Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante
Actualités

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante

Quelque part sur les berges du fleuve Bobonaza, dans les malocas - des petits huttes composées de bois et de palmes - parsemées sur l’ensemble du village de Sarayaku, le peuple Kichwa continue de vivre de manière traditionnelle. Colonisé par la tribu depuis le 15e siècle, ce territoire est au centre de vives discordes depuis quelque temps.

Le peuple Kichwa possède sa propre langue, évoque ses propres mythes, possède une vision du monde unique. Seulement, voilà déjà plus de 30 ans que la tribu se bat pour faire valoir ses droits sur son sol. À ce jour, ils seraient près de 1.200 à vivre sur ce territoire qui leur est si cher. Ce peuple, qui pourrait directement descendre de celui des Incas, vit de ses propres ressources récoltées au sein de la forêt tropicale qui les entoure.

La communauté dispose de son propre gouvernement. Et alors que l’Équateur tente de s’enrichir de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dont l’Amazonie dispose, les Kichwas ne cèdent pas sous la pression et redoublent d’efforts pour lutter contre ce qui constitue un véritable désastre pour eux. En effet, l’un de ces fameux gisements se trouve justement sous le village indigène.

Les "Avatars" des temps modernes

La forêt équatoriale amazonienne est au centre de l’attention de ses voisins américains depuis plus de quatre décennies. Riche d’une biodiversité sans pareil, ce territoire est très convoité. Ainsi, la tribu Kichwa subit et n’en finit plus de lutter contre les nombreuses menaces de déforestation et autres intimidations de la part des compagnies pétrolières.

Alors que des personnalités culturelles fortement influentes se sont donné pour mission de faire primer l’écologie face au développement, cette communauté vivant à Sarayaku - situé dans l’est de l’Equateur - est devenu le "nouveau visage de la résistance indigène du XXIe", a expliqué dans Yes Magazine un écrivain qui s’est rendu dans le village.

Eriberto Gualinga, réalisateur, photographe mais également membre de la tribu Kichwa de Sarayaku, rapproche même l’histoire de la communauté à celle du peuple fictif "Avatar" du film de James Cameron : "Normal que ça nous intéresse. L’histoire de ce peuple autochtone qui lutte pour préserver son territoire, c’est un peu la nôtre", a-t-il déclaré au magazine Geo.

Un peuple déterminé

Si l’État pensait la tâche aisée, c’était sans compter la force et la détermination du peuple indigène. En 2012, les Kichwas ont d'ailleurs remporté un procès historique contre l’Etat équatorien devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) qui a condamné celui-ci à leur verser 1,4 millions de dollars (environ 1,2 millions d'euros).

Les autorités ont été déclarées coupables d’avoir autorisé des missions privées d’exploration et d’exploitation pétrolière sur le territoire de Sarayaku sans consulter au préalable le peuple autochtone, ce qui est pourtant reconnu comme l'un de leurs droits. Et les Kickwas ne se sont pas arrêtés là. En 2014, quelques-uns de leurs représentants ont été envoyés à New York pour défiler à l’occasion de la marche mondiale pour le climat.

En 2015, la tribu n’a pas manqué de confirmer sa place au sein du mouvement en participant à la COP21 qui s’est tenue à Paris. En septembre 2016, direction Hawaii, où les Kichwas ont manifesté leur présence au congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils ont aussi soutenu ouvertement la communauté des Sioux de Standing Rock en Dakota du Nord (États-Unis).

De la lutte 2.0

La victoire de 2012 et ces actions ont contribué à faire connaitre le combat du peuple indigène à l'échelle mondiale. Mais si les Kichwas sont aujourd'hui salués, c'est aussi parce qu'ils manient particulièrement bien les outils de communication. Malgré l'absence de téléphone, l'installation il y a une douzaine d'années d'une antenne parabolique a fait rentrer la tribu dans l'ère 2.0.

Depuis, le Wi-Fi a permis au peuple de devenir très présent sur internet et les réseaux sociaux, notamment sur Facebook avec la page Sarayaku Defensores de la selva. De quoi répliquer lorsque Rafael Correa, ancien président de l’Equateur et ouvertement favorable à l’exploitation pétrolière, qualifiait les habitants de "terroristes environnementaux opposés au développement de la nation".

Aujourd'hui, le torchon continue de brûler entre le peuple de Sarayaku et les multinationales qui convoitent tant leur territoire. Mais les habitants ne ménagent pas leurs efforts : ils travaillent désormais à la rédaction d’une proposition à présenter à l’UNESCO pour que leur "forêt vivante" soit reconnue et protégée internationalement.
 

Source : Manon Costantini / Gentside Découverte

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante Actualités

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante

Quelque part sur les berges du fleuve Bobonaza, dans les malocas - des petits huttes composées de bois et de palmes - parsemées sur l’ensemble du village de Sarayaku, le peuple Kichwa continue de vivre de manière traditionnelle. Colonisé par la tribu depuis le 15e siècle, ce territoire est au centre de vives discordes depuis quelque temps.

Le peuple Kichwa possède sa propre langue, évoque ses propres mythes, possède une vision du monde unique. Seulement, voilà déjà plus de 30 ans que la tribu se bat pour faire valoir ses droits sur son sol. À ce jour, ils seraient près de 1.200 à vivre sur ce territoire qui leur est si cher. Ce peuple, qui pourrait directement descendre de celui des Incas, vit de ses propres ressources récoltées au sein de la forêt tropicale qui les entoure.

La communauté dispose de son propre gouvernement. Et alors que l’Équateur tente de s’enrichir de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dont l’Amazonie dispose, les Kichwas ne cèdent pas sous la pression et redoublent d’efforts pour lutter contre ce qui constitue un véritable désastre pour eux. En effet, l’un de ces fameux gisements se trouve justement sous le village indigène.

Les "Avatars" des temps modernes

La forêt équatoriale amazonienne est au centre de l’attention de ses voisins américains depuis plus de quatre décennies. Riche d’une biodiversité sans pareil, ce territoire est très convoité. Ainsi, la tribu Kichwa subit et n’en finit plus de lutter contre les nombreuses menaces de déforestation et autres intimidations de la part des compagnies pétrolières.

Alors que des personnalités culturelles fortement influentes se sont donné pour mission de faire primer l’écologie face au développement, cette communauté vivant à Sarayaku - situé dans l’est de l’Equateur - est devenu le "nouveau visage de la résistance indigène du XXIe", a expliqué dans Yes Magazine un écrivain qui s’est rendu dans le village.

Eriberto Gualinga, réalisateur, photographe mais également membre de la tribu Kichwa de Sarayaku, rapproche même l’histoire de la communauté à celle du peuple fictif "Avatar" du film de James Cameron : "Normal que ça nous intéresse. L’histoire de ce peuple autochtone qui lutte pour préserver son territoire, c’est un peu la nôtre", a-t-il déclaré au magazine Geo.

Un peuple déterminé

Si l’État pensait la tâche aisée, c’était sans compter la force et la détermination du peuple indigène. En 2012, les Kichwas ont d'ailleurs remporté un procès historique contre l’Etat équatorien devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) qui a condamné celui-ci à leur verser 1,4 millions de dollars (environ 1,2 millions d'euros).

Les autorités ont été déclarées coupables d’avoir autorisé des missions privées d’exploration et d’exploitation pétrolière sur le territoire de Sarayaku sans consulter au préalable le peuple autochtone, ce qui est pourtant reconnu comme l'un de leurs droits. Et les Kickwas ne se sont pas arrêtés là. En 2014, quelques-uns de leurs représentants ont été envoyés à New York pour défiler à l’occasion de la marche mondiale pour le climat.

En 2015, la tribu n’a pas manqué de confirmer sa place au sein du mouvement en participant à la COP21 qui s’est tenue à Paris. En septembre 2016, direction Hawaii, où les Kichwas ont manifesté leur présence au congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils ont aussi soutenu ouvertement la communauté des Sioux de Standing Rock en Dakota du Nord (États-Unis).

De la lutte 2.0

La victoire de 2012 et ces actions ont contribué à faire connaitre le combat du peuple indigène à l'échelle mondiale. Mais si les Kichwas sont aujourd'hui salués, c'est aussi parce qu'ils manient particulièrement bien les outils de communication. Malgré l'absence de téléphone, l'installation il y a une douzaine d'années d'une antenne parabolique a fait rentrer la tribu dans l'ère 2.0.

Depuis, le Wi-Fi a permis au peuple de devenir très présent sur internet et les réseaux sociaux, notamment sur Facebook avec la page Sarayaku Defensores de la selva. De quoi répliquer lorsque Rafael Correa, ancien président de l’Equateur et ouvertement favorable à l’exploitation pétrolière, qualifiait les habitants de "terroristes environnementaux opposés au développement de la nation".

Aujourd'hui, le torchon continue de brûler entre le peuple de Sarayaku et les multinationales qui convoitent tant leur territoire. Mais les habitants ne ménagent pas leurs efforts : ils travaillent désormais à la rédaction d’une proposition à présenter à l’UNESCO pour que leur "forêt vivante" soit reconnue et protégée internationalement.
 

Source : Manon Costantini / Gentside Découverte

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


74 - Haute-Savoie

Du 23 octobre au 6 novembre

ACRO AVENTURES TALLOIRES
"CHASSE AU TRÉSOR D’HALLOWEEN"

Partez à la chasse au trésor. Une activité familiale accessible à tous ! "Hervé l’Araignée" de 3 à 7 ans et "Le Fantôme des Dents de Lanfon" de 8 à 13 ans.

Acro'Aventures Talloires
Route de Planfait
74290 Talloires
06 07 56 90 58
www.talloires.acro-aventures.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités