Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Météogyre, le projet de culture optimisant les besoins des plantes et de l'Homme
Actualités

Météogyre, le projet de culture optimisant les besoins des plantes et de l'Homme

Un support rempli de terre incliné à 45 degrés sur un socle sphérique, voilà Météogyre, un projet développé par huit élèves volontaires de première scientifique du lycée René Descartes de Saint Genis Laval (près de Lyon). Lauréats français du Stokholm Junior Water Prize, un prix scientifique international visant à encourager l'action des 15-20 ans en faveur d'une gestion responsable de l'eau, trois d'entre eux iront défendre leur projet et représenter la France à Stockholm fin août 2017 à l'occasion d'une grande finale.

"Tout est parti d’un stage météo que j’ai fait à Toulouse et qui m’a incité à faire travailler mes élèves autour de ce sujet", se remémore Véronique Ridard, professeur de sciences et vie de la Terre (SVT) de l'établissement. L'enseignante souhaitait également permettre à ses élèves de travailler en coopération avec ceux suivant des cours de sciences de l'ingénieur. "L'idée de départ était de faire un outil qui tournait avec le soleil mais pour y associer de la SVT nous avons finalement eu l'idée d'une culture qui tournait".

Optimiser les qualités nutritionnelles en luttant contre la consommation d'eau

Partant du constat que la production d'un kilogramme de viande entraînait une consommation d'eau très importante (de l'ordre de 15 400 litres d'eau pour la viande bovine, chiffres basés d'après un rapport de Institut pour l’Education relative à l’Eau (UNESCO-IHE) de décembre 2010), les élèves ont opté pour une culture moins consommatrice et présentant de meilleures qualités nutritionnelles. C'est finalement par la lecture d'une étude de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) intitulée "Association de cultures annuelles combinant une légumineuse et une céréale : retours d’expériences d’agriculteurs et analyse" que les lycéens se décident à faire pousser des lentilles et du sarrasin. Les premières jouant le rôle du légumineux, le second des céréales. "Mélanger les plantes légumineuses et céréales permet à l'Homme de ne pas avoir de carence en acide aminé", précise Véronique Ridard.

"Il suffit de prendre de la terre du jardin pour apporter les bactéries car l'eau de pluie en est naturellement chargée"

Les élèves se sont retrouvés chaque semaine pendant une heure et demi afin de réaliser toute une série d'expérimentations permettant d'optimiser leur culture. Ils ont tout d'abord injecté une bactérie Rhizobium comme l'explique leur professeur : "Ces bactéries permettent de capter l'azote atmosphérique lorsque le légumineux vit et de le libérer dans le sol lorsque celui-ci meurt". Mais si la manipulation avait initialement pour objectif d'éviter d'apporter de l'engrais, celle-ci s'est très vite avérée superflue lorsque les élèves ont comparé les différences entre une culture dans laquelle la bactérie était présente et une culture où elle était absente. "Il suffit de prendre de la terre du jardin pour apporter les bactéries car l'eau de pluie en est naturellement chargée", poursuit Véronique Ridard.

Les lycéens ont également testé différents types d'ensoleillement et constaté que les plantes survivaient mieux en lumière directe. De même, les lentilles semblaient mal résister au déficit d'eau mais en supporter l'excès alors même que le sarrasin avait un comportement inverse. Ces constatations expliquent notamment l'inclinaison à 45° du support permettant ainsi aux cultures de profiter d'un ensoleillement direct et aux lentilles, situées en bas, de profiter de l'excès d'eau lié au phénomène de gravité.

Un prototype encore en développement

A partir des observations recueillies par leurs camarades de sciences et vie de la terre, les élèves de sciences de l'ingénieur ont réalisé le support et le socle de la culture hors sol. Un capteur d'humidité du sol et un réservoir d'eau sphérique sont actuellement en cours de réalisation. "Le projet se poursuivra aussi l'année prochaine", conclue Véronique Ridard. A terme, un moteur ainsi qu'un capteur solaire devraient également permettre d'orienter les plantes selon l'ensoleillement. De quoi poursuivre plus en avant la collaboration inter-disciplinaire entre sciences et vie de la Terre et sciences de l'ingénieur.

En prime, les élèves envoyés à Stockholm pour défendre Météogyre devront le faire en anglais, l'occasion pour eux de lier une troisième discipline académique au projet initial.
 

Source : Science et Avenir
Crédit : Météogyre

Une fois le projet achevé, des cultures de sarrasin et de lentilles seront disposées dans le bac de terre incliné à 45°. Un capteur solaire et un moteur permettront d'orienter les plantations en direction du meilleur ensoleillement.

Météogyre, le projet de culture optimisant les besoins des plantes et de l'Homme Actualités

Météogyre, le projet de culture optimisant les besoins des plantes et de l'Homme

Un support rempli de terre incliné à 45 degrés sur un socle sphérique, voilà Météogyre, un projet développé par huit élèves volontaires de première scientifique du lycée René Descartes de Saint Genis Laval (près de Lyon). Lauréats français du Stokholm Junior Water Prize, un prix scientifique international visant à encourager l'action des 15-20 ans en faveur d'une gestion responsable de l'eau, trois d'entre eux iront défendre leur projet et représenter la France à Stockholm fin août 2017 à l'occasion d'une grande finale.

"Tout est parti d’un stage météo que j’ai fait à Toulouse et qui m’a incité à faire travailler mes élèves autour de ce sujet", se remémore Véronique Ridard, professeur de sciences et vie de la Terre (SVT) de l'établissement. L'enseignante souhaitait également permettre à ses élèves de travailler en coopération avec ceux suivant des cours de sciences de l'ingénieur. "L'idée de départ était de faire un outil qui tournait avec le soleil mais pour y associer de la SVT nous avons finalement eu l'idée d'une culture qui tournait".

Optimiser les qualités nutritionnelles en luttant contre la consommation d'eau

Partant du constat que la production d'un kilogramme de viande entraînait une consommation d'eau très importante (de l'ordre de 15 400 litres d'eau pour la viande bovine, chiffres basés d'après un rapport de Institut pour l’Education relative à l’Eau (UNESCO-IHE) de décembre 2010), les élèves ont opté pour une culture moins consommatrice et présentant de meilleures qualités nutritionnelles. C'est finalement par la lecture d'une étude de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) intitulée "Association de cultures annuelles combinant une légumineuse et une céréale : retours d’expériences d’agriculteurs et analyse" que les lycéens se décident à faire pousser des lentilles et du sarrasin. Les premières jouant le rôle du légumineux, le second des céréales. "Mélanger les plantes légumineuses et céréales permet à l'Homme de ne pas avoir de carence en acide aminé", précise Véronique Ridard.

"Il suffit de prendre de la terre du jardin pour apporter les bactéries car l'eau de pluie en est naturellement chargée"

Les élèves se sont retrouvés chaque semaine pendant une heure et demi afin de réaliser toute une série d'expérimentations permettant d'optimiser leur culture. Ils ont tout d'abord injecté une bactérie Rhizobium comme l'explique leur professeur : "Ces bactéries permettent de capter l'azote atmosphérique lorsque le légumineux vit et de le libérer dans le sol lorsque celui-ci meurt". Mais si la manipulation avait initialement pour objectif d'éviter d'apporter de l'engrais, celle-ci s'est très vite avérée superflue lorsque les élèves ont comparé les différences entre une culture dans laquelle la bactérie était présente et une culture où elle était absente. "Il suffit de prendre de la terre du jardin pour apporter les bactéries car l'eau de pluie en est naturellement chargée", poursuit Véronique Ridard.

Les lycéens ont également testé différents types d'ensoleillement et constaté que les plantes survivaient mieux en lumière directe. De même, les lentilles semblaient mal résister au déficit d'eau mais en supporter l'excès alors même que le sarrasin avait un comportement inverse. Ces constatations expliquent notamment l'inclinaison à 45° du support permettant ainsi aux cultures de profiter d'un ensoleillement direct et aux lentilles, situées en bas, de profiter de l'excès d'eau lié au phénomène de gravité.

Un prototype encore en développement

A partir des observations recueillies par leurs camarades de sciences et vie de la terre, les élèves de sciences de l'ingénieur ont réalisé le support et le socle de la culture hors sol. Un capteur d'humidité du sol et un réservoir d'eau sphérique sont actuellement en cours de réalisation. "Le projet se poursuivra aussi l'année prochaine", conclue Véronique Ridard. A terme, un moteur ainsi qu'un capteur solaire devraient également permettre d'orienter les plantes selon l'ensoleillement. De quoi poursuivre plus en avant la collaboration inter-disciplinaire entre sciences et vie de la Terre et sciences de l'ingénieur.

En prime, les élèves envoyés à Stockholm pour défendre Météogyre devront le faire en anglais, l'occasion pour eux de lier une troisième discipline académique au projet initial.
 

Source : Science et Avenir
Crédit : Météogyre

Une fois le projet achevé, des cultures de sarrasin et de lentilles seront disposées dans le bac de terre incliné à 45°. Un capteur solaire et un moteur permettront d'orienter les plantations en direction du meilleur ensoleillement.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités