Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante
Actualités

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante

Quelque part sur les berges du fleuve Bobonaza, dans les malocas - des petits huttes composées de bois et de palmes - parsemées sur l’ensemble du village de Sarayaku, le peuple Kichwa continue de vivre de manière traditionnelle. Colonisé par la tribu depuis le 15e siècle, ce territoire est au centre de vives discordes depuis quelque temps.

Le peuple Kichwa possède sa propre langue, évoque ses propres mythes, possède une vision du monde unique. Seulement, voilà déjà plus de 30 ans que la tribu se bat pour faire valoir ses droits sur son sol. À ce jour, ils seraient près de 1.200 à vivre sur ce territoire qui leur est si cher. Ce peuple, qui pourrait directement descendre de celui des Incas, vit de ses propres ressources récoltées au sein de la forêt tropicale qui les entoure.

La communauté dispose de son propre gouvernement. Et alors que l’Équateur tente de s’enrichir de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dont l’Amazonie dispose, les Kichwas ne cèdent pas sous la pression et redoublent d’efforts pour lutter contre ce qui constitue un véritable désastre pour eux. En effet, l’un de ces fameux gisements se trouve justement sous le village indigène.

Les "Avatars" des temps modernes

La forêt équatoriale amazonienne est au centre de l’attention de ses voisins américains depuis plus de quatre décennies. Riche d’une biodiversité sans pareil, ce territoire est très convoité. Ainsi, la tribu Kichwa subit et n’en finit plus de lutter contre les nombreuses menaces de déforestation et autres intimidations de la part des compagnies pétrolières.

Alors que des personnalités culturelles fortement influentes se sont donné pour mission de faire primer l’écologie face au développement, cette communauté vivant à Sarayaku - situé dans l’est de l’Equateur - est devenu le "nouveau visage de la résistance indigène du XXIe", a expliqué dans Yes Magazine un écrivain qui s’est rendu dans le village.

Eriberto Gualinga, réalisateur, photographe mais également membre de la tribu Kichwa de Sarayaku, rapproche même l’histoire de la communauté à celle du peuple fictif "Avatar" du film de James Cameron : "Normal que ça nous intéresse. L’histoire de ce peuple autochtone qui lutte pour préserver son territoire, c’est un peu la nôtre", a-t-il déclaré au magazine Geo.

Un peuple déterminé

Si l’État pensait la tâche aisée, c’était sans compter la force et la détermination du peuple indigène. En 2012, les Kichwas ont d'ailleurs remporté un procès historique contre l’Etat équatorien devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) qui a condamné celui-ci à leur verser 1,4 millions de dollars (environ 1,2 millions d'euros).

Les autorités ont été déclarées coupables d’avoir autorisé des missions privées d’exploration et d’exploitation pétrolière sur le territoire de Sarayaku sans consulter au préalable le peuple autochtone, ce qui est pourtant reconnu comme l'un de leurs droits. Et les Kickwas ne se sont pas arrêtés là. En 2014, quelques-uns de leurs représentants ont été envoyés à New York pour défiler à l’occasion de la marche mondiale pour le climat.

En 2015, la tribu n’a pas manqué de confirmer sa place au sein du mouvement en participant à la COP21 qui s’est tenue à Paris. En septembre 2016, direction Hawaii, où les Kichwas ont manifesté leur présence au congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils ont aussi soutenu ouvertement la communauté des Sioux de Standing Rock en Dakota du Nord (États-Unis).

De la lutte 2.0

La victoire de 2012 et ces actions ont contribué à faire connaitre le combat du peuple indigène à l'échelle mondiale. Mais si les Kichwas sont aujourd'hui salués, c'est aussi parce qu'ils manient particulièrement bien les outils de communication. Malgré l'absence de téléphone, l'installation il y a une douzaine d'années d'une antenne parabolique a fait rentrer la tribu dans l'ère 2.0.

Depuis, le Wi-Fi a permis au peuple de devenir très présent sur internet et les réseaux sociaux, notamment sur Facebook avec la page Sarayaku Defensores de la selva. De quoi répliquer lorsque Rafael Correa, ancien président de l’Equateur et ouvertement favorable à l’exploitation pétrolière, qualifiait les habitants de "terroristes environnementaux opposés au développement de la nation".

Aujourd'hui, le torchon continue de brûler entre le peuple de Sarayaku et les multinationales qui convoitent tant leur territoire. Mais les habitants ne ménagent pas leurs efforts : ils travaillent désormais à la rédaction d’une proposition à présenter à l’UNESCO pour que leur "forêt vivante" soit reconnue et protégée internationalement.
 

Source : Manon Costantini / Gentside Découverte

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante Actualités

Les Kichwas : défenseurs de la forêt vivante

Quelque part sur les berges du fleuve Bobonaza, dans les malocas - des petits huttes composées de bois et de palmes - parsemées sur l’ensemble du village de Sarayaku, le peuple Kichwa continue de vivre de manière traditionnelle. Colonisé par la tribu depuis le 15e siècle, ce territoire est au centre de vives discordes depuis quelque temps.

Le peuple Kichwa possède sa propre langue, évoque ses propres mythes, possède une vision du monde unique. Seulement, voilà déjà plus de 30 ans que la tribu se bat pour faire valoir ses droits sur son sol. À ce jour, ils seraient près de 1.200 à vivre sur ce territoire qui leur est si cher. Ce peuple, qui pourrait directement descendre de celui des Incas, vit de ses propres ressources récoltées au sein de la forêt tropicale qui les entoure.

La communauté dispose de son propre gouvernement. Et alors que l’Équateur tente de s’enrichir de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dont l’Amazonie dispose, les Kichwas ne cèdent pas sous la pression et redoublent d’efforts pour lutter contre ce qui constitue un véritable désastre pour eux. En effet, l’un de ces fameux gisements se trouve justement sous le village indigène.

Les "Avatars" des temps modernes

La forêt équatoriale amazonienne est au centre de l’attention de ses voisins américains depuis plus de quatre décennies. Riche d’une biodiversité sans pareil, ce territoire est très convoité. Ainsi, la tribu Kichwa subit et n’en finit plus de lutter contre les nombreuses menaces de déforestation et autres intimidations de la part des compagnies pétrolières.

Alors que des personnalités culturelles fortement influentes se sont donné pour mission de faire primer l’écologie face au développement, cette communauté vivant à Sarayaku - situé dans l’est de l’Equateur - est devenu le "nouveau visage de la résistance indigène du XXIe", a expliqué dans Yes Magazine un écrivain qui s’est rendu dans le village.

Eriberto Gualinga, réalisateur, photographe mais également membre de la tribu Kichwa de Sarayaku, rapproche même l’histoire de la communauté à celle du peuple fictif "Avatar" du film de James Cameron : "Normal que ça nous intéresse. L’histoire de ce peuple autochtone qui lutte pour préserver son territoire, c’est un peu la nôtre", a-t-il déclaré au magazine Geo.

Un peuple déterminé

Si l’État pensait la tâche aisée, c’était sans compter la force et la détermination du peuple indigène. En 2012, les Kichwas ont d'ailleurs remporté un procès historique contre l’Etat équatorien devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) qui a condamné celui-ci à leur verser 1,4 millions de dollars (environ 1,2 millions d'euros).

Les autorités ont été déclarées coupables d’avoir autorisé des missions privées d’exploration et d’exploitation pétrolière sur le territoire de Sarayaku sans consulter au préalable le peuple autochtone, ce qui est pourtant reconnu comme l'un de leurs droits. Et les Kickwas ne se sont pas arrêtés là. En 2014, quelques-uns de leurs représentants ont été envoyés à New York pour défiler à l’occasion de la marche mondiale pour le climat.

En 2015, la tribu n’a pas manqué de confirmer sa place au sein du mouvement en participant à la COP21 qui s’est tenue à Paris. En septembre 2016, direction Hawaii, où les Kichwas ont manifesté leur présence au congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils ont aussi soutenu ouvertement la communauté des Sioux de Standing Rock en Dakota du Nord (États-Unis).

De la lutte 2.0

La victoire de 2012 et ces actions ont contribué à faire connaitre le combat du peuple indigène à l'échelle mondiale. Mais si les Kichwas sont aujourd'hui salués, c'est aussi parce qu'ils manient particulièrement bien les outils de communication. Malgré l'absence de téléphone, l'installation il y a une douzaine d'années d'une antenne parabolique a fait rentrer la tribu dans l'ère 2.0.

Depuis, le Wi-Fi a permis au peuple de devenir très présent sur internet et les réseaux sociaux, notamment sur Facebook avec la page Sarayaku Defensores de la selva. De quoi répliquer lorsque Rafael Correa, ancien président de l’Equateur et ouvertement favorable à l’exploitation pétrolière, qualifiait les habitants de "terroristes environnementaux opposés au développement de la nation".

Aujourd'hui, le torchon continue de brûler entre le peuple de Sarayaku et les multinationales qui convoitent tant leur territoire. Mais les habitants ne ménagent pas leurs efforts : ils travaillent désormais à la rédaction d’une proposition à présenter à l’UNESCO pour que leur "forêt vivante" soit reconnue et protégée internationalement.
 

Source : Manon Costantini / Gentside Découverte

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute-Provence

20 mai
RANDONNÉE VTT "LA JARLANDINE"

Randonnées en VTT sur la montagne de Lure ouvert à tous, dans un département avec 5000 km d’itinéraires balisés, 240 circuits, mais aussi 3 Grandes Traversées VTT, testées et approuvées par la presse VTT nationale et internationale. Tarif spécial pour les hébergements au camping Sunêlia l’Hippocampe à Volonne.

Ville de Château-Arnoux-Saint-Auban
Hôtel de Ville
1 rue Victorin Maurel
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 33 20 00
http://www.chateau-arnoux-saint-auban.fr


3 au 7 août
CORSO DE LA LAVANDE

Au pays des champs de lavande, très joli Corso de fleurs avec des parades de jour et de nuit, animations musicales, marché artisanale, feu d’artifice.

Comité des fêtes
1 boulevard Martin Bret
04000 Digne-les-Bains
06 34 41 86 29
www.cdf-dignelesbains.fr


30 juin au 6 juillet
CHAMPIONNAT DE PARAPENTE OZONE

Compétition amicale de parapente entre les différents pilotes mondiaux et expérimentés, avec des vols dans une zone magnifique au départ de la montagne de Chabre dans la Vallée de la Méouge !

Montagne de Chabre
Châteauneuf de Chabre
05300 Val Buëch-Méouge
04 92 65 09 38


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


42 - LOIRE

10 janvier au 31 mai
EXPOSITION "FIBRES"

L'exposition présente l'origine, les caractéritstiques et l'utilisation de fibres végétales, animales et synthétiques que l'on retrouve dans l'industrie textile et au quotidien.
Une section consacrée à l'utilisation de fibres diverses dans la création artistiques présente des oeuvres d'Anne Mangeot et Ghislaine Berlier Garcia.

La Maison du Passementier
20 rue Victor Hugo
42650 Saint-Jean-Bonnefonds
04 77 95 09 82
www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier-


50 - MANCHE

5 février au 31 août
EXPOSITION "SCIENCES EXTRAORDINAIRES"

"Des récits de Jules Verne aux mondes de demain". Une exposition entièrement consacrée à l’auteur et sa vision de l’univers futuriste.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


18 et 19 juillet
FESTIVAL DE FUSÉES À EAU

Venez fabriquez la plus belle fusée et surtout la plus rapide !
•Ateliers de construction de fusées à eau en continu pour toute la famille
•Décollages de vos fusées dans le parc paysager

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


3 août
NUIT DES ÉTOILES

A l’occasion de cette soirée exceptionnelle, les visiteurs découvriront gratuitement les mystères de la voûte céleste dès 20h et tout au long de la soirée. De nombreuses animations adaptées à chaque public, ponctueront cette soirée. Des ateliers spécialement adaptés au jeune public et aux familles seront proposés.

Planétarium Ludiver
1700 rue de la Libération
Tonneville - 50460 La Hague
02 33 78 13 80
www.ludiver.com


70 - Haute-Saône

3 avril au 30 septembre
EXPOSITION « MARTIN LUTHER KING »

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
25 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
http://www.maisondelanegritude.fr


83 - Var

17 et 18 mars
5ÈME JOURNÉES DES PLANTES RARES ET DE COLLECTION
Domaine d’Orvès, jardin remarquable

Le Domaine d’Orvès
71 avenue de la Libération (D46)
83160 La-Valette-du-Var
04 94 20 53 25
www.domainedorves.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités