Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans
Actualités

Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans

Les glaces recouvrant l’océan arctique ont atteint cet hiver leur plus faible étendue en 38 ans, un nouveau signe de l’accélération du réchauffement climatique, selon les scientifiques.

La banquise arctique est à sa surface la plus réduite, au plus fort de la saison hivernale, pour la troisième année consécutive depuis le début des mesures effectuées par satellites en 1979, ont indiqué mercredi la Nasa et le Centre américain de la neige et des glaces (NSIDC).

14,42 millions de km² le 7 mars 2017.
Ce n’est pas une surprise puisque 2016 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée sur la planète, marquant le troisième record annuel consécutif de chaleur. Un fait sans précédent depuis que les relevés de températures ont commencé en 1880.

La banquise hivernale de l’Arctique atteignait 14,42 millions de km² au 7 mars, sa superficie maximum pour 2017 avant de commencer à fondre avec le début du printemps, ont précisé ces scientifiques.

En 2015, cette étendue maximale était de 14,51 millions de km2 et de l4,52 millions de km2 en 2016.

Un automne et un hiver 2016 très chaud.
Les scientifiques du NSIDC (National Snow and Ice Data Center) ont attribué ce phénomène à un automne et à un hiver très chaud avec une température à la surface de l’océan Arctique de 2,5 degrés Celsius au-dessus de la moyenne.

Ils citent également une série de vagues de chaleur hivernales extrêmes dans l’Arctique, comme pendant l’hiver 2015. L’Arctique a connu en 2016 son année la plus chaude depuis le début des relevés dans cette région en 1900, selon l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

« J’étudie l’évolution du climat hivernal dans l’Arctique depuis 35 ans et je n’ai jamais observé ce que nous avons vu ces deux derniers hivers », a déclaré le directeur du NSIDC, Mark Serreze.

Une banquise moins épaisse.
Par ailleurs, des données provenant du satellite CryoSat-2 de l’Agence spatiale européenne (ESA) montrent que la banquise arctique est légèrement moins épaisse que lors des quatre dernières années.

Des mesures effectuées par des scientifiques de l’Université de Washington avec le programme « Pan-Arctic Ice Ocean Modeling and Assimilation System », montrent également que le volume des glaces arctiques est inhabituellement bas pour cette période de l’année.

« Commencer le début de la saison du dégel avec des glaces aussi peu épaisses laisse prévoir la possibilité d’un nouveau record d’étendue minimale de la banquise en septembre », souligne Julienne Stroeve, une scientifique du NSIDC.

Une indication claire du changement climatique ?
L’étendue moyenne des glaces flottant sur l’océan arctique était d’environ 10,1 millions de km2 en septembre 2016, au plus chaud de la saison, soit la plus petite superficie estivale mesurée depuis 1979.

« Bien que l’étendue maximum des glaces arctiques n’était pas considérée aussi importante que le minimum saisonnier, ce déclin à long terme est une indication claire du changement climatique », pointe Walt Meier, un scientifique du centre Goddard de la Nasa.

Des records répétés depuis 2005.
L’étendue minimum de la banquise en septembre a commencé à retenir l’attention des scientifiques pour la première fois en 2005 quand elle s’est réduite à un niveau sans précédent. Un nouveau record a été battu en 2007, puis en 2012 ainsi qu’au cours de ces trois dernières années.

Les glaciologues ont commencé à s’intéresser davantage à l’évolution du maximum hivernal des glaces arctiques en 2015 quand il a atteint pour la première fois l’étendue la plus faible depuis 1979.

Le même phénomène est constaté dans l’hémisphère sud, où les glaces flottant sur l’océan antarctique ont atteint le 3 mars leur superficie minimum la plus faible enregistrée, avec 2,11 millions de km2.

Toutefois, la surface des glaces de l’océan antarctique est très variable, soulignent les scientifiques qui rappellent que leur étendue minimum avait atteint un niveau historiquement élevé il y a seulement deux ans et demi.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans

Les glaces recouvrant l'océan arctique ont atteint cet hiver leur plus faible étendue en 38 ans, a indiqué cette semaine la Nasa.

Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans Actualités

Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans

Les glaces recouvrant l’océan arctique ont atteint cet hiver leur plus faible étendue en 38 ans, un nouveau signe de l’accélération du réchauffement climatique, selon les scientifiques.

La banquise arctique est à sa surface la plus réduite, au plus fort de la saison hivernale, pour la troisième année consécutive depuis le début des mesures effectuées par satellites en 1979, ont indiqué mercredi la Nasa et le Centre américain de la neige et des glaces (NSIDC).

14,42 millions de km² le 7 mars 2017.
Ce n’est pas une surprise puisque 2016 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée sur la planète, marquant le troisième record annuel consécutif de chaleur. Un fait sans précédent depuis que les relevés de températures ont commencé en 1880.

La banquise hivernale de l’Arctique atteignait 14,42 millions de km² au 7 mars, sa superficie maximum pour 2017 avant de commencer à fondre avec le début du printemps, ont précisé ces scientifiques.

En 2015, cette étendue maximale était de 14,51 millions de km2 et de l4,52 millions de km2 en 2016.

Un automne et un hiver 2016 très chaud.
Les scientifiques du NSIDC (National Snow and Ice Data Center) ont attribué ce phénomène à un automne et à un hiver très chaud avec une température à la surface de l’océan Arctique de 2,5 degrés Celsius au-dessus de la moyenne.

Ils citent également une série de vagues de chaleur hivernales extrêmes dans l’Arctique, comme pendant l’hiver 2015. L’Arctique a connu en 2016 son année la plus chaude depuis le début des relevés dans cette région en 1900, selon l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

« J’étudie l’évolution du climat hivernal dans l’Arctique depuis 35 ans et je n’ai jamais observé ce que nous avons vu ces deux derniers hivers », a déclaré le directeur du NSIDC, Mark Serreze.

Une banquise moins épaisse.
Par ailleurs, des données provenant du satellite CryoSat-2 de l’Agence spatiale européenne (ESA) montrent que la banquise arctique est légèrement moins épaisse que lors des quatre dernières années.

Des mesures effectuées par des scientifiques de l’Université de Washington avec le programme « Pan-Arctic Ice Ocean Modeling and Assimilation System », montrent également que le volume des glaces arctiques est inhabituellement bas pour cette période de l’année.

« Commencer le début de la saison du dégel avec des glaces aussi peu épaisses laisse prévoir la possibilité d’un nouveau record d’étendue minimale de la banquise en septembre », souligne Julienne Stroeve, une scientifique du NSIDC.

Une indication claire du changement climatique ?
L’étendue moyenne des glaces flottant sur l’océan arctique était d’environ 10,1 millions de km2 en septembre 2016, au plus chaud de la saison, soit la plus petite superficie estivale mesurée depuis 1979.

« Bien que l’étendue maximum des glaces arctiques n’était pas considérée aussi importante que le minimum saisonnier, ce déclin à long terme est une indication claire du changement climatique », pointe Walt Meier, un scientifique du centre Goddard de la Nasa.

Des records répétés depuis 2005.
L’étendue minimum de la banquise en septembre a commencé à retenir l’attention des scientifiques pour la première fois en 2005 quand elle s’est réduite à un niveau sans précédent. Un nouveau record a été battu en 2007, puis en 2012 ainsi qu’au cours de ces trois dernières années.

Les glaciologues ont commencé à s’intéresser davantage à l’évolution du maximum hivernal des glaces arctiques en 2015 quand il a atteint pour la première fois l’étendue la plus faible depuis 1979.

Le même phénomène est constaté dans l’hémisphère sud, où les glaces flottant sur l’océan antarctique ont atteint le 3 mars leur superficie minimum la plus faible enregistrée, avec 2,11 millions de km2.

Toutefois, la surface des glaces de l’océan antarctique est très variable, soulignent les scientifiques qui rappellent que leur étendue minimum avait atteint un niveau historiquement élevé il y a seulement deux ans et demi.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Les glaces hivernales de l'Arctique au plus bas depuis 38 ans

Les glaces recouvrant l'océan arctique ont atteint cet hiver leur plus faible étendue en 38 ans, a indiqué cette semaine la Nasa.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


74 - Haute-Savoie

Du 23 octobre au 6 novembre

ACRO AVENTURES TALLOIRES
"CHASSE AU TRÉSOR D’HALLOWEEN"

Partez à la chasse au trésor. Une activité familiale accessible à tous ! "Hervé l’Araignée" de 3 à 7 ans et "Le Fantôme des Dents de Lanfon" de 8 à 13 ans.

Acro'Aventures Talloires
Route de Planfait
74290 Talloires
06 07 56 90 58
www.talloires.acro-aventures.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités