Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les effets inattendus qu'aura la Grande muraille verte du Sahel
Actualités

Les effets inattendus qu'aura la Grande muraille verte du Sahel

La Grande muraille verte, c'est un projet ambitieux dans une région secouée. Celui de planter, dans le Sahel, des millions d'arbres pour lutter contre la désertification et ses effets néfastes sur les populations. Mais des chercheurs rappellent aujourd'hui, simulations à l'appui, que les impacts d'un tel projet de géoingénierie pourraient être bien plus profonds. Et pas toujours positifs.

La Grande muraille de Chine. Tout le monde la connait. Mais la Grande muraille verte. Vous en avez entendu parler ? C'est ainsi qu'a été baptisé un projet lancé en 2007. L'idée : planter des millions d'arbres d'ici 2030 dans la zone semi-aride du nord du Sahel, sur une bande de terre de 8.000 kilomètres de long. Avec pour objectif le verdissement de la région et la restauration des terres pour empêcher le Sahara de s'étendre vers le sud. Pour l'heure, le projet n'est achevé qu'à environ 15 %. Mais 20 milliards de dollars ont récemment été promis au niveau international pour le faire progresser.

Stocker du carbone, restaurer la biodiversité et apporter des avantages socioéconomiques aux populations de cette partie de l'Afrique sont parmi les effets collatéraux positifs attendus de cette Grande muraille verte. Mais comme tous les projets de géoingénierie climatique, il pourrait aussi avoir quelques effets négatifs, dans la région ou au-delà. Des impacts négatifs possibles qui n'ont, pour l'heure, pas suffisamment été étudiés, estiment des chercheurs de l’université du Québec (Canada).

Ils ont, pour remédier à cela, travaillé sur des simulations informatiques à haute résolution. Celles-ci suggèrent que les effets de la Grande muraille verte sur le climat local, régional et mondial pourraient être plus profonds que ceux qui avaient été envisagés jusqu'alors. Ainsi dans un contexte de réchauffement climatique anthropique fort, les travaux des chercheurs montrent une réduction plutôt bienvenue de 1,5 °C des températures estivales moyennes dans la majeure partie du Sahel. Mais les régions déjà les plus chaudes devraient le devenir encore plus. Avec des températures moyennes augmentant, elles, de 1,5 °C.

Un climat perturbé à grande échelle

Les précipitations seraient elles aussi amenées à augmenter fortement. Voire à doubler sur certaines zones. En cause, une intensification et un étalement de la mousson ouest-africaine. Rappelons que jusqu'alors, les scientifiques voyaient dans les cycles orbitaux de notre Terre, la principale cause de variation de cette mousson. Avec pour conséquence, par exemple, il y a quelques millénaires, durant une période située entre il y a 11.000 et 5.000 ans, un Sahara bien plus vert qu'aujourd'hui. Mais les chercheurs de l'université du Québec montrent finalement que la couverture végétale de la région joue, elle aussi, un rôle majeur.

Leurs simulations suggèrent en effet qu'avec plus de végétation dans la région, il se créera un bassin d'humidité. Car les cycles de l'eau vont aller en augmentant. Et les précipitations vont se multiplier. Par ailleurs, la présence de plante a tendance à obscurcir la surface -- par rapport aux sables du désert -- et à réduire la quantité de poussières présentent dans l'atmosphère. Le tout permettant à plus de chaleur d'atteindre la surface et d'y être absorbée. Résultat : une terre plus chaude et plus humide par rapport à l'océan voisin et donc, une différence de pression atmosphérique accrue et des vents de mousson plus forts et plus intenses.

Une mousson ouest-africaine plus forte pourrait déplacer certains schémas de circulation atmosphérique importants vers l'ouest. Et influencer par exemple les phénomènes El Niño. Ou encore, modifier les trajectoires des cyclones tropicaux. Pour en avoir le cœur net, les chercheurs devront travailler à mieux comprendre ce qui a conduit à des évolutions du Sahara dans le passé. Ils devront aussi tester leurs simulations sur des scénarios d'émissions plus modérées ou même faibles. Qui, espérons-le, devraient mieux correspondre à notre futur...


Source : Nathalis Mayer / Futura

Vue aérienne de la Grande Muraille Verte au Sénégal

Les effets inattendus qu'aura la Grande muraille verte du Sahel Actualités

Les effets inattendus qu'aura la Grande muraille verte du Sahel

La Grande muraille verte, c'est un projet ambitieux dans une région secouée. Celui de planter, dans le Sahel, des millions d'arbres pour lutter contre la désertification et ses effets néfastes sur les populations. Mais des chercheurs rappellent aujourd'hui, simulations à l'appui, que les impacts d'un tel projet de géoingénierie pourraient être bien plus profonds. Et pas toujours positifs.

La Grande muraille de Chine. Tout le monde la connait. Mais la Grande muraille verte. Vous en avez entendu parler ? C'est ainsi qu'a été baptisé un projet lancé en 2007. L'idée : planter des millions d'arbres d'ici 2030 dans la zone semi-aride du nord du Sahel, sur une bande de terre de 8.000 kilomètres de long. Avec pour objectif le verdissement de la région et la restauration des terres pour empêcher le Sahara de s'étendre vers le sud. Pour l'heure, le projet n'est achevé qu'à environ 15 %. Mais 20 milliards de dollars ont récemment été promis au niveau international pour le faire progresser.

Stocker du carbone, restaurer la biodiversité et apporter des avantages socioéconomiques aux populations de cette partie de l'Afrique sont parmi les effets collatéraux positifs attendus de cette Grande muraille verte. Mais comme tous les projets de géoingénierie climatique, il pourrait aussi avoir quelques effets négatifs, dans la région ou au-delà. Des impacts négatifs possibles qui n'ont, pour l'heure, pas suffisamment été étudiés, estiment des chercheurs de l’université du Québec (Canada).

Ils ont, pour remédier à cela, travaillé sur des simulations informatiques à haute résolution. Celles-ci suggèrent que les effets de la Grande muraille verte sur le climat local, régional et mondial pourraient être plus profonds que ceux qui avaient été envisagés jusqu'alors. Ainsi dans un contexte de réchauffement climatique anthropique fort, les travaux des chercheurs montrent une réduction plutôt bienvenue de 1,5 °C des températures estivales moyennes dans la majeure partie du Sahel. Mais les régions déjà les plus chaudes devraient le devenir encore plus. Avec des températures moyennes augmentant, elles, de 1,5 °C.

Un climat perturbé à grande échelle

Les précipitations seraient elles aussi amenées à augmenter fortement. Voire à doubler sur certaines zones. En cause, une intensification et un étalement de la mousson ouest-africaine. Rappelons que jusqu'alors, les scientifiques voyaient dans les cycles orbitaux de notre Terre, la principale cause de variation de cette mousson. Avec pour conséquence, par exemple, il y a quelques millénaires, durant une période située entre il y a 11.000 et 5.000 ans, un Sahara bien plus vert qu'aujourd'hui. Mais les chercheurs de l'université du Québec montrent finalement que la couverture végétale de la région joue, elle aussi, un rôle majeur.

Leurs simulations suggèrent en effet qu'avec plus de végétation dans la région, il se créera un bassin d'humidité. Car les cycles de l'eau vont aller en augmentant. Et les précipitations vont se multiplier. Par ailleurs, la présence de plante a tendance à obscurcir la surface -- par rapport aux sables du désert -- et à réduire la quantité de poussières présentent dans l'atmosphère. Le tout permettant à plus de chaleur d'atteindre la surface et d'y être absorbée. Résultat : une terre plus chaude et plus humide par rapport à l'océan voisin et donc, une différence de pression atmosphérique accrue et des vents de mousson plus forts et plus intenses.

Une mousson ouest-africaine plus forte pourrait déplacer certains schémas de circulation atmosphérique importants vers l'ouest. Et influencer par exemple les phénomènes El Niño. Ou encore, modifier les trajectoires des cyclones tropicaux. Pour en avoir le cœur net, les chercheurs devront travailler à mieux comprendre ce qui a conduit à des évolutions du Sahara dans le passé. Ils devront aussi tester leurs simulations sur des scénarios d'émissions plus modérées ou même faibles. Qui, espérons-le, devraient mieux correspondre à notre futur...


Source : Nathalis Mayer / Futura

Vue aérienne de la Grande Muraille Verte au Sénégal

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .


22 - Côtes d'Armor

Du 22 janvier au 12 mars

ATELIERS PEINTURE

"Aquarelle" avec Fanny Dreveau - Samedis 22 Janvier et 19 février de 10h à 16h30h
"Peinture à l'huile et clair-obscur" avec Jos Van de Ven - Vendredis 28 Janvier et 4 Mars de 10h à 16h30
"Calligraphie chinoise et abstraction" avec Sophie Deliss - Samedis 5 Février et 12 Mars de 10h à 16h30
"ARTIS" Arts Plastiques avec Claire Amossé - Samedis 12 Février et 5 Mars de 10h à 16H30

Pôle de l'Étang-Neuf
Musée de la Résistance en Argoat
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


34 - Hérault

Jusqu'au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Jusqu'au 15 mars

EXPOSITION
"FRONTIÈRES DE SEL"

Reproductions d’objets, contenus numériques, vidéos et extraits sonores, archives inédites vous dévoileront tous les secrets du commerce du sel.
Une part belle sera également faite aux métiers de la restauration et du patrimoine avec la présentation en timelapse du travail de l’atelier Lythos, qui a réalisé un fac-similé de la borne destiné à être replacé sur le lieu de découverte à Montigny-les-Arsures.

La Grande Saline
3 place des salines
39110 Salins-les-Bains
03 84 73 10 92
www.salinesdesalins.com


71 - Saône et Loire

Le 16 février

ATELIERS
"BRICO RECUP"

Réutiliser, récupérer, créer, s’amuser… Voilà le programme de notre atelier récup’ où nous transformerons rouleaux de papier toilette, boîtes à œufs et bouteilles plastique en petits animaux et autres petits bricolages rigolos à emporter à la maison. A partir de 6 ans. De 14 h à 16 h .

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Le 23 février

ATELIERS
"NICHOIRS ET CIE"

Présentation de nichoirs, conseil sur leur fabrication et leur installation. Assemblage d’un modèle en salle (choix à faire parmi 3 références). Tout public, enfants à partir de 9 ans. Dd 14 h à 16 h 30.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 5 février au 18 septembre  

EXPOSITION
"POSADA, GENIE DE LA GRAVURE"

Cette exposition, première rétrospective en France de l’œuvre de José Guadalupe Posada (1852-1913) nous permet d’admirer l’inventivité et la dextérité d’un des grands maîtres de la gravure internationale qui a délaissé une carrière toute tracée pour mettre son talent au service de la presse populaire : illustrations de faits divers, contes, chansons... et les fameuses Calaveras.

Musée de l'Image
42 quai de Dogneville
88000 Épinal
03 29 81 48 30
https://museedelimage.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités