Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Pour la première fois, l’origine humaine du réchauffement est démontrée de façon directe
Actualités

Pour la première fois, l’origine humaine du réchauffement est démontrée de façon directe

Sans relâche, la Terre tente d'accorder le flux d'énergie qu'elle reçoit du Soleil avec le flux d'énergie qu'elle renvoie vers l'espace. Elle recherche l'équilibre de son budget énergétique. Déjà, les modèles suggéraient que les activités humaines agissent comme des perturbations de ce système. Aujourd'hui, les chercheurs annoncent qu'ils sont enfin parvenus à observer directement à quel point nos activités peuvent faire pencher la balance du côté d'un réchauffement climatique.

Si la Terre se réchauffe actuellement, c'est parce que les activités humaines ont introduit un déséquilibre dans le système climatique. Par forçage radiatif. C'est du moins ce que nous expliquent les scientifiques. Depuis plusieurs années maintenant, ce phénomène apparaissait dans leurs modèles. Aujourd'hui, ils sont enfin parvenus à l'observer directement.

Pour mieux comprendre, rappelons que la lumière que notre planète reçoit du Soleil est en partie réfléchie par la surface ou même par l'atmosphère et renvoyée ainsi vers l'espace. Le reste participe à chauffer la Terre. Il est ensuite réémis à son tour en direction de l'espace. Mais une partie est réabsorbée dans l'atmosphère par les nuages et les fameux gaz à effet de serre. Puis renvoyée vers la surface pour la réchauffer un peu plus.

Connaissant ce mécanisme, les chercheurs ont avancé qu'ajouter des gaz à effet de serre ou supprimer des aérosols -- qui reflètent la lumière en provenance du Soleil -- forcerait la Terre à absorber plus d'énergie, plus de chaleur. « Pour la première fois, nous avons calculé le forçage radiatif total de la Terre à partir d'observations réalisées dans le monde entier, tenant compte des effets des aérosols et des gaz à effet de serre, explique Ryan Kramer, chercheur au GSFC, le Goddard Space Flight Center (États-Unis), dans un communiqué de la Nasa. Ce calcul nous apporte une preuve directe que les activités humaines modifient le budget énergétique de la Terre ».

La part des activités humaines dans le forçage

En 1997, des instruments du projet Ceres (Clouds and Earth's Radiant Energy System) ont été embarqués à bord de satellites. Depuis, ils mesurent à la fois la quantité d'énergie qui pénètre le système Terre et celle qui en ressort. Ces données ont fait apparaître le déséquilibre énergétique de notre planète.

Mais pour déterminer réellement quel est le rôle des activités humaines dans tout ça, les chercheurs de la Nasa ont eu une idée. Ils ont d'abord calculé avec précision et s'appuyant sur les mesures appropriées, le déséquilibre causé par toutes les fluctuations naturelles connues -- concernant la vapeur d'eau, gaz à effet de serre qui peut être « naturel », par exemple, ils ont ainsi compté sur les mesures de l'instrument Airs (Atmospheric Infrared Sounder) embarqué à bord du satellite Aqua (Nasa). Une fois ce chiffre établi, ils l'ont soustrait à la valeur totale donnée par Ceres. Le restant correspondant au forçage anthropique.

De leurs calculs, les chercheurs concluent que les activités humaines ont été à l'origine d'une hausse du forçage radiatif d'environ 0,5 W/m2 entre 2003 et 2018. Une hausse essentiellement attribuée aux émissions de gaz à effet de serre. Les aérosols semblent avoir un impact plus faible.

La méthode employée par les chercheurs de la Nasa pourrait à l'avenir permettre un suivi presque en temps réel -- avec un décalage de quatre ans seulement, assurent les chercheurs -- du forçage radiatif et de sa part anthropique. Une manière de tracer la façon dont nos émissions affectent le climat, mais aussi d'évaluer l'efficacité des mesures d'atténuation mises en œuvre. Et de proposer des projections plus justes sur les changements climatiques à venir.


Source : Nathalie Mayer / Futura
Crédit : NASA

Rayonnement infrarouge émis (gauche) et rayonnement solaire réfléchi (droite). Une illustration des nombreux produits issus des mesures satellitaires.

Pour la première fois, l’origine humaine du réchauffement est démontrée de façon directe Actualités

Pour la première fois, l’origine humaine du réchauffement est démontrée de façon directe

Sans relâche, la Terre tente d'accorder le flux d'énergie qu'elle reçoit du Soleil avec le flux d'énergie qu'elle renvoie vers l'espace. Elle recherche l'équilibre de son budget énergétique. Déjà, les modèles suggéraient que les activités humaines agissent comme des perturbations de ce système. Aujourd'hui, les chercheurs annoncent qu'ils sont enfin parvenus à observer directement à quel point nos activités peuvent faire pencher la balance du côté d'un réchauffement climatique.

Si la Terre se réchauffe actuellement, c'est parce que les activités humaines ont introduit un déséquilibre dans le système climatique. Par forçage radiatif. C'est du moins ce que nous expliquent les scientifiques. Depuis plusieurs années maintenant, ce phénomène apparaissait dans leurs modèles. Aujourd'hui, ils sont enfin parvenus à l'observer directement.

Pour mieux comprendre, rappelons que la lumière que notre planète reçoit du Soleil est en partie réfléchie par la surface ou même par l'atmosphère et renvoyée ainsi vers l'espace. Le reste participe à chauffer la Terre. Il est ensuite réémis à son tour en direction de l'espace. Mais une partie est réabsorbée dans l'atmosphère par les nuages et les fameux gaz à effet de serre. Puis renvoyée vers la surface pour la réchauffer un peu plus.

Connaissant ce mécanisme, les chercheurs ont avancé qu'ajouter des gaz à effet de serre ou supprimer des aérosols -- qui reflètent la lumière en provenance du Soleil -- forcerait la Terre à absorber plus d'énergie, plus de chaleur. « Pour la première fois, nous avons calculé le forçage radiatif total de la Terre à partir d'observations réalisées dans le monde entier, tenant compte des effets des aérosols et des gaz à effet de serre, explique Ryan Kramer, chercheur au GSFC, le Goddard Space Flight Center (États-Unis), dans un communiqué de la Nasa. Ce calcul nous apporte une preuve directe que les activités humaines modifient le budget énergétique de la Terre ».

La part des activités humaines dans le forçage

En 1997, des instruments du projet Ceres (Clouds and Earth's Radiant Energy System) ont été embarqués à bord de satellites. Depuis, ils mesurent à la fois la quantité d'énergie qui pénètre le système Terre et celle qui en ressort. Ces données ont fait apparaître le déséquilibre énergétique de notre planète.

Mais pour déterminer réellement quel est le rôle des activités humaines dans tout ça, les chercheurs de la Nasa ont eu une idée. Ils ont d'abord calculé avec précision et s'appuyant sur les mesures appropriées, le déséquilibre causé par toutes les fluctuations naturelles connues -- concernant la vapeur d'eau, gaz à effet de serre qui peut être « naturel », par exemple, ils ont ainsi compté sur les mesures de l'instrument Airs (Atmospheric Infrared Sounder) embarqué à bord du satellite Aqua (Nasa). Une fois ce chiffre établi, ils l'ont soustrait à la valeur totale donnée par Ceres. Le restant correspondant au forçage anthropique.

De leurs calculs, les chercheurs concluent que les activités humaines ont été à l'origine d'une hausse du forçage radiatif d'environ 0,5 W/m2 entre 2003 et 2018. Une hausse essentiellement attribuée aux émissions de gaz à effet de serre. Les aérosols semblent avoir un impact plus faible.

La méthode employée par les chercheurs de la Nasa pourrait à l'avenir permettre un suivi presque en temps réel -- avec un décalage de quatre ans seulement, assurent les chercheurs -- du forçage radiatif et de sa part anthropique. Une manière de tracer la façon dont nos émissions affectent le climat, mais aussi d'évaluer l'efficacité des mesures d'atténuation mises en œuvre. Et de proposer des projections plus justes sur les changements climatiques à venir.


Source : Nathalie Mayer / Futura
Crédit : NASA

Rayonnement infrarouge émis (gauche) et rayonnement solaire réfléchi (droite). Une illustration des nombreux produits issus des mesures satellitaires.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

A partir du 28 février

EXPOSITION - VISITE VIRTUELLE GRATUITE
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES, LE TEMPS DE L'INTIMITÉ"

En raison de l'épidémie et de la fermeture nationale des musées, l'exposition n'aura malheureusement été ouverte au public que pendant cinq semaines.
La visite virtuelle est accessible gratuitement, depuis le site internet du Musée de Lodève et sans limite de temps. Les salles de l'exposition en 360°, les commentaires audio des œuvres... visitez l'exposition comme si vous y étiez sur votre ordinateur ou votre smartphone.
Visiter l'exposition

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


46 - Lot

Jusqu'en juin

JEU DE PISTE - MUSEE CHAMPOLLION
LE MUSÉE SORT DE SES MURS !

On vous invite à un jeu de piste autour de la maison natale de Jean-François Champollion pour tester vos connaissances sur le célèbre déchiffreur des hiéroglyphes, sur l’Égypte antique et sur les écritures du monde.
Installés derrière les vitrines, situées de la place Champollion à la rue Séguier en passant par la place des Écritures, 7 panneaux illustrés vous permettront de redécouvrir en famille le musée Champollion - Les Écritures du Monde et ses collections. Accès libre, tous les jours.

Musée Champollion
Place Champollion
46100 Figeac
05 65 50 31 08
www.musee-champollion.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités