moyens de prévention et l'élimination des intrus. Cela a permis la résurgence de nombreuses espèces autochtones en voie d'extinction, selon l'étude. A titre d'exemple, la petite île d'Anacapa, au large de la Californie, où l'élimination réussie des rats a contribué à la reconstitution des populations de Guillemot de Scripps (Synthliboramphus scrippsi) et de la récente découverte d'Océanites cendrés (Oceanodroma homochroa), une autre espèce d'oiseau menacé. "

Cette nouvelle banque de données sur la biodiversité insulaire permettra de mieux cibler et de nettement améliorer les efforts de conservation dont a besoin notre planète", espère dans un communiqué Dena Spatz, une biologiste de l'ONG Island Conservation, principale auteure de ces travaux.
 

Source : Sciences et Avenir
Crédit : Eric Risberg/AP/SIPA

Les Océanites cendrés ont été particulièrement menacés par les espèces invasives.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


74 - HAUTE-SAVOIE

Jusqu'au 31 décembre 2018
EXPOSITION TEMPORAIRE
"Sibérie centrale et orientale"

Muséum des Papillons
et Insectes du Château de Faverges

293 chemin de la Vie Plaine
74210 Faverges
07 78 41 33 51
www.museum-faverges.com


81 - TARN

Du 1er décembre au 31 janvier 2018
FESTIVAL DES LANTERNES
Féérie des lumières d'Asie

Chaque soir à la tombée de la nuit, la féérie des lanternes chinoises illumine le site classé du parc Foucaud.
Autour du château, sous les arbres millénaires ornés de lumière, dans les bassins et pièces d'eau, vingt tableaux se succèdent entre pagodes, temples asiatiques, animaux fantastiques, nénuphars et autres pandas.

Parc de Foucaud
Avenue Dom Vaysette
81600 Gaillac
https://festivaldeslanternes-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités