Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les impacts désastreux de la culture du soja en Amérique latine
Actualités

Les impacts désastreux de la culture du soja en Amérique latine

Une enquête internationale de Mighty Earth, Rainforest Foundation Norway et Fern, publiée sur le site de l'ONG Mighty Earth, souligne les impacts dramatiques de la culture de soja en Amérique latine. Ce rapport intitulé "Quand la déforestation s'invite à notre table", montre que la production mondiale de viande entraîne en Argentine et au Paraguay une déforestation massive, des atteintes à la santé des populations ainsi que des violations des droits humains. Ainsi des grandes multinationales sont responsables de la déforestation de Gran Chaco, une des régions les plus riches en biodiversité en Amérique latine.

Le rapport assure que les forêts de la région du Gran Chaco sont en train de disparaître à un rythme comparable ou supérieur à celui des forêt tropicales comme celles d'Amazonie. Ainsi, plus de huit millions d'hectares ont été défrichés en seulement une douzaine d'années. Ces dernières années, cette déforestation s'est même accélérée. L'Argentine, par exemple, a perdu a elle seule 22% de ses forêts entre 1990 et 2015. Et dans la plupart des cas, ce sont des exploitations de soja qui les ont remplacées. Et cette destruction massive des forêts menace, selon des experts "l'équilibre entre les humains, les animaux et l'environnement". Une récente étude menée par l'Université Humboldt de Berlin estime que plus de la moitié des oiseaux et 30 % de l'ensemble des mammifères recensés aujourd'hui, dans la région du Gran Chaco disparaîtront dans les 10 à 25 ans à venir si rien n'est fait d'ici là.

"Le nombre de zones ayant été détruites est stupéfiant. Nous avons vu des bulldozers raser de larges forêts et prairies jusqu'alors intactes, ainsi que de gigantesques incendies saturant l'air de fumée, a précisé dans un communiqué Anahita Yousefi, directrice de campagnes chez Mighty Earth. Si le Gran Chaco a traditionnellement toujours été moins surveillé que d'autres biomes en Amérique Latine, comme la forêt amazonienne, c'est un écosystème extrêmement important."

Cancers, malformations et maladies respiratoires

Le climat très rude de la région du Gran Chaco n'est pas adapté à la culture de soja. Ce dernier est donc génétiquement modifié pour pouvoir se développer. Il est arrosé généreusement d'engrais chimiques et de pesticides toxiques comme le glyphosate. Le rapport précise : "La Banque mondiale rapporte que l'utilisation de produits agrochimiques en Argentine a augmenté de 1.000 % ces vingt dernières années, en raison du passage au soja génétiquement modifié et résistant au glyphosate, qui nécessite un épandage de quantités plus importantes". Or l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que ce pesticide était un cancérogène probable.

Les pesticides utilisés pour la culture du soja se retrouvent dans les cours d'eau de la région du Gran Chaco. Ces cours d'eau pollués servent pourtant aux communautés locales. Les autochtones ont d'ailleurs constaté une augmentation des maladies respiratoires, de malformations congénitales ou encore des cas des cancers plus nombreux. Les animaux de compagnies et le bétails de ces habitants ressentent également les effets de cette pollution. Ainsi, le rapport explique qu'un grand nombre de famille, qu'ils ont pu rencontrées au cours de leur enquête, ont rapporté que leurs animaux étaient morts, selon eux, à cause de leurs exposition aux herbicides.

Violations au droit humain

Mais la pollution des cours d'eau n'est pas le seul désagrément que doivent subir les communautés locales. Les autochtones d'Amérique du Sud dépendent très largement de la forêt, ils vivent de la chasse et de la cueillette. En 2014, 50 vigiles armés venant de ferme voisine, propriété du groupe de restauration La Americana, ont envahi une communauté locale. Selon le rapport, cette ferme a défriché 1.000 hectares de terres indigènes, et depuis, la société accuse la communauté autochtone de violation de propriété privée alors qu'il s'agit de leurs propres terres.

L'ONG Mighty Earth explique que : "les vigiles armés ont cassé des portes et envahi des maisons, agressé les adultes et les enfants, et frappé à coups de pied des femmes enceintes ; certaines ont perdu leurs bébés. Trente-deux membres de cette communauté ont été blessés (...) Les victimes ont rapporté que cette attaque avait pour but de forcer les habitants à quitter la zone."

Le chef des communautés indigènes de la région, Ramón Lopez a rapporté aux membres de l'association internationale, que de nombreux autochtones ont été déplacés. La déforestation a détruit leur mode de vie traditionnel. Certaines communautés n'avaient même plus de bois pour construire leurs maisons. Actuellement, leur seul moyen pour survivre est de louer aux cultivateurs de soja leurs propres terres . Selon Ramón Lopez, "le plus affligeant c'est qu'il n'y a pas beaucoup d'espoir de survie à long terme pour ces communautés indigènes".

La France, cinquième importateur d'Europe

La France est un grand importateur de ce soja issu de la déforestation. Le pays est la cinquième destination de l'Union Européenne. "Le secteur agricole français dépend fortement du soja importé pour ses élevages porcins, bovins, de volaille et pour sa production laitière. En 2016, la France a importé 3,9 millions de tonnes de produits à base de soja provenant principalement d'Amérique latine. La manière dont ce soja est cultivé détermine bien évidemment l'impact environnemental de la viande et des produits laitiers consommés en France", précise le rapport.

Les multinationales Cargill et Bunge sont particulièrement incriminés dans l'enquête des associations. Contactées par Mighty Earth, ces deux entreprises n'ont pas été en mesure de fournir des informations concernant le niveau de traçabilité de leur chaîne de production. Or, ce sont deux très grands importateurs de soja pour la France. Ainsi Cargill possède des infrastructures pour le soja dans le port de Montoir-de-Bretagne à Saint-Nazaire, et Bunge dans le port de Brest.

Devoir de vigilance

61 entreprises leaders dans le commerce de la viande et des produits laitiers ont récemment lancé un appel pour stopper la destruction des forêts de la région du Cerrado au Brésil. Parmi ces multinationales se trouvent Metro AG, Wal-Mart, McDonald's ou encore Unilever. De nombreuses entreprises françaises comme L'Oréal, Casino, Carrefour, Auchan Retail, le Groupe Bel, Danone et Cooper ont également signé cet appel. Mais l'ONG Mighty Earth craint que cet engagement ciblé sur une seule région ne pousse certaines sociétés à détruire d'autres régions d'Amérique latine. Pour l'association, cette initiative, pour être réellement efficace, devrait s'appliquer sur tout le territoire.

A la suite du rapport  "Quand la déforestation s'invite à notre table", les associations France Nature Environnement (FNE) et Sherpa se sont associées à Mighty Earth afin d'écrire une lettre pour interpeller 20 entreprises de l'industrie agroalimentaire et de la grande distribution française dont Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo ou encore Super U. Les ONG espèrent ainsi rappeler ces sociétés à leur "devoir de vigilance" sur leurs sources d'approvisionnement du soja.

France Nature Environnement rappelle qu'il y a un an, la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères était adoptée par le Parlement français. Les entreprises présentes en France ont donc une obligation légale d’identifier et de prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement. Elles doivent rendre compte de façon transparente des mesures prises à cette fin dans un Plan de Vigilance rendu public. Les manquements à cette obligation peuvent entraîner des conséquences judiciaires.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : JUAN MABROMATA / AFP

L'Argentine a perdu 22% de ses forêts entre 1990 et 2015.

Les impacts désastreux de la culture du soja en Amérique latine Actualités

Les impacts désastreux de la culture du soja en Amérique latine

Une enquête internationale de Mighty Earth, Rainforest Foundation Norway et Fern, publiée sur le site de l'ONG Mighty Earth, souligne les impacts dramatiques de la culture de soja en Amérique latine. Ce rapport intitulé "Quand la déforestation s'invite à notre table", montre que la production mondiale de viande entraîne en Argentine et au Paraguay une déforestation massive, des atteintes à la santé des populations ainsi que des violations des droits humains. Ainsi des grandes multinationales sont responsables de la déforestation de Gran Chaco, une des régions les plus riches en biodiversité en Amérique latine.

Le rapport assure que les forêts de la région du Gran Chaco sont en train de disparaître à un rythme comparable ou supérieur à celui des forêt tropicales comme celles d'Amazonie. Ainsi, plus de huit millions d'hectares ont été défrichés en seulement une douzaine d'années. Ces dernières années, cette déforestation s'est même accélérée. L'Argentine, par exemple, a perdu a elle seule 22% de ses forêts entre 1990 et 2015. Et dans la plupart des cas, ce sont des exploitations de soja qui les ont remplacées. Et cette destruction massive des forêts menace, selon des experts "l'équilibre entre les humains, les animaux et l'environnement". Une récente étude menée par l'Université Humboldt de Berlin estime que plus de la moitié des oiseaux et 30 % de l'ensemble des mammifères recensés aujourd'hui, dans la région du Gran Chaco disparaîtront dans les 10 à 25 ans à venir si rien n'est fait d'ici là.

"Le nombre de zones ayant été détruites est stupéfiant. Nous avons vu des bulldozers raser de larges forêts et prairies jusqu'alors intactes, ainsi que de gigantesques incendies saturant l'air de fumée, a précisé dans un communiqué Anahita Yousefi, directrice de campagnes chez Mighty Earth. Si le Gran Chaco a traditionnellement toujours été moins surveillé que d'autres biomes en Amérique Latine, comme la forêt amazonienne, c'est un écosystème extrêmement important."

Cancers, malformations et maladies respiratoires

Le climat très rude de la région du Gran Chaco n'est pas adapté à la culture de soja. Ce dernier est donc génétiquement modifié pour pouvoir se développer. Il est arrosé généreusement d'engrais chimiques et de pesticides toxiques comme le glyphosate. Le rapport précise : "La Banque mondiale rapporte que l'utilisation de produits agrochimiques en Argentine a augmenté de 1.000 % ces vingt dernières années, en raison du passage au soja génétiquement modifié et résistant au glyphosate, qui nécessite un épandage de quantités plus importantes". Or l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que ce pesticide était un cancérogène probable.

Les pesticides utilisés pour la culture du soja se retrouvent dans les cours d'eau de la région du Gran Chaco. Ces cours d'eau pollués servent pourtant aux communautés locales. Les autochtones ont d'ailleurs constaté une augmentation des maladies respiratoires, de malformations congénitales ou encore des cas des cancers plus nombreux. Les animaux de compagnies et le bétails de ces habitants ressentent également les effets de cette pollution. Ainsi, le rapport explique qu'un grand nombre de famille, qu'ils ont pu rencontrées au cours de leur enquête, ont rapporté que leurs animaux étaient morts, selon eux, à cause de leurs exposition aux herbicides.

Violations au droit humain

Mais la pollution des cours d'eau n'est pas le seul désagrément que doivent subir les communautés locales. Les autochtones d'Amérique du Sud dépendent très largement de la forêt, ils vivent de la chasse et de la cueillette. En 2014, 50 vigiles armés venant de ferme voisine, propriété du groupe de restauration La Americana, ont envahi une communauté locale. Selon le rapport, cette ferme a défriché 1.000 hectares de terres indigènes, et depuis, la société accuse la communauté autochtone de violation de propriété privée alors qu'il s'agit de leurs propres terres.

L'ONG Mighty Earth explique que : "les vigiles armés ont cassé des portes et envahi des maisons, agressé les adultes et les enfants, et frappé à coups de pied des femmes enceintes ; certaines ont perdu leurs bébés. Trente-deux membres de cette communauté ont été blessés (...) Les victimes ont rapporté que cette attaque avait pour but de forcer les habitants à quitter la zone."

Le chef des communautés indigènes de la région, Ramón Lopez a rapporté aux membres de l'association internationale, que de nombreux autochtones ont été déplacés. La déforestation a détruit leur mode de vie traditionnel. Certaines communautés n'avaient même plus de bois pour construire leurs maisons. Actuellement, leur seul moyen pour survivre est de louer aux cultivateurs de soja leurs propres terres . Selon Ramón Lopez, "le plus affligeant c'est qu'il n'y a pas beaucoup d'espoir de survie à long terme pour ces communautés indigènes".

La France, cinquième importateur d'Europe

La France est un grand importateur de ce soja issu de la déforestation. Le pays est la cinquième destination de l'Union Européenne. "Le secteur agricole français dépend fortement du soja importé pour ses élevages porcins, bovins, de volaille et pour sa production laitière. En 2016, la France a importé 3,9 millions de tonnes de produits à base de soja provenant principalement d'Amérique latine. La manière dont ce soja est cultivé détermine bien évidemment l'impact environnemental de la viande et des produits laitiers consommés en France", précise le rapport.

Les multinationales Cargill et Bunge sont particulièrement incriminés dans l'enquête des associations. Contactées par Mighty Earth, ces deux entreprises n'ont pas été en mesure de fournir des informations concernant le niveau de traçabilité de leur chaîne de production. Or, ce sont deux très grands importateurs de soja pour la France. Ainsi Cargill possède des infrastructures pour le soja dans le port de Montoir-de-Bretagne à Saint-Nazaire, et Bunge dans le port de Brest.

Devoir de vigilance

61 entreprises leaders dans le commerce de la viande et des produits laitiers ont récemment lancé un appel pour stopper la destruction des forêts de la région du Cerrado au Brésil. Parmi ces multinationales se trouvent Metro AG, Wal-Mart, McDonald's ou encore Unilever. De nombreuses entreprises françaises comme L'Oréal, Casino, Carrefour, Auchan Retail, le Groupe Bel, Danone et Cooper ont également signé cet appel. Mais l'ONG Mighty Earth craint que cet engagement ciblé sur une seule région ne pousse certaines sociétés à détruire d'autres régions d'Amérique latine. Pour l'association, cette initiative, pour être réellement efficace, devrait s'appliquer sur tout le territoire.

A la suite du rapport  "Quand la déforestation s'invite à notre table", les associations France Nature Environnement (FNE) et Sherpa se sont associées à Mighty Earth afin d'écrire une lettre pour interpeller 20 entreprises de l'industrie agroalimentaire et de la grande distribution française dont Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo ou encore Super U. Les ONG espèrent ainsi rappeler ces sociétés à leur "devoir de vigilance" sur leurs sources d'approvisionnement du soja.

France Nature Environnement rappelle qu'il y a un an, la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères était adoptée par le Parlement français. Les entreprises présentes en France ont donc une obligation légale d’identifier et de prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement. Elles doivent rendre compte de façon transparente des mesures prises à cette fin dans un Plan de Vigilance rendu public. Les manquements à cette obligation peuvent entraîner des conséquences judiciaires.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : JUAN MABROMATA / AFP

L'Argentine a perdu 22% de ses forêts entre 1990 et 2015.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités